Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journal d'un marginal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Komar McGready

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 06/05/2014
Age : 22

MessageSujet: Journal d'un marginal   Dim 13 Déc 2015 - 12:04



1er jour : Il fait chaud là-dedans. Mais dehors, c'est la mort, j'ai croisé deux Carnotaures dans la forêt  blanche. Ils devaient être jeunes, ils slalomaient parfaitement entre les arbres, ce qui alimenterait la thèse d'une reproduction naturelle. C'est fascinant.

Je m'égare, cher journal, je vais te raconter l'aventure qui m'a faite arriver dans cette grande remorque blindée près de la forêt blanche.

Je me souviens de quelques bribes de mon départ de Nublar. Je me souviens d'un bonhomme venu nous annoncer des choses que l'on savait déjà : le virus. J'étais avec quelqu'un aussi, impossible de me rappeler qui.

Je me suis réveillé dans un buisson, des bestioles que je n'ai pu identifier suce mon sang, la bave coule de ma bouche... Bref, en rasant les murs, j'ai rejoint mon bungalow pour récupérer 2 T-shirt, 2 caleçons, mon herbe, du pq et mon appareil photo. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris, mon instinct me criais depuis mon réveil "Sorna", "Sorna"... Mais pourquoi ? pour des études de terrain ? Non... Tout ça c'est de la connerie, c'est terminé, ça n'a jamais existé. Il est impossible d'étudier le comportement d'animaux éteints depuis si longtemps.

Pourtant dehors, les rugissements ils existent bien, je suis dans une parcelle de l'île quasiment inexplorée par l'Homme. Il paraît que c'est la plus dangereuse, que des animaux d'une taille incroyable s'y cachent. On parle de quoi là ? Spinosaure ? Carnotaure ? T-Rex ? Albertosaurus ? Peu importe, si je sors je suis mort.

Je me suis promis de ne fumer qu'un join par semaine, il doit m'en rester une dizaine à tout casser. Manque de bol, pendant mon périple, j'en ai fumé 4. Ce qui fait que je ne me souviens pas trop du début de mon périple. Je me rappelle du ferry, de San Diego, du vieux briscard avec son zodiac. C'est à peu près tout. Vu mon état, les personnes qui m'ont croisé ont dû avoir peur. Mon souvenir le plus clair de ce voyage, c'est bien la découverte des premiers animaux de l'île après des dizaines d'heures de marche, je n'ai jamais vu ça. J'ai pris une photo d'ailleurs :

Spoiler:
 


Et puis je me souviens de ce matin, de la découverte de ce box. A l'intérieur, beaucoup de ressources pour une mission qui, à mon avis, vu le stock, n'a finalement pas eu lieu. Il y a des conserves, des gâteaux (à mon avis plus très frais) des bouteilles d'eau, quelques couvertures, il y a même une télé, mais elle ne fonctionne plus, mais surtout un énorme stock de cigarettes, de quoi tenir au moins 1 an. Et puis si j'arrive à bricoler un peu, je pourrais faire fonctionner la radio. Bref, je vais arrêter d'écrire, cette aventure m'a donné faim, je n'ai rien mangé depuis 4 jours.

2eme jour : J'ai passé une nuit horrible, j'ai dormi la tête sur un rouleau de pq (que j'ai quand même bien fait d'emmener), en plus je crois que le virus m'a retourné la tête, je me rend compte que je n'ai même pas expliqué la raison de ma venue sur Sorna.

Tout porte à croire que mon père biologique travail ou a travaillé sur Isla Sorna, j'en rêve depuis l'incident du Jurrassic Garden. Je dois retrouver ce chien et lui faire payer son abandon. D'un côté je prie pour qu'il ait été bouffé par une des créatures dehors, d'un autre je me dis que si je pouvais lui faire la peau moi-même... Je deviens violent journal, j'ai mal partout, mais je dois sortir pour trouver autre chose à manger que des conserves. En plus je ne peux pas pisser dans le camion, ça ne serait pas viable.

3eme jour : Je peine à me lever, je pense qu'avec le temps, je m'adapterai, que les premiers jours sont les plus compliqués, n'empêche que je n'en peut déjà plus d'aussi mal dormir. Je me demande comment le jeune Kirby a pu tenir dans un environnement encore plus petit.

J'ai trouvé un gros stock d'allumettes ainsi que des bougies dans le box, ça pourra satisfaire mes insomnies et ça remplacera mon briquet cassé pour allumer mes clopes. J'entends du bruit dehors, je vais aller voir.

...

5eme jour : J'ai vu des traces de pas humains à proximité du box, je pense que c'est mon père je le sens. Ces grands pieds ne m'inspirent en tout cas rien de bon. j'ai trouvé des champignons dans la forêt, tiraillé par la faim, je les ai avalé, pendant plusieurs heures je me suis réfugié dans un tronc de bois mort, je ne pouvais plus bouger, j'ai vu des choses incroyables, des couleurs très vives, j'ai vu des ours en peluche avoir des discussions avec les compsognatus. En rentrant dans mon box, j'ai surtout vu que toute ma jambe était en sang, je me suis évanoui pendant un bon moment. En me réveillant, je ne sais pas par quel miracle, mon sang avait cristallisé.

...

10eme jour : Je repense chaque jour à ces traces de pas, est-ce que quelqu'un se cache ici comme moi pour je ne sais quelle raison ? Est-ce mon père qui après une énième faute a été condamné à l'exil ? Est-ce un employé du parc ? Est-ce que je délire ? Oui je pense. Je crois qu'il y a une bête dehors qui m'épie, je sens une présence, j'ai très peur. Ma mission de base, je l'ai un peu laissée de côté, pour le moment je dois m'acclimater.

...

45eme jour : Je n'ai presque plus de réserves de nourriture, presque plus de clopes. L'ennui c'est qu'il n'y a rien à faire ici et bien que me jambe ai bien cicatrisée, je ne peux pas trop passer de temps dehors et prendre le risque d'être à la merci d'un prédateur. Donc je fume... Constamment. Mes poumons s'encrassent et mes forces manquent, pourtant je sais que si je veux survivre, je vais devoir chasser le dinosaure.

...

60eme jour : J'ai tenté de manger une bougie ce matin. Il n'y a plus rien, rien du tout. C'est l'horreur, je me suis vu trop grand je crois.

...


Spoiler:
 


150eme jour : J'ai repris du poil de la bête, j'ose sortir un peu plus pour faire du feu. Je peux faire griller les petits animaux et insectes que je trouve. J'ai dû rentrer vite, j'ai vu un animal énorme. Le ciel est devenu très sombre ces derniers temps.

...

183eme jour : J'entends un combat dehors, à quelques pas du box, je pensais que les grands prédateurs ne circulaient pas dans cette parcelle de l'île. Deux rugissements bien distincts. Je me demande qui est l'animal dominateur de l'île. Est-ce le spinosaure ? La pluie est diluvienne, c'est l'horreur, je suis terrifié.

...

184eme jour : A 50 mètre du box, c'est un spinosaure gigantesque qui git au sol. La mâchoire qui a découpé les cervicales du géant est titanesque. Cela devient presque triste de voir à quel point la nature est boulversée ici...

...

253eme jour : Je suis actuellement dans un arbre. Je crois que ce sont des raptors. Ce sont eux qui ont saccagé mon box. Je n'ai plus rien, juste un couteau et mon carnet. Je crois que j'hallucine, il y a un humain au loin. Oui c'est bien un humain, mais que fait-il bordel ? Je suis bien trop faible. J'espère que c'est ce vieux Terrence ! Il va tâter de mon couteau pour m'avoir abandonné à mon sort. Ou alors serait-ce mon père ? Qui d'autre sinon ?

...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Temps
Admin
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 26/09/2013
Localisation : Dans l'Ombre

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Dim 10 Jan 2016 - 15:12

1er jour : Je sais que ça peut paraître improbable. Mais j’y étais également. Il les a entendues aussi clairement que moi. Les deux autres capitaines aussi. Au départ, les chants étaient lointains. Nous coupâmes les moteurs pour mieux les percevoir. On a d’abord cru à des baleines à bosses, nous en croisons quelque fois et savons reconnaître le chant des grands mâles. Mais là c’était différent, les chants ne venaient pas de l’océan, ils venaient de l’île. Puissants et mélodieux. On aurait dit une conversation. Lorsqu’un chant se terminait, un ou deux autres lui répondaient, d’une intonation différente. C’était envoûtant et effrayant à la fois. Il y avait vraiment des créatures qui se parlaient sur cette île… On est resté longtemps à les écouter. Mais nos autres camarades commencèrent à prendre peur… Et nous aussi… Alors nous sommes partis. Nous avons préféré garder le silence et avons évité de nous approcher d’ici de peur que les sirènes nous emportent comme elles avaient emporté certains pécheurs. Mais je ne devais pas abandonner. Protéger cette île était une priorité.

2eme jour : Nous avons finalement débarqué. Après tout cette île n’a encore jamais été étudiée. On y trouvera peut-être un nouveau genre de mammifère chanteur. Les gibbons en Asie sont reconnus pour leurs chants territoriaux très puissants. Possible aussi que ce soit des colonies d’oiseaux encore non répertoriées. Je ne sais pas, je suis un peu troublé par cette nuit horrible que nous avons passé. La cale du bateau n'est jamais un bon endroit pour se reposer, les vagues et la marée nous avaient bien ballotté et au petit matin, la traversé en kayak jusqu'à la plage avait fini par bien entamé mon énergie. Nous plantons le camp sur la plage, l'exploration débutera demain.


3eme jour : Le repas de midi se fit dans une tente, un coin au calme. A l'abri du tumulte des éléments. L'expédition avait pris du retard à cause des précipitations soudaines. Mes deux collègues d'observations avaient préparé du poisson. L’ambiance était bon enfant. Tout le monde mangea avec entrain à l’exception du plus âgé, Pablo qui prétexta être barbouillé. Notre leader, Allejandro, quand à lui, était toujours aux commandes de l' "ESCOBAR", il avait voulu vérifier que notre moyen d'expédition ne risquait rien. Danielo alla lui apporter une assiette en effectuant une traversée avec Marysa, la seule femme de cette aventure. Un ciel gris et nuageux se dessinait au-dessus d'eux et une tempête s'approchait.

Alors que nous allions nous coucher, des vibrations ont parcouru le sol et fait trembler tout le camp. Mon bouteille d'eau, tremblait, secouée par les ondes sismiques qui la traversait. Et soudain, un cri déchira la nuit.

...

5eme jour : J'ai réussi à me cacher. Je ne bouge plus depuis 2 jours. Ils sont tous morts.

...

10eme jour : Il s’avança presque accroupi en direction de la clairière et se cacha derrière un bosquet. Il observa un court instant ce qui se passait puis, un grand sourire se dessina sur ses lèvres. Dans une plaine verdoyante, de grands et massifs dinosaures broutaient sous un magnifique ciel bleu. Certains furent vite reconnus comme les tricératops, avec leurs 9 mètres de long, leurs grandes cornes aux dessus de chaque œil et une plus petite au-dessus du nez qui leur donnaient un air menaçant. Ils avaient également un bec semblable à celui des perroquets et une impressionnante collerette osseuse. Leurs corps étaient marron clair, le dos et la queue rayés finement de marron foncé. Le contour de leurs yeux, également de cette couleur. Des juvéniles gambadaient sous le regard bienveillant des adultes en se chamaillant. Ils ne ressemblaient en rien aux adultes. Bien qu’ayant la même couleur que les femelles, ils possédaient de grands yeux, un museau raccourci et une fine collerette. De toutes petites cornes pointaient au-dessus des yeux et du nez. Ils n’étaient pas plus gros qu’un poney.

Complètement ébahi, il continuait d’admirer ce panorama si merveilleux et pourtant si irréel à la fois. Un craquement de branches résonna au loin accompagné du cri strident des oiseaux. Il se retourna brusquement. il comprit immédiatement que quelque chose n’allait pas. Une vague odeur de charogne commença alors à lui monter au nez…
...

22eme jour : Je n'ai presque plus de réserves de nourriture, mais mon instinct m'a permis de survivre encore quelques temps. Des fruits, du poisson, des petits mammifères... J'ai appris à tuer, moi qui avait toujours eu l'habitude d'acheter, de consommer. Je ne vis plus que pour moi. Pour voir le jour se lever demain.

...

48eme jour : J'ai réussi à échapper aux Raptors. Ils sont pourtant très intelligent et leurs manière de coordonné leurs attaque est digne de bons stratèges. La fuite m'a mené jusqu'à un ancien dépôt militaire. J'ai trouvé un bunker ou j'ai pu me mettre temporairement en sécurité.

...


99eme jour : Mes activités sont devenus routine, j'ai appris à subvenir à mes besoins et cela me permet de rester en vie. Mais une découverte exceptionnelle m'a redonné le moral aujourd'hui : des traces de pas. Je ne suis pas seul sur cette île.

...

122eme jour : Rien à faire, je tourne en rond. Peut être ai-je halluciné. Tout meurt sur cette île. A quoi ça sert de chercher ? Personne ne peut être vivant ici. Si quelqu'un avait survécu, il l'aurait déjà trouvé.

...

183eme jour : J'entends un combat dehors, à quelques pas de l'arbre dans lequel j'ai passé la nuit, je pensais que les grands prédateurs ne circulaient pas dans cette parcelle de l'île. Deux rugissements bien distincts. Je me demande qui est l'animal dominateur de l'île. Aux cris, je reconnais un Tyrannosaure.


...

184eme jour : L'odeur nauséabonde qui arrive jusqu'à mon nez m'indique la présence d'une charogne pas très loin et sans doute l'opportunité de récupérer peut être à manger. C'est un spinosaure gigantesque qui git au sol. La mâchoire qui a découpé les cervicales du géant est titanesque. Un bruit. Ce n'est pas un herbivore, je doit déguerpir, tant pis pour la viande, après tout, elle n'était plus comestible.

...

253eme jour : Les raptors sont de nouveaux là, ils me poursuivent, heureusement pour moi j'ai déniché un box pour me réfugier, ils ne m'ont pas vu et j'ai pu m'extirper à temps, avant qu'ils ne saccagent l'endroit. Pourtant je ne peux pas partir, je suis enfin sur d'une chose, quelqu'un vit ici. A en juger les restes, la manière dont la poussière ne s'est pas déposé depuis des mois, il est clair que je n'avais pas rêver l'autre jour. Presque un an passé sur cette île sans aucun contact humain. A en juger les apparences, il était seul lui aussi, et ils avaient partagé plus ou moins le même territoire sans jamais se croiser. Comme tout bon survivant, la personne qui vivait ici allait certainement se montrer, il décida donc de se placer un peu plus en retrait et d'observer.

L'attente ne fut pas longue, un jeune homme se rua sur lui. Heureusement, il avait appris à se battre plus jeune et il maîtrisa rapidement son assaillant, l'assommant presque d'un coup de poing. Le fouillant rapidement, il lui retira son couteau et trouva une photo dans sa poche.

Hasard direz vous ? Non, ce n'était pas possible... Cet homme... Comment pouvait-il posséder la photo de Mr McGready ? Savait-il pour l'expédition ? De quoi était-il au courant exactement ? Les raptors n'étaient pas loin, il lui fallait des réponses :

- Hey ! Réveille toi ! T'es qui ? Et comment as tu eu cette photo ?

_________________

Mes Victimes sont au nombre de ... 14 ... Mais ça devrait bientôt augmenter... Twisted Evil .

PJ tués de ma Main : Brandon Colomes, John Pick, Tony Carmine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Komar McGready

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 06/05/2014
Age : 22

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Jeu 14 Jan 2016 - 16:58

*A terre*, j'étais en train de ma dire que j'avais tenu bon pendant presque un an contre des dinosaures de toutes sortes. Ce n'était pas pour périr au moindre petit coup du premier humain que je croisais... Ça serait trop bête. Mais il fallait se rendre à l'évidence, j'étais trop faible pour supporter une telle charge. Cet homme n'est pas venu me sauver, ce n'était surement pas ce vieux Terrence et encore moins mon abrutis de père !
Qui était-il ? Était-ce lui dont les traces jonchaient les alentours de mon abri de fortune depuis plusieurs semaines ? Toutes ces questions faisaient que je ne pouvais pas me laisser mourir maintenant, il fallait se relever et affronter. Mais je ne peux pas, je n'entend plus rien, si ça se trouve, il s'agit d'un indigène qui est en train de me dévorer vivant. Si ça se trouve il est déjà partit.. Si je le perd, je suis mort, pour de vrai !! Soudain j'entend une voix :

Hey ! Réveille toi ! T'es qui ? Et comment as tu eu cette photo ?

Ouff, il est resté, mais de quoi parle-t-il ? As-t-il mis la main sur la photo du pseudo paternel ? C'est impossible.. J'ouvre enfin les yeux et aperçoit un homme fin mais musclé. Il est sale, très sale, comme moi d'ailleurs, mais il paraît totalement civilisé. Je peine à lui répondre, quelque chose s'est renfermé en moi, je n'ai pas tenu de conversation depuis près de 300 jours ! Mais il faut que ça sorte, ma vie en dépend surement

Je m'appelle Komar McGready, je suis employé.. Enfin plutôt ex employé à mon avis, de Jurrassic Park. Je suis ici depuis qu'un virus s'est déclaré dans le jurassique Garden. J'ai étais sévèrement atteint et j'ai entamé un pèlerinage ici même pour trouver cet homme. Je ne souhaite pas vous dire comment j'ai eu cette photo ni qui est cette personne, tout ce que je peux vous dire c'est qu'elle n'est pas ici !

Je n'arrive pas à comprendre sa question, connaît-il mon père ? Auquel cas ma réaction va lui paraître ridicule, où bien est-il une sorte de flic partis à ma recherche ou à la recherche de mon père ? Si ça se trouve c'est le parc qui l'a engagé pour me retrouver, il est peut-être là depuis aussi longtemps que moi. Et si les traces de pas que j'avais découvert étaient les siennes ?

Ecoutez, j'ai besoin de savoir quelques petites choses. Pour quelles raisons êtes vous ici ? On ne s'aventure pas sur une île gorgée de dinosaures sans mobile, et si le mobile c'est moi j'aimerai vraiment le savoir. Connaissez-vous l'homme sur cette photo ? Et aussi depuis combien de temps êtes vous sur l'île ? J'ai aperçu des traces de pas près de mon box, j'imagine que c'est les votre ?

Il attendait vraiment des réponses, l'épuisement le rendait un peu harassant, et il espérait vraiment savoir qui était cette personne devant lui, il espérait vraiment qu'il était là pour lui !

Au fait, êtes vous un employé du parc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Temps
Admin
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 26/09/2013
Localisation : Dans l'Ombre

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Mer 27 Jan 2016 - 22:30

La survie du plus fort : c'est la loi froide et implacable de la nature. C'est elle qui décide de la vie ou de la mort des animaux du monde sauvage. La cruauté animale vous emmène au coeur de cet univers hostile, à la rencontre des créatures les plus féroces et sans pitié du règne animal. Isla Sorna était l'expression même de la sélection naturelle.

Des réponses, l'homme ne comptait pas lui en donner. Il avait simplement donné son nom et lancé un blabla inutile qui ne lui permettait pas d'en savoir plus.


- "Je m'appelle Komar McGready, je suis employé.. Enfin plutôt ex employé à mon avis, de Jurrassic Park. Je suis ici depuis qu'un virus s'est déclaré dans le jurassique Garden. J'ai étais sévèrement atteint et j'ai entamé un pèlerinage ici même pour trouver cet homme. Je ne souhaite pas vous dire comment j'ai eu cette photo ni qui est cette personne, tout ce que je peux vous dire c'est qu'elle n'est pas ici !
Ecoutez, j'ai besoin de savoir quelques petites choses. Pour quelles raisons êtes vous ici ? On ne s'aventure pas sur une île gorgée de dinosaures sans mobile, et si le mobile c'est moi j'aimerai vraiment le savoir. Connaissez-vous l'homme sur cette photo ? Et aussi depuis combien de temps êtes vous sur l'île ? J'ai aperçu des traces de pas près de mon box, j'imagine que c'est les votre ?"



Il marqua une pause avant de reprendre :

- "Au fait, êtes vous un employé du parc ?"

Pas le temps de discuter, les raptors étaient encore dans le coin.


- "J'ai des réponses à vos questions, mais il va falloir répondre aux miennes. Je sais qui est l'homme sur la photo puisqu'il m'a engagé pour venir sur cette île retrouver quelque chose pour lui. Nous ne devons pas rester là, les raptors sont encore présent. Avez vous un autre endroit ou vous cacher ?"


La forêt. Un paradis pour certains, un fabuleux terrain de chasse pour d'autres. Ils ne pouvaient pas rester là.
Saviez vous que la jungle présente douze machines à tuer terrifiantes qui se cachent dans les épaisses végétations ? Des prédateurs sur-équipés pour survivre, chasser et tuer. Des serpents comme le boomslang, d'une sublime couleur verte, mais au poison fatal. Le Carnotaurus, six mètres de camouflage sur pattes, athlète capable de courir à 60 kilomètres heure en pleine nuit. La fourmi bulldog de 2,5 centimètres, un des insectes les plus venimeux de la planète, capable d'infliger des morsures parfois mortelles à l'homme ! La tarentule Goliath (bird eating spider), la plus grosse araignée du monde animal, un monstre grand comme... une assiette... Car oui, la faune sur cette île n'était pas seulement préhistorique.



_________________

Mes Victimes sont au nombre de ... 14 ... Mais ça devrait bientôt augmenter... Twisted Evil .

PJ tués de ma Main : Brandon Colomes, John Pick, Tony Carmine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Komar McGready

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 06/05/2014
Age : 22

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Dim 7 Fév 2016 - 18:36

Komar était sonné, il n'a pas de réponses, il ne comprend pas au centre de quelle merde il se trouvait, ce qui était sur c'est qu'il aurait des réponses. Son nouvel acolyte lui a promis en tout cas.


J'ai des réponses à vos questions, mais il va falloir répondre aux miennes. Je sais qui est l'homme sur la photo puisqu'il m'a engagé pour venir sur cette île retrouver quelque chose pour lui. Nous ne devons pas rester là, les raptors sont encore présent. Avez vous un autre endroit ou vous cacher ?


Komar a vécu des mois dans ce vieux box inhospitalié, il a vidé toutes les ressources qu'il contenait, plus de conserves, plus d'eau potable, plus de clopes. Juste quelques allumettes, une bougie, des bouteilles de pisse et des rouleaux de PQ vide. Certes il fallait s'y rendre pour la protection qu'il allait nous donner mais c'est surtout devenu un endroit sale et remplis de bidules qui ne servent à rien...
Qu'importe, de toutes manières ils n'allaient que discuter et vite partir, enfin, il l'espère de tout cœur. Il est encore un peu dans les vapes suite aux effets de ce champignon, mais il fallait retrouver son chemin et vite sortir de la forêt.


On va aller dans mon box, vient je t’emmène, mais je veux que tu me promettes que tu vas répondre à mes questions. J'en ai besoin ! Que tout ce que j'ai fais n'ai pas servi à rien...
 

Komar savait que l'homme qui le suivait n'avait aucune raison apparente de répondre à ses questions, mais il le fallait, ces mois entiers sur cette île l'ont certes rendu fou mais il s'est forgé une sacré force mentale, il ne lâcherait rien sans avoir trouvé son père. Il sait qu'il est au centre d'un sacré merdier, surement ayant un lien avec le parc. Tout ce qu'il sait de lui c'est qu'il est riche et qu'il a travaillé dans les affaires. Il a aussi abandonné sa mère et lui à leur sort sans s'occuper d'eux le moins du monde. Il est probable qu'il ai eu d'autres enfants avec une autre femme dans un autre pays. Mais bordel, quel est son lien avec le parc !! Le box est en vue


C'est ici, dépêchons nous d'entrer !


Les deux hommes entrent dans le box, Komar envoie une vieille mousse pour que son compagnon puisse s'asseoir. Il sort une allumette pour allumer le reste d'une bougie qui a déjà bien fonctionné. C'est vraiment le souc dans cet abri, à vrai dire, il n'avait pas penser devoir y revenir un jour, ni recevoir un invité au repas. C'était le moment de discuter, et pas dans l'air, mais d'abord, le manque de nicotine se fait sentir et le naturel revient au galop.


Désolé, mais avant toute chose, aurais-tu quelque chose à fumer ? Peu importe quoi tant que ça fait de la fumée.


Pas de réponse, ça n'allait pas être simple...


Bon ok... Ecoute, je vais pouvoir répondre à tes interrogations, mais on devoir y mettre du notre tous les deux, je répète donc mes questions. Qui est tu ? Comment connais tu l'homme sur cette photo ? Et êtes vous un employé du parc ? Il faut que je sache, cet homme est mon père..


Accablé, il attendait juste qu'on le délivre de ce poids qui pèse sur ces épaules depuis sa naissance... C'était là, tout de suite et maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Temps
Admin
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 26/09/2013
Localisation : Dans l'Ombre

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Dim 14 Fév 2016 - 16:27

Il avait suivi l'autre homme dans un abri de fortune. Ils n'avaient pas été suivi. Heureusement. Il lui demanda si il avait de quoi fumer. Evidemment, non. Il décida donc de s'expliquer un peu plus :


- "Bon ok... Ecoute, je vais pouvoir répondre à tes interrogations, mais on devoir y mettre du notre tous les deux, je répète donc mes questions. Qui est tu ? Comment connais tu l'homme sur cette photo ? Et êtes vous un employé du parc ? Il faut que je sache, cet homme est mon père.."

En apprenant qu'il s'agissait de son père sur la photo, ses appréhensions s’apaisèrent mais pas ses doutes. Ayant saisi les principales interrogation de son interlocuteur, il décida de s'ouvrir un peu plus. Après tout, mieux valait ne pas faire son difficile et de saisir une occasion qui se présentait. Ce n'était pas tous les jours qu'on croisait de l'aide sur Isla Sorna.


- "Je suis Geoffrey Styles, je travail pour ton père, c'est à cause de lui que je me suis retrouvé ici. Tu es son fils ? Il n'en a pourtant jamais parlé... Je ne suis pas employé du parc, j'ai été engagé pour une mission bien spécifique sur l'île. Personne ne nous avait prévenu de ce qu'il y aurait sur cette île... On nous a menti sur notre destination et toute l'expédition y est restée. Je suis le seul survivant..."

Il lui redonna le couteau qu'il lui avait prit.

- "Pardon pour le coup de poing. Cela fait plusieurs mois que je suis ici et je pense que j'ai fini par perdre l'habitude des bonnes manières. As tu entendu parlé des labos au sud de l'île ? On m'a chargé de récupérer une plante particulière... Ils l'appellent "la Tulipe". Elle n'a été utilisée que dans ces labos. Ce serait notre ticket de sortie si on y accédait, mais la zone est en plein milieu d'une piste de dinosaures carnivores. Tu as déjà croisé des Carnotaures ?"


_________________

Mes Victimes sont au nombre de ... 14 ... Mais ça devrait bientôt augmenter... Twisted Evil .

PJ tués de ma Main : Brandon Colomes, John Pick, Tony Carmine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Komar McGready

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 06/05/2014
Age : 22

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Lun 29 Fév 2016 - 0:03

Je suis plutôt impatient, je ne me reconnais pas, je suis vraiment en décomposition mentale mais assez étrangement, je suis prêt à tout pour arriver à mes fins. Je pense qu'on va pouvoir collaborer, cet homme dont je ne connais toujours pas le nom connais mon père, c'est certains ! J'en aurai à mon avis vite la preuve. C'est bizarre, j'agis comme si je ne pourrai jamais revoir le parc. Mais je n'ai pas peur, pas du tout.

- Je suis Geoffrey Styles, je travail pour ton père, c'est à cause de lui que je me suis retrouvé ici. Tu es son fils ? Il n'en a pourtant jamais parlé... Je ne suis pas employé du parc, j'ai été engagé pour une mission bien spécifique sur l'île. Personne ne nous avait prévenu de ce qu'il y aurait sur cette île... On nous a menti sur notre destination et toute l'expédition y est restée. Je suis le seul survivant...

Ca ne m'étonne pas que mon père biologique n'ai jamais parlé de moi. Il ne m'aurait sinon jamais abandonné comme un chien. Enfin, au moins, je pense avoir gagné la confiance de mon interlocuteur qui m'a enfin lâché son nom. Je ne comprend pas vraiment en quoi je vais pouvoir l'aider, j'ai déjà bien eu du mal à survivre, mais en tout cas on sera bien assez de deux pour affronter la faune de l'île. Tout ce que j'ai vu sur cette île m'a permit d'évoluer humainement. Les carnotaures, les T-Rex, les Spinosaures, les Raptors, j'en passe et des meilleurs. Il y en a partout.


Je ne l'ai jamais vu de mon vivant, si ce n'est le jour de ma naissance où il m'a lâchement abandonné en Birmanie, enfin c'est ce qu'on raconte. J'ai fais des rêves terrifiants de lui, il agissait de manière sanglante au Jurrasic Park, et je suis convaincu qu'il est en contacte avec In Gen, ou bien pire. Si je comprend bien, mon père est l'organisateur de ce voyage ? In Gen est au courant ? Où est-il en ce moment ?


Je suis un peu perdu par ses déclaration, j'aimerai comprendre qui est vraiment cet homme et son commanditaire... Le pire c'est que je me demande encore qui est le méchant de l'histoire, à bien y réfléchir, personne n'a vraiment l'air de se soucier de mon départ du parc. Je n'ai croisé aucun employé du parc, l'île est humainement déserte. Je me demande d'ailleurs quels sont les plans d'in gen pour cette île. Et ce projet T dont tout le monde parlait sur le parc avant mon départ. J'ai l'impression étrange que mon père sait des choses à ce sujet, est-il un de ses protagonistes ? C'est probable. J'hésite à en parler à Geoffrey, peut-être un peu plus tard..

- Pardon pour le coup de poing. Cela fait plusieurs mois que je suis ici et je pense que j'ai fini par perdre l'habitude des bonnes manières. As tu entendu parlé des labos au sud de l'île ? On m'a chargé de récupérer une plante particulière... Ils l'appellent "la Tulipe". Elle n'a été utilisée que dans ces labos. Ce serait notre ticket de sortie si on y accédait, mais la zone est en plein milieu d'une piste de dinosaures carnivores. Tu as déjà croisé des Carnotaures ?


In Gen ne m'a jamais parlé de ce qu'il se passait sur cette île, comment pourrais-je deviner une quelconque présence d'infrastructures sur le parc. Bien sur que je me souviens des événements passés et les aventures de Allan Grant et Ian Malcolm notamment, mais comment savoir ce qui a été entrepris depuis


Pas de soucis pour le coup de poing, de toute manière, si ce n'était pas toi c'était moi, nous avons tout deux eu peur. Nous n'avons pas vu d'autre humain depuis presque un an. Je n'ai jamais entendu parlé de ça, In Gen est très discret sur ce qu'il se trame ici. Je te propose qu'on parte tout de suite, je sais que les carnotaures ont pris l'habitude de chasser en forêt le jour, je n'en ai pas vu en dehors. Essayons de l'éviter et ça devrait aller. Je te suis si tu as une idée d'où on va, je te fais confiance


On aller partir pour une aventure qu'on espérait être la dernière de ce périple, il allait falloir jouer serrer, la vie est un cirque et on s'apprête à en entrer dans la cage aux fauves !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Temps
Admin
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 26/09/2013
Localisation : Dans l'Ombre

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Mar 5 Avr 2016 - 22:43

L’homme semblait agité. Impatient. Et peu surpris que son père n’ait pas parlé de lui. Et pour cause puisque Monsieur McGready avait abandonné son fils. Il secoua la tête. Il n’était pas là pour juger son supérieur.

-Je ne l'ai jamais vu de mon vivant, si ce n'est le jour de ma naissance où il m'a lâchement abandonné en Birmanie, enfin c'est ce qu'on raconte. J'ai fais des rêves terrifiants de lui, il agissait de manière sanglante au Jurrasic Park, et je suis convaincu qu'il est en contacte avec In Gen, ou bien pire. Si je comprend bien, mon père est l'organisateur de ce voyage ? In Gen est au courant ? Où est-il en ce moment ?

-Je dirais qu’il a participé à son organisation oui mais il ne l’a pas décidé. InGen n’est en rien au courant de nos activités. Quant à la localisation de votre père je ne peux pas vous en dire plus.

C’était presque cruel de lui dire cela mais les ordres étaient les ordres et il ne pouvait dévoiler où se trouvait McGready. De plus, mieux valait que son fils ignore une partie de tout ce qui se tramait ici. Georges ne comptait pas non plus le tenir dans l’ignorance. Mais il restait prudent et parcimonieux dans ses révélations.
Il en avait dit juste assez pour convaincre le fils de son commanditaire. L’intriguer, lui donner envie de le suivre et de l’aider. Qui sait ce qu’ils trouveraient sur place. Mais il fallait déjà parvenir à se rendre là bas. Et le sud de l’île n’était clairement pas la partie la plus accueillante de l’île. Ils ne seraient pas trop de deux pour surveiller leurs arrières.


-Pas de soucis pour le coup de poing, de toute manière, si ce n'était pas toi c'était moi, nous avons tout deux eu peur. Nous n'avons pas vu d'autre humain depuis presque un an. Je n'ai jamais entendu parlé de ça, In Gen est très discret sur ce qu'il se trame ici. Je te propose qu'on parte tout de suite, je sais que les carnotaures ont pris l'habitude de chasser en forêt le jour, je n'en ai pas vu en dehors. Essayons de l'éviter et ça devrait aller. Je te suis si tu as une idée d'où on va, je te fais confiance.

-Ingen n’a jamais aimé qu’on s’intéresse à ce qui se passe sur cette île non. Ça a toujours été comme ça. Et tant mieux pour nous. Je préfère avoir à me méfier des dinosaures plutôt que d’autres êtres humains. Il indiqua une direction de son bras après avoir regardé le soleil et ajouta : On  part en direction de ce sommet.  Il indiqua du doigt un pic rocheux au sud de l’île. En suivant cette direction ils allaient s’enfoncer encore un peu plus profondément dans la jungle pour peut être atteindre les laboratoires qu’ils cherchaient. Il avait des informations mais il allait tout de même falloir ouvrir l’œil pour ne pas le manquer. Sans attendre que Komar ne réponse, il prit la route et entreprit de questionner son compagnon de route.  Qu’est-ce que c’était ce virus qui a touché le parc ?

_________________

Mes Victimes sont au nombre de ... 14 ... Mais ça devrait bientôt augmenter... Twisted Evil .

PJ tués de ma Main : Brandon Colomes, John Pick, Tony Carmine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Komar McGready

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 06/05/2014
Age : 22

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Ven 29 Juil 2016 - 11:39

Cet homme paraît vraiment sûr de lui, je pense que je ne pouvais pas tomber sur personne plus apte à me sortir de là, même si la peur n'est pas trop présente chez moi, je ne suis à la base que soigneur, je n'ai aucune qualification dans la survie - à la base - sur une île où l'homme n'a plus d'activité réelle depuis des années. Mais ces plusieurs mois de solitude m'ont appris beaucoup de moi même, ils m'ont aussi sérieusement endommagé le cerveau, j'ai vraiment l'impression de devenir fou. Cette impression que je peux déraper à n'importe quel moment, une impression de pouvoir tuer à tout moment aussi. Et puis que dire de ce besoin de vengeance vis-à-vis d'In Gen et de mon père, c'est vraiment quelque chose qui me colle à la peau...

Pour le moment il était nécessaire pour moi de me raccrocher au présent et de suivre cet homme, je me dois de lui faire confiance, et lui aussi doit le faire. Je suis assez lucide sur le fait qu'on doit collaborer pour rester en vie. Après ça, advienne que pourra. On  part en direction de ce sommet. Ok, rien à faire, tant qu'on bouge d'ici, avais-je envie de lui dire. Je le suis sans rien dire. Avec la haine au cœur et cette fameuse impression que rien ne peut nous arrêter.

Alors que les deux hommes marchaient en direction du sommet de cette sorte de grosse colline, Geoffrey décide d'entamer la discussion sur des choses que j'avais plus ou moins chassé de mon cerveau... Qu’est-ce que c’était ce virus qui a touché le parc ?

Je ne sais plus vraiment, on a été affecté avec Terrence à une mission spéciale virus dans le jardin botanique si mes souvenirs sont bons... Le virus était prêt à toucher les animaux du parc, notamment les Pachi si je me souviens bien. Mais finalement on s'est retrouvé touché Terrence et moi. Terrence c'est un peu je t'aime moi non plus depuis mes débuts sur le parc, mais tout ce que je sais c'est qui m'a lâchement abandonné sur le parc, lui et tous les autres employés. Je n'étais plus une priorité. J'ai donc commencé à délirer sous les effets du virus, et je ne sais pas trop comment, mais quelques jours plus tard, j'ai trouvé un moyen de me rendre sur cette île.

L'homme semble surpris par mes paroles, il ne répond pas, il avance, mais je suis certains qu'il m'a écouté... Mon récit est tellement abracadabrantesque.


La vérité c'est que le virus a déclenché des visions, j'ai notamment vu mon père sur cette île associé a des activités que la moralité réprouve. Peu importe ce qu'il fait et sont rapport avec In Gen, je dois le voir lui parler et agir en fonction de ses paroles. Il va payer pour la mal qu'il a fait à maman et moi. Je n'ai plus de nouvelles de ma mère depuis plus d'un an, je ne veux pas que mon voyage ici ait été vain. J'espère qu'arrivé à destination j'en saurai plus sur lui, que tu m'en aura dis un peu plus en tout cas.

Je parle trop, je suis un peu atteint et le rythme de la marche est rapide, la fatigue me rend plus nerveux je crois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Temps
Admin
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 26/09/2013
Localisation : Dans l'Ombre

MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   Mar 1 Nov 2016 - 16:37

Un virus dans le jardin botanique ? Un virus suffisamment souple pour s'adapter et contaminer d'autres organismes qui plus est. Voilà qui avait de quoi inquiéter l'ensemble de l'opinion public de manière durable. Les erreurs et les imprévues étaient monnaie courante dans les expériences du parc , elles l'avaient toujours été. A l'époque, c'était la course contre la montre : il fallait recréer un environnement tout entier et il fallait le créer en un seul coup ou presque. Tout devait être prêt et opérationnel en même temps pour ramener le Jurassique à la vie. Puis s'en était suivi une autre course pour présenter le projet final en tant et en heure et attirer les investisseurs.

Geoffrey se doutait des enjeux qu'affrontait désormais le parc. Les gens attendaient de la nouveauté, du sensationnel à tout prix. La vitesse rime souvent avec précipitation et malfaçon. Une hérésie lorsque que l'expérience mesure 2 mêtres de haut et quelques trois tonnes. Mais dans le monde impitoyable du Jurassic World ou Park comme l'appelait encore Stiles même une plante trop vite intégré à la Flore locale pouvait être fatale.

Le récit de Komar donnait un aperçu des effets de cette précipitation. Le jeune homme avait été touché par ce virus maos pourquoi ne s'était-il pas fait soigner sur le parc ? Avait-il été soigné ou non ? Et si ce n'était pas le cas comment les équipes du parc avaient-elles pu laisser repartir ce jeune homme seul, délirant et sans soin ? Il y avait certaines choses qui le dépassaient vraiment... Georges savait qu'après autant de temps passé sur cette île il n'était plus vraiment sain d'esprit mais McGready le surpassait. Il allait donc devoir demandé de plus amples informations au jeune homme. Et surtout ne pas le brusquer.

-Je suis désolé pour votre mère... Vous n'avez aucune idée de ce qui lui est arrivé ?

Il laissa Komar répondre tout en lui laissant un instant de silence et demanda encore :

-Vous êtes totalement guéri de ce virus rassurez moi ? En ce qui concerne votre père, les informations que je possède sont d'une extrême sensibilité et ne peuvent être communiqué dans l'immédiat. Ces îles toutes entières sont "associés à des activités que la morale réprouve" pour reprendre vos mots.Votre père a pris part à un certain nombre d'entre elles. Quant à ce que nous allons chercher il ne s'agit pas littéralement du projet T mais plutôt de certains éléments liés à son exploitation : échantillons etc... Nous ne souhaitons pas que ces éléments tombent entre les mains avides de ceux  qui recherchent le projet T.

Comme Komar s'était confié à lui et puisque vraisemblablement il allait encore le faire dans les heures qui suivaient Geoffrey poussa plus en avant ces confidences.

-Je ne connais votre père que depuis peu de temps. Deux ans tout au plus et il m'a envoyé sur cette île il y a... Il lui fallut un peu de réflexion pour dater son arrivée ici : Un peu plus de 8 mois. Je ne l'ai rencontré qu'à peu de reprises. Nous devions venir sur cette île recenser la faune et la flore locale. J'ai bossé comme reporter de guerre avant de participer à des expéditions privées. Ton père nous a contacté il y a près de 2 ans pour une mission prévue ici. Durant notre périple il était prévu que nous fassions un crochet pour trouver les élements dont je t'ai parlé. En tant que journaliste, il savait que j'allais fouiner un peu partout. Il nous a fourni tout ce qu'il nous fallait pour mettre la main dessus.

Il prit une pause car la suite de l'histoire était encore un peu trop présente dans sa mémoire et enchaîna difficilement : l'expédition au complet a été décimé comme je te l'ai déjà dis. Tout seul je ne pouvais pas survivre et mener mon enquête et encore moins trouver un moyen pour m'enfuir. Mais puisque tu es là ça change la donne... On va mener cette mission à bien et trouver un moyen de sortir de cette île maudite ! Ensuite on ira donner de nos nouvelles à ton satané père.... Il a dû penser que comme je n'avais pas refais surface c'est que les secrets du projet T était bien gardé mais je n'ai pas dis mon dernier mot !



_________________

Mes Victimes sont au nombre de ... 14 ... Mais ça devrait bientôt augmenter... Twisted Evil .

PJ tués de ma Main : Brandon Colomes, John Pick, Tony Carmine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal d'un marginal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal d'un marginal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Journal d'un marginal
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» IMPORTANT : Journal recrute rédacteurs
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: L'Univers :: Site B : Isla Sorna - Las Cinco Muertes :: Cœur de l'île [Zone Non Sécurisée] :: Jungle Sombre-
Sauter vers: