Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre V : Rencontres Inattendues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mar 23 Juin 2015 - 3:51


« Le 4 septembre 2013 »



      Des questions qui tournent en rond dans une sorte d'acheminement burlesque mais, pour Cole, elles étaient là et elles avaient une raison, une importance. C’était d’ailleurs peut-être la seule chose qui avait une importance pour lui en ce moment. Des réponses, il voulait simplement des réponses. L’inconnu du téléphone ne lui avait toujours pas donné ce qu’il voulait, il ne s’était pas re-manifesté d’ailleurs. Il n’avait pas eu de nouvelles de Luc non plus. Cole se bourrait donc de questions pour simplement éviter de penser, de penser à ce que Shaélynn avait fait, penser à ce qu'il n'avait plus, à ce qu’il avait perdu, encore et toujours ressassés les événements. Pourquoi avait-elle fait ça ? Il n'y avait qu'un seul pas entre l'amour et la souffrance. Pourquoi l'avait-il franchi ? Il savait au fond de lui que quelque chose avait changé, qu’il était différent et que tout serait « étrange » à ces yeux désormais. Il ne s’en souciait pas. Il ne parlait presque plus avec ses collègues et il s’était littéralement renfermé sur lui-même. La solitude rend insociable, l’insociabilité conduit à la solitude : un cercle vicieux dans lequel il se trouvait. Ainsi, Cole marchait, comme bien souvent ses derniers temps, sans se soucier de ses besoins vitaux mais il y avait des fois où l’instinct pour ainsi dire, reprenait le dessus. Il s'était écarté du chemin et marchait désormais près de la forêt, lorsqu'un buisson à côté de lui se mit à bouger tout d’un coup. Sa curiosité prenant le dessus sur sa peur, il s’approcha de ce petit arbre en question car dans ce mouvement bref il n’y avait rien de naturel. Il se rapprocha davantage, derrière se trouvait quelques choses que personne n’aurait pu suggérer. Cole s’attendait à un animal ou bien à un dinosaure, même à son imagination mais il y trouva des traces de pas … Tout de suite, les pensées du jeune homme s’enflammèrent et il s’imagina sur la piste d’un espion travaillant pour une société secrète. Biosyn ? K-C ? Une entreprise quelconque. Quelques choses de nouveau et qui apportait dès cet instant un peu plus de piment dans sa vie. C’est donc après quelques secondes de réflexion que Cole se décida à suivre ses empreintes, il avait du temps devant lui. Il avait beaucoup de temps.


Une demi-heure était passée déjà et il n'avait absolument rien trouvé. La jungle semblait impénétrable et il n'avait croisé que quelques animaux et encore, ils fuyaient bien avant qu’ils puissent les voir. Ils étaient ni discret, ni silencieux, il n’était pas un traqueur ou un chasseur mais au moins il essayait. Chacun de ses pas faisaient craquer des branches et des feuilles mortes, il se contentait de mettre ses deux pieds lourds devant lui sans se soucier du bruit qu’il faisait quand soudain, sans qu’il ne s’y attende, il tomba vers l’avant, face contre terre. A peine eut-il le temps de se retourner qu’une forme indistincte, rapide et vif se posa sur lui et lui planta une sorte de couteau sous la gorge… Il s’était fait avoir à sa plus grande surprise et à son plus grand étonnement par… Une petite fille. Elle portait des vêtements abîmés et avait des cheveux sales. Sa chevelure gardait une teinte blonde malgré la poussière, les bouts de terre séchés et les brindilles qui s’entremêlaient ici et là. En réalité, la totalité de son corps était parsemé de terre et on aurait presque dit qu’il s’agissait d’une sorte de camouflage militaire. Cette fille aux yeux vairons avait un regard froid et dur qui montrait en elle une sorte de détermination malsaine. On pouvait voir aussi qu’elle savait parfaitement ce qu’elle faisait et qu’elle avait bien toute sa tête ce qui ne rassurait pas le jeune homme. Cole ignorait si des peuples aborigènes avaient vécu sur l’île, si certains de ses peuples étaient restés cloîtrés au fond de la forêt et ce n’était pas ce qui l’importait pour l’instant.


- « Pourquoi vous m’avez suivi ? »


Dès ses premiers mots, sa voix montrait une certaine maturité inattendue chez une fille de son âge. Elle devait avoir onze ou douze ans, pas plus…


- « Je… Je ne te suivais pas, j’ai vue des traces et j’ai cru que tu étais une espionne ou je-ne-sais-quoi… Qu’es ce que toi tu fais ici ? Comment t’appelles-tu ? Moi c’est… »

- « Je sais qui vous êtes ! Je m'appelle Windy et je vis ici ! Mais c'est moi qui pose les questions ! »

- « Mais… mais… ? Comment ça tu sais qui je suis ? Et depuis combien de temps tu vis ici ? Tu es seule ? Pourquoi vis-tu ici ? »

- « Je le sais parce que je vous observe depuis quelques temps. Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là et je suis seule oui… Maintenant, JE pose les questions si vous le permettez ! »


Cole était curieux mais visiblement pas autant que cette fille. Elle s’était maintenant assis sur le côté, toujours une main sur l’épaule du guide, toujours le couteau sous sa gorge. Tout ça était insensé … Une petite fille vivant seule dans la jungle sans que personne ne la recherche, sans que personne ne l’ai vu, aperçu… Tout ça paraissait inconcevable et pourtant elle était bien là … Elle était polie et parlait très bien. Malgré la menace, le jeune homme restait confiant et posait des questions.


- « Mais… Pourquoi ? Je veux dire… Tes parents ne te recherchent pas ? »

- « Je n’ai pas de parents. Arrêtez avec vos questions ! S’il vous plaît !»

- « Très bien… Très bien… Mais dis-moi pourquoi tu es ici ? Qu’est-ce que tu fais ici ? »

- « Je ne sais pas vraiment, je me suis enfuis… Habituellement je ne parle pas aux inconnus, je ne les aime pas, ils me font peur… »

- « Je … Tu t’es enfui ? », Cole jeta un coup d’œil à gauche puis à droite et ajouta. « Mais de où ? »

- « Je ne sais pas. »

C’est après une longue discussion avec elle que la petite fille l’avait raccompagné jusqu’à l’orée de la jungle et qu’elle était repartis aussi vite qu'elle le pouvait jusqu’à disparaître dans la noirceur de la végétation dense. Il était chamboulé et impressionné en même temps … Elle se nourrissait et vivait seul. Elle bougeait chaque soir mais ne s’éloignait pas trop du parc pour pouvoir s’approvisionner en restes facilement. Elle ne savait pas pourquoi ni d'où mais elle s'était enfuie et, de ses mots, elle savait qu'elle devait se cacher. De quoi ? De qui ? Pourquoi ? Quoi qu'il en soit, elle ne s’était jamais fais voir jusqu’à aujourd’hui. Cole se devait de la ramener, de l’aider. Il ne pouvait pas la laisser seul ici dans cette jungle hostile et sombre. C’était une envie, un besoin humain que de s’occuper de cette petite. Il ignorait toujours son nom et… Personne ne voudrait le croire… Qu'est-ce qu'il faisait ici à se promener au lieu de se trouver dans son bureau ? Tout ça était très étrange et Cole voulait en savoir plus, sa soif de curiosité l’appelait à s’intéresser à cette enfant pour découvrir le fin mot de l’histoire. D’ici là, il ne devait en parler à personne, elle lui avait proposé de se revoir un jour lorsqu'elle l'aurait décidé. Il lui avait demandé alors comment il saurait quand il s'agirait du bon moment et elle lui avait simplement répondu « Vous saurez ». Étrange, énigmatique et secrète… Quel secret pouvait-elle renfermer ? Qui était-elle ? Comment s'appelait-elle ? Pourquoi est-ce qu’elle était là ? Il voulait le découvrir… Ainsi, c’est rempli de questions qu’il se dirigea vers son bureau où une plus grande surprise l’attendait…

_________________

Neuf roses



Dernière édition par Cole Hudson le Jeu 25 Juin 2015 - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Jeu 25 Juin 2015 - 19:54

Priscilla était arrivée il y a quelques jours à peine. Le temps de se remettre du décalage horaire et de s'habituer au climat, d'aménager un peu son bungalow en autre chose qu'un appartement témoin sans âme et de défaire ses quelques bagages. Elle était en fait impatiente de commencer à travailler Jurassic World était non seulement son premier vrai poste en CDI et tout, mais aussi offrait un cadre de travail qui la fascinait. Elle aurait pu finir secrétaire de direction dans un groupe de manufacture automobile, ou dans un cabinet d'avocats. Ça aurait été beaucoup moins excitant qu'un parc d'attraction. Et quel parc ! Elle n'avait rien contre certains personnages de dessin animé, mais clairement, ils ne tenaient pas la route face à des dinosaures ! Jurassic World, c'était le chaînon manquant entre le parce d'attraction et le zoo. De plus, la philosophie d'Ingen, insuflée par John Hammond, changeait radicalement. Pas du profit, mais de l'émerveillement, du respect et de la compréhension. Pour quelqu'un d'aussi idéaliste, si ce n'était niais comme Priscilla, il n'y avait pas mieux.

Vêtue de son plus beau tailleur noir, avec ses taillons porte-bonheur – ah, la vie à Paris avait eu du bon. Ça et l'accès aux cartes de crédits de Papa – la jeune femme se sentait prête à relever tous les défis.
Cependant, elle était loin de s'imaginer que le premier serait de se familiariser toute seule au bureau. Son patron, vice-gérante du parc, un certain Cole Hudson, n'était pas présent. Ce fut donc en solitaire qu'elle fit le tour de la pièce qu'elle partageait avec l'inconnu du jour. Heureusement, un membre du service « informatique » vint lui configurer son PC, de telle sorte que rapidement, elle eut accès au planning, aux dossiers et tout le cirque.
Ce n'était pas le boulot qui manquait. Cole Hudson semblait, à ce que Cici pouvait en juger, avoir porter un intérêt particulier aux animaux, aux enclos, aux soigneurs. A la logistique animale du parc en fait. Ce n'était pas un mal : après tout, Jurassic World tournait autour des dinosaures. Mais il y avait aussi toute la partie administrative : les recrutements, le marketing, les réunions de management, la mise en place des plannings des équipes, l'approvisionnement de la cantine des employés, les commandes de travaux, l'entretien des bungalows des employés. Tout cela était aussi du ressort du duo Hudson-Kensignton, pendant que Claire Dearing se chargeait, avec son équipe, de la stratégie et de la gestion à haut niveau du parc.
La team « quotidien du parc » était évidemment en retard, et Cici n'allait pas le permettre. Oh que non ! Sa boîte mail débordait de messages de différents services, la comptabilité notamment. Pas de temps à perdre. Retroussant mentalement ses manches (on ne froisse pas le lin, non!!!), elle s'attaqua à la première demande. Elle avait donc la tête dans le casier « RH », à classer les feuilles de déclarations d'embauche, pour faire le point sur les documents à envoyer à l’administration étatique dont dépendait le Parc -ah les impôts. Ça ils ne vous oubliaient jamais – quand Cole entra.

- « Voyons... Pernish, j'ai. Thompson, OK. Garcia... où est Garcia ?... Mais pourquoi est-ce que ce n'est pas rangé alphabétiquement ? Quel abruti a fait ce classement, on se le demande ! » se disait-elle à mi-voix alors qu'elle tentait de mettre la main sur les dossiers désirés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mar 30 Juin 2015 - 16:53

Ainsi, c'est pleins de bonnes volontés et de quelques questions à en perdre les cheveux que Cole se dirigeait vers ses locaux, son bon vieux bureau. En vérité, c'était peut-être la seule chose qui lui restait en fin de compte puisque son titre avait subitement perdu de sa valeur. Pour commencer, il était désormais passé second, donc, d'une certaine façon, plus autant de tâches importantes lui étaient confié. Claire Dearing l'avait remplacé et elle avait, selon les administrateurs, reprit les choses en main. Ensuite, les employés le snobaient complètement. Malgré l'enquête qui avait été faite sur lui, les gens ne parvenaient pas à se mettre en tête qu'il n'avait rien à voir avec Biosyn ou quelconque sociétés secrètes et malsaines. On essayait de faire de lui une personne qu'il n'était pas et c'était probablement la pire des choses. Il aurait pu tout abandonner et partir loin d'ici mais il avait trop de fiertés et surtout trop d'histoires ici sur Isla Nublar pour passer son chemin simplement à cause de la stupidité de certains. Et puis, le Jurassic World c'était un projet, une opportunité qu'il ne pouvait abandonner. C'était un atour pour sa carrière qu'il ne pouvait négligé. Alors oui, son bureau restait tout ce qui lui restait, c'était la trace de son passage, de son passé, de son histoire et surtout le seul compagnon qui lui restait réellement. Mais il se battrait, il irait jusqu'au bout de ses convictions jusqu'à ce que tout ça se tasse un peu. Une fois que le parc aurait ouvert ses portes, ça irait beaucoup mieux. C'était ça le projet.

       II poussait les portes du bâtiment et lança un « 'jour » à la mademoiselle derrière son comptoir, elle se contenta de le dévisager avec un sourire gêné. Cole ne comprit pas de suite la grimace qu'elle lui adressa puisque habituellement elle marmonne au moins une fois pour lui répondre. Il se contenta de continuer sa route dans l'enceinte de l'édifice qui avait été depuis légèrement agrandit mais aussi modernisé. Merci à Mr. Masrani comme les gens disaient souvent ces derniers temps. C'est lorsqu'il se trouva sur la pallier de son bureau que la vérité le frappa légèrement au visage. Une jeune femme qui devait avoir entre vingt et trente ans maximum se trouvait là, assises, dans son bureau.


- « Voyons... Pernish, j'ai. Thompson, OK. Garcia... où est Garcia ?... Mais pourquoi est-ce que ce n'est pas rangé alphabétiquement ? Quel abruti a fait ce classement, on se le demande ! »


       Le premier choc fut probablement de voir et de réaliser que son canapé avait légèrement changé mais que, en plus de cela, il avait été déplacé pour être remplacer par un autre bureau. D'un air dubitatif, il fit mine de rien et marcha jusqu'au sien. Il s'assit et observa un instant la jeune femme qui se trouvait parfaitement en face de lui. Qui était -elle? Dans l’impossibilité de concevoir sa présence, il fut presque tenter d'utiliser une règle, un crayon ou n'importe quoi pour lui jeter dessus afin de vérifier son existence. Il cligna vaguement des yeux d'une manière un peu exagérée, se frotta ensuite le visage puis, après un haussement d'épaule, alluma son ordinateur. Le second choc... Qui était l'abruti ? C'était la question qu'il se demandait encore... En l’occurrence, Cole était bel et bien l'abruti qui n'avait pas classé ses dossiers par ordre alphabétique. C'était en projet pourtant mais il n'avait pas pris la peine de le faire... D'une petite voix intimidée, il glissa de la manière la plus neutre possible :


- « 'jour. »


Et il ajouta à tout hasard.


- « Vous êtes la nouvelle ? »


Évidemment qu'elle était nouvelle, question de bons sens, mais ça faisait la conversation et il fallait bien commencer quelques parts. Tout ceci n'avait aucun sens et il ne l'expliquait pas mais après sa rencontre avec Windy il commençait sérieusement à douter de lui. Il rajouta donc :


- « C'est étrange... Hum... », dit-il en faisant semblant de consulter son ordinateur et en se frottant le menton. « On ne m'a pas tenu au courant de votre venue, je n'ai rien préparé pour l'occasion... »


Son ordinateur allumé sur son fond d'écran, il ft mine de cliquer un instant à gauche puis à droite. On entendait le bourdonnement incessant des appareils électriques, un silence régnait, la climatisation vrombissait dans la pièce. Est-ce qu'il y avait une seule chance pour qu'il comprenne ce qu'il était en train de se passer ?


- «  Alors, hum », il s'éclaircit la voix d'un air gêné et poursuit. « Mademoiselle... Hum... Quelles sont vos qualifications, vos références ? Vous vous êtes bien installé ? »


D'une manière ou d'une autre il allait bien savoir qui elle était. Il regrettait déjà d'être rentrer dans son bureau et surtout d'avoir engagé la conversation... Avait-il eu tord ? Sans réellement savoir pourquoi, cette femme l'intimidait...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Sam 4 Juil 2015 - 11:16

L'arrivée de celui que Cici ne connaissait pas encore comme étant son patron avait été insidieuse.  Plongée dans ses dossiers et sa traque des employés, elle n'avait pas fait attention. Il avait ainsi donc pu marcher jusqu'à son bureau sans être remarqué, et quelque part, on pourrait croire, vu de l'extérieur, que la jeune femme dénigrait la présence même de Cole. Son « bonjour », aussi discret fut-il, la fit sursauter, manquant de lui faire lâcher la pile de dossiers qu'elle tenait en un équilibre précaire, éparpillant ainsi leur contenu. Quelle chance, elle arriva à se reprendre. Le temps pour elle de se stabiliser, se redresser, déposer sur son bureau les pochettes, Cole avait continué à parler, presque tout seul.

- « Bonjour, » salua-t-elle avec un sourire qu'elle souhaitait professionnel, mais qui trahissait à la fois son excitation et sa nervosité du premier jour. « … vous devez être Cole Hudson ? »
Alors qu'elle commençait à marcher vers son bureau pour lui serrer la main, Cici fut prise d'un doute soudain. Sa dernière phrase... allait-il la prendre comme un reproche envers son manque d'éducation flagrant – on n'interroge pas une femme sur son identité sans s'être présenté soi-même. Et puis... comment ça, il n'était pas au courant de son arrivée ? InGen à San Diego, Californie, Etats-Unis d'Amérique, siège social du Jurrasic Park avait forcément dû le prévenir, ne serait-ce par un mail. Tout le monde semblait au courant de son arrivée. Depuis le staff de la sécurité qui avait un badge électronique d'employé prêt pour elle, la logistique qui avait aménagé un appartement, et le service informatique qui avait pré-configuré son PC. Donc, c'était bien lui. D'un autre côté, quand on prenait deux secondes pour réfléchir, ça collait avec le personnage qui se contentait de mettre les dossiers des employés les uns après les autres, au fur et à mesure de leur embauche, et non pas alphabétiquement.

- « ….... » Pour un peu, elle en aurait trébucher sur un repli non existant de la moquette. « Je suis Priscilla Kensington, l'assistante de direction de M. Hudson. Enfin, la vôtre, je crois.... si ? » L'attitude presque déconnectée de Cole la mettait terriblement mal à l'aise. Il lui donnait l'impression de s'en foutre totalement, de sa venue ou pas. Comme si elle n'avait pas d'importance, qu'elle fût là ou non ne changeait pas grand chose à sa vie, telle qu'il entendait la mener. Ce qui attisa un peu l'aiguillon de l'orgueil en elle. Oh, elle en avait beaucoup, mais la vie en tant qu'anonyme petite étudiante à Paris – bien que riche – avait enseigné à Princess Cici l'humilité. Mais ça, c'était avant qu'elle ne mûrît un peu. « Tous les détails de mon parcours et ma scolarité sont sûrement dans mon dossier RH. Et les détails de mes missions sont sur ma fiche de poste... que vous avez forcément approuvé... non ? »

Il la déstabilisait. Complètement. A moins qu'il ne fût en train de la tester ? Déjà, comme ça, alors que les présentations n'étaient même pas faites ? Ah, s'il voulait se contenter d'une relation exclusivement professionnelle, elle allait lui donner du professionnel. Pas de problème. Dommage, cependant. Cici avait espéré pouvoir nouer une relation de confiance fondée sur une sorte d'amitié respectueuse avec son patron. Enfin, rien ne venait tout cru dans la bouche du pélican, n'est-ce pas ?
Elle se redressa, se campant sur ses talons-aiguilles et enfila son « masque » de parfaite petite assistante de direction :
- « Je suis en train de répondre aux demandes urgences du service RH concernant les employés. Et je pense que la priorité la plus urgente est de préparer la réunion avec les représentants du personnel à 13h00 cet après-midi. Je n'ai trouvé aucune information sur le serveur, peut-être tous les documents sont sur votre PC ? »
Elle espérait qu'il comprendrait qu'il allait devoir apprendre, et rapidement, à partager les informations, mails, pièces jointes, etc. Désormais, il formait un duo avec elle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Jeu 9 Juil 2015 - 20:21

Cole était légèrement perturbé. Sans laisser transparaître aucune émotion, il restait légèrement dépassé et désemparé par tout ces événements. Après son coma, et cela remontait déjà à neuf mois, on ne lui avait clairement affecté une charge moindre de boulot et il avait même touché une prime, surtout pour rembourser les frais médicaux que l'entreprise ne pouvait se permettre de les payer directement aux risques de mettre à jour les nombreuses catastrophes et les problèmes du parc même si InGen n'était pas vraiment responsable. Alors que son état s'amélioraient, la naissance d'un nouveau projet et l'arrivée surprise de Claire Dearing avait légèrement la donne même s'il est vrai que l'enquête qu'on avait mené sur lui y était pour beaucoup de choses. Voir qu'on l'avait remis en question du jour au lendemain l'avait vraiment vexé et outré mais voir que désormais et tout d'un coup on essayait de le remettre en jeu le contrariait davantage et le rendait méfiant. C'était comme s'il s'agissait d'un test ou d'un piège. Qui était-elle pour lui ? Sa secrétaire ? Son assistante ? Son bras droit ? Tout était très flou, très étrange. Il avait aucune idée de ce qu'il pouvait bien y faire, est-ce qu'il n'était pas le moment de montrer de quoi il était capable ? Peut-être qu'en faisant ses preuves on le placerait sur un projet annexe et transversale de l'entreprise comme le Sea Life. Cole était dépassé, comment devait-il réagir dans une situation comme celle là ?


- « Bonjour, », elle sourit et il en fit de même même s'il trahissait un peu son anxiété et elle poursuivit. « ...vous devez être Cole Hudson ? »


Il appuya sa réponse d'un hochement de tête et se pencha à nouveau sur ses mails à la recherche d'une réponse. Puis elle se leva, elle venait dans sa direction et Cole eut un léger sursaut de surprise, se redressa et se leva à son tour. Ils échangèrent une poignée de main gênée et elle dit dans le même temps.


- « Je suis Priscilla Kensington, l'assistante de direction de M. Hudson. Enfin, la vôtre, je crois.... si ? »


Cole ne put s'empêcher de la regarder de bas en haut, il ne la dévisageait pas, il l'observait seulement, il n'avait pas pu la voir d'aussi près depuis son arrivée dans la pièce. Priscilla devait avoir la vingtaine ou peut-être plus. Elle était vêtue d'une tailleur noir qui laissait transparaître formes généreuses, un chemisier qui attirait le regard des hommes et des talons qui à chacun de ses pas faisaient osciller ses hanches et rebondir sa poitrine. Ses cheveux étaient légèrement ondulés et soignés. Elle était assez grande mais son corps semblait rester proportionner, ses hanches étaient rebondit et ses jambes n'étaient ni trop longues, ni trop courtes. On pouvait le dire, Priscilla était un jolie femme. Il recula d'un pas, comme intimidé par la mademoiselle, il fit un mouvement de tête pour valider  ses dire. Il n'était pas sûr de savoir comment il pouvait réagir à tout ça.


- « Tous les détails de mon parcours et ma scolarité sont sûrement dans mon dossier RH. Et les détails de mes missions sont sur ma fiche de poste... que vous avez forcément approuvé... non ? »


De toute évidence, on ne lui avait pas demandé son avis, on lui avait mis des bâtons dans les roues ou on lui avait imposé une nouvelle manière de travailler. Il ignorait tout de cette femme et il ne savait pas du tout comment accéder à toutes ses informations... Pourquoi n'avait-il pas classé ses dossiers par ordre alphabétique d'ailleurs ? C'était  pourtant d'une simplicité et surtout d'une logique implacable. La honte... durant un instant il faillit rougir. Pourquoi ? Il était son supérieur d'une certaine façon non ? Alors pourquoi était-il aussi intimidé  par cette femme ? Qu'avait-elle de si particulier ? D'aussi exceptionnelle ? Elle était plutôt  jolie, certes, mais cela ne faisait pas tout. Elle avait l'air plutôt strict et sérieuse, elle n'était pas là pour plaisanter. Elle n'avait même répondu à toutes ses questions, ne pouvait-il pas lui poser des questions ? Cherchait-elle une relation strictement professionnelle ? Pouvait-il, comme à son habitude, mener un véritable interrogatoire ? Et que devait-il répondre à ça ? Mais elle ne s'arrêtait pas là...


- « Je suis en train de répondre aux demandes urgences du service RH concernant les employés. Et je pense que la priorité la plus urgente est de préparer la réunion avec les représentants du personnel à 13h00 cet après-midi. Je n'ai trouvé aucune information sur le serveur, peut-être tous les documents sont sur votre PC ? »


Cette femme était une véritable apparition, un tour de magie. Du jour au lendemain elle était arrivée et elle semblait déterminée à rester. Cole prit une longue inspiration et se rassit sur sa chaise, ouvrit sa boîte mail et prononça quelques mots...


- «  Enchanté Priscilla ! » dit-il d'un sourire gêné encore une fois. « Je suis bel et bien Cole Hudson... Je... Je n'ai reçu aucune information concernant cette réunion » dit-il d'un air dépité, puis il finit par rougir bêtement, emplit de honte. « Je suis désolé, je suis un peu gêné par cette situation mais j'ai repris le boulot il n'y a pas si vieux que ça et puis ces derniers temps c'est relativement calme pour moi comme vous le savez probablement déjà... Vous êtes là, quoi ? Depuis quelques heures, et vous avez déjà plus de boulot que moi en un mois... Je peux vous tutoyer ? »


Il l'invita à prendre une chaise et à se mettre à côté de lui...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mer 15 Juil 2015 - 18:42

Priscilla était loin d'être une experte en psychologie humaine. Elle manquait d'expérience en ce domaine. Par contre, elle n'avait pas besoin de plus que ces études et ses stages pour savoir que Cole Hudson n'était pas à l'aise. Par contre, elle ne comprenait pas pourquoi. Il était son aîné de quelques années, et possédait une connaissance parfaite du parc, alors qu'elle n'était qu'une jeune débutant dans son premier poste, pour qui différencier un machin-orus d'un bidule-saure restait encore un exploit.

De la même façon qu'il l'avait examinée, elle le décortiqua. Depuis ses cernes sous des yeux bleus qui avaient dû être pétillants avant d'être mornes, ses cheveux mal coiffés avec un grand besoin d'un passage chez le coiffeur, des « fringues » bon marché qui pressentaient l'homme de terrain préférant l'utilitaire résistant à la présentation bureaucrate, jusqu'à la terre sous ses ongles. Ça, et ses aveux, et Priscilla comprit qu'elle avait devant elle un homme qui n'était juste pas à sa place. Sûrement avait-il d'énormes qualités, en tant que chef d'équipe ou autre. Mais sa place n'était pas derrière un bureau. Plutôt au volant d'une de ces jeep, en train de gérer les travaux ou la sécurité. Que faisait-il à ce poste ? Peut-être avait-il un handicap physique qui l'éloignait de son affinité ? Ou avait-il été promu à l'encontre du bon sens ? Cici avait étudié ce cas, dans son module RH : les grandes firmes qui pensaient que tout le monde visait un emploi de chef de service, le nec plus ultra étant de monter le plus haut possible. Sauf que le plus haut, c'était toujours derrière un bureau, généralement de bois de noyer ou autre, ou derrière une table de restaurant étoilé, à serrer des paluches avec des sénateurs ou des investisseurs.

Prise à contre-pieds par cette découverte, encore plus déstabilisée par les aveux candides de son chef qui était censé la former, la jeune femme cligna des yeux, balbutia deux-trois syllables sans sens avant de se reprendre.
- « Euh---je---en f--- Oui, vous pouvez me tutoyer. » finit-elle par répondre en s'installant à côté de Cole. Elle prit sa tablette – merci les joies de la technologie, c'en était fini du vieux calepin-crayon ! - prête à prendre des notes sur... sur ce qui allait se passer. Vint le moment de formuler ses proches paroles, avec le plus grand soin. « Je ne pense pas être si douée que ça. C'est juste que l'administratif, c'est mon domaine de compétence. C'est pour ça que j'ai été embauchée. » Ce qui n'était pas étonnant, maintenant qu'elle voyait comment M. Hudson travaillait. « Si j'ai bien compris, le parc entre dans sa phase opérationnelle, donc vous allez avoir de moins en moins de travail de terrain, et de plus en plus de tâches administrative. Vous êtes comme... un super chef d'équipe, non ? En tant que vice-gestionnaire, j'ai cru comprendre que vous aviez surtout la responsabilité de la gestion quotidienne, pendant que Miss Denning s'occupe de la stratégie globale en lien avec Ingen ? »

Pour elle, c'était autant de perches qu'elle lui tendait pour qu'il lui parlât de ce à quoi il occupait ses journées. D'un coup d’œil, elle scanna son écran d'ordinateur et comprit en voyant la longue liste de mails non ouverts – la quasi totalité de l'écran en fait – que son patron venait réellement de reprendre son poste après une longue absence, sans personne pour le suppléer. Ce qui voulait dire que les équipes avaient dû se débrouiller sans lui, et ça, ce n'était pas bien. Un chef devait être un pivot, la clé de voûte sans qui tout s'écroulait. A en juger par son teint défait, Cole Hudson avait eu une maladie quelconque. Pour autant qu'elle en jugeât, il ne boitait pas, pas plus qu'il ne lui manquait un bras ou un œil. Ni sourd, ni aveugle, ni muet. Si handicap il avait, il n'était pas visible, voire même, non physique.

Ah, c'était bien sa chance, tiens. Tomber sur un éclopé dès son premier boulot...

- « Donc, par où voulez-vous commencer ? »
Coûte que coûte, Cici resterait professionnel. Un défi comme ça, ça ne lui faisait pas peur. Elle espérait juste que « tout ça » que représentait Cole Hudson n'était pas 'que' la partie émergée de l'iceberg. Si il y avait plus dessous, elle ne garantissait plus rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mer 22 Juil 2015 - 19:27

Priscilla venait de s'installer à côté de lui, elle prit sa tablette en main et se prépara à écrire on ne sait quoi, à prendre des notes à tout va et à faire probablement un rapport sur lui et sa manière de travailler exceptionnellement. Elle balbutia un instant et reprit sur un ton calme et professionnel. Quelque soit sa fonction, elle semblait la prendre très à cœur et très au sérieux et Cole se résigna à l’embêter avec sa curiosité. La phase opérationnelle, c'était un peu ça sauf qu'elle ne semblait pas réellement comprendre que Cole n'était pas tellement fait pour les tâches administratifs. Il était plutôt du genre à improviser sur le terrain, à tirer des conclusions et à agir en conséquence, à animer les troupes et à donner des directives. Il n'aimait pas éplucher la paperasse, à lire des documents, etc... Est-ce que c'était pour ça que cette jeune femme que l'on avait embauché ? Elle avait tout compris mais ça allait bien plus loin que ça encore puisque la gestion quotidienne était elle aussi principalement distribué à l'intégralité des équipes et plus particulièrement les chefs de section donc ça charge de travail était minimale. Quand aux stratégies établies par Clair Dearing, on ne lui en faisait part très rarement et uniquement entre deux chasses d'eaux devant le lavabo des toilettes pour homme. Il acquiesça simplement  pour lui montrer qu'elle avait saisit la chose et elle poursuivit.


- « Donc, par où vous voulez commencer ? »
- « Et si vous me parliez un peu de cette fameuse réunion, celle dont vous me parliez tout à l'heure. Est-ce que vous savez quels seront les conviés ? Est-ce que des clients ou des partenaires seront présents ? Est-ce que vous connaissez éventuellement le programme de cette réunion ? Comme vous l'aurez vu, j'ai un peu de mal à suivre mes mails et à me tenir au courant de tout. Je préfère superviser les choses sur place et j'irai donc pas jusqu'à dire que je suis un super chef d'équipe... », il rougit légèrement.


       Quelques parts au fond de lui et sans vraiment savoir pourquoi, il ne voulait pas la décevoir si bien qu'il ignora son petit lapsus concernant Mademoiselle Dearing. Il ne la connaissait pas du tout et il avait même à priori des difficultés à la comprendre et à ressentir un certain feeling, un quelque chose. Certes, elle était plutôt mignonne et ça il l'avait déjà dit, déjà pensé mais elle semblait presque dédaigneuse, enfin Cole avait l'impression de passer un imbécile à ses côtés et ça le mettait profondément mal à l'aise encore une fois. Elle avait autorisé qu'il le tutoie mais elle, de son côté, continuait à le vouvoyer. Devait-il insister en l'invitant à le faire ou devait-il laisser courir ? C'était d'un compliqué, il avait l'impression de ne pas pouvoir faire ce qu'il voulait, de ne pas appartenir à cette planète ou à cette dimension. Depuis combien de temps n'avait-il pas eu une discussion avec quelqu'un ? Ses pensées ne pouvaient l'empêcher de plonger dans son passé et à penser à Shaélynn. Elle lui manquait encore terriblement et pourtant cela faisait déjà presque un an, neuf mois approximativement. Il fit mine de réfléchir et se gratta le menton habillé d'une barbe de quelques jours. Il poursuivit.


- « Vous savez quel est mon rôle dans cette réunion ? Et j'insiste, vous pouvez me tutoyer vous aussi... », il fit un petit sourire et se pencha sur son ordinateur un peu plus.


     Il n'avait pas trop répondu à tout ce qui concernait son rôle et il espérait ne pas devoir s'étendre trop là-dessus. Il n'avait en fait pas du tout envie de parler de lui, il souhaitait simplement en savoir davantage sur lui. Qu'est-ce que Priscilla pensait de lui ? Il voulait faire bonne impression mais tout ça semblait déjà compromis...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Sam 1 Aoû 2015 - 21:28

Priscilla manqua d'en lâcher son stylet, et le regarda, l'air presque horrifié, comme si Cole avait prononcé une hérésie capitale :
- « Ah non, je ne pourrais pas ! » s'exclama-t-elle avec un peu plus de passion qu'elle ne l'aurait voulu. Sous le coup de l'émotion, ses joues avaient viré au rouge. « Je ne peux pas vous tutoyez, vous êtes mon chef, ça ne se fait pas. C'est ….mal. » fit-elle avec emphase. Ah, si c'était mal, que dire d'autres. Peut-être que dans quelque temps, quand ils se seront un peu plus habitués l'un à l'autre, et surtout, que la jeune fille aura pris la température de cette grande société à l'ambiance pourtant « relax »... bien que les multinationales où tout le monde était tiré à quatre épingles... N'oublions pas que c'était son tout premier poste. Cici manquait d'expérience, elle était encore un diamant qu'il convenait de tailler, maintenant que l'école l'avait extraite de sa gange de pierre et boue. Un défi pour Cole donc.

Ne voulant pas paraître distraite ou manquant de conviction, la jeune femme retourna à la réunion et entreprit avec l'ancien homme de terrain, de tordre le cou à cette réunion. Si elle savait la théorie, elle n'avait aucune idée de ce qui se passait dans la réalité des choses. Quels pouvaient être les revendications du personnel, les problèmes du parc, les conséquences d'une vie insulaire ET éloignée... Tout ce que Cole savait, jusque dans ses os.
Bon, ils perdirent leur matinée à chercher les informations, et Priscilla comprit que son premier travail serait de réorganiser les fichiers, papiers comme informatiques. Et en moins de trois heures, elle savait aussi que Cole, sans être un bordélique, n'était juste pas un homme organisé. Il mettait les trucs un peu n'importe où, sans logique, piles de documents qui attendaient là jusqu'à besoin s'en fit sentir. Dans ce cas, malheur à celui ou celle qui avait bougé les papiers ! Ainsi s'engagea un combat muet entre celle qui voulait que les choses fussent systématiquement mises à leur place, et celui qui vivait dans une organisation éphémère. C'était comme pour le tube de dentifrice. Priscilla poussait toujours le dentifrice depuis la fin du tube, alors que Cole appuyait au milieu et ne se souciait du fond que lorsque le moment venait. Deux méthodes de fonctionnement, aussi bonnes l'une que l'autre, juste... incompatibles.

L'ère du compromis venait de commencer.
Ainsi, une poignée de semaine plus tard, Cole fut accueilli dans son bureau par une Cici qui arrivait toujours à le devancer à la pointeuse, qui lui avait déjà préparé un café, même si cela ne faisait pas partie de ses tâches. Mais une bonne secrétaire de direction faisait le café de son patron, et c'était comme ça, et Cole allait devoir apprendre à vivre avec « ce qui faisait ou ne faisait une bonne secrétaire de direction ». Le point positif, il avait obtenu d'elle, qu'elle l'appelât 'Cole'. Oui bon, c'était encore un 'Cole, vous...', mais petit à petit...

- « Bonjour ! » le salua-t-elle avec son entrain coutumier. Elle avait compris désormais qu'elle devait attendre qu'il soit assis à son bureau, qu'il ait déplacé pour rien quelques documents, et qu'il ait soupiré lourdement, avant de lui « sauter dessus » avec l'agenda du jour. Adieu, le cliché du patron qui marchait à grandes enjambées dans les couloirs avec sa secrétaire qui presque lui courrait après pour lui donner ses messages et prendre les ordres. Une chose qui ne déplaisait pas à Cici, loin de là. Au moins, avec Cole, elle avait l'impression d'être vue, d'être considérée comme un être humain, et non pas juste une servante juste un peu plus intelligente que la moyenne.
Le fait qu'il ait de superbes yeux avait aussi beaucoup à voir dans le fait qu'elle était, toutes sommes faites, assez contente de son poste.

- « Je commence par quoi ? Les bonnes ou les mauvaises nouvelles ? » le taquina-t-elle en prenant place en face de lui, la tablette à la main, prête à dégainer. Une fois que Cole avait assimilé très, très rapidement : on ne cache pas la tablette de Cici, on ne prive pas Cici de son support vital. C'était un truc à vous la fâcher, de telle sorte qu'un tour du côté du T-Rex vous semblait une bonne idée. Ou alors, à la faire paniquer, et là, elle donnait dans le genre dindon sans tête désespéré au point de vouloir se faire hara-kiri à coup de mâchoire de T-Rex dans le bide. Bref. L'appareil était comme collé à la main de la femme jeune, main qui arborait aujourd'hui des ongles rose pale avec un touche de doré.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Sam 8 Aoû 2015 - 21:39



       Cole tapait la main sur son réveil et ouvrait péniblement les yeux tandis qu'une mince lueur transperçait la chambre de part en part. Une certaine routine s'était installé dans l'équipe que Priscilla et lui formait. Cole arrivait en général à l'heure ou quelques minutes en retard, il ne se pressait pas particulièrement. Les premières minutes étaient toujours silencieuses, le temps qu'il s'éclaire un peu les esprits, qu'il se réveille complètement et qu'il sorte de ces pensées diverses et variées. Ces derniers temps il était préoccupé, il ne dormait pas très bien voir pas du tout pour d'autres soirs. L'inconnu ne l'avait pas recontacté, il avait absolument aucune nouvelle de Shaélynn et n'avait en rien avancé dans ce qu'on pourrait appeler sa misérable vie. Chaque matin c'était la même chose. Il se réveillait, s'ébrouait, s'ébouriffait les cheveux et filait sous la douche. C'est après cette première étape longue et fastidieuse que la deuxième étape s'enclenchait. Il s'installait confortablement dans son fauteuil et sirotait tranquillement son café pendant que la vie s'animait doucement sur Isla Nublar. Par la fenêtre, Cole observait ce processus que chacun faisait à sa manière. Il aimait justement se réveiller un peu plus tôt pour se délecter de cette vision et savourer lentement cette curiosité. La voisine dont il ignorait le nom se levait un peu après lui, elle ouvrait comme chaque matin ses volets. Elle était vêtue d'une petite nuisette qui laissait transparaître ses formes. Elle se préparait des œufs brouillés et du bacon à la poêle, Cole pouvait presque sentir l'odeur de chez lui. C'était cliché mais il aimait penser qu'il s'agissait d'une britannique, armée d'un accent bien particulier et qui donnait toujours cette impression de classe et de supériorité chez ces gens. Puis elle mangeait son petit-déjeuner d'une grâce quasi-inexistante qui ne collait absolument pas du tout à son apparence ce qui ne manquait jamais de faire sourire le jeune homme. Peu de temps après, après que sa voisine ait terminé et ait filé probablement sous la douche, un homme bien plus âgé pointé le bout de son nez bien plus loin. Il s'installait sur son balcon et préparait minutieusement un petit-déjeuner si copieux que l'on se demandait comment quelqu'un d'aussi frêle et fragile d'apparence pouvait ingurgiter autant de nourriture. Armé de sa moustache aussi grande que bourru, Cole l'imaginait faire face à un Texan ou à un Canadien, dans les deux cas il ne manquait que le chapeau pour compléter le tableau. Sa moustache l'obligeait à s'essuyer après chaque gorgée de son breuvage qui devait être du lait ou peut-être un jus de fruit. Puis, la marche frénétique pouvait commencer. Les employés du parc plongeaient dans une sorte de balai mécanique et fou furieux que chacun s'empressait de rejoindre le plus rapidement possible. Un courant de vie  qui s'animait dans une direction unique. Puis, tel un système nerveux, chacun suivait son chemin et se répandait dans l'intégralité du Jurassic World pour accomplir une tâche à faire. Cole se faufilait dans cette masse informe de gens pour rejoindre à son tour son bureau où Priscilla devait déjà l'attendre. Il avait appris à masque ses sentiments d'une manière ou d'une autre derrière une sorte de sourire improvisé mais qui semblait plutôt bien faire le travail puisque certaines personnes lui rendaient son sourire et lui disait parfois même bonjour. Parfois, Cole se demandait si c'était son retour au boulot ou si c'était l'arrivée de Priscilla qui suscitait soudainement la sympathie des gens et qui attirait des gens sur lui. Probablement un peu des deux, il n'y prêtait pas attention.

       Arrivé au bureau, c'était là que les choses sérieuses débutaient. Il déposait un fruit sur le comptoir de l’accueil pour la réceptionniste, une façon comme une autre de la remercier mais aussi de se la mettre en quelque sorte dans la poche et d'être tranquille. Il s'installait ensuite sur sa chaise, derrière son bureau et allumait son ordinateur. Il déplaça un ou deux documents de son bureau sur le côté pour faire de la place à ses coudes et soupira un instant. Priscilla l'accueillait toujours d'une façon bien à elle. Elle était à la fois radieuse mais aussi bloqué par sa fonction, comme si elle faisait l'impasse entre l'humain et le rôle qu'il avait à jouer. Elle avait d'ailleurs refusé de le tutoyer mais elle parvenait de tant à autre à l'appeler Cole, ce qui était plutôt un point positif. D'un air silencieux, il plongeait un instant dans ses pensées en attendait que l'appareil se mette en marche, prenant sa deuxième dose de caféine pour la journée. Il avait appris et savait apprécier ce moment, d'autant plus que celui de Priscilla, pour une raison qu'il ignorait mais qu'il ne cherchait pas à découvrir, était bien meilleur que le sien. Cole la remercia puis elle se lança courageusement dans son travail, ce qu'il respectait.


- « Je commence par quoi ? Les bonnes ou les mauvaises nouvelles ? »


Prenant sa tablette à la main, elle lui lançait un petit regard taquin comme s'il savait que ce genre de choses ne l'amusait pas du tout et même parfois l'ennuyait. Mais c'était le boulot et elle savait le remotiver quand il avait une « baisse de tension ». Cole observa un instant la jeune femme, comme si sa question était existentielle et qu'il fallait largement y réfléchir avant de répondre. Armé de sa technologie, de ses ongles roses et dorés, le jeune homme se disait qu'il aurait pu tomber sur bien pire. Un homme par exemple.


- «  Les mauvaises nouvelles je dirais ? Peut-être ? »


Il lui sourit et attendit de savoir de quoi il en retournait. Cela ne pouvait pas être bien catastrophique quand même ? Il avait prit un peu d'assurance, sans plus. Alors s'agissait-il d'une autre réunion ? Une rencontre ? Ou des problèmes particuliers ?

- « Sinon on peut garder les mauvaises pour plus tard et conserver uniquement les bonnes ? C'est possible ça ? », il sourit encore une fois et mima l'espoir...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mar 11 Aoû 2015 - 18:38

Pour une raison totalement inexpliquée, Cici était de bonne humeur. Elle s'était réveillée comme ça, avec le bruit des oiseaux, avant le bruit assez strident du réveil. Après s'être étirée comme un chat en appréciant le confort de son lit, la jeune femme était allée faire son footing matinal. Pour autant qu'elle sache, il n'y avait pas de club de yoga ou de tai-chi sur l'île. Quel dommage. Peut-être devrait-elle monter un club entre membres du personnel ? Hum, elle pourrait commencer par recruter Cole. Son patron avait terriblement de se remettre en forme et de se ressourcer. Ses chakras devaient être bloqués, sans parler de son énergie Fen Shui. Ce fut en chantonnant qu'elle prit sa douche, prépara son petit-déjeuner et son déjeuner, et toujours en chantonnant qu'elle prit le chemin du boulot.

Sa bonne humeur ne semblait ni partagée ni contagieuse. Cole était déjà en train de soupirer. Priscilla, curieuse petite souris, avait mené son enquête. Ah, les potins ! Source infinie de plaisirs. Et sur une île, la société était coupée de tout, surtout une île comme celle du Jurassic Park. Autant dire qu'elle avait eu de quoi se mettre sous la dent. Sa grande copine, la réceptionniste, qui avait plus ou moins son âge, était son indic n°1. Depuis peu, donc, Cici connaissait les grandes lignes sur la relation de Cole avec une certaine Sha-quelque chose, et la façon dont la... la quoi ? Scientifique ? Employée ? avait disparu un beau matin. L'anglo-américainne ne comprenait pas. Quand on avait un copain avec les yeux de son patron – ses yeux et sa chute de reins. Cici avait pu avoir une vision précise de la chose il y a quelques jours, quand Cole s'était mis à quatre pattes pour chercher un stylo qui avait roulé sous la table. Bref, quand on avait quelqu'un comme Cole Hudson dans son lit en se réveillant le matin, on n'allait pas voir ailleurs.

Cici examina rapidement son chef. Comme d'habitude, il n'était ni coiffé, ni même spécialement apprêté. Il avait un peu moins de cernes sous les yeux, certes, mais ce n'était toujours pas ça.
L'envie de le prendre par les épaules et de le secouer titillait fortement la jeune femme. Une de perdues, dix de trouvées, avait-elle envie de lui dire. Et au boulot, assez de jérémiades. Au fil du temps, Cici avait bien compris que son patron n'était pas bête. Bien au contraire. Mais quelque part, elle ferait un meilleur chef que lui, sur le papier. La connaissance extensive du parc que l'ancien rangeur avait faisait de lui un membre incontournable de l'équipe de direction, mais son manque d'envie, d'implication, le freinait. Sauf qu'on ne pouvait pas gérer les choses sans faire des réunions.
Bien décidée à lui ouvrir les yeux – en même temps que de les lui faire dégonfler – Cici avait entamé une croisade personnelle pour le former aux « choses de l'entreprise ». Cependant, aujourd'hui, elle était de bonne humeur.

- « Hum, on peut remettre à demain les mauvaises nouvelles, en effet. » lui répondit-elle après deux secondes de réflexion. Et zou, d'un mouvement ou deux du doigt, elle fit glisser des éléments sur son écran, replanifia la journée de demain, se créa une douzaine d'alertes et rappels et évacua, selon les désirs du patron, les points de contrariété. Il lui suffisait de demander, après tout, c'était lui, le chef. A part pour les urgences où Cici ne céderait pas, il pouvait bien faire ce qu'il voulait. L'un dans l'autre, elle se tappait 80 % du boulot.

- « Ce qui laisse la place aux bonnes nouvelles. Le centre Spa du Grand Hôtel est opérationnel et aujourd'hui, c'est la phase finale du recrutement pour le personnel... ce qui veut dire, test en direct sur les techniques et les machines, et vous êtes un des... testeurs. » Le mail de la direction RH contenait le mot « cobaye », et consistait surtout à un appel à candidatures pour justement en devenir un. Sans même consulter Cole, Cici l'avait inscrit, et par la même occasion, s'était proposée. Elle n'allait pas dire non à une séance gratuite de massage non ? Quand à son patron, il en avait besoin. Juste qu'il ne le savait pas encore.

- « Nous avons donc rendez-vous à 10h00 au Spa. Ça devrait vous laisser assez de temps pour signer deux-trois parapheurs avant d'aller chercher vos affaires. » glissa-t-elle, toute contente de sa surprise. En plus, elle arrivait à l'acculer derrière son bureau suffisamment de temps pour signer la montagne de documents qui nécessitait absolument, impérativement, le gribouillis de Cole et non celui d'un sous-chef.

Que vouliez-vous, Cici était douée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Lun 24 Aoû 2015 - 20:21

Cole ne pouvait s'empêcher de regarder constamment ses mains, elle semblait l'air si douce, si délicate mais ce qui le surprenait le plus c'était leur habilité à faire glisser, pivoter et toucher du bout des doigts cette tablette qu'elle tenait toujours comme s'il s'agissait d'une partie de son corps à part entière. Il s'était quelques fois demandé si Priscilla avait quelqu'un dans sa vie sans jamais oser poser la question. C'était plus la curiosité qui l'animait, il ne voulait pas qu'elle se fasse des idées ou quoi que ce soit d'autres, sans prétention aucune. Le jeune homme était plutôt du genre à ne pas se rendre compte de son physique et cela faisait d'ailleurs plusieurs mois qu'il l'avait négligé puisqu'il ne pratiquait plus de sport par faute de temps, de motivation et/ou il n'y pensait simplement pas. A vrai dire, les moments où il avait le temps de penser était vraiment infime et ils étaient toujours dirigé vers une seule personne, ce qui produisait en général un soupir long et légèrement disgracieux. Quoi qu'il en soit, Cole n'était définitivement pas indifférent au physique de cette femme, à de nombreuses reprises il avait pu dévisager son corps et caresser du regard ses formes si féminine que les hommes devaient certainement se retourner dans la rue après son passage. C'était une certitude ! Non pas qu'il avait les yeux constamment rivés vers elle, mais il était désormais avec elle tout les jours ou presque...


- « Hum, on peut remettre à demain les mauvaises nouvelles, en effet. », lui répondit-elle après un instant de réflexion. Cole lui sourit gracieusement en guise de remerciements. Elle pianota de nouveau sa tablette et elle reprit de plus belle, avec un soupçon de satisfaction dans sa voix.

- « Ce qui laisse la place aux bonnes nouvelles. Le centre Spa du Grand Hôtel est opérationnel et aujourd'hui, c'est la phase finale du recrutement pour le personnel... ce qui veut dire, test en direct sur les techniques et les machines, et vous êtes un des... testeurs. »


Cole ne comprit pas tout de suite le sens de cette phrase et ce que ça pouvait ou voulait réellement signifier. Il prit ça tout d'abord comme une nouvelle tâche ennuyante et exténuante à réaliser, il tira la moue un instant jusqu'à ce que le concept,  lui monte au cerveau. Il décrocha un sourire ravageur alors qu'elle continuait de parler. Ce genre de chose était nouvelle, est-ce que c'était finalement un des avantages de son boulot ?


- « Nous avons donc rendez-vous à 10h00 au Spa. Ça devrait vous laisser assez de temps pour signer deux-trois parapheurs avant d'aller chercher vos affaires. » Il fallait le dire, elle savait plutôt bien cacher son jeu. Cole lui sourit à nouveau, un peu gêné par la situation mais aussi très heureux de la tournure que sa journée prenait.


       C'est après avoir signer quelques papiers supplémentaires, avec chaque fois une explication ou des informations que Priscilla lui glissait presque à l'oreille pour lui faire comprendre l'enjeu de ce morceau de tissu, que Cole, accompagné de son assistante, sortait de son bureau, ou tout du moins de « leur » bureau. Il prit sa sacoche avec son ordinateur portable par réflexe mais elle lui fit signe de le reposer, que ce n'était pas nécessaire. Il acquiesça et  obéit comme légèrement dépassé par les événements pourtant assez simple. Il ouvrit la porte à son assistante et sortit à son tour du bâtiment. Il commençait à se questionner sur ce qu'il devait faire exactement. S'agissait-il d'une vrai tâche ? Comment pouvait-on tester ce genre de choses ? Il allait servir de cobaye ou quelque chose comme ça ? Et si ça tournait mal et que tout n'était pas au norme ? Il devenait légèrement paranoïaque et il était sur les nerfs quasiment pour rien, cela en devenait déprimant. Il tenta de se détendre un peu, relâcha ses épaules et souffla un instant. Qu'est-ce qu'il pouvait bien arriver de catastrophique après tout ? Il jeta un coup d’œil sur Priscilla, il commençait doucement à s'habituer à la présence de la jeune femme qui littéralement devenait son ombre au point où il ignorait s'il devait attendre une voiture de fonction ou s'il devait s'y rendre à pied. Il pressa le pas et se dirigea donc seul vers son bungalow pour récupérer deux trois affaires.

       Au bout de quelques minutes de marche, il pénétrait à l'intérieur de son habitation. Il est vrai qu'il s'était plutôt bien rétabli, il ne boitait quasiment plus et son visage ne gardait plus aucune trace de l'incident de ce mois de janvier. Il en était ravis, il en avait marre qu'on le dévisage ou qu'on le prenne en pitié. Par où devait-il commencer ? Il ignorait totalement ce qu'il devait prendre. Il mit donc dans son sac à dos une serviette, au cas où, un calepin et un crayon, au cas où, un maillot de bain, au cas où et deux ou trois autres bricoles, juste au cas où. Cinq minutes plus tard, il ressortait de sa maison avec son sac sur les épaules et pleins d'espoirs en ce qui concernait cette épopée. Il respira un bon coup et reprit la route d'une cadence plus enjouée et plus vivace que d'habitude. Le temps était plutôt favorable aujourd'hui, il faisait suffisamment chaud pour être à l'aise et la brise légère venait rafraîchir par moment son visage. Cole aimait définitivement vivre ici. Très vite il retrouva Priscilla qui l'attendait patiemment, ou non, devant leur lieu de travail, il ne sait depuis combien de temps, et ensemble ils se dirigèrent finalement vers les hôtels. Comme pour se rassurer lui-même, il lui adressa un sourire et lui dit :


- « Prêtes ? Il n'y a pas de pièges au moins hein ? »

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Ven 28 Aoû 2015 - 17:47

Ah le sourire de Cole Hudson.
Un vrai sourire. Pas ce simili d'étirage de lèvres sans aucune chaleur, sans lueur au fond des yeux. Non, un vrai sourire, du genre celui qui éclaire un visage et enlève dix ans à une personne. Si on avait été dans un dessin animé, il y aurait eu des paillettes et un rayon de soleil en arrière-plan. Peut-être même quelques pétales de fleurs laissés flottant dans la brise.
Le cœur de Cici rata un battement ou deux. C'était tellement rare, mais tellement agréable. De plus en plus, la jeune femme était persuadée que l'homme devant elle n'était en rien le reflet de sa vraie personne. Radio-Potin avait fait état d'un homme dynamique, sûr de lui, un rien audacieux si ce n'était téméraire. Et bon, tout cela ne collait pas avec l'espèce de loque démotivée devant elle.
Cici était incapable d'une mauvaise action. Sauf si vous l'aviez énervée, et là, c'était votre ennemie jurée. Et rappelez-vous qu'elle avait grandi dans un milieu très policé, où rien n'était dit devant, mais tout était fait par derrière. A ce petit jeu, Cici était redoutable et une véritable petite « bitch » quand elle s'y mettait. Mais encore fallait-il l'énerver et elle était trop bonne pâte pour réaliser les sous-entendus, tant qu'ils ne lui étaient pas jetés à la figure par lance-roquette.

- « Des pièges ? » Elle cligna des yeux, perplexe. Son pas ralentit une seconde et elle fronça les sourcils. « Non pas de piège. Pas à ma connaissance. A ce niveau du processus de recrutement, il n'y a plus que des pro du massage, donc aucune chance de tomber sur quelqu'un qui va vous bloquer le cou ou autre. Les machines ont déjà été testées, mais par le personnel qualifié. Maintenant, c'est à nous de jouer « les touristes qui n'y connaissent rien ». Donc non, pour nous, c'est vraiment un moment de détente. » La question la turlupina encore, malgré ses dires. Ah, méchant Cole. Il avait réussi à plonger sa secrétaire dans un abîme de perplexité. « Ah, je suppose que je dois vous avertir : il y a un questionnaire de satisfaction après, et vous allez devoir revoir les dossiers des postulants avec les RH après ça. C'est peut-être ça, votre piège ? »

La dernière chose qu'elle voulait, c'était de se mettre à dos Cole, en lui « cachant » une réunion. Elle avait très bien compris, depuis le mois et demi où elle avait pris ses fonctions, que le simple mot de « réunion » donnait de l'urticaire à son patron. Elle avait donc appris à mettre un code couleur dans son agenda, pour qu'il fasse la différence entre « réunion stratégique » (des tonnes de blablas sur la régulation, les nouveaux textes de loi, les impératifs budgétaires, les nouveaux logiciels, etc) et « réunion opérationnelle » (le recrutement de personnel, la visite des chantiers en cours, la programmation des thèmes des spectacles, etc.). Elle avait ainsi réussi à re-intéresser Cole à certains aspects de son boulot.

Arrivés à l'hôtel, les deux se séparèrent  le temps de se changer. En effet, dans un SPA, le maillot de bain était de mise. Ainsi, Cici ressortit des vestiaires avec un maillot deux-pièces qu'elle avait jugé « business OK ». Or de question de se promener avec des bikinis ultra raccourcis, ou sans bretelles au risque de se retrouver à moitié nue en cas d'accident de parcours. Comme d'habitude avec elle, tout était « bien sous tout rapport », avec une touche de luxe et de féminité. Après tout, la jeune femme raffolait des dessous et les maillots ne faisaient pas exception à la règle. Elle pouvait se payer un bout de tissu absolument hors de prix. L'important pour elle était de ne pas passer pour une nunuche ou un pot à moutarde.

Spoiler:
 

- « Prêt ? » demanda-t-elle à Cole alors que les premiers candidats aux postes s'approchaient d'eux, concentrés à fond sur cette simulation qui déciderait de leur avis. « N'oubliez pas, vous êtes là pour tester les postulants, alors n'hésitez pas à jouer au client tatillon ou odieux. » ajouta-t-elle avec un brin de malice. Cole odieux ? Ah, ça serait à voir, tiens. Il fallait dire qu'elle n'avait pas encore vu son chef en colère, donc pour elle, il était d'un flegme presque britannique. Et c'était un ami des bêbêtes. Au lieu d'écraser les insectes qui arrivaient à se faufiler dans le bureau, il mettait un point d'honneur à les attraper pour le relâcher dans la nature. « Et surtout, profitez bien... Moi, je vais tester les piscines à remous avant de prendre un massage. Le hammam est de ce côté là, le sauna de l'autre, et pour le reste... ben, allez donc embêter les candidats. C'est bien pour ça que vous êtes là. »
Si elle avait pu, elle lui aurait tapoter le popotin pour le mettre en marche. Qu'il en ait besoin ou pas, Cici était en train de l'encourager à se laisser aller. A se vider de toute cette mauvaise énergie. Oh, elle allait devoir monter un club yoga, c'était une nécessité vitale maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mer 2 Sep 2015 - 16:50

Cole regretta un instant d'avoir poser cette question qui n'était rien de plus que de l'humour et une façon de se rassurer que tout allait bien. C'est vrai, après tout, c'était la première fois qu'il se rendait dans un lieu comme celui ci...


- « Des pièges ? » Elle l'observa d'une manière bien à elle pour montrer son mécontentement et elle poursuivit en clignant des yeux un peu plus rapidement qu'à son habitude. Elle ralentit légèrement et fronça des sourcils pour appuyer son air. « Non pas de piège. Pas à ma connaissance. A ce niveau du processus de recrutement, il n'y a plus que des pro du massage, donc aucune chance de tomber sur quelqu'un qui va vous bloquer le cou ou autre. Les machines ont déjà été testées, mais par le personnel qualifié. Maintenant, c'est à nous de jouer « les touristes qui n'y connaissent rien ». Donc non, pour nous, c'est vraiment un moment de détente. Ah, je suppose que je dois vous avertir : il y a un questionnaire de satisfaction après, et vous allez devoir revoir les dossiers des postulants avec les RH après ça. C'est peut-être ça, votre piège ? »


Cole courba légèrement l'échine mais garda la tête haute par fierté, la dernière chose qu'il voulait c'était de se mettre à dos Priscilla. Il savait pertinemment qu'il pouvait être parfois désagréable mais il essayait de faire des efforts et il fallait le reconnaître, en vérité il n'y connaissait pas grand chose aux femmes. Il se doutait bien qu'elles allaient resté un mystère pour lui mais il essayait de les comprendre et de se mettre à leurs places. Ce n'était en rien macho ou quoi que ce soit d'autres, Cole ignorait presque le sens de ce mot. Non, il était plutôt comme un enfant qui découvrait les choses de grand. Il avait passé la moitié de sa vie seul et l'intégralité de son enfance n'était qu'un grand vide. Il n'avait strictement rien appris, il n'avait pratiquement aucune éducation. Il avait dû tout au long se battre, apprendre par lui même les choses de la vie. Il avait passé son premier vrai Noël avec Shaélynn, c'était dire... Cela n'avait pas été le meilleur des Noël, ce n'était pas parfait. Il n'y avait pas eu de grand sapin ou de cadeaux au pied de l'arbre, pas de bûches ou de guirlandes mais c'était son premier Noël et il ne l'oublierait jamais...


- « Prêt ? »


La voix de Priscilla le ramena un instant sur terre, ils étaient entrés dans l'hôtel sans même qu'il ne s'en rende compte. Sans comprendre comment cela a pu se produire, Cole était même parvenu à se changer. Surpris de ce qui venait d'arriver, le jeune homme se retrouva donc en face de Priscilla qui lui rappela le sens de sa « mission ».


- « N'oubliez pas, vous êtes là pour tester les postulants, alors n'hésitez pas à jouer au client tatillon ou odieux. Et surtout, profitez bien... Moi, je vais tester les piscines à remous avant de prendre un massage. Le hammam est de ce côté là, le sauna de l'autre, et pour le reste... ben, allez donc embêter les candidats. C'est bien pour ça que vous êtes là. »


Cole n'avait plus envie d'un massage, il ne voulait plus faire ça. Il n'avait aucune idée d'ailleurs de ce qu'il devait faire exactement mais avant même qu'il ne puisse en placer une ou intervenir pour empêcher ce désastre d'arriver, Priscilla avait déjà filé. Il se retrouva donc seul avec les fameux candidats, les postulants... Il y eut un silence un instant puis le jeune homme tenta une approche.


- «  hum hum... »


Une sorte de toux discrète sortit de sa bouche alors que l'un d'entre eux semblait commencer à s'impatienter. Cole reprit donc de plus belle.


- « hum hum... Eh bien, qui veut commencer ? »


Bien évidemment les trois candidats en question se portèrent volontaire et Cole dût faire un choix, ce qu'il fit assez rapidement puisqu'il prit la seule femme de la troupe. Il se trouvait donc de nouveaux entre les mains d'une femme, elle lui demanda de s'installer confortablement sur la table ce qu'il fit avec non pas sans hésitation. Il sursauta tout d'abord une première fois lorsqu'elle posa les mains sur lui. De toute évidence il était tendu puisque la jeune femme appuyait de plus en plus fort sur son dos jusqu'à ce qu'il se réveille en sursaut... Cole, gêné et légèrement perturbé par ce qu'il venait de se passer, s'excusait auprès de la jeune candidate qui semblait assez satisfaite et prenait plutôt ça comme un compliment. Il ne voulait plus faire ça tout seul, c'était beaucoup trop étrange pour lui... Il décida donc, avant de passer au suivant, d'aller rejoindre Priscilla...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Lun 28 Sep 2015 - 23:18

Priscilla, de son côté, était comme un poisson dans l'eau. Les spas, elle connaissait. Elle avait fréquenté les meilleurs de Londres et de New-York, plus ceux des hôtels cinq étoiles ou plus lorsque sa famille voyageait. Et elle adorait se faire papouiller. Ainsi, elle avait une idée très précise du niveau d'exigence qu'elle espérait voir au spa du Jurrasic World. Ce n'était un centre aquatique pour famille, c'était un petit éden de relaxation et d'intimité. Ainsi, alors que Cole se prêtait assez volontiers au jeu, elle traquait les petites fautes – petites et moins petites, soucieuse de faire un rapport bien complet à la RH. Hors de question d'engager autre chose que les meilleures.

Lorsque son patron la rejoignit, l'anglo-américaine était dans un petit bassin d'eau tempéré, allongée dans l'eau, avec une buse de massage pour ses épaules et une autre pour ses jambes. Un verre de jus de fruits tropicaux fraîchement pressé à la main, elle se détendait – ou en donnait l'air – tout en examinant la salle, la décoration et le comportement général du staff.
- « Alors ? » demanda-t-elle d'un ton curieux alors qu'il prenait place près d'elle. « Un premier avis ?... comblé ? » Ses yeux pétillaient, toute contente de pouvoir taquiner Cole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mer 21 Oct 2015 - 17:19

- « Alors ? Un premier avis ?... comblé ? »


Comblé ? Ce n'était certainement pas le mot qu'il aurait employé. C'était une curiosité dont il se serait bien passer. Aussi étrange que cela puisse paraître, tout ça le mettait légèrement mal à l'aise. Il avait l'impression que l'on pénétrait son intimité. C'était perturbant. En y réfléchissant, Cole aurait préféré se faire masser par des petites bulles que par des petites mains.  Toutes ses mains posées dans son dos lui donnaient des frissons plutôt qu'autres choses. Que devait-il ressentir au juste ? Du plaisir ? De la détente ? Du confort ? Est-ce qu'on pouvait ressentir ses choses là avec des mains dans le dos ? Pourtant, Priscilla avait si fier d'elle, elle avait l'air si satisfaite et si « comblée » qu'il ne souhaitait en aucun cas la décevoir. En réalité, il voulait plutôt qu'elle soit contente de lui, qu'elle le félicite et le soutienne. Il préférait l'avoir à ses côtés, une sensation et une envie qui le déplaisait un peu puisqu'il avait l'impression, d'une manière ou d'une autre, de trahir ses sentiments pour Shaélynn qu'il, et il ne pouvait pas le nier, aimait encore. Il mit donc en place son plus beau sourire et dit d'un air faussement enjoué tout en passant un bras derrière sa tête pour trahir une certaine gène.


- « C'était vraiment super, ce fut vraiment difficile de choisir mais j'ai finalement réussi ! »


Les employés au alentour s'agitaient, murmuraient et travaillaient en somme assez silencieusement. Cole les regarda un court instant puis considéra à nouveau le bain à remous. Après un petit moment où le silence c'était suffisamment installé pour qu'on y entende les petits « plop » et « blop » que les bulles pouvaient faire, Cole se lança et pénétra à son tour dans le jacuzzi. C'est avec hésitation qu'il s'installa dans ce qui pouvait ressembler à une sorte de siège luxueux et incroyablement confortable. Est-ce que quelqu'un avait pensé à un jour que le luxe et le confort ne pouvait pas aller ensemble ? Cole probablement mais il s'était profondément gouré. Il fut si surpris qu'il en poussa un petit son à la fois entre le hoquet et le gémissement. Quoi qu'il en soit, c'était relativement gênant et il se tourna automatiquement vers Priscilla comme pour voir si elle avait pu entendre cet abomination.


- « Hum hum », fit-il pour s'éclaircir la voix. « Je dois dire que c'est dix fois mieux ! »


Et à ces mots, il se mit à rire assez bêtement. Il avait bien fait d'accepter, il préférait largement être ici qu'à signer des papiers ou à se retrouver dans des rendez-vous barbant et ennuyant avec des personnes qui ne pensaient principalement qu'à l'argent. Puis au final, ce n'était pas si mal... Il ne regrettait pas cette journée. Il sourit, se tourna d'un air sérieux vers Priscilla et lui dit sincèrement.


- « Merci Priscilla... »

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Jeu 22 Oct 2015 - 18:02

Cela ne faisait que quelques semaines qu'ils travaillaient ensemble. Deux mois tout au plus. Ce n'était pas suffisant pour créer des liens forts, d'autant plus que ni Cole ni Cici n'étaient particulièrement audacieux et entreprenants sur le sujet. Le premier restait marqué par ses expériences personnelles passées et le peu de motivation professionnelle. La seconde était encore trop novice dans le monde du travail pour faire la part des choses ; encore trop rigide et « by the book », elle était parfaitement impersonnelle.
Pourtant, petit à petit, ils commençaient à se connaître, et se reconnaître. Cole et Cici étaient fondamentalement des personnes de bien, désirant faire bien. Nous pourrions même aller jusqu'à dire « faire le bien ». Bon, on était loin d'un duo de super-héros en cape et collant moulant, mais l'idée était là.
- « C'est bien. » encouragea Priscilla, répondant donc instinctivement à la demande informulée de son patron. « Vous êtes trop tendu. Trop de stress nuit à la productivité, et surtout à la santé. Je trouve que vous vous en sortez bien, de votre rôle de patron. » Depuis le temps, elle avait réussi à traquer l'information, et avait conclu que Cole souffrait d'un manque de confiance en soi, du fait qu'il venait du terrain et n'avait jamais fait des études « de bureau ». « Vous savez, l'administration, c'est beaucoup de bon sens. Surtout que vous, vous ne perdez pas de vue le bien-être des employés et des animaux. C'est ce qui m'a plu, chez InGen. Dans la plupart des entreprises, tout ce qu'on vous dit sur les RH qui font attention aux développement de carrières et à la formation, à l'ambiance bonne famille et tout... tout ça, c'est du blablabla, à côté des considérations économiques. Jurassic World a clairement été fondé pour la science et la découverte, et pas le profit, même si c'est tout de même recherché. Vous êtes bien le patron à l'image d'une entreprise humaine. Animale. Reptile. Dinosauresque.  »

Bah, comme d'habitude, Cici s'emmêla les pinceaux et décida de se taire en plongeant le nez dans son cocktail. Cole finit – enfin – par la rejoindre dans le bain à bulles, et apparemment, cela eut l'air de lui plaire. L'espèce de grognement qui s'échappa des lèvres de son supérieur avait quelque chose de jouissif et Cici piqua un fard : c'était trop facile de s'imaginer ce même bruit, mais dans un tout autre contexte. Et ce n'était pas difficile de se l'imaginer, ce contexte, vu qu'il était en maillot de bains. Lalala...
Quelle chance pour elle, il détourna, sûrement involontairement, le sujet. Ses remerciements amenèrent une expression ravie sur le visage de la jeune femme. Cole lui aurait annoncé qu'elle avait gagné le gros lot au loto, le prix Nobel de la Paix ou autre, qu'elle en aurait été moins euphorique.

- « Oh, je suis tellement contente que ça vous plaise !!! » Pour un peu, elle en aurait claqué des mains et dansé la danse de la victoire. « J'avoue que ça me fait tellement plaisir de pouvoir vous aider, et autrement que dans l'organisation des papiers. Vous savez, je suis vraiment là pour vous seconder. Dans l'administratif, mais aussi à côté. Si à un moment vous avez envie d'une pause, il faut me le dire. Je m'en voudrais de ne pas être là pour vous !! »
Cici était si désireuse d'aider Cole, que ça en devait désireuse de plaire à Cole. Il était peut-être malhabile, mais c'était un bon patron, et un homme bon. Elle voulait, à l'aune de sa grandeur, être à sa hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mer 28 Oct 2015 - 17:40


- « Oh, je suis tellement contente que ça vous plaise !!! J'avoue que ça me fait tellement plaisir de pouvoir vous aider, et autrement que dans l'organisation des papiers. Vous savez, je suis vraiment là pour vous seconder. Dans l'administratif, mais aussi à côté. Si à un moment vous avez envie d'une pause, il faut me le dire. Je m'en voudrais de ne pas être là pour vous !! »


Spoiler:
 


Au vue de sa réponse, Priscilla avait très certainement entendu son petit « son » pour lui répondre ça ou alors, peut-être se basait-elle uniquement sur ses dires. Après tout il avait dit lui-même que c'était dix fois mieux. Qui sait ? Cole était encore une fois légèrement dérangé et gêné par cette situation puisque de toute évidence elle cherchait, d'une manière ou d'une autre, à s'incruster davantage dans sa vie et il ne savait vraiment pas comment réagir à ça. Au final, qu'est-ce qu'il savait de ses véritables intentions ? Que voulait-elle vraiment ? Le jeune homme avait déjà vécu ça et instinctivement il se referma sur lui-même. C'était quelques choses de douloureux qu'il ne voulait certainement pas revivre. D'une certaine manière, c'était exactement ce qu'il avait vécu avec Shaélynn. Une envie de se rapprocher, s'insinuer davantage dans la vie de l'autre. Elle avait tout fait pour pouvoir se rapprocher de lui, apprendre à le connaître pour pouvoir mieux le manipuler. Il savait au fond qu'elle avait finis par réellement s'accrocher à lui mais la blessure était profonde et, aussi bête que cela puisse paraître, Cole ne voulait pas revivre ça. Que connaissait-il de Priscilla Kensington ? On lui avait imposé sa présence du jour au lendemain ? Que connaissait-il de ses véritables intentions ? Étant quelqu'un de relativement expressif, il savait pertinemment que l'expression de son visage avait dû radicalement changer et pour rattraper le tir, il lâcha un « merci » pas forcément convaincant.


- « Merci... »


Comme quoi, il ne savait pas si bien mentir que ça... Mais ça, ce n'était pas nouveau. C'était probablement psychologique mais il faisait un blocage. Il ne pouvait tout simplement pas. Est-ce qu'il avait encore des sentiments pour elle ? C'était une certitude, il était sûr de ressentir encore quelques choses pour elle. Elle lui manquait terriblement et pourtant, il lui en voulait terriblement... Est-ce que c'était ça l'amour ? Une souffrance continuelle qui vous contorsionnait le cœur continuellement jusqu'à l'épuisement. Cela le prenait de temps à autre comme une quinte de toux, une crise d'éternuement, un creux horrible dans l'estomac, dans le cœur et un mal être qui vous saisissait tout le corps. Il fallait que ce soit maintenant ? Peut-être se faisait-il des idées, peut-être que tout ça n'était uniquement que dans sa tête ? Peut-être que Priscilla éprouvait simplement de la sympathie envers lui ? Peut-être que ses intentions n'étaient pas mauvaises ? Comment pouvait-il savoir tout ça ? Comment les gens pouvaient-ils se faire confiance aveuglement quand cela pouvait être si facile de tromper quelqu'un ? Il semblait ressentir un profond respect pour toutes ces personnes capable d'aimer, d'éprouver et de ressentir sans crainte mais aussi une haine ténébreuse et rebelle, une jalousie extrême et incontrôlable.

Pourquoi est-ce qu'il devait se prendre la tête comme ça pour si peu ? Pourquoi est-ce que tout devait être aussi compliqué ? Si compliqué qu'il en avait oublié Priscilla, si compliqué qu'il avait totalement oublié ce pourquoi il était là. Cela devait être une journée zen et reposé, sans problèmes et sans papiers. Pourtant il était là, dans un foutu bain à remous à faire une tête d'enterrement. Un moment ça va et la seconde d'après tout part à la dérive, le sourire et la bonne humeur avec. C'était à ne plus rien y comprendre. Priscilla devait probablement être dépité ou tout du moins elle ne devait pas y comprendre grand chose. C'est vrai quoi, il n'y était pas pour rien en soit et elle ne pouvait pas savoir ce qu'il s'était passé entre Shaélynn et lui. Mais quelques parts, au fond de lui, il lui en voulait. Pourquoi s'intéressait-elle à lui ? Pourquoi lui ? Qu'est-ce qu'il avait fait pour mériter ça ? Est-ce qu'elle s'intéressait réellement à lui au moins ? Cole était effondré, complètement perdu dans cette bataille des sentiments qu'il ne maîtrisait absolument pas et à cette pensée, le jeune homme poussa un long soupir. Il ne savait plus quoi penser, il ne savait plus quoi dire. Est-ce qu'elle s'en irait un jour ? Est-ce qu'elle allait sortir un jour de sa tête ?

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mer 4 Nov 2015 - 19:31

Priscilla l'avait vu se refermer sur lui-même telle une huître. Et dans sa tête, il n'y avait aucun doute : elle avait franchi une ligne, et cela ne lui plaisait pas. Alors qu'il était le premier à vouloir être tutoyer et à instaurer une relation de travail sans hiérarchie, à la seconde où Priscilla prenait le pli et venait l'assister au-delà de la paperasserie de base, il la rembarrait.
Pour elle, une assistante de direction gérait la vie de son patron quand il était au boulot. Or, à moins d'être un robot, personne ne pouvait délimiter clairement sa vie personnelle et de sa vie privée. Ne serait-ce pas un « Priscilla, venez garder mon mercredi 18 après-midi de libre, j'assiste au gala de danse de ma fille ». Or, jusqu'à présent, Cole n'avait eu aucune vie sociale qui se mêlait au travail. Il n'avait ni famille, ni ami. Aucune contrainte extra-professionnelle. Du coup, Cici avait été très restreinte dans ses affectations. Et avec Cole qui insistait pour être « sympa », il avait été facile pour elle de remplacer la gestion de ses impératifs personnels, par un intérêt pour ces impératifs, ou manque de. En plus, elle était curieuse, la p'tite Cici.

Bien penaude d'avoir brusquer son patron, mais quelque part en colère de sa réaction qu'elle trouvait injustifiée, Cici fit machine arrière. Elle commença par se reculer au maximum dans le bassin à bulles, et au fur et à mesure que Cole plongeait dans ses pensées et que son visage prenait tour à tour une expression torturée puis sombre, elle jeta l'éponge. Elle se leva et sortir du bassin.
- « Je vais vous laisser en paix pour savourer votre sortie au spa. Nous nous reverrons plus tard. Je serai au bureau cet après-midi, si vous avez besoin de moi, Cole. » fit-elle poliment, avec une attitude froide qu'elle ne cherchait pas à cacher. Avant elle avait été timide et mal-à-l'aise. Maintenant, elle était vexée. Cole allait découvrir qu'une Cici vexée voulait dire se trouver avec une femme d'une efficacité encore plus redoutable : elle ne cherchait plus à LUI faire plaisir, mais à SE faire plaisir. Tous les dossiers autour desquels elle tournait ? Tout ce qu'elle faisait en catimini à sa place ? Lui qui n'arrêtait de dire qu'il n'était pas compétent et qu'elle faisait mieux que lui ? Ben voilà. Elle allait l'écraser de boulot, pendant qu'elle nettoyait enfin les fonds de tiroirs et mettait en place les protocoles comme ELLE, elle le voulait. Et elle allait le battre à froid, puisque c'était ce LUI voulait.

A 13h45 exactement, Cici est de retour au bureau et le bureau de Cole était déjà prêt, entre documents à lire et à approuver, mails auxquels répondre, réunions à organiser... La liste était longue, et parfaitement imprimée, protégée dans sa feuille plastique, posée sur son clavier. Il n'avait même pas besoin de lui parler, tout était inscrit. Il savait lire, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Lun 16 Nov 2015 - 15:44

Cole, toujours plongé dans ses pensées, cherchait profondément dans ses souvenirs avec toujours une limite qui pour lui ne se justifiait pas. Il revenait toujours à cette journée catastrophique, le jour de l'attentat. On lui avait enlevé quelque chose et il ne pouvait pas le supporter. Shaélynn, elle, était toujours là dans sa tête et il ne pourrait jamais l'oublier. Il en était certains mais pourrait-il tourner la page ? Il en était de moins en moins sûr. Cesserait-il de l'aimer un jour ? Il en doutait fortement. Mais est-ce qu'on oublie véritablement son premier amour ? Il en doutait davantage. Après tout, il n'était pas un spécialiste de l'amour, loin de là mais il avait vu tout de même suffisamment de films pour voir comment cela se passait. Que devait-il alors penser de Priscilla ? Elle était un peu particulière, à cheval sur les dates et les horaires et elle était plutôt gentille. Est-ce qu'il devait s'intéresser à elle davantage ? Est-ce qu'il devait chercher à la séduire ? Ou simplement garder ces distances avec elle ? Elle était plutôt mignonne et elle avait tout de même un sacré caractère. Elle ne se laissait certainement pas faire. C'était peut-être ça qui la perturbait chez elle. Elle était unique, certes, mais elle avait quelques traits qui lui rappelait Shaélynn. Cherchait-il à se convaincre de quoi que ce soit ? Cole ne savait pas quoi faire de tout ça et ça le perturbait si bien qu'il ne réagissait pas tout de suite lorsque Priscilla se leva et sortit du bassin. Cela fut donc uniquement lorsqu'elle lui adressa ces mots qu'il comprit la situation et qu'il releva sa tête dans sa direction.


- « Je vais vous laisser en paix pour savourer votre sortie au spa. Nous nous reverrons plus tard. Je serai au bureau cet après-midi, si vous avez besoin de moi, Cole. »


       D'une façon ou d'une autre, il comprit automatiquement qu'il avait fait une gaffe quelques parts, une erreur de parcours et il eut envie de se frapper le front. Depuis combien de temps il était là perdu dans ses pensées ? Il l'ignorait totalement. Elle était froide, distante et Cole s'en voulait, mais c'était trop tard. Le mal était fait. Que pouvait-il y faire de plus ? Après tout il n'avait pas non plus trop à se reprocher. Certes, d'une certaine manière il l'avait presque envoyé balader, et encore, mais il n'y pouvait rien. Ce n'était pas de sa faute mais de son point de vue, elle ne pouvait pas le savoir. Que savait-elle de lui ? Qu'est-ce qu'elle connaissait de lui ? Mise à part les idées toutes faites qu'elle avait pu se faire au cours de ses mois passés et des quelques rumeurs qu'elle aurait pu très bien entendre ? Elle ne savait rien, Cole s'en voulait mais il lui en voulait encore plus d'avoir réagi comme ça. Elle ne le connaissait pas, elle ne pouvait pas réagir comme ça. Il essayait de s'en convaincre, lentement mais sûrement il s'affaissait de plus en plus dans le bain à remous jusqu'à ce qu'il y plonge complètement la tête. Plus aucun son, plus aucune remarque, plus rien. Il retenait sa respiration, et maintenant ? Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir faire ? Priscilla, derrière ses airs, était une femme beaucoup plus complexe qu'elle n'y paraissait et voilà maintenant qu'elle était vexée uniquement parce qu'il avait été distrait et peut-être bien légèrement renfermé mais il n'y pouvait rien. Pourquoi lui en voudrait-elle pour ça ? Peut-être qu'au final elle s'était rendu compte elle-même que lui aussi était plus complexe que ça ? Cole essayait de comprendre désespérément, que devait-il faire ? Reprendre sa respiration pour commencer lui paraissait l'option la plus logique. Il sortait du bain à remous, on lui amenait une serviette chaude qu'il acceptait chaleureusement d'un sourire presque sincère. Il se sécha assez rapidement et retourna auprès des cabines pour se changer. Ceci fait, il remercia un à un tout les employés du spa et cherchait à tue-tête dans ses affaires pour vérifier qu'elle lui avait pas déjà donné ou laissé le fameux questionnaire dont elle lui avait parlé un peu plus tôt. Une manière de se faire pardonner serait de faire son travail correctement et en heure, il y songeait.

       Après une marche lente et assez ténébreuse durant laquelle ses pensées vagabondaient un peu partout dans son crâne, il arrivait finalement au bureau. Comment devrait-il s'y prendre ? S'il y a une chose qu'il n'avait jamais eu vraiment besoin de faire, c'était s’excuser. Non pas parce qu'il était buté, rancunier ou égoïste mais simplement parce qu'il n'y avait jamais eu véritablement de conflit dans sa vie qui nécessitait des excuses. Est-ce que seulement devait-il le faire ? Dans quel cadre devait-on faire des excuses ? A peine posait-il sa main sur la poignée de son bureau que son regard croisa le sien, comme par instinct de survie il baissa immédiatement les yeux. Après quelques secondes, il releva la tête et vit alors la paperasse sur son bureau. Il soupira, et c'est avec une petite boule au ventre qu'il lui adressa la parole.


- « Je... Je m'excuse pour la petite scène dans le bassin... »


Il n'ajouta aucun mot, juste un petit soupir à peine audible et il s'assit lourdement à son bureau...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Dim 20 Déc 2015 - 20:40

Priscilla ne comprenait plus. Cole avait été le premier à vouloir transformer les règles du jeu. Se tutoyer mutuellement, avait-il proposé. Plus d'une fois, il avait avoué être dépassé par les tâches administratives, s'étant reposé sur l'anglo-américaine d'une manière dont aucun patron n'avait jamais fait preuve auparavant. Il n'avait cherché cherché à être « un patron » en fait. Presque plus un collègue. Or, si tous les collègues n'étaient pas des amis, c'était des relations amicales. Et au moment où Priscilla était suffisamment à l'aise pour franchir cette étape, de rapport de force subordonné/chef à copains de service, paf, il se fermait complètement à elle.

Elle pouvait comprendre qu'il ait des mauvais jours. Personne ne pouvait être de bonne humeur tout le temps. Sauf que lui n'avait aucune humeur. Elle tentait de le dérider, de l'amuser, de se mettre dans une bonne ambiance, loin du bureau, pour faire connaissance.
- « Il fallait me dire, que vous n'aimiez pas les spa. » fit-elle un peu sèchement. Elle se mordit les lèvres, n'aimant pas se montrer ainsi. Surtout qu'il semblait sincèrement désolé. Mais parfois, les excuses ne suffisaient pas. « Il faudrait que vous me disiez une bonne fois pour tout ce que vous aimez et n'aimez pas. Je ne peux pas travailler ainsi, sans savoir exactement ce que vous voulez et attendez de moi. Je suis là pour vous aider, pas pour vous rendre la vie compliquée ou je ne sais quoi. » La vanne se fissurait, et ce sentiment de frustration peinée d'être mise à l'écart commençait à poindre. « Si vous ne me faites pas confiance, si je ne suis pas à la hauteur de ce que vous attendez d'une secrétaire de direction, autant le dire rapidement. Les RH seront capables de rompre mon contrat ou de me réassigner à un autre bureau. »
Etre virée, ce n'était pas son but, mais c'était préférable à être malheureuse. Pff, pour un premier poste, elle avait tiré le gros lot, tiens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Lun 11 Jan 2016 - 15:52

Cole s'essaya à un vague sourire distant mais Priscilla, d'un air légèrement dépité, lui répondit sèchement.


- « Il fallait me dire, que vous n'aimiez pas les spa. »


Elle se mordit les lèvres comme si tout acte de conflit tordait son esprit d'une manière qu'elle n'appréciait absolument pas. Elle continuait.


- « Il faudrait que vous me disiez une bonne fois pour tout ce que vous aimez et n'aimez pas. Je ne peux pas travailler ainsi, sans savoir exactement ce que vous voulez et attendez de moi. Je suis là pour vous aider, pas pour vous rendre la vie compliquée ou je ne sais quoi. Si vous ne me faites pas confiance, si je ne suis pas à la hauteur de ce que vous attendez d'une secrétaire de direction, autant le dire rapidement. Les RH seront capables de rompre mon contrat ou de me réassigner à un autre bureau. »


Cole était pris de court, il ne s'attendait certainement pas à une réponse comme celle ci, de cette trempe là. Il détourna un moment son regard, gêné par la situation, surpris par ce qu'elle venait de lui dire. Il ouvrait la bouche un instant puis la referma avant de finalement se lancer.


- « Non... Je... Je... Ce n'est pas que je vous fais pas confiance... C'est moi qui ne suit pas à la hauteur... »


Le jeune se surprit lui même à la vouvoyer, lui qui s'efforçait à la tutoyer depuis le début perdait totalement ses moyens devant cet situation qui commençait à le mettre mal à l'aise. Il reprit de plus belle, incertain encore de ce qui allait sortir de sa bouche.


- « Je suis désolé... Ce n'est pas tout les jours facile pour moi, je vous apprécie vraiment, vous faites un boulot superbe... Je... Je ne veux surtout pas que vous partiez... C'est que... Ça va vous paraître idiot... Ça ne vous concerne pas et vous n'y êtes pour rien mais... J'ai rompu il y a peu avec ma petite amie et... Je ne le vis pas très bien... »


Il soupira, comme il le faisait si bien ces derniers temps mais cette fois, c'était comme s'il était libéré d'un fardeau. Il rajouta néanmoins.


- « Comme je le disais, vous n'y êtes pour rien et ça ne vous concerne pas directement... Ça ne m'excuse en rien... Mais ça explique peut-être mon comportement... Étrange... Je... Je ne suis pas indifférent à tout ce que vous faites pour moi, bien au contraire... »


Il tendait la main pour appuyer ses propos puis se frotta la barbe et le visage, dépassé totalement par ces événements. Cole, l'ancien guide qui pourtant s'était fait une réputation il y a quelques années pour sa particularité à parler aux gens et à les comprendre, avait changé de vie dès son arrivée sur cette île maudite. Depuis ce jour, les choses avaient changé. Il avait rencontré Shaélynn et tout avait basculé, il était devenu quelqu'un d'autre et cette autre personne le poursuivait désormais dans l'ombre sans même qu'il ne s'en rende compte. Ce n'était plus comme avant, il se cherchait, il essayait de recoller les morceaux mais ils étaient trop éparpillés. Clairement, il était perdu et il n'y arrivait pas mais c'était trop facile à dire, il fallait essayer de se battre.

Cole semblait désemparé, il avait construit ces dernières semaines sur des bases  qui n'étaient même pas établis. Il se sentait coupable, coupable de l'avoir berner, de lui avoir menti et, plus encore, de s'être voilé la face, lui qui faisait comme si de rien n'était , lui qui pensait aller mieux. Visiblement, il en était rien. Basait-on nos expériences de vie sur nos expériences amoureuses ? Cole commençait à se poser la question. Après tout, sa vie n'avait pas été grand chose avant l'arrivée de Shaélynn. Bien sûr, il y avait sa carrière, ses aventures à travers le monde et ça c'était de bons souvenirs mais est-ce que cela faisait une vie ? Est-ce que cela forgeait un caractère, une expérience à retenir ? Ou était-ce les malheurs ? Lorsqu'on se fait piquer par une guêpe, on a tendance à les éviter par la suite. C'était un peu la même chose ici d'une certaine manière. Mais alors, que devait-il penser ? Que devait-il faire ? Comment devait-il considérer cette femme qui se trouvait devant lui ? De par son statut, de par ses mauvaises expériences et, comme la plupart des employés du parc ayant vécu les événements du début d'année 2013, il avait eu droit à des séances chez un psychiatre spécialement affilié à InGen. Ce n'est pas pour autant qu'il avait pris la peine d'y assister, il n'en avait pas besoin, il avait Shaélynn. Aujourd'hui, il regrettait amèrement de ne pas pouvoir le faire, Cole se sentait affreusement seul et il ressentait un besoin incontestable d'exploser avant d'imploser. Le jeune homme qui fut un temps presque quelqu'un d'extraverti peinait désormais à parler, il regardait la jeune femme d'un air désolé sans savoir exactement par où commencer, sans savoir quels mots il pouvait employer. Il se fit violence un instant, expira et entama alors une discussion qu'il n'était pas certain de vouloir commencer avec cette femme qui n'était au final que son assistante.


- « Je... Je ne sais pas tellement par où commencer... », c'était un début. « Je ne sais même pas si cela vous intéressera d'entendre tout ça mais je me dois de le faire pour vous prouver que... Que j'ai confiance en vous... Comme vous le savez peut-être déjà, j'ai... J'ai subi de profondes blessures durant l'attaque, les attentats qui ont eu lieu ici lorsque ces... hommes sont venus tout ravager sur l'île. Des gens sont morts, John Hammond est mort . Un ami à moi, Josh Solomon avait été enlevé par la Chimère et... J'ignore totalement ce qui lui ont fait mais ils lui ont retourné le cerveau. Il était là ce jour-là, il voulait se faire exploser pour ces malades et... Mais ils ne s'attendaient pas à ce que je sois là. Il... Josh m'a sauvé la vie... Il m'a dit des choses, des choses d'une grande importance... Mais l'accident m'a fait tout oublier, je n'ai que des flashs de cette journée et... Ca me ronge... Je ne sais pas comment ni pourquoi mais je sais, je sais avec certitude que ce qu'il m'a dit est d'une importance capitale ! Shaélynn, mon... Mon ex-petite amie est liée à tout ça, d'une manière ou d'une autre, j'en suis persuadé. Mais je crois qu'il n'y est pour rien et qu'elle y est forcée... Alors si je pouvais me souvenir ne serais-ce que d'une bride de conversation... Et puis vous êtes arrivée et... Enfin... Je vous apprécie et... Vous êtes si gentille, si compréhensive avec moi et... Et je sais que vous ne faites que votre boulot mais voilà... Ce n'est pas tout les jours faciles... »

Il ne savait certainement pas où ça allait le mener mais au moins il avait pu dire les choses telles qu'elles étaient et c'était bien, pour lui comme pour elle. C'était désormais à elle de faire un choix et ce choix l'effrayait au plus haut point...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Mer 13 Jan 2016 - 18:29

Priscilla était au courant des rumeurs circulant sur le compte de Cole. Et pas que des rumeurs. Il y avait aussi les faits. Le problème était que personne n'avait jamais vraiment vécu tout ce que Cole avait traversé, tout ou partie. Il n'y avait donc que des versions tronquées, allégrement saupoudrées de ressentis personnels et de suppositions fondées sur des éléments interprétés. C'était difficile donc de savoir exactement ce qu'il s'était passé. N'en restait qu'une certitude : Shaé-machin-truc avait été, était et serait toujours, une espionne qui avait fait du mal, beaucoup de mal à Ingen et à Cole.

En règle générale, Cici se montrait d'un professionnalisme irréprochable, aussi n'aurait-elle pas dû accepter ses explications comme excuses suffisantes. Tout le monde avait ses problèmes, des grands et des moindres, pourtant chacun se concentrait sur les tâches du jour, sans se répandre en lamentations et soupirs. Cet auto-apitoiement de « c'est moi qui ne suis pas à la hauteur » aurait dû l'énerver, elle qui avait toujours lutté pour repousser les limites qui l'avaient toujours empêchée de bouger. Mais Cole était un homme qui ne savait pas cacher ses émotions. On lisait en lui comme dans un livre ouvert. Plus encore, il était en ce moment en train de mettre à nu son âme. A lui avouer ses plus terribles secrets, à lui confier ses peurs.
Qui pourrait repousser un homme qui avait mal comme ça ? A moins d'être terriblement insensible, et Cici était d'une grande douceur. Touchée bien malgré elle, et très gênée, la jeune femme ne savait pas trop comment se comporter. Les mots de Cole dépassait le cadre du bureau. Il se confiait à elle comme un patient à son psy, un ami à une confidence. Est-ce que ça l'intéressait d'entendre tout ça ? La petite curieuse en Cici en rougissait, mais oui. Une autre partie, cependant, trouvait que c'était bien trop intime, comme échange. Et surtout, ne voulait pas que Cole se sente forcé de déballer son bagage pour elle. Chacun avait ses ombres et ses cauchemars.

Lorsqu'il se tut, elle sut qu'elle devait prendre une décision. Soit elle restait professionnelle au maximum, et jetait entre eux le pont de l’appréciation détachée entre collègues, chaleureuse mais certes pas amicale. Soit elle oubliait ses principes et se jetait elle-aussi à corps perdu dans ce maelstrom d'émotions contrariées, en qualité de camarade. Or, il semblait bien que Cole avait autant besoin d'une secrétaire que d'une amie. Peut-être même plus de la seconde que de la première : s'il reprenait du poil de la bête, il arrêterait de douter autant. Sur lui, sur les autres, sur l'univers.

Prenant l'excuse de lui servir un café – et elle un thé, en bonne anglaise – elle put prendre un peu de temps pour analyser vitesse grand « v » tout cela, et lorsqu'elle s'approcha de son bureau pour déposer le gobelet à portée de sa main, elle savait ce qu'elle avait à faire. Tirant la chaise qui normalement faisait face au bureau, Cici s'assit aux côtés de son patron.

- « Cole, j'ignorais tout ça. Je... bon, j'ai été mise au courant d'une partie des événements, aussi je savais que vous étiez en train de remonter la pente, mais j'étais loin de savoir que vous étiez à ce point perdu. … Je …. je n'ai jamais été insensible. » Elle hésitait, tentant de trouver les meilleurs mots pour transmettre ses idées, et pour ne pas le heurter d'avantage. « C'est pour cela que j'ai toujours voulu bien faire, et mieux encore. Pour que vous soyez content du travail accompli, par vous, par nous. Que vous vous concentriez sur les dossiers et que cette partie de votre vie, celle sur laquelle j'ai la capacité d'agir, se passe bien, et que vous en tiriez un bénéfice. Savoir qu'on est capable de faire quelque chose, et de le faire bien, c'est extrêmement valorisant. Je sais de quoi je parle. Je--- » A son tour d'hésiter. Elle ne voulait pas donner l'impression de jouer à « comparons nos malheurs pour savoir qui est le plus à plaindre ». Mais elle souhaitait qu'il comprenne qu'elle lui ressemblait, qu'elle le comprenait, en partie. « Je n'étais pas censée faire des études. Ou alors, un diplôme complètement inutile. Si ma famille avait eu plein pouvoir sur moi, je serais déjà mariée à un presque parfait inconnu, fils de... bien tout son rapport et tout le monde attendrait de moi une seule et unique chose : pondre l'héritier. » Elle haussa les épaules pour cacher tout le trouble que cette perspective faisait naître en elle. « Ce n'est rien par rapport à ce que vous avez vécu. Mais je ne pouvais que vous offrir ça, le réconfort d'un travail bien fait. »

Venait maintenant la partie un peu plus difficile. Elle était jeune, presque trop jeune pour ça. Après tout, que connaissait-elle de la vie ? C'était son premier boulot, sa première fois si loin des terres connues. Elle n'avait jamais été amoureuse. Comment pouvait-elle espérer aider un homme qui avait vécu, et survécu surtout au pire.
- « Je suis terriblement désolée pour John Hammond. Je pense que je l'aurais adoré. Il me donne l'impression d'être le genre de patron qui donne envie d'aimer son métier, sa mission. Qui ouvre toujours des perspectives au-delà d'une simple compilation de dossiers RH. Pour votre ami et votre compagne... Je suis... mal placée pour vous dire ça... mais je pense qu'ils ne voudraient sûrement pas vous voir ainsi. Il a donné sa vie, elle est en train de risquer la sienne. Et si elle revient ? Doit-elle vraiment trouver un Cole anéanti ? Qui a été incapable d'espérer pour elle, de continuer pour elle ? Et pour lui aussi ? Si elle vous aimait, s'il vous appréciait, c'était pour ce que vous étiez alors. Un ranger, un aventurier, qui n'a pas hésité à s'enfoncer dans une jungle emplie de créatures mortelles, pour tenter d'arranger les choses, de sauver le parc. Et vous voudriez me faire croire que cet homme est incapable de se relever, une fois mis à terre. Vous savez oublié, vous ne savez pas. Certes. Ce n'est pas comme ça que vous retrouverez la mémoire. Je suis certaine que c'est quand vous serez de nouveau debout, fort et déterminé, que ça vous reviendra. L'esprit et le corps... on a tous entendu des histoires un peu étonnantes, mais personne n'a jamais réussi à prouver que c'était impossible. Moi, je suis sûre que votre mémoire attend que vous soyez mieux pour vous livrer ses secrets, parce que ça ne sert à rien de vous parler aujourd'hui : vous ne seriez pas capable de faire face à la vérité. Si vous étiez ami, réellement ami, avec John et Josh, alors vous leur devez d'élucider ce mystère et de continuer leur combat. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Lun 18 Jan 2016 - 16:28



Ce choix, Priscilla l'avait fait. Lorsqu'elle lui avait finalement adressé la parole, lorsque les mots sortaient enfin de sa bouche, une joie immense s'empara de lui. Elle fut si intente que, sans même s'en rende compte, les larmes perlaient sur ses joues.


- « Cela fait des mois... Personne ne voulait... Personne n'a dénié ni même essayé de m'adresser véritablement la parole... Cela fait des mois que je garde tout ça pour moi... », dit-il entre deux sanglots qu'il essayait en vain de cacher.


Il eut un léger hoquet et un sourire étranglé par ses pleurs qu'il ne pouvait désormais plus retenir. Il posa ses mains sur son visage par gène, par honte mais aussi pour essuyer les flots qui tombaient sur son visage et qui venaient caresser ses lèvres, un arrière goût d'amertume et de sel sur le bout de la langue. La société essayait de nous faire croire qu'un homme ne pleure pas et pourtant les larmes ne cessaient de pleuvoir sur lui, alors qu'était-il ? Qu'était-il sensé comprendre de tout ça ? Cole, qui ne savait plus du tout où se mettre, regardait Priscilla d'un air désolé.


- « Je... Je suis vraiment... Désolé... », dit-il entre deux vagues. « Je... Ne me contrôle plus trop... Vous savez, vous avez sûrement raison... Mais j'ai vraiment essayé... Je vous jure que j'ai essayé... Mais chaque fois que mon cerveau a la possibilité de le faire... Il pense à elle, il se demande pourquoi... Et on revient forcément à ces foutus attaques, aux incidents, à ces flashs qui me harcèlent et qui me terrifient au point de vouloir à tout prix savoir de quoi je dois me méfier... »


Aussi curieux Cole était, il était aussi têtu et s'il y a bien une chose à retenir sur son état, c'était qu'il était fragile au point que ces attraits de sa vie qu'il pouvait surmonter aux quotidiens le rattrapaient  considérablement dans ses moments de faiblesse et dans la vie de tout les jours. Priscilla avait raison, Shaélynn en s'éloignant le plus possible de lui n'avait certainement pas souhaité son malheur, probablement le contraire d'ailleurs. Ce soir là, elle était vraiment là et elle s'était ouverte à lui comme étant une femme brisée, fragilisée, piégée... Elle n'aurait pas voulu qu'il se retrouve dans cet état, elle n'aurait pas voulu qu'il se morfonde sur son sort et qu'il continue à vivre sa vie. Ce n'était pas aussi simple que prévu... Quand à Josh... Josh lui avait sûrement confié la mission la plus importante de sa vie, il lui avait confié ce pourquoi il est mort. Pour Cole cela ne pouvait être autrement, le contraire reviendrait à dire qu'il était mort pour rien, qu'il avait disparu de la surface de la Terre sans aucune raison, sans aucun but derrière tout ça. Ce n'était pas envisageable, la mort, aussi cruel soit-elle, devait avoir un but pour lui. Si Cole avait oublié les mots qu'il lui avait adressé avant son décès, alors il était mort en vain, alors il allait à l'encontre de ce qu'il pensait. Devait-il véritablement aller mieux pour se souvenir ? Il avait envie d'y croire et il y mettait pleins de bonnes volontés mais il avait des doutes... Que devait-il faire ? Devait-il continuer à déballer ses idées devant cette femme qui allait très vite se rendre compte dans quoi elle s'était fourrée ? Ou devait-il faire semblant que tout allait bien ? Son esprit torturé décidait néanmoins d'agir devant cette situation un peu inhabituelle dans laquelle ce corps l'avait planté. Il respira un bout coup et répondait d'une voix douce, une voix d'après les pleures.


- « En fait, je n'ai jamais été ranger. J'étais juste un simple guide et si John Hammond m'a accordé assez de confiance pour me placer à la tête de ce parc, c'était uniquement parce qu'il y a quelques années j'avais ma propre entreprise. J'ai tout laissé tomber. Je crois que j'ai eu peur ou que j'avais besoin de me définir autrement. John et moi, nous étions pas si proche que ça... Mais sa mort m'a un peu ébranlé... », il soufflait un moment, pensait à tout ce qu'il avait vécu et qu'il avait désormais totalement oublié et reprenait finalement d'un air légèrement abattu. « Ce qui vous est arrivé est horrible, je n'imagine pas à quel point cela dût être difficile de faire ce choix. Vivre pleinement sa vie et décevoir ses parents ou les satisfaire avec le risque de sacrifier son bonheur. Je n'ai jamais connu les miens, je me demande ce qu'ils penseraient de moi en ce moment... »


Que penseraient-ils de lui ? Comment le temps aurait-il sculpter leurs visages ? Cole ne s'était jamais véritablement posé toutes ses questions, aussi horrible cela puisse paraître de le dire, il ne s'était jamais vraiment intéressé à sa famille. Il avait simplement essayé de vivre sa vie sans s’apitoyer sur son sort. Bien sur qu'ils lui manquaient, qu'ils auraient voulu les connaître mais comment pouvait-il pleurer quelques choses qu'il n'avait pas connu, qu'il n'avait pas véritablement perdu ? Peut-être qu'un jour... Peut-être chercherait-il à en savoir plus, à connaître sa famille. Avait-il des oncles et des tantes ? Des cousins ? Des neveux ou des nièces ? Dans tout les cas, ses parents n'étaient visiblement pas assez proche d'eux pour qu'à leurs morts Cole soit prit sous leurs tutelles... C'était comme ça. C'était ça aussi la vie.

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Priscilla Kensington

avatar

Messages : 308
Date d'inscription : 10/06/2015

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Jeu 21 Jan 2016 - 21:51

Les larmes de Cole décontenançaient Priscilla. Elle était terriblement désolée pour lui. Sa détresse la faisait à son tour sangloter, sans trop savoir pourquoi. Sans savoir non plu que dire, que faire. Il semblait, pour elle qui avait pris en horreur le fait d'être trimballée par les souhaits des autres et les événements, que l'important était pour Cole de se ressaisir.

- « Si vous ne pleurez pas pour ça, qu'est-ce qui devrait mériter vos larmes, hum ?
Bien sûr que la mort de John Hammond vous a ébranlé. Vous êtes un type normal, et un type normal est toujours pris de court devant la mort. A moindre d'être un sociopathe. Et si vous étiez un sociopathe, vous ne seriez pas là en train de... de me dire tout ce que vous êtes en train de me dire ?

On ne vit pas pour les autres, on vit pour soi. A quoi bon ces questions ? Vous n'êtes pas votre copine, à moins d'être télépathe. Vous avez deux choix : soit vous partez à sa recherche pour obtenir des réponses que elle seule possède, soit vous arrêtez de vouloir changer la réalité. La réalité des faits est qu'elle est partie. Elle n'est pas restée pour avoir votre aide, ou pour ne pas vous mettre en danger. Elle a fait son choix. Et pourquoi est-ce que ce choix devrait impacter à ce point votre vie ? Votre vie est déjà assez compliquée comme ça, avec la mort d'Hammond et de votre ami Josh. Ça, vous n'y pouvez malheureusement rien. Personne n'y peut rien. Par contre, son départ, c'est sa volonté et c'est elle seule qui peut changer ça. Si elle ne veut pas revenir, tout ce que vous pourriez faire ne la fera pas revenir. Par contre, vous êtes le seul à pouvoir travailler ici. La réalité, c'est qu'avant d'aller la chercher ou quoi ce soit, vous devez guérir, physiquement et mentalement. Votre vie ne dépend pas que de cette femme, même si elle est importante. Alors, reconstruisez le reste de votre vie hors elle, et après, faites le point.
Si vous voulez arrêter que tout soit difficile, alors commencez par vous reconstruire. Une chose à la fois. La chose la plus facile, la plus immédiate, c'est vous reconstruire professionnellement. Vous avez laissé tomber votre ancienne entreprise pour Jurassic World. Il est là, VOTRE choix. Ce parc, c'est VOTRE avenir. C'est ce que vous vouliez. Alors, finissez cette tâche, et plus tard, vous vous attaquerez à la suite.

Maintenant, on se mouche, on respire, on boit son café et vous regardez les rotations de plannings des gardes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   Ven 5 Fév 2016 - 17:48



Cole regardait cette femme comme s'il s'agissait de son dernier espoir, comme si elle était la clé, la réponse à tout ses problèmes. Il n'avait pas tellement l'habitude de se reposer sur quelqu'un à ce point et la dernière personne avec qui il avait été comme ça était Shaélynn.


- « Si vous ne pleurez pas pour ça, qu'est-ce qui devrait mériter vos larmes, hum ?
Bien sûr que la mort de John Hammond vous a ébranlé. Vous êtes un type normal, et un type normal est toujours pris de court devant la mort. A moindre d'être un sociopathe. Et si vous étiez un sociopathe, vous ne seriez pas là en train de... de me dire tout ce que vous êtes en train de me dire ? On ne vit pas pour les autres, on vit pour soi. A quoi bon ces questions ? Vous n'êtes pas votre copine, à moins d'être télépathe. Vous avez deux choix : soit vous partez à sa recherche pour obtenir des réponses que elle seule possède, soit vous arrêtez de vouloir changer la réalité. La réalité des faits est qu'elle est partie. Elle n'est pas restée pour avoir votre aide, ou pour ne pas vous mettre en danger. Elle a fait son choix. Et pourquoi est-ce que ce choix devrait impacter à ce point votre vie ? Votre vie est déjà assez compliquée comme ça, avec la mort d'Hammond et de votre ami Josh. Ça, vous n'y pouvez malheureusement rien. Personne n'y peut rien. Par contre, son départ, c'est sa volonté et c'est elle seule qui peut changer ça. Si elle ne veut pas revenir, tout ce que vous pourriez faire ne la fera pas revenir. Par contre, vous êtes le seul à pouvoir travailler ici. La réalité, c'est qu'avant d'aller la chercher ou quoi ce soit, vous devez guérir, physiquement et mentalement. Votre vie ne dépend pas que de cette femme, même si elle est importante. Alors, reconstruisez le reste de votre vie hors elle, et après, faites le point. 
Si vous voulez arrêter que tout soit difficile, alors commencez par vous reconstruire. Une chose à la fois. La chose la plus facile, la plus immédiate, c'est vous reconstruire professionnellement. Vous avez laissé tomber votre ancienne entreprise pour Jurassic World. Il est là, VOTRE choix. Ce parc, c'est VOTRE avenir. C'est ce que vous vouliez. Alors, finissez cette tâche, et plus tard, vous vous attaquerez à la suite. Maintenant, on se mouche, on respire, on boit son café et vous regardez les rotations de plannings des gardes. »



       Les yeux du jeune homme pétillaient encore davantage, sa manière de faire et sa façon de lui répondre semblait éclairer les choses, semblait lui ouvrir l'esprit. C'était comme si tout devenait plus clair, comme si tout était simple. Comment pouvait-elle garder une telle assurance ? Comment pouvait-elle rester la tête haute, imperturbable ? Cole, comme mécaniquement et encore tout retourné par toutes ses émotions, obéissait à la jeune femme sans broncher. Il se moucha, expira l'air de ses poumons, prit une gorgée ou deux de son café et... regarda Priscilla dans les yeux.


- « Merci. »


Et aussi étrange que cela puisse paraître dans une relation collègue-collègue qui venait déjà d'être bien ébranlé, il lui saisissait la main en réponse à ses mots et lui sourit.


- « Merci de m'avoir écouter et d'avoir supporter tout ça. Je... Je vous promets de faire des efforts et... Je m'excuse pour tout ce cinéma mais... Je crois que j'en avais besoin... »


Il lâcha sa main à peine brusquement, légèrement perturbé par sa douceur mais aussi par son geste dont il n'avait pas considéré la nature. Il lui sourit d'un air gêné et se tourna vers le dossier sur lequel Priscilla voulait qu'il travaille. Depuis que le parc s'était fait attaquer et depuis que l'existence potentiel d'espionnage industriel au sein de l'entreprise avait été mis à jour, la sécurité avait grandement été augmenté. Le nombre de gardes avait au moins été multiplié par trois, le nombre de caméras dans le parc nécessitait également l'accroissement du pôle informatique pour résoudre les pannes qui ne cessaient d'affluer. Quant aux infrastructures, c'était à se demander si certaines portes nécessitait pas deux badges, certaines étaient même équipés de serrure biométrique à empreinte digitale. Si Hammond avait pu voir ça, il aurait très certainement pu citer une de ses phrases préférées tellement l'enjeu y était exorbitant. La nouvelle administration semblait déterminé à ne pas reproduire les mêmes erreurs au point où il en devenait très rapidement paranoïaque.


- « Alors, par où nous commençons ? », fit-il en souriant, les yeux encore humide.

Cole était vraiment déterminé à lui montrer qu'il allait faire des efforts et que ce n'était pas des paroles en l'air et cela impliquait donc de, justement, s'impliquer dans son travail. Il n'était pas pressé mais il fallait essayer, c'était la base après tout. Reprendre un rythme, reprendre ses tâches habituelles.

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre V : Rencontres Inattendues   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre V : Rencontres Inattendues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» Chapitre 1 : L'arrivée .
» Histoire de l'économie mondiale, chapitre 1
» ~ Chapitre I : Interprétation des rêves ~
» [CHAPITRE 4] Le monde des sorciers s'embrase.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2/ Chapitre 4 : Isla Vanthua-
Sauter vers: