Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-27%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer Alienware M15 – (15,6″ – 16Go RAM ...
1599 € 2199 €
Voir le deal

Partagez
 

 =Fatalité=

Aller en bas 
AuteurMessage
Shivak Garland

Shivak Garland

Messages : 87
Date d'inscription : 27/09/2013

=Fatalité= Empty
MessageSujet: =Fatalité=   =Fatalité= EmptyLun 7 Oct 2013 - 22:34

HRPG => Reprise du Rp du précédent forum.
Lien ici



« Il est possible de s'habituer à l'absence des gens qu'on aime à la seule
condition que d'autres viennent prendre leur place. Mais il se trouve que
parfois, une personne très particulière est étrangement irremplaçable. »

On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. Shivak savait que son amour était impossible pour l'instant et il se sentait confus. Il pouvait lire la colère de celle qui était dans son coeur. Il pouvait sentir son incompréhension, ses doutes, ses peines. Mais pouvait-elle égallement voir en lui le tourbillon de souffrance qui s'accumulait depuis des années ?
Ne laisse personne te détourner de ton chemin. N'aie jamais peur de revendiquer ce qui te tient à coeur. C'est ce qui sera le plus dur, pour toi, parce que tu penses tellement que tu ne vaux rien, que tu ne peux pas imaginer un futur radieux, un futur qui porte ton empreinte.... Tu es jeune, tu peux changer. On est soi-même l'artisan de son bonheur.  Les autres mettent des semaines et des mois pour arriver à aimer, et à aimer peu, et il leur faut des entretiens, des goûts communs et des cristallisations. Moi, ce fut le temps d'un battement de paupières...

- "Tu sais que j'ai confiance en toi. J'étais obligé d'agir ainsi pour nous protéger..."

Voilà peut-être la question la plus difficile de toute l'aventure humaine : est-il réellement possible de toujours regarder en avant, comme on nous encourage sans cesse à le faire, ou bien devons-nous garder certains vestiges essentiels de notre passé, si douloureux soient-ils, comme un rappel que certains aspects de la vie nous transforment si profondément qu'ils nous habitent à jamais ? Pouvons-nous vraiment refermer la porte sur ce qui continue à nous hanter ?
Parfois dans la vie, il se forme un lien indestructible entre deux personnes et parfois vous finissez par rencontrer cette personne sur qui vous pouvez compter quoi qu'il arrive. Il peut s'agir d'un être avec qui vous vous unirez lors d'un mariage de rêve, mais il se peut aussi que la personne sur qui vous pourrez compter pendant toute votre vie, la seule qui vous connaisse vraiment, peut-être encore plus que vous même, soit la même personne qui est à vos côtés depuis le tout début...

Il me fallait lui avouer la vérité, mais je ne savais pas par ou commencer. Alors j'ai plongé mon regard dans ses yeux et je m'y suis noyé.
J'avais fais un choix, et cette fois je me sentais capable de le réaliser. Il fallait avancer, et pour ce faire j'étais aidée par la certitude que mon ancienne vie  appartenait à un passé que j'étais en train d'abolir. On a tous besoin de croire, d'avoir confiance, de savoir qu'on peut donner tout son coeur à un projet, une entreprise, un homme ou une femme. Alors, on se sent fort. On se frappe la poitrine et on défie le monde, on défie l'instant présent.

- "Emma... Je travaillais pour la Chimère..."

Et d'un coup, c'était comme si l'espace d'un instant je l'avais perdue. Mais je savais que si je ne voulais pas la perdre, je devrais être sure des mots que j'allais employer par la suite. Pour une fois Shivak n'allait se contenter que de la stricte vérité. Il allait confié son plus grand secret à quelqu'un. Mais partager un bout de lui même, de son âme, de sa vraie nature allait-il vraiment lui rendre service ou le plonger dans les ténêbres de l'oubli ? De la colère ? De l'incompréhension ?

- "Je les ai quitté pour être avec toi ! Je me suis rendu compte qu'ils n'étaient pas des personnes de confiance et ils ont tenté de m'éliminer plusieurs fois au cours de ce mois. Ils m'utilisaient pour obtenir des informations sur le Parc et sur ce fameux secret dont tu me parles... Mais tu dois savoir que j'y étais plus ou moins contraint depuis des années... Je ne suis pas l'un de ses monstres. J'ai certes commis des actes qui me vaudraient surement ma place en prison, mais ce temps est révolu, je te dirais tout ce que tu veux savoir, mais à l'heure actuel, je veux simplement que tu saches que je t'aime et que je suis revenu pour te sauver avant que la Chimère ne nous trouve et ne nous tue tous les deux. Tu penses me connaître mais ce n'est pas le cas, et ça signifie que tu ne sais pas ce dont je suis capable. Il se peut que je ne sache pas toujours ce que je fais mais j'essayerai d'améliorer les choses. Et quand je fais une erreur parce qu'il faut être réaliste, on en fait tous, je promets de demander ton aide. Je ne peux pas faire ça toute seule. Mais si tu me laisses une chance, on pourrait faire de grandes choses ensemble. Je promets que si tu crois en moi, tu auras toutes les explications que tu désires."


Quand tu aimes quelqu'un, tu le prends en entier, avec toutes ses attaches, toutes ses obligations. Tu prends son histoire, son passé et son présent. Tu prends tout, ou rien du tout. Quand vous vous regardez dans un miroir, qu'est-ce que vous y voyez ? Est-ce que c'est la personne que vous avez rêvé d'être ?  Est-ce que vous êtes passé à côté de votre vie ? Et si une petite voix vous répète que vous n'y arriverez pas, ignorez la et croyez en vous. Et gardez l'espoir car l'amour existe bien... Et surtout continuez à croire en vos rêves car ils peuvent se réaliser.


Un petit regard sur la situation confirma à l'ex Membre de K-C que les gardes étaient toujours à leur places.
Le temps file, le temps n'attend personne. Le temps guérit toutes les blessures. Tous autant que nous sommes nous voulons plus de temps. Du temps pour se relever, du temps pour grandir, du temps pour lâcher prise. Du temps. Toutes ces révélations étaient peut être dures à encaisser, mais elle était quelqu'un de forte et Shivak avait foi en elle. Ce lien qui s'était tissé en eux, même si il était parfois remis en question par des facteurs imprévisibles semblaient toujours demeuré intacte. Souvent, quand nous marchons dans la foule, le monde nous semble muet. Mais quand vous vivez un moment délicat, que vous êtes peut- être à un tournant de votre vie... C'est comme si un filtre s'enlevait. Soudain, tout prend vie. Même le plus court instant, est imprégné de la magie du possible !

Il l'a voyait grimacé à cause de sa blessure et la dure réalité des choses lui revenait à l'esprit lorsqu'il se rendit compte que l'un des gardes communiquait avec un de ses supérieurs, ils allaient bientôt passer à une autre étape de leur plan. Était-il déjà trop tard.
Shivak plongea sa main dans celle de la Gardienne du Parc et la regarda avec un regard tendre et un de ces sourires qu'elle aimait tant.

- " Moi je trouve qu'on va bien ensemble. J'aime être avec toi parce que je ne m'ennuie jamais. Même quand on ne se parle pas, même quand on ne se touche pas, même quand on n'est pas dans la même pièce, je ne m'ennuie pas. Je ne m'ennuie jamais.Tout ce que je vois de toi et tout ce que je ne vois pas, je l'aime. Pourtant je connais tes défauts. Mais justement, j'ai l'impression que tes défauts vont bien avec mes qualités. Moi je suis comme un cerf-volant, si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft, je m'envole. Et toi, c'est drôle, je me dis souvent que tu es assez forte pour me retenir et assez intelligente pour me laisser filer.. Rassures moi et dis moi que tu m'aimes et que tu me crois..."

La confiance est quelque chose de fragile. Quand on a accordé sa confiance à quelqu'un, on éprouve un sentiment de grande liberté. Mais quand on trahit la confiance de quelqu'un, elle peut être définitivement perdue. Seulement voilà, on ne sait jamais à qui on peut faire confiance. Beaucoup de personne décident de ne faire confiance qu'à eux même. C'est sûrement la façon la plus simple de ne pas se brûler les doigts... Était-ce pour cela que Shivak avait toujours été solitaire jusqu'à présent ?

- "Emma, j'ai besoin de toi pour reprendre la Tour que tu me croies ou non. Nous devons les arrêter et les empêcher de retrouver ce qu'Hammond a caché sur l'île ! Il s'agit d'une arme qui pourrait causé un nombre incalculable de victimes, peut être même nous éradiquer ! Je te jure que je ne plaisante pas en t'avouant tout ça, mais tu dois absolument me croire. Si jamais ils trouvent ce qu'ils sont venu chercher, alors tout ce qu'on aura fait et battit jusqu'à aujourd'hui n'aura servi à rien ! Je peux compter sur toi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Emma Beckett

Emma Beckett

Messages : 35
Date d'inscription : 06/10/2013

=Fatalité= Empty
MessageSujet: Re: =Fatalité=   =Fatalité= EmptyVen 3 Jan 2014 - 17:26

PV : SHIVAK
=Fatalité= 428326Emma1


- "Emma... Je travaillais pour la Chimère..."

Lorsque j’entendis ces quelques mots de la bouche de Shivak je ne réalisais pas tout de suite l’ampleur de cette révélation. Cette phrase n’arrivait pas à percuter ma raison. C’était un peu comme si je lisais quelques mots dans un livre et que je ne parvenais pas à les comprendre. Je devais les lire et les relire pour qu’enfin les lettres qui formaient les syllabes qui formaient à leur tour des mots et des phrases se collent sur ma rétine et que mon cerveau en comprenne enfin le sens. Je n’arrivais plus à penser à autre chose. Les seules questions qui me venaient à l’esprit sur le moment étaient « Avait-il participé à l’attaque des bateaux ? Avait-il contribué au massacre ? Était-il leur complice ou bien les avaient-ils quittés avant ? Shivak avait utilisé l’imparfait, j’avais donc l’espoir que l’homme que j’aimais n’avait pas été acteur de cette boucherie. La nouvelle était assez dure à encaisser mais j’étais solide et je m’en remettrais un jour.

J’avais demandé la vérité à mon compagnon et il me la donnait. Enfin je pensais… Non, ce ne pouvait être que la vérité. Pourquoi me dirait-il une chose pareille si elle n’avait pas été véridique. J’étais dans un état second et mon manque de réaction m’étonnait moi-même. Que faisait mon corps ? Pourquoi ne réagissait-il plus ? Ce n’était pas normal ! J’étais sensée être en colère ou bien être désemparée ou encore complètement perdue mais rien de tout cela. Oui Shivak m’avait caché de nombreuses choses  mais curieusement je ne ressentais que du soulagement. Peut-être car au plus profond de moi je m’attendais a quelque chose de beaucoup plus tragique. Ou bien la douleur m’anesthésiait les neurones. Ça devait être la deuxième solution. Mais peu importait finalement.

- "Je les ai quitté pour être avec toi ! Je me suis rendu compte qu'ils n'étaient pas des personnes de confiance et ils ont tenté de m'éliminer plusieurs fois au cours de ce mois. Ils m'utilisaient pour obtenir des informations sur le Parc et sur ce fameux secret dont tu me parles... Mais tu dois savoir que j'y étais plus ou moins contraint depuis des années... Je ne suis pas l'un de ses monstres. J'ai certes commis des actes qui me vaudraient surement ma place en prison, mais ce temps est révolu, je te dirais tout ce que tu veux savoir, mais à l'heure actuel, je veux simplement que tu saches que je t'aime et que je suis revenu pour te sauver avant que la Chimère ne nous trouve et ne nous tue tous les deux. Tu penses me connaître mais ce n'est pas le cas, et ça signifie que tu ne sais pas ce dont je suis capable. Il se peut que je ne sache pas toujours ce que je fais mais j'essayerai d'améliorer les choses. Et quand je fais une erreur parce qu'il faut être réaliste, on en fait tous, je promets de demander ton aide. Je ne peux pas faire ça toute seule. Mais si tu me laisses une chance, on pourrait faire de grandes choses ensemble. Je promets que si tu crois en moi, tu auras toutes les explications que tu désires."

Je l’observais longuement sans dire un mot. Je savais que le temps nous était compté mais mon corps se mettait en mode économie tout seul pour me préserver. Je n’avais pas le choix que de faire avec. Plus il me parlait, plus le soulagement se propageait en moi. Je ne réagissais pas de la manière la plus normale mais je m’en foutais. D’ailleurs quelle était la meilleure façon de réagir ? Se mettre à l’engueuler et le rejeter pour ce qu’il avait été et ce qu’il n’était plus ? Il m’aimait et je l’aimais. Pour moi c’est tout ce qui comptait pour le moment. Certes, il avait dû commettre des actes répréhensibles par le passé comme il venait de me le dire mais à quoi bon remettre tout ça sur le tapis. C’était du passé et il était mauvais de trop s’y attarder. Il n’avait visiblement pas eu le choix d’après lui de m’abandonner et j’avais vraiment envie de le croire. J’étais épuisée de devoir me méfier de tout le monde et faire entièrement confiance à Shivak aurait été une libération pour moi. Enfin quelqu’un sur qui compter et qui se souciait de ma personne et de ma personne toute entière.

La Chimère c’était servie de lui comme beaucoup d’autres personnes qui travaillaient au service d’Handreas. Shivak était encore jeune et je mettais sur le compte de la jeunesse le fait qu’il se soit laissé embarquer dans cette organisation criminelle avec des rêves plein la tête à la base. Chacun fais des erreurs et les personnes qui ont la capacité de les réparer ou bien tout simplement qui tente par tous les moyens de les réparer prouve leur qualité d’âme. Shivak était prêt à réparer ces erreurs et pour moi c’était suffisant pour que je puisse lui faire enfin totalement confiance. Je le soutiendrais quoi qu’il arrive désormais. Le petit souci c’est que je n’avais pas la force nécessaire de lui dire tout cela en paroles. J’aurais voulu lui dire que j’étais à 200 % de son côté et que je le soutiendrais quoiqu’il arrive. Que je l’aimais plus que tout et que j’étais prête à faire n’importe quoi pour l’aider à se racheter. Les mots me manquaient cruellement. Finalement il reprit la parole. Il parlait pour nous deux et je le remerciais pour ça. Je n’avais plus la force que d’écouter pour le moment.

- " Moi je trouve qu'on va bien ensemble. J'aime être avec toi parce que je ne m'ennuie jamais. Même quand on ne se parle pas, même quand on ne se touche pas, même quand on n'est pas dans la même pièce, je ne m'ennuie pas. Je ne m'ennuie jamais.Tout ce que je vois de toi et tout ce que je ne vois pas, je l'aime. Pourtant je connais tes défauts. Mais justement, j'ai l'impression que tes défauts vont bien avec mes qualités. Moi je suis comme un cerf-volant, si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft, je m'envole. Et toi, c'est drôle, je me dis souvent que tu es assez forte pour me retenir et assez intelligente pour me laisser filer.. Rassures moi et dis moi que tu m'aimes et que tu me crois..."

J’eu enfin une réaction de la part de mon corps. Je ne pouvais plus me retenir et je pensais qu’il ne m’en voudrait pas de me laisser un peu allée. Mes yeux furent vite inonder de larmes. Malgré ma carapace dure comme la pierre j’avais sous cette couverture une sensibilité qui ne demandait qu’à se montrer. Shivak avait été le seul à briser cette armure que je croyais impossible à percer. J’avais du mal de croire que cet homme était détesté par la plupart des employés du parc ou bien qu’il ait pu tuer des gens de sang-froid. Pourtant j’étais une des premières à voir le monde comme il était réellement. J’avais vécu depuis ma naissance dans une atmosphère masculine où on ne faisait pas beaucoup de cadeau. Je savais que le monde n’était pas Disneyland avec des paillettes et des guimauves à tous les coins de rue. Non je savais de quoi les gens étaient capables. Malgré tout, la femme amoureuse que j’étais refusait de voir l’homme en face de moi comme un monstre. Les autres pouvaient penser ce qu’ils voulaient moi je savais ce que je souhaitais. Et c’était lui que je voulais, peu importe qui il était et qui il avait été. J’étais prête à l’accepter tel qu’il était avec ses qualités et ses défauts. Je ne connaissais pas grand-chose à l’Amour mais je savais que dans un couple il fallait faire des concessions et parfois mettre son amour propre de côté pour aimer pleinement et enfin atteindre le bonheur. Mes larmes se calmèrent et je passais ma main sur mes joues pour les sécher.

- "Emma, j'ai besoin de toi pour reprendre la Tour que tu me croies ou non. Nous devons les arrêter et les empêcher de retrouver ce qu'Hammond a caché sur l'île ! Il s'agit d'une arme qui pourrait causé un nombre incalculable de victimes, peut être même nous éradiquer ! Je te jure que je ne plaisante pas en t'avouant tout ça, mais tu dois absolument me croire. Si jamais ils trouvent ce qu'ils sont venu chercher, alors tout ce qu'on aura fait et battit jusqu'à aujourd'hui n'aura servi à rien ! Je peux compter sur toi ?"

Tout ce que je fus capable de lui répondre furent deux mots tout simple. Je lui dit en le regardant droit dans les yeux. Je ne souriais pas, je ne montrais rien du tout visuellement. Tout était dans le ton de ma voix et dans ce que je lui dit. Je le savais assez fin et intelligent pour comprendre ce que ces deux petits mots signifiaient. Je lui donnais comme seule réponse :

« Je t’aime… »

Il comprendrait que je le soutiendrais et que je saurais faire preuve de lucidité et de compréhension à l’avenir sur les actions qu’il devait tenter pour récupérer des informations sur ce projet d’Hammond. Il aurait besoin de mon aide et je lui donnerais quand il me le demanderait. Je lui faisait désormais confiance comme lui me faisait confiance. Ca sincérité et son lâcher prise vis à vis de moi m’avait touché profondément. Shivak était quelqu’un de solide et de fort. Cependant tout comme moi il avait besoin de quelqu’un à qui parler et qui le comprendrait au-delà de ses apparences. La situation était compliquée mais nous nous en sortirions.

« Demande-moi ce que tu veux. Je te crois »

Un léger sourire se dessina sur mes lèvres. Je crois qu’il avait compris. Il fallait maintenant agir.



Dernière édition par Emma Beckett le Lun 24 Fév 2014 - 2:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shivak Garland

Shivak Garland

Messages : 87
Date d'inscription : 27/09/2013

=Fatalité= Empty
MessageSujet: Re: =Fatalité=   =Fatalité= EmptyVen 3 Jan 2014 - 19:05


On fait tous des erreurs. Chaque jour. Ils nous arrive tous à un moment d'être dans le tord. On blesse les gens, on leur ment, on se sert d'eux, ou bien on les insultent. On ne peut pas empêcher ça, car nous somme tous imparfaits. L'être humain est imparfait. Par contre, il faut savoir faire la différence entre faire une erreur involontairement, et persister dans son erreur en étant parfaitement conscient.

Certaines personnes ne font que persister à faire du mal aux autres. La Chimère n'agit que dans son propre intérêt. Ils se foutent de tout ce qui les entourent, ils blessent leur entourage de leur plein gré, et n'ont aucun  regrets par la suite. Ils n'ont aucun remords, ils ne s'en veulent pas, ils ne cherchent pas à s'excuser, ou s'ils  le font ce n'est pas sincère. Ils pensent que leurs actions n'auront aucun impacts sur les autres. Ils pensent que ça n'atteindra personne. Ils diront parfois qu'ils n'ont rien pu contrôler, qu'ils sont comme ça, que ce n'est  pas leur faute.  
Mais ils ont tord. On peut tous contrôler nos actions. Oui ça nous arrive tous de faire de mauvaises actions ou d'avoir de mauvaises pensées, mais on peut tous décider si on veut être une bonne personne ou si on veux persister dans l'erreur. C'est à nous de décider quel genre de personne on est et quel genre de personne on veut être dans le futur. Il nous faut seulement un peu de sincérité et de détermination pour y arriver. Finie l'époque ou je devais faire le sale boulot, fini de prendre des vies, de m'en prendre aux personnes qui n'ont rien demandés. Oui le chemin sera difficile, mais qui n'essaye pas de gravir la montagne n'atteindra jamais les premiers mètres.

On dit souvent que les gens ne veulent voir que ce qu'ils ont envie de voir, mais quand la réalité saute aux yeux, certaines personnes se rendent compte de leurs erreurs et rectifient le tir. À force de mensonges, d'autres se font prendre à leurs propres pièges. Et puis, il y a ceux qui découvrent ce qu'ils ont toujours eu devant les yeux. Et pour finir, certaines personnes préfèrent s'enfuir le plus loin possible par peur de savoir qui ils sont vraiment au fond d'eux même.


Peu de gens savent aimer véritablement, c'est à dire savent être sensibles au bien d'autrui tout en étant dégagés des préoccupations égocentriques. C’est ce qui occasionne d’ailleurs la plupart des problèmes de couple. Shivak sentait pourtant au fond de lui que si elle arrivait à lui pardonner son absence et ses cachotteries, alors leur couple est certainement solide et cela voudrait dire qu'il est tombé sur la bonne personne....

« Je t’aime… »

Ces mots sonnaient comme une délivrance. Un bonheur indescriptible qui vous envahis le corps, vous brûlent les lèvres, fait voyager à un millier de kilomètres sans jamais décollé les pieds du sol...
Oui, Shivak avait eu des relations, mais celle-ci en valait un million ! Pour elle, il serait prêt à tout, même à donner sa vie...

***Très longtemps j’ai aimé pour ne pas être seul, j’ai cherché plutôt à être aimé pour me sentir digne d’intérêt, pour avoir, pour me remplir d’estime de moi, pour échapper à mon vide. Si j’ai besoin d’être aimé ou reconnu, je ne peux pas aimer ! Car je suis dirigé sur moi et non vers l’autre. Donc pour être aimé, il faut s’aimer soi-même d’abord... Si je n’ai pas d’amour pour moi dans mon cœur, je ne peux pas l’offrir à d’autres, qu’ils soient parents, amants ou enfants. Comment pourrait-on donner ce qu'on n'a pas ? C'est impossible. Celui qui ne s’aime pas va se comporter en vampire, c'est-à-dire qu’il va rechercher constamment en l’autre à remplir ce vide d’amour et d’estime de soi. L’amour ne sera qu’une illusoire fumée camouflant le besoin de l’autre et la quête permanente de confirmation et de remplissage de soi. J'aime Emma comme je n'ai jamais aimé personne d'autre. Je me sens bien, je me sens vivre. Je me sens fort... Mais seulement auprès d'Elle !*** pensa t-il.

Ils se comprenaient. Ils avaient confiance l'un en l'autre. Ils feraient face ensemble. Ne pas perdre de temps et mettre Emma à l'abri c'est tout ce qui comptait désormais.


Répondant alors à celle qui lui donnait le sourire, Shivak exposa son plan. Il n'aimait pas jouer avec la sécurité de sa belle, mais il fallait prendre ce risque car c'était leur seule opportunité pour le moment. Il devait éliminer le Sniper mais les gardes en bas de la tour le repaireraient si il grimpait. Il allait donc falloir qu'Emma fasse diversion. En poussant un cri, en montrant qu'elle était blessée ils ne lui feraient rien, ils la prendraient en otage car un coup de feu révéleraient leur position stratégique. Ainsi, les deux gardes au sol distraient par la jeune femme laisseraient l'accès à la tour, l'EX membre de la Chimère ferait alors le tour discrètement pour égorger le Sniper, puis viendrait en terminer avec les deux autres membres un par un, sans qu'ils aient le temps de s'en prendre à lui ou a Emma. De toute manière, ils n'avaient pas reçu le même entrainement que lui. Ce serait du gâteau. Il exposa ainsi son plan, expliquant le moindre détail de ce qu'il attendait d'elle : les retarder un maximum, attendre qu'il ai eu le temps d'éliminer le premier garde. Il pris même soin de lui présenter un plan de secours au cas ou le premier échouerait : faire feu sur les gardes en dissimulant un flingue sous l'écorce d'une souche proche. A utiliser en dernier recours évidement. Les balles étaient trop précieuses dans des moments pareils et trop de dinosaures étaient hors de leurs enclos actuellement...

Shivak devait maintenant en venir au plus compliqué, se séparé de celle qu'il aime. Il devait retrouver Hammond à tout pris, le "Projet T", K-C ne devait en aucun cas tomber dessus, il fallait qu'il puisse aider le vieil homme à s'en sortir, sinon qui sait ce qu'il adviendrait du monde connu ?


- "Emma, une fois qu'on aura agis je devrais retrouver Hammond, il possède quelque chose de très important et que la Chimère est venu chercher. Il me faut absolument le récupérer pour éviter qu'ils ne mettent la main dessus. C'est arme est trop dangereuse pour qu'on la laisse en liberté tu comprends ? De toute manière tu seras à l'abris en haut de la tour. J'enverrais du secours dès que possible."

Un mauvais pré sentiment lui rongeait à présent l'estomac qu'allait-il advenir si il faisait un faux pas et qu'Emma était en danger ? Si les gardes le blessaient ? Ou pire encore, si Hammond venait à être tué et que l'arme tombait dans les mains de Pearce ou d'Handréas ? Ils ne pouvaient plus reculé pourtant. Il devait retrouver Ian Malcolm et Tim Murphy au plus tôt pour évacuer l'île. L'héliport était leur point de Rendez vous. Il devait les y retrouver avec le "Projet T" si possible. Ensemble ils avaient convenu de le protéger et de le mettre "en lieu sure". Tout ce qui restait à faire désormais, c'était d'agir et de compter sur sa chance et ses capacités pour que tout concorde et réussisse.

Après avoir embrassé brièvement Emma et lui avoir dit qu'il allait se mettre en position pour son plan d'élimination, un nœud profond lui serra la gorge, jamais il n'avait eu aussi peur de perdre quelqu'un qu'à l'instant présent. Il avait désormais quelque chose à quoi se raccrocher, quelqu'un a qui il tenait. Cette douleur était nouvelle, mais bizarrement elle le rendait également plus fort et sentait que tous ses muscles étaient près à livrer bataille au moindre écart. Après s'être faufilé le long de la falaise pour contourner habillement les gardes, il fit un signe à la jeune Ranger pour lui donner le feu vert.

Il ne restait plus qu'à croiser les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Beckett

Emma Beckett

Messages : 35
Date d'inscription : 06/10/2013

=Fatalité= Empty
MessageSujet: Re: =Fatalité=   =Fatalité= EmptyLun 13 Jan 2014 - 21:13

PV : SHIVAK
=Fatalité= 428326Emma1


♦ Malgré la situation périlleuse dans laquelle nous étions, je pouvais lire du soulagement et du bonheur sur le beau visage de Shivak. Il prenait le temps d’apprécier mon « Je t’aime » et j’en étais fière. J’avais tellement envie de me retrouver avec lui à des milliers de kilomètres d’ici tout seul sur une île paradisiaque pendant quelques jours. Une île avec des animaux normaux et une végétation normale avec des gens tout ce qu’il y a de plus normaux. Pourquoi devrais-je toujours penser aux autres avant de penser à nous deux ? Je soupirais légèrement en me rendant compte de mon égoïsme passager. Je me rendais bien compte que de nombreuses vies ont dépendu, dépendent et dépendront encore de mon équipe et de moi-même. Je ne pouvais décemment pas abandonner toute ces personnes qui travaillaient au Jurassic Park pour aller m’amuser.  J’entrepris de bouger doucement pour savoir où en étais ma douleur au côté pendant que  Shivak m’expliqua son plan pour reprendre la tour panoramique des mains de KC.

D’après mon compagnon, il y avait un sniper au-dessus de la tour et deux gardes qui surveillaient au pied de celle-ci. Il fallait d’abord éliminer le plus dangereux, c’est-à-dire le sniper. Je n’aimais pas l’idée de tuer mais ici nous n’avions plus le choix. C’était eux ou nous et pour moi le choix étais vite fais. Ils ne nous feraient certainement pas de cadeaux donc on ne leur en ferait pas non plus. Pour se faire, j’avais le rôle de distraire les deux gardes pendant que lui irait régler son compte au tireur. C’était risqué mais pas impossible. Et puis j’avais confiance en Shivak. En temps normal je pouvais me défendre seule, mais étant donné que j’étais blessée, je m’en remettais entièrement à mon homme pour me protéger si nécessaire. Il avait laissé un flingue sous une souche pas très loin de moi au cas où le plan initial échouerait. Il ne restait plus qu’à tenter le coup. L’adrénaline était de nouveau au rendez-vous et cela atténuait un peu ma douleur au côté.

- "Emma, une fois qu'on aura agis je devrais retrouver Hammond, il possède quelque chose de très important et que la Chimère est venu chercher. Il me faut absolument le récupérer pour éviter qu'ils ne mettent la main dessus. C'est arme est trop dangereuse pour qu'on la laisse en liberté tu comprends ? De toute manière tu seras à l'abris en haut de la tour. J'enverrais du secours dès que possible."

Je hochais de la tête pour lui dire que tout étais Ok. Après un bref baiser que j’espérais vraiment ne pas être le dernier, Shivak partit silencieusement se mettre en position. Durant ce temps je réfléchis en vitesse sur ce que j’allais pouvoir bien faire pour attirer l’attention des deux gardes. Un bref sourire se dessina sur mes lèvres lorsque je trouvai enfin ma méthode de distraction. Personne ne me verrait sauf ces deux abrutis qui mourraient dans quelques minutes. Malgré tout j’avais cette peur que tout déconne et que nous mourrions tous les deux. Si quelque chose dérapait ? Si un dino intervenait ou tout autre chose que le hasard aurais mis au mauvais endroit au mauvais moment. Bref, je me forçais à ne pas trop penser aux pires scénarios possibles. Je me contentais donc d’observer mon compagnon arriver à bon port et me faire signe qu’il était prêt.

*Alea jacta est…*

Je me relevais doucement et me dirigea lentement vers les deux hommes en présentant mon côté blessé pour leur montrer que je n’étais pas dangereuse lorsqu’ils pointèrent leur arme en me repérant. Ils avaient l’air si jeune. Leur visage montrait encore des signes juvéniles. Handréas les recrutaient très jeunes. J’avais presque envie de faire la comparaison avec les adolescents que l’on envoyait dans les différentes guerres du monde comme la Syrie. Ils gâchaient leur vie pour je ne sais quelle valeur. Ils allaient mourir aujourd’hui et ils laisseraient derrière eux une famille complètement anéantie par le chagrin d’avoir perdu un fils. L’humanité tournait mal et peut-être que finalement les dinosaures si la situation ne s’arrangeait pas au sein du parc, reprendrait possession de la terre. Je sais ma vision était complètement apocalyptique et tragique mais cela restait dans l’ordre du possible. Hammond aurait une nouvelle fois échoué dans son projet complètement dingue de vouloir contrôler la nature et ses forces.

« Aidez-moi s’il vous plait. Je suis blessée. J’ai reçu un méchant coup dans le côté. Je n’étais pas au bon endroit au bon moment et je me suis fait jetée par un dino complètement fou. »

Je les regardais d’un air implorant en jouant le jeu de la jeune femme faible et sans défense. Il se regardait en se demandant sans doute ce qu’ils devaient faire dans ce genre de situation. Je ne savais pas quels ordres ils avaient reçu mais ils ne me tirèrent pas dessus. Ils s’approchèrent doucement en m’observant avec méfiance. Ils étaient jeunes et devaient sans doute ne pas être indifférents aux charmes féminins.

« Auriez-vous un peu d’eau pour nettoyer ma blessure ? Ca va s’infecter sinon. »

Tout en leur parlant je m’asseyais non loin de la souche qui servait de cachette à l’arme car j’avais à nouveau le tournis. Je tirais mon haut pour faire apparaitre ma blessure encore sanglante par endroit et par la même occasion mon magnifique soutien noir et blanc. Ils s’accroupirent tous les deux avec des grands yeux ronds. L’un des deux me tendit une gourde d’eau en fer tout en tenant son arme. Ils avaient été bien dressés à La Chimère.

« J’aurais aussi besoin d’un chiffon ou d’un tissu propre s’il vous plait »

Le deuxième me lança ce qui ressemblait à un mouchoir. Il avait l’air nerveux et ennuyé par mon manège.

« Grouille toi à te soigner, on n’a pas que ça à foutre. Après tu viens avec nous. Kurt arrête de la mater comme ça, tu n’as jamais vu une paire de nichons ou quoi ?»

Il se releva doucement et cracha un coup par terre.

*Mon chéri c’est le moment idéal pour agir là*

Je ne savais pas si Shivak avait réussi à tuer le sniper. Je n’entendais rien du tout venant de la tour et j’espérais de toutes mes forces que tout se déroulait bien.
Pour garder mes deux gars encore un instant tournés vers moi, je leur posais une ultime question au sujet des buts de la Chimère tout en versant de l’eau sur le tissu qui servirait à nettoyer ma blessure. J’entendais sans écouter leur réponse. Tout ce que j’attendais maintenant c’était un signe de sa part.



Dernière édition par Emma Beckett le Lun 24 Fév 2014 - 2:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shivak Garland

Shivak Garland

Messages : 87
Date d'inscription : 27/09/2013

=Fatalité= Empty
MessageSujet: Re: =Fatalité=   =Fatalité= EmptyVen 24 Jan 2014 - 23:55

Un coup de lame contre sa gorge et ce fût terminé.
Shivak Garland, la perfection masculine depuis Jésus Christ.

Bon on passera les détails, mais après avoir tenté de se rompre le cou le long de la falaise et escalader la tour à mains nues pour ne pas être repéré, l'EX patron du parc avait réussi la première étape de sa mission de manière expéditive. Entraîné lui même par la Chimère, il faut dire que l'homme avait toujours sur habillement trouver un moyen de s'en sortir et d'éliminer ses ennemis dans l'art et la manière. Son regard se porta alors sur l'arme du Sniper. Un modèle à fléchettes toxiques. Sans doute un nouveau concentré de poisons et de produits chimiques chelou dont Wellan Wörst avait le secret.

L'ancien memebre de K-C n'avait jamais aimé cet homme, il n'inspirait pas confiance et c'était tout simplement un malade, un fou qui n'hésitait pas à tester ses expériences sur ses propres hommes ou des cobayes humains... Qu'avait-il encore bien pu inventer cette fois ? Etant donné que l'arme était silencieuse, il vallait mieux en avoir le coeur net. Un coup d’œil vers Emma lui fit comprendre qu'elle venait simplement d'entamer la conversation avec eux.

Saisissant une pomme qui se trouvait là près du sac de l'homme qu'il venait de tuer, Shivak mis en joue le fruit avant de tirer l'une des fléchettes.
En un instant, la golden fût plantée contre le mur de la tour, à quelques centimètres de la tête de l'Humain qui gisait là désormais. Cette dernière changea très rapidement de couleur, suintant un composé liquide de couleur violacé et nauséabond. La texture du fruit devint molle et des moisissures se propagèrent à la vitesse de l'éclair, comme une grosse pousse de lichen. En lambeaux, pourri jusqu'aux pépins, il ne restait plus qu'une comptée dégueulasse, plus proche d'une déjection que de toute autre forme de vie...

Shivak eu presque envie de vomir rien qu'à l'idée que les hommes de la Chimère puisses utiliser des armes chimiques pareilles. Certes il en avait connaissance, mais le résultat était plus qu’inquiétant...
L'amour qu'il portait à sa bien aimé l'aida cependant à tenir le coup et à recentrer ses idées, utilisant le sniper et le munissant de 2 fléchettes (c'était un 2 coups), il pris soin de mettre en joue les deux sbires. C'était certes une horrible façon de tuer, mais une manière sure et efficace d'y arriver.

Après quelques secondes, les deux seringues sifflèrent dans les airs, tel la morsure d'un odieux serpent. Sous l'effet de la morsure ils jetèrent un rapide coup d’œil aux endroit ou ils avaient été touchés, à la fois surpris et horrifiés, où les gouttelettes de sang grossissaient péniblement. Ils se baissèrent, essuyèrent les marques en retirant les seringues qu'ils reconnaissaient , et contemplèrent un instant la morsure. Une douleur aiguë naissait des deux petits points violets commençait à envahir tout le pied. Attrapant sa cheville en toute hâte avec son foulard le premier essaya l'impossible tandis que l'autre paniqué, hurlait déjà.

La douleur au pied augmentait et l’homme éprouvait maintenant le tiraillement d’une enflure ; soudain, il sentit deux ou trois élancements fulgurants qui, tels des éclairs, irradièrent de la blessure jusqu’au milieu du mollet. Il remuait la jambe avec difficulté ; une sécheresse métallique de la gorge, puis une soif brûlante lui arrachèrent un nouveau juron. L'autre semblait devenir fou alors qu'il perdait toute sensibilité dans ses membres.
Les deux petits points violets avaient disparu dans la monstrueuse boursouflure du corps tout entier. La peau, trop tendue, semblait plus mince, prête à céder. Ils voulaient appeler au secours, mais leurs voix se brisèrent en un raclement rauque de gorge desséchée. La soif les dévoraient.

Les douleurs fulgurantes se succédaient en éclairs continus et atteignaient maintenant l’aine. L’atroce sécheresse de la gorge, que le souffle semblait encore échauffer, augmentait également. L'un d'entre eux tenta de se relever, un vomissement foudroyant le maintint une demi-minute le front appuyé contre le sol.
Toute sa jambe, jusqu’à mi-cuisse, n’était plus qu’un bloc difforme et très dur qui crevait le vêtement. Le second avait déjà rendu l'âme. Le dernier coupa la ligature et ouvrit son pantalon avec son couteau : le bas-ventre déborda, boursouflé, couvert de grandes taches livides et terriblement douloureux. Un dernier cri, un étranglement dans son propre sang et ce fut terminé.

Il ne restait plus qu'un charnier, un tas d’humeur et de sang, une pelletée de chair corrompue, jetée là, sur le sol froid de la jungle sombre. Les pustules avaient envahi la figure entière, un bouton touchant l’autre ; et, flétries, affaissées, d’un aspect grisâtre de boue, elles semblaient déjà une moisissure de la terre, sur cette bouillie informe, où l’on ne retrouvait plus les traits. Un œil, celui de gauche, avait complètement sombré dans le bouillonnement de la purulence ; l’autre, à demi ouvert, s’enfonçait, comme un trou noir et gâté. Le nez suppurait encore. Toute une croûte rougeâtre partait d’une joue, envahissait la bouche, qu’elle tirait dans un rire abominable. La décomposition purulente, un composé chimique, un mélange audacieux de poisons et d'acides. Voilà le vraie visage de Wellan, voilà le vrai visage de K-C. Alors comment imaginer un instant ce qu'ils feraient avec l'aide du "Projet T" ?

Shivak devait rejoindre Hammond à tout prix. Sachant qu'il avait réussi à faire mouche, il descendit précipitamment pour se jeter vers son aimée et prendre connaissance de son état :


- "Tu n'as rien j'espère ?"

Elle était visiblement choquée mais en bonne santé. Il faut dire que le spectacle vu de près n'était guère mieux à voir. Il décida alors de remettre l'arme à la chef des Rangers de manière à ce qu'elle puisse se défendre. Il l'a mit en garde contre les effets du poison et lui expliqua qu'il n'y avait plus qu'une flèche et qu'il ne fallait pas la gâcher si ils voulaient pouvoir l'analyser et en contrer les effets. Il lui demanda donc de la rapporter à Elina ou à un scientifique qualifié car il ne pourrait pas être là pour le faire.

Pas très bon pour les adieux, encore moins lorsqu'ils étaient tortueux, Shivak regarda Emma dans les yeux, attrapa son doux visage et y déposa un baiser sur ses lèvres.


- "Emma, quand tout ça sera fini, je veux passer du temps avec toi et te raconter toute l'histoire ! Je t'aime vraiment de tout mon cœur. Quoi qu'il arrive ne l'oublie jamais."

Il n'attendit pas de retour de la part de la belle, elle savait que le danger guettait Hammond et il devait à tout prix se dépêcher de le rejoindre avant qu'il ne soit trop tard. Tandis qu'il s'éloignait, il relâcha toute sa pression et se surpris de sentir une larme couler sur sa joue. L'amour l'avait tant changé. Il ne vivait plus pour lui désormais. Les autres avaient une signification proche, il le voyait désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




=Fatalité= Empty
MessageSujet: Re: =Fatalité=   =Fatalité= Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
=Fatalité=
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2/ Chapitre 1 : Des pas qui font trembler la terre...-
Sauter vers: