Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henry Wu

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 26/10/2014

MessageSujet: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Dim 26 Oct 2014 - 11:18

Opération Urgente


 


* Intitulé de Mission : "Génétique et Imagination"

*  Contexte :

Le professeur Wörst souhaite expérimenté une nouvelle façon d'établir un génome en créant une toute nouvelle espèce de dinosaure. Serez vous assez fou pour tenter l'expérience ?

Participants :

- Gregory Morrison
- Henry Wu
- Wellan Wörst

* Dinosaures Probables :

- Allosaurus

* Gains Potentiels :

- Haut grade Scientifique
- 2000 $





Henry Wu, est l'ancien chef généticien d'InGen. Il était chargé et responsable de la création des dinosaures dans le parc.

Deux semaines après la mort du scientifique Norman Atherton, John Hammond décide de rencontrer Henry Wu. Le jeune homme alors âgé de vingt-huit ans était en train de passer son doctorat à Stanford dans le laboratoire du chef scientifique Norman Atherton lorsqu'Hammond lui proposa de le rejoindre dans son projet. A l'époque, tout le monde savait au laboratoire que Norman Atherton avait travaillé avec John Hammond sans vraiment connaître la nature exacte de leur collaboration. Norman affirmait que Henry Wu était le meilleur généticien de son laboratoire et il l'avait recommandé à John Hammond pour son projet.
En cinq ans seulement, Henry Wu était parvenu à clôner un nombre important de dinosaures et la gloire allait probablement lui sourire. Contrairement à ce que John Hammond lui avait dit au départ, il ne s'agissait pas de clôner des reptiles et il avait vite compris que les dinosaures étaient plus proche des oiseaux. Il avait principalement été chargé de tâches d'administration, surpervisant des équipes de chercheurs et des batteries de robots séquenceurs. Les dinosaures n'étaient pas parfait et il était dur d'arriver à un résultat convenable. Comme il arrivait qu'il y ait des imperfections, le laboratoire produisaient une nouvelle version de cette espèce ce qui permettant de savoir laquelle se trouve dans le parc et donc de contrôler plus facilement la gestion des dinosaures.
Henry Wu aurait aimé démarrer une version nouvelle, la version 4.4 et remplacer l'ensemble des animaux mais John Hammond refusa. Le scientifique aurait souhaité rendre plus lent les dinosaures et mieux domestiqués pour pouvoir d'une part mieux les contrôler et d'une autre pour pouvoir donner selon lui ce à quoi s'attente réellement les visiteurs.
Il est celui qui a eu l'initiative d'ajouter de l'ADN d'amphibien pour compléter les lacunes génétiques. Peu de temps après l'incident d'Isla Nublar, il y eut une découverte qui fit la fierté d'Henry Wu. Les dinosaures possédant l'ADN d'amphibien eut la possibilité de se reproduire, les dinosaures étaient donc pour ainsi dire parfaitement recréer.
Il n'a pas vécu l'horreur de l'incident Isla Nublar, il prit le dernier bateau du port de la côte Est avant que la tempête frappa l'île.
Tout fut caché et il eut pour obligation de signer un papier lui empêchant de publier ou de révéler quoi que ce soit sur son travail. Déçu, trahi et blessé, Henry Wu est réafecté dans un petit secteur scientifique d'InGen ou il attends son heure.  

Récemment, l'arrivée d'Handréas à la tête du Jurassic Park à permis à ce scientifique d'une cinquantaine d'année désormais, de revenir en temps que maître à bord des créations génétiques pour le parc, en temps que chef de section.
On ignore encore les relations que possèdent les deux hommes mais on sait que Wu ne serait pas revenu sans un petit pactole et une carte blanche sur les projets génétiques laissés derrière lui il y a 20 ans.
C'est un tout autre homme désormais, qui a eu l'opportunité de parfaire ses connaissance et sa fermeté. Allié ou ennemi, il faudra s'en méfier.

Les raisons de sa présence sur Isla Sorna n'étaient pas encore bien claires, mais Henry était manifestement venu sur les lieux depuis très longtemps car il semblait connaitre l'endroit comme sa poche. Il se dirigea automatiquement vers le Poste Avancé Scientifique pour y retrouver les centrifugeuses et les couveuses géantes destinées à ses prochaines heures de travail.
On lui avait promis l'aide de deux recrues de pointes. Un homme à la cinquantaine d'année tout comme lui et un scientifique très prometteur qu'Handréas lui avait chaudement recommandé.

Henry n'était pourtant pas de ces gens qui se laissait avoir par de belles paroles. Calculateur, il savait qu'il nommerait comme son bras droit celui qui aura un esprit ouvert et qui se rapprochera le plus de ses idées de travaux sur la génétique. Gregory ? Wellan ? Il ne savait pas encore.
Des bruit de pas se faisait entendre derrière lui, tandis qu'il enfilait la blouse blanche des scientifiques du parc. Qui cela pouvait-il être ?


Dernière édition par Henry Wu le Dim 4 Jan 2015 - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Wirricks

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Sam 22 Nov 2014 - 12:16

Quelques heures plus tôt, sur Isla Nublar…

Lorsqu’elle avait reçu le message, elle s’était dit que la chose serait simple.
« Mlle Wirricks, Nous requérons votre assistance… »
Jusque-là pas de problèmes.
« … au laboratoire section génétique de Isla Sorna.  »
Qui ? Quoi ? Comment ? Quo Vadis ?
Étant la nouvelle, Ashley préféra ne pas poser trop de questions. Elle avait déjà parcouru le système informatique de tout le parc. Pas entièrement, évidemment, car le système était tellement colossal qu’elle aurait eue besoin de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois pour décortiquer le réseau informatique entier. Non, elle s’en était tenue à explorer les différentes branches du réseau. Par exemple, il y avait la branche des tours de safari, et une sous-branche pour chaque voiture du tour. Ailleurs, il y avait une section pour l’enclos des Galli… Gallo... galipettes. Et à chaque fois, une sous-branche pour chaque section de l’enclos. Tout cela n’était pas sur un écran avec des chiffres et des lettres. Ça, ce n’était que dans les vieux films. Non, aujourd’hui la place est à une interface simple, pratique, et efficace. Ce n’est qu’en cas de bogue qu’il faut se plonger dans les lignes de code, algorithmes, fonctions, matrices, trouver la petite parcelle de donnée (parfois un caractère de trop) qui fait tout merder. Son monde à elle.

Elle partit donc, une carte du parc (adaptée aux employés) à la main. Sur la carte, elle repéra le bâtiment qui représentait le port (un bâtiment avec un petit bateau  sur le toit, trop mignon), à l’Est des locaux informatique (petit bâtiment en forme d’ordinateur). Étant très douée avec les cartes, elle calcula que le trajet à pieds serait de dix minutes. Elle avait marchée pendant 2 minutes lorsqu’elle vit une grande montagne. Or, cette montagne était à l’Ouest. Bref, le trajet serait de 12 minutes.  « Très douée avec les cartes, mon œil. »

C’était une petite vedette qui l’emmena vers cette île voisine, Isla Sorna. Le pilote n’était pas du genre bavard. C’est pourquoi, après une heure de navigation, Ashley lui demanda un peu d’info sur cette autre acquisition d’Ingen. D’après ce qu’elle en avait compris, Isla Sorna était un genre de réserve naturelle préhistorique, ‘un monde perdu’ artificiel, crée par l’Homme. C’est de là que tout avait commencé, que les dinosaures étaient créés. Le site était resté protégé pendant longtemps, car ça, elle s’en rappelait. Elle ne devait pas avoir 10 ans quand cette affaire a éclaté, « l’incident de San Diego ». Après ça, Ingen avait fait interdire le site et ses alentours, ce qui rendait la réserve hors d’atteinte. Et c’était donc là. C’était cette île, la réserve.

Une heure plus tard, elle se retrouvait sur la terre ferme de Sorna. Elle se dirigea vers ce qui ressemblait à un QG. En regardant autour d’elle, elle vit les différentes barrières placées l’une derrière l’autre, censées définir un périmètre de sécurité. « Comme une réserve naturelle… »
À l’intérieur, il n’y avait personne. C’était vide. Quoique… Ashley entendit une voix venir d’un bureau fermé. Elle se dirigea vers la porte. Il y avait une sonnette à côté de la porte. Elle sonna.
*Entrez !
C’était une voix de femme, une voix atteignant des octaves qu’elle, en tout cas, ne pouvait atteindre. Elle ouvrit la porte et découvrit une petite femme à lunettes, assise à son bureau, le téléphone collé à l’épaule.
*Oui, qu’est-ce que c’est ?
Encore cette voix si aigue. La scène était plutôt comique, mais, et Ashley ne pouvait l’expliquer, cette femme dégageait un aura de respect. Elle avait l’air d’une secrétaire passionnée par son travail, et pourtant, elle n’avait pas l’air fragile du tout.
-Euh, on m’a demandé de venir pour…
*Chutchutchutchutchut !
Ashley la regarda sans comprendre. La secrétaire enchaîna immédiatement :
*Vous êtes la nouvelle stagiaire ! Oui oui oui, on m’a prévenue de votre arrivée. Vous venez du continent, n’est-ce pas ?
Elle parlait rapidement, comme si elle était stressée. Ou bien, elle parlait toujours ainsi.
-Je…, commença-t-elle.
*Oui oui oui. Venez, nous allons passer dans la salle de réunion.
La secrétaire verrouilla la porte du bureau avant de se diriger vers une porte à l’autre côté du bureau. Elle la tint ouverte à Ashley, en lui faisant signe de se dépêcher de passer à la salle suivante. Ashley s’exécuta, hésitante. La salle de réunion était dans un état nickel. Il y avait un dossier sur la table en forme de 0. Derrière elle, la secrétaire avait refermé la porte et activée toute sorte de verrou, dont un qui s’apparentait à un coffre-fort.
*Voilà, tout est fermé. Mlle Wirricks, n’est-ce pas ?
-Oui, mais je…
*Parfait ! dit-elle en souriant. Cette salle est fermée hermétiquement, rien n’entre, rien ne sort. Alors, tout ce que je vais vous dire, vous le gardez pour vous, au moins jusqu’à ce que vous soyez au laboratoire, d’accord ?
Cette femme semblait à présent bienveillante, bien qu’elle parlait toujours aussi vite. Ashley sentait qu’elle pouvait lui faire confiance, bien que cette histoire prenait des drôles de tournures…
-D’accord.
*Parfait ! Voyez-vous, nous sommes obligés de prendre toutes ces précautions. Laissez-moi vous expliquer…
Elle ouvrit le dossier. Il n’y avait pas grand-chose dedans, juste une lettre, la carte d’un bâtiment et un post-it avec quelques noms. Ashley eut le temps de lire ‘Gregory Morrison’…
*Voilà. Votre tâche sera d’assister une équipe sur la création d’un dinosaure. C’est génial, non ?! dit-elle en souriant. Mais là, vous vous dites, qu’est-ce que moi, en tant qu’informaticienne, je fais dans un laboratoire ?
Ashley sourie, totalement en confiance à présent.
-Exact.
* Eh bien eh bien, l’intéressant, c’est que vous allez tester une nouvelle méthode de création de génome. Et pour ça, ils auront besoin d’un petit coup de main avec les ordinateurs. C’est aussi pour cela que nous devons rester prudents !
Ashley comprit à présent ce qu’elle faisait là. Elle hocha la tête en souriant.
*Voilà voilà ! Allez-y, je crois qu’ils vous attendent.
-Ils ? Ils sont combien au juste ?
*Oh, vous n’allez pas vous ennuyer ! 2 ou 3 hommes, si je ne me trompe pas !
Ashley digéra l’info. Elle devait se taper 3 mecs qui allaient sans doute jouer les chefs avec elle. Dieu qu’elle détestait les hommes…
*Ah j’oubliais ! Le responsable de cette petite opération est le docteur Henry Wu. Vous en faites pas, c’est celui à la tête d’asiatique. Enfin, dites à personne que je vous l’ai décrite comme ça ! Ah, et voici une petite carte. Ça devrait vous aider à trouver le laboratoire. Tenez, nous sommes là, et le labo est là. 5 minutes de marche et vous y êtes !
-Merci, dit-elle chaleureusement.
Une fois sortie du QG, Ashley était à nouveau dans ce monde sauvage sur lequel elle avait accosté. Cette solitude qui était présente sur cette île la dérangeait. Le contraste entre Nublar et Sorna était tout simplement bizarre. Tout comme celle entre cette secrétaire et une réserve naturelle. Préhistorique.

Pour une fois, elle ne se trompa pas dans la lecture de la carte. Elle atteignit les laboratoires après quelques minutes de marche. C’était un grand bâtiment blanc. Ashley entra et prit la direction des laboratoires de reconstitution génétiques. Sur la carte était écrit « laboratoire D1 ». C’est à la porte de celui-ci qu’elle s’arrêta un instant. Elle respira profondément et franchit la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Morrison

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 24
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Lun 8 Déc 2014 - 14:26

10h00

Une horreur. Cela faisait seulement quelques jours qu'il vivait sur cette île, Isla Sorna, et sa toute nouvelle profession lui rappelait déjà sensiblement son ancienne. Pour son plus grand plaisir. Il avait cette horrible impression de déambuler dans un gigantesque hôpital avec un nombre incalculable de tâches sous le bras. C'était ensuite à lui de voir les priorités, c'était à lui de choisir quoi laisser tomber, quoi laisser de côté. Tout cela avait un poil affecter ses capacités au début puisque, par exemple, il se plantait dans les prénoms. En même temps, les nouveaux affluaient tellement vite, les stagiaires étaient tellement éphémères que l'on pouvait très facilement les comparer à des mouches tournant un peu partout à la recherche d'une quelconque information à se mettre sous la dent, une bride de paroles, à obtenir on ne sait quoi pour twitter on ne sait quelles conneries pour, très probablement, faire son intéressant(e). Pas un seul n'avait une once de chance ici, pas un seul n'avait un avenir dans ce parc. Ce n'était que des putains de gosses et on les exploitait. On leur faisait toucher ce qu'ils ne toucheront plus jamais. Les laboratoires ressemblaient davantage à une fourmilière qu'à autre chose, un bureau de Wall Street. On gueulait ici et là, Gregory avait une tête pas possible mais il se retenait bien que sa canne lui picotait l'envie de cogner sur ces innombrables imposteurs.

Quoi qu'il en soit, on pouvait le dire, c'était une journée comme les autres. Qu'est-ce qu'il n'aurait pas fait pour un peu de repos. Ses sommeils étaient légèrement agités, autant que ces apprentis « scientifiques » l'étaient. Les douleurs persistaient toujours malgré son voir « ses » traitements. Choses que les gens ne se rendent pas compte. A vrai dire, ils ne se rendaient compte de pas grand chose. Ils pensaient qu'à tronche, ils se regardaient sans se voir. Les joies de l'humanité. On ne voit pas, on ne cherche pas à comprendre ou à excuser, à prendre son temps et à observer. On voit des humains mais on ne voit aucune humanité. C'était la triste vérité de nos jours. Ces stagiaires étaient là simplement parce qu'ils se sentaient chanceux d'avoir une place telle que celle ci. Les scientifiques attitrés, seulement pour gagner de l'argent et, éventuellement, s'impliquer dans un projet totalement délirant d'un vieux cadavre déjà en décomposition. Cela n'avait aucun sens, on se dirigeait vers l'ombre, on allait droit au mur et les gens se levaient chaque matin pour appuyer un peu plus sur l'accélérateur. Pouvait-on être débile à ce point ? Probablement que oui. Et quel était son rôle là-dedans ? L'ennui incommensurable qui l'emplissait provoqua un bâillement peu discret mais dont personne n'en remarqua l'haleine. Si ces couillons étaient moins égoïste on ne baignerait probablement pas dans une merde pareille. La seule chose qui animait réellement cette journée était cette e-mail qu'on lui avait envoyé, le mettant largement à l'écart de tout ces petits projets, de toutes ces brassements d'airs inutiles qui insupportait. Il était ici pour faire de la science, pour avancer dans son projet personnel et il allait enfin pouvoir en faire, il allait enfin voir la nature de la réelle progression technologique d'InGen. A quelle point cette entreprise était avancée par rapport aux autres ? C'était une question qu'il s'était posé un bon nombre de fois au point même qu'il avait quitté son ancien métier pour celui là, rat de laboratoire parmi tant d'autres, il cherchait à se démarquer et à se faire un nom. Un dénommé Henry Wu lui avait alors donné rendez-vous en fin de matinée pour un petit projet personnel plus ou moins secret comme lui avait dit, difficile à tout suivre et à tout comprendre. La création d'un nouveau dinosaure. Le concept même voulait rien dire en soit puisque de toute évidence les dinosaures présent dans le parc n'en étaient pas des vrais. C'était tout au plus des grenouilles géantes à l'apparence des dinosaures tel qu'on les imaginait. Du viol génétique, voilà ce que c'était. C'était passionnant et aussi violente l'opération puisse-t-elle paraître, Gregory respectait Henry Wu. Le géniteur de cette formule magique que plus d'un serait prêt à payer d'un bras ne serais-ce que pour avoir un morceau de celle-ci. Il connaissait le personnage de sa réputation mais n'avait jamais eu la chance de le rencontrer, choses dont il remerciait InGen. Le vieillard aurait préféré l'avoir au téléphone pour en apprendre davantage mais un e-mail lui convenait amplement et il était patient. La rencontre n'allait pas tarder.  


13h15

Gregory s'était dépêché d'engouffrer une ou deux parts de pizza malgré son non-appétit durant la pause du midi. Cela faisait déjà près d'une demi-heure qu'il attendait, plus que ponctuel, il ne voulait pas perdre de temps pour des choses, des broutilles aussi banales que... Manger. Certes, c'était un concept relativement étrange mais à ce stade de pensées il mettait ses besoins de côté. Il voulait vrai-ment travailler sur ce projet. Il n'avait à l'heure actuelle aucune idée de quoi il s'agissait mais quelques choses lui laissaient entendre que cela serait grand et super cool. Un résumé un peu pittoresque de l'idée que l'on pouvait se faire de la science mais il se sentait un peu comme un enfant. Il était devenu impatient, curieux, totalement excité et agité. L'ironie est que c'est ce qu'il détestait chez les autres scientifiques, stagiaires et autres humains. Là, il semblait y avoir un écart considérable avec le reste et ce silence, malgré les machines encore en train de construire on ne sait quelle structure, en témoignait largement l'étendue. Cela faisait bien depuis son arrivée ici qu'il n'avait pas eu un seul instant sans avoir de bourdonnements, de hurlements ou de bégaiements dans les oreilles.

       A 13h30 tout pile il pénétrait à l'intérieur du laboratoire, une section peut active et donc peut animer de l'établissement puisqu'elle était réservée exclusivement à ce que l'on qualifiait de très gros projets. Certaines machines que l'on pouvait trouver dans cette salle étaient des merveilles de la technologie actuelle et tout portait à croire qu'elle était unique au monde. De quoi faire jubiler, si ce n'est plus, n'importe quels scientifiques de cette maudite Terre pendant un mois entier. Triturer tout ces boutons et leviers, joystick et autres mécanismes, aussi bizarre que cela puisse paraître, on pouvait résumer la quasi-intégralité des activités de ces « scientifiques » en ces quelques mots. Un gosse à qui on donnait un micro-processeur. C'était l'idée. La mécanique et la science étaient étroitement lié depuis le début, autant que la science l'était à la nature. Les machines se mettaient en mouvement et se basaient sur des principes physiques, des règles que la science avait établis sans même qu'on le sache encore. Des rotations, des engrenages, des translations. Ces règles, tout étaient si bien pensé, si parfait que bien des scientifiques, aussi intelligent pouvaient-ils l'être, en venaient à croire à une ou des puissances supérieurs derrière tout ça. Assez contradictoire comme courant de pensées mais cela pouvait se défendre. Cette théorie ne tenait pourtant pas la route mais Gregory respectait ces idéologies. L'univers entier est construit sur un immense réseau chaotique, la Terre est un condensée de choses chaotiques explicables ou non, un mélange conflictuelle insensé et totalement infini de pensées que des milliards d'humains se jetaient à la figure chaque seconde. Comment pouvait-on penser qu'un Dieu soit à l'origine de tout ça ? Peut-on imaginer que Dieu peut créer la vie et des miracles mais qu'il ne peut changer la nature humaine ? Si Dieu est capable de créer, il est capable de détruire alors pourquoi ne pas partir sur de bonnes bases ? Si nous sommes une gigantesque expérience pour lui, pourquoi ne pas passer à un autre sujet ? Et si c'était le cas ? Et si la Terre n'était en vérité qu'un cas sur X ? Et si nous étions une simple expérience ayant mal tournée ? Comment pouvait-on imaginer que d'un père et d'une mère imparfait naissent un génie tel que lui ? Cette idée, aussi narcissique soit-elle, relevait d'une véritable idée derrière : la génétique. Par un miracle indistinct, totalement invisible peut naître de deux choses totalement délectable et indéfinissable un condensé de beauté et de fantastique. La génétique est un art naturel et incontrôlable mais, nous, humain tentons pourtant l'impossible. Notre stupidité nous fait reculer devant rien, nous fonçons dans un mur sans nous en rendre compte et nous y allons avec le sourire en plus de cela. Sur un mouton cloné, combien en ont-ils payé le prix ? Sur un vaccin terminé, combien de souris sont décédés ? Sur un « dinosaure » créé, combien d’expériences ont-ils échoué et à quelles mesures peut-on imaginer que ce rendu final est une réussite ? Des grenouilles géantes.

       Un étrange personnage se trouvait déjà sur place, Gregory, d'un air amical, se dirigeait déjà dans sa direction avec un léger sourire au coin des lèvres. Voilà une personne avec qui parler véritablement de choses intéressantes et sensé. Gregory était un humain et comme tout humain il faisait ce qu'il pensait être le plus humain à faire. La contradiction. Penser et faire dans la mesure du possible la chose la plus éloignée. Il détestait la génétique et ce qu'elle impliquait mais sa fascination pour elle était beaucoup plus forte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Wu

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 26/10/2014

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Dim 4 Jan 2015 - 13:53

Mais qui est donc Henry Wu ? Il est vrai que depuis qu'Elina Moldovan avait quitté son poste, cet homme était apparu de nulle part, sortit tout droit des usines scientifiques d'InGen. Personne ne l'avait jamais vu ici et il restait un mystère pour toutes les recrues présentes depuis quelques temps déjà.

Henry est le généticien de Jurassic Park, d’origine japonaise. C’est lui qui a créé les dinosaures et les a rendu plus facile à contrôler en modifiant leurs génomes. Ainsi, il a fait en sorte que tous les dinosaures soient du même sexe (femelle), afin qu’ils ne se reproduisent pas. De plus, il les a créé déficients en lysine, pour qu’il ne puissent pas survivre en liberté. Ces deux précautions ont finalement échoué, la première parce que pour compléter les ADN des dinosaures, il les a combiné avec de l’ADN de grenouille rana, une espèce qui a la faculté de changer de sexe. La deuxième parce que les dinosaures ont comblé leur déficience en lysine en mangeant du soja, qui en contient. Henry savait que les créatures auxquelles il donnait naissance étaient dangereuses. Il pensait pouvoir les maîtriser, mais la vie a trouvé son chemin. L’œuvre de Henry Wu fut un échec. Malheureusement, l'ouragan d'Isla Nublar ne lui permettra pas de se racheter et il prendra le premier ferry pour quitter l'île à temps. Plus tard, après avoir appris la catastrophe, Hammond le protégera en l'affectant à un petit job scientifique de la branche InGen pour éviter tout soupçon et lui assurer un salaire correct pour le travail effectué toutes ces années. Tentant de résonner ce dernier pour essayer de faire quelque chose afin de remettre sur pied le Jurassic Park, Wu se fait rembarrer et découvre en Hammond une personne arrogante, obstinée et irrespectueuse. Il reconnait les conséquences de son expérience mais il se justifie au nom du profit.
C'est bien simple, sans John Hammond, il n'y aurait pas de Jurassic Park. Il représente le rêveur idéaliste qui ne voit pas que son rêve utopique n'est pas réalisable sans d'énormes concessions. Mais Hammond est aussi le type même du capitaliste, n'hésitant pas à manipuler la nature pour faire d'énorme profits, sans se demander s'il en a le droit. Il est également fier et autoritaire. Henry l'a remarqué et il décida donc de se faire oublier en acceptant les tâches qui lui étaient conférés. Il n'arrêta jamais cependant de travailler sur de nouveaux génomes et de nouvelles espèces au cas ou un jour, on le convoquerais pour prendre part à un nouveau projet pour le parc.

Mais depuis le temps, une nouvelle équipe était en place, le parc fonctionnait et on avait oublier le docteur Wu au fond d'une petite société dépendante d'InGen. Il n'oeuvrait pas au grand jour, mais contribuait à la recherche pour John Hammond en lui fournissant de nouvelles espèces et des méthodes d'extractions avancées.
Le scientifique d'origine asiatique ne fut rappeler que récemment et à sa plus grande joie. Il serait responsable de la réalisation des espèces sous la direction de Claire, une jeune femme à la chevelure rousse, experte en biotechnologies.
Si a demoiselle n'était pas encore là c'est à la demande de Tim Murphy. Si on lui avait dit un jour que ce serait le petit fils d'Hammond qui le réengagerais il ne l'aurait jamais cru.

On lui avait donné des consignes simples : Participer à la réalisation des futures espèces du parc, remettre d'aplomb le parc pour une réouverture et surtout de ne pas faire confiance à un certain Handréas actuel PDG d'InGen. Wu ne comprenait pas trop à qui il devait des comptes ni comment était élaboré la hiérarchie dans toute cette histoire, mais il avait retrouvé le job de ses rêves et il était prêt à l'accomplir.

La mission d'aujourd'hui était d'accueillir deux membres du Jurassic Park pour leur présenter de nouvelles manières rapides et efficaces pour constituer le génome d'un nouveau dinosaure. Henry avait travaillé sur de nombreuses espèces comme Chasmosaurus, Quetzalcoatlus, Tsintaosaurus, Tarbosaurus et même Liopleurodon. Il n'avait qu'une hâte : montrer son savoir faire aux autres scientifiques du parc. Mais voilà, il n'était pas le seul. On lui avait appris qu'un confrère répondant au nom de Wellan, devrait venir superviser son travail d'ici quelques heures. Autant qu'il fasse connaissance et qu'il s'active avant l'arrivée de cet énigmatique personnage.

Lorsqu'il vit arrivé Ashley et Gregory, il leur tendit la main amicalement et se présenta à eux :


- "Henry Wu, enchanté de faire votre connaissance. Nous allons de ce pas travailler à la renaissance d'une espèce disparue. Avez vous des questions ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Wirricks

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Ven 9 Jan 2015 - 22:09

Ashley était aux anges. Toutes ces machines!
Le nec plus ultra du high-tech était assemblé dans cette salle qui semblait venir d'un futur lointain, transporté dans le temps par une certaine DeLorean. Pourtant, c’était bel et bien le présent. Il y avait là un superordinateur, des machines plus complexes les unes que les autres, des microscopes et des tas d'autres trucs d'études biologiques.
Et puis il y avait les deux homos sapiens masculins en plein milieu.
Sérieusement, Ashley avait une dent contre les hommes. Ils passent leur journées à faire des trucs inutiles, à chercher des poux aux autres, à se la péter genre "wesh, moi j'suis plus doué que toi dans ça et patati"... Et encore, là elle était gentille. Les pires ne foutent rien, passent leur temps à boire de la bière, à péter et roter. Voilà. C'est pour ça qu'existent les hommes. Ensuite, seulement, il y avait le pire du pire, le genre auquel on ne peut même pas donner de nom tellement ils sont ignobles. L’exemple type, c’était son géniteur : irresponsable. Le genre qui n’assume pas les conséquences de ses actes, qui fiche le camp sans laisser de trace.
Ashley ne savait elle-même pas d’où était venu sa quasi-haine envers les hommes. Elle remontait aux premiers amours de secondaire, desquels elle gardait un très mauvais souvenir. Mais cela n’expliquait pas tout. Tout le monde fait connaissance de ses premiers amours, ce n’est pas comme si elle était une exception. Le fait est qu’elle n’avait jamais eu de père. Peut-être avait-elle reconnue son père en tous les garçons qu’elle connaissait ? Franchement, c’était comme si elle avait perdue tout ressentis émotionnel envers le sexe opposé. Pourtant, elle n’était pas lesbienne non plus, ça c’était absolument certain. Non, franchement, c’est comme si ce cœur qui battait dans sa poitrine ne faisait plus que battre afin de faire circuler le sang à travers ses veines.
Ce qui, scientifiquement parlant, est un fait.
Le problème est tout simplement que ces pensées sont endoctrinées dans sa tête, très profondément, à tel point qu’elle ne se rend pas compte qu’elle pourrait changer d’optique par la simple force de sa volonté.


Dans le genre princesse, fallait laisser tomber. Malgré sa beauté trompeuse, Ashley était une fille dure. Hélas, elle  devrait faire preuve de respect, surtout qu’il s’agissait de son premier boulot.

- "Henry Wu, enchanté de faire votre connaissance. Nous allons de ce pas travailler à la renaissance d'une espèce disparue. Avez-vous des questions ?"
Ashley observa l’Asiatique. Il n’était pas très costaud, bref le genre à faire travailler sa tête plutôt que ses bras. Il ne faisait pas boss, mais plutôt dans le style « nous allons faire un atelier pratique ensemble afin de déstabiliser les règles de la nature ! ». Enfin, ça restait son patron tout de même. Et puis elle allait pouvoir apprendre des choses. Pas que ça l’intéressait tant que ça, mais bon, avoir l’air intéressé, c’était toujours des bons points dans un job. Ashley se rappelait comment un job d’une semaine était devenu un job d’été pour toutes les vacances, lorsqu’elle avait 17 ans. Elle s’était intéressée de plus près à la cuisson qu’effectuait un boulanger de sa ville sur ses pains. Du coup, le mec l’avait gardée toutes les vacances. « C’est bien d’avoir des personnes intéressées qui travaillent ! » Elle comptait bien appliquer cette technique ici.
- Disparue ? Comme toutes les espèces de ce parc, n’est-ce pas ?
Elle ajouta à cela un joli petit sourire. L’arme fatale.
- Mais dites-moi, comment ramène-t-on un animal vieux de plusieurs millions d’années à la vie ? Et qu’est-ce que moi, en tant qu’informaticienne, je suis censé faire là-dedans ?
Car oui, de ce côté-là elle n’était pas tout à fait éclairer. La secrétaire du QG l’avait briefé, mais elle ne savait toujours pas comment son travail pouvait aider les généticiens.
Minute. Ashley se concentra un instant afin de se rappeler ses cours de biologie. La génétique avait été l’un des chapitres de la dernière année de secondaire. Elle se souvint vaguement de l’ADN, qui était la base de toute forme de vie. L’ADN était assemblé en chromosome. L’homme en a 48 paires et le singe 46. Ou bien l’inverse. Mais pour que l’ADN soit fonctionnel, il fallait qu’il soit entier. Comme le code source d’un programme. Une seule petite erreur et c’est le crash. Il y avait un mot pour ça, Ashley le savait. Elle l’avait sur le bout de la langue… génome.
Oui oui, c’était clair. Elle avait lue dans des revues biotechniques qu’on pouvait afficher l’ADN sur ordinateur, grâce à des machines sophistiquées. Quelqu’un qui avait de l’expérience dans la manipulation des systèmes informatiques pouvait facilement décoder l’ADN. Evidemment, le faire manuellement prendrait des années, alors il faudrait trouver l’astuce. Et comme l’ADN est différent pour chaque espèce, on ne pouvait réutiliser le même processus de recherche pour une nouvelle espèce. Comme on ne peut réutiliser la même programmation pour un autre logiciel. Logique.
Quoique… si Ashley avait pu faire la déduction, et que de toute façon l’article qu’elle avait lu datait d’un certain temps, cette technique n’avait rien de neuf. Quelque chose lui échappait. Elle risqua quand même :
- Si je comprends bien, je vais devoir vous aider à trouver des erreurs dans le génome ?
Une phrase, pas besoin de prendre plus de risque. Les relations humaines sont tellement compliquées. On n’a pas droit à l’erreur, tu fais une gaffe t’es grillée. Les ordinateurs sont tellement plus simples. Tu essaies quelque chose, si ça ne marche pas ça te fait ERREUR et il faut recommencer de façon différente, en tentant une autre approche.
En tous les cas, elle devrait traiter de l’information. Ce qui est un peu le but de l’informatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Morrison

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 24
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Sam 17 Jan 2015 - 16:59


       Gregory s'assit sur le rebord d'une table en attendant les directives, le laboratoire était spacieux et ingénieusement agencé. Le blanc des murs et du sol le rendaient encore plus grand. Aucune lumière extérieure pénétrait l'intérieur de l'enceinte de la salle, une lumière blanche artificielle emplit les lieux d'un « on ne sait quoi » scientifique. Elle venait vous aveugler d'un savoir incertain qui vous ne fatiguait pas les yeux. Le Dr. Wu s'avança vers eux et il tendit la main amicalement et prit la parole.


- « Henry Wu, enchanté de faire votre connaissance. Nous allons de ce pas travailler à la renaissance d'une espèce disparue. Avez vous des questions ? »

- « Disparue ? Comme toutes les espèces de ce parc, n’est-ce pas ? »


       Ajouta la jeune demoiselle à ses côtés accompagné d'un grand sourire. Gregory sourit à son tour devant l'insouciance de cette dernière, il se demandait qui pouvait-elle bien être. Elle n'avait pas l'allure d'une scientifique, elle ressemblait à une jeune stagiaire chanceuse d'être ici. Ce type, ce fameux docteur, lui semblait confiant. Malgré son âge plus ou moins avancé, bien que Gregory ne soit pas bien plus jeune, il donnait encore l'impression d'être un étudiant surdoué. C'est ce qu'il avait été un jour et ce qu'il serait probablement toute sa vie sinon, pourquoi serait-il encore là ? Ce Wu avait un passé ici et pas des moindres, la plupart de ces bêtes étaient vivantes grâce à lui. Avant que Gregory ne puisse intervenir, la jeune femme à ses côtés l'avait fait. Sa première question était de savoir ce qu'une sorte de gogo danseuse sortie tout droit d'un club ou d'un défilé pouvait faire ici, il allait avoir sa réponse d'ici quelques secondes très certainement. Son accoutrement et son apparence lui laissait dire ça et Gregory, bien qu'il ne jugeait habituellement pas sur ce genre de critère, si amusait pourtant parfaitement bien ici.  


- « Mais dites-moi, comment ramène-t-on un animal vieux de plusieurs millions d’années à la vie ? Et qu’est-ce que moi, en tant qu’informaticienne, je suis censé faire là-dedans ? »


       Donc elle n'était pas gogo danseuse, Gregory sourit de nouveau en la regardant. Pour une raison ou pour une autre, celle-ci l'amusait. Il était pourtant certain qu'elle aurait pu avoir un certain avenir dans le domaine. Tandis qu'il l'observait d'un certain air, elle poursuivait, toujours aussi insouciante et innocente. Elle était jeune et ce n'était sans aucun doute pas un hasard si elle se trouvait ici. Par curiosité, le vieux scientifique était impatient de voir comment elle travaillait. C'était à la manière de travailler que l'on pouvait connaître davantage une personne. C'est là que l'on pouvait véritablement voir si elle était consciencieuse, sérieuse, appliquée, organisée et toute les qualités ou défauts que l'on pouvait mettre sur ce mot.


- « Si je comprends bien, je vais devoir vous aider à trouver des erreurs dans le génome ? »


Gregory pouffa un instant, sourit et sur un ton ironique voir moqueur, il dit d'une grimace bien à lui :


- « Exactement ! Je me demandais la même chose, c'est dingue ça ! Qu'est-ce que vous foutez là ? »


Avant qu'elle ne puisse réagir à sa vanne douteuse et à son humour bancale, il ajouta en levant la main et en se tournant vers Wu comme un enfant aurait pu le faire :


- « Moi ! Moi ! J'ai une question ! Je me prénomme Gregory Morrison pour ceux ou celle qui ne le serait pas, dit-il en se tournant vers la jeune femme. Il se tourna ensuite à nouveau vers le Dr. Wu. Qu'allons nous étudier aujourd'hui professeur ? Est-ce que nous le savons déjà ou bien nous faut-il le découvrir ? Par où commençons nous ? Quelle expérience incroyable allons nous vivre aujourd'hui ?


       Il se tourna vers ce dernier inconnu qui n'avait pas encore pris la parole. Le personnage paraissait sombre, mystérieux comme s'il avait une face cachée, quelque chose qu'il ne montrait pas. Mais il semblait aussi pleins de ressources et à première vue intelligent. Il n'avait tout du moins pas l'air lent à la réflexion, ses yeux se lisaient comme une source inestimable de savoir, des lignes de code, de mots et de chiffres qui défilaient à toute allure à l'intérieur de son crâne. Cette chose informe baignant dans son liquide, un flux énergétique et électrique voyageait constamment de part en part contrôlant mouvement, vitesse, réflexe, pensées et mémoires. Gregory, perdu durant un instant, finit par dire :


- « Et surtout... La question qui me taraude le plus. Qui êtes-vous ? »


       Gregory l'observait d'un air presque suspicieux, les gens silencieux étaient  ceux dont il fallait le plus se méfier. Ils étaient fourbes, ouvraient la bouche uniquement pour dire des choses plus ou moins censées, intervenir au moment où on leur demandait. On ne savait jamais ce qu'il pouvait penser, dans une interminable attente, Gregory attendait ses réponses.
       Il savait déjà quel rôle allait pouvoir jouer la jeune femme dont il ignorait le nom pour l'instant. Lui, savait déjà comment extraire un génome. Elle, semblait ignorer tout de ce qu'elle faisait ici. Elle n'aurait très certainement rien à corriger ou tout du moins pas toute suite, elle allait plutôt les aider à extraire le génome et le reconstruire. Sur quoi allaient-ils travailler ? C'était sans aucun doute que sa présence servait un double but, la création et la naissance de nouvelles créatures mais la formation d'un personnel susceptible d'hérité de ce savoir. Gregory était d'autant plus honoré par cette idée là mais qu'en était-il vraiment ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wellan Wörst

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 03/01/2014

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Mar 3 Fév 2015 - 21:11

Les progrès de la connaissance et les développements techniques qui s'y rapportent dans le domaine de la biologie moléculaire et génétique et de la fécondation artificielle ont permis depuis un certain temps l'expérimentation et la réalisation de clonages dans le milieu végétal et animal.

En ce qui concerne le milieu animal, on a tenté, dès les années trente, de produire des individus identiques obtenus par scission gémellaire artificielle, modalité que l'on peut définir à tort comme clonage.

La pratique de la scission gémellaire dans le domaine zootechnique se diffuse dans les laboratoires d'animaux pour encourager la production multiple d'exemplaires choisis. En 1993, Jerry Hall et Robert Stilmann de la George Washington University ont publié des données relatives à des expériences de scission gémellaire (splitting) d'embryons humains de 2, 4 et 8 embryoplastes qu'ils avaient eux-mêmes réalisées. Il s'agissait d'expériences conduites sans le consentement du Comité d'éthique compétent et publiées pour « stimuler », selon les auteurs, la discussion éthique.

La nouvelle, parue dans la revue Nature du 27 février 1997, de la naissance de la brebis Dolly, due aux scientifiques écossais Jan Vilmut et K.H.S. Campbell avec leurs collaborateurs du Roslin Institute d'Edimbourg a, quant à elle, ébranlé de façon exceptionnelle l'opinion publique et a provoqué des prises de position de la part d'autorités et de comités nationaux et internationaux: en effet, il s'agit ici d'un fait nouveau et considéré comme bouleversant.

Ce fait présente une double nouveauté: la première est qu'il s'est agi non pas de scission gémellaire, mais d'une nouveauté radicale appelée clonage, c'est-à-dire la reproduction asexuelle et asexuée visant à produire des individus biologiquement égaux à l'individu adulte qui fournit le patrimoine génétique de base. La seconde nouveauté est que ce type de clonage proprement dit était considéré jusqu'à présent comme impossible. On pensait que l'ADN des cellules somatiques des animaux supérieurs, ayant désormais franchi le stade de la différenciation, ne pouvait plus redevenir totipotente comme au stade initial et, par conséquent, avoir la capacité de guider le développement d'un nouvel individu.

Une fois surmontée cette impossibilité supposée, la voie du clonage humain est apparue désormais ouverte, le clonage étant entendu comme la production d'un ou de plusieurs individus somatiquement identiques à la souche.

Ce fait a, à juste titre, provoqué des réactions angoissées et alarmistes. Mais, après une première phase d'opposition unanime, certaines voix ont voulu attirer l'attention sur la nécessité de garantir la liberté de la recherche, de ne pas condamner le progrès; et il a même été dit que le clonage serait à l'avenir accepté au sein même de l'Église catholique.

C'est pourquoi il est utile, avec le recul, et le temps ayant passé, de procéder à un examen attentif de ce fait qui a été ressenti comme un événement bouleversant.

Le clonage humain entre dans le cadre de l'eugénisme; il est donc exposé à toutes les remarques d' ordre éthique et juridique qui l'ont amplement condamné. Le clonage est « de par sa méthode, la plus despotique et, de par sa fin, la plus esclavagiste des formes de manipulation génétique; son objectif n'est pas une modification arbitraire de la substance héréditaire, mais bel et bien sa fixation tout aussi arbitraire en opposition avec la stratégie dominante dans la nature »

Il s'agit d'une manipulation radicale de la relation et de la complémentarité constitutives qui sont à l'origine de la procréation humaine, que ce soit sous l'angle biologique ou à proprement parler du point de vue des personnalités. Elle tend en effet à faire de l'existence des deux sexes un élément purement fonctionnel, lié au fait qu il faut utiliser un ovule, privé de son noyau pour produire l'embryon-clone; elle exige pour le moment un utérus féminin afin de porter à terme le développement de l'embryon. De cette façon, on met en œuvre toutes les techniques qui ont fait l'objet d'expérimentations dans le cadre de la zootechnique, réduisant ainsi la signification spécifique de la reproduction humaine.

C'est dans cette perspective que se situe la logique de la production industrielle: il faudra explorer et favoriser les études de marché, perfectionner les expérimentations et produire sans cesse des modèles nouveaux.

On assiste alors à une exploitation radicale de la femme, réduite à quelques-uns de ses fonctions purement biologiques (prêts d'ovules et d'utérus); des perspectives de recherche apparaissent tendant vers la possibilité de construire des utérus artificiels, dernière étape de la construction d'un « laboratoire » de l'être humain.

Dans le processus de clonage, les relations fondamentales de la personne humaine sont faussées: la filiation, la consanguinité, la parenté, l'engendrement. Une femme peut être la sœur jumelle de sa mère, ne pas avoir de père biologique et être la fille de son grand-père. Si la FIVETE avait déjà introduit une confusion dans les liens de parenté, le clonage, quant à lui, brise ces liens de façon radicale.

Comme dans toute activité artificielle, on « mime » et on « imite » ce qui a lieu dans la nature, mais seulement au prix d'une méconnaissance du fait que l'homme dépasse sa seule composante biologique qui, de plus, est réduite au mode de reproduction qui caractérise uniquement les organismes les plus simples et les moins évolués du point de vue biologique.

On répand l'idée que certains hommes peuvent exercer une domination complète sur l'existence d'autrui, au point d'en programmer l'identité biologique (sélectionnée en vertu de critères arbitraires ou purement instrumentaux) laquelle, bien quelle n'épuise pas l'identité personnelle de l'homme, qui est caractérisée par l'esprit, en est une partie constitutive. La conception sélective de l'homme aura d'autre part des conséquences culturelles graves également en dehors de la pratique (quantitativement limitée) du clonage, car elle développera la conviction que la valeur de l'homme et de la femme ne dépend pas de leur identité personnelle mais uniquement de leurs qualités biologiques qui peuvent être appréciées et donc sélectionnées.

Le clonage humain doit être jugé de façon négative également en ce qui concerne la dignité de la personne clonée, qui viendra au monde en vertu du fait qu'elle est une « copie » (même si ce n'est qu'une copie biologique) d'un autre être: cette pratique crée les conditions d'une profonde souffrance de la personne clonée, dont l'identité psychique risque d'être compromise par la présence réelle ou même seulement virtuelle de son « double ».

On ne peut pas non plus émettre l'hypothèse que puisse réussir la conspiration du silence qui, comme le remarquait déjà Jonas, serait impossible et tout autant immorale: puisque le « cloné » a été engendré en vertu de sa ressemblance à quelqu'un qui « valait la peine » d'être cloné, il n'en sera pas moins l'objet d'attentes et d'attentions néfastes, qui constitueront une véritable atteinte à sa subjectivité personnelle.

Si le projet du clonage humain entend s'arrêter « avant » la transplantation dans l'utérus, cherchant ainsi à échapper au moins à certaines des conséquences que nous avons signalées jusqu'à présent, il demeure toutefois également injuste d'un point de vue moral.

En effet, l'interdiction du clonage limitée au fait d'empêcher la naissance d'un enfant cloné, permettrait, quoi qu'il en soit, le clonage de l'embryon-fœtus; elle induirait l'expérimentation sur des embryons et des fœtus, et elle exigerait leur suppression avant la naissance, en procédant à des manipulations cruelles de l'être humain.

Une telle expérimentation est dans tous les cas immorale, car elle détourne arbitrairement la finalité du corps humain (désormais définitivement considéré comme une machine composée de pièces) entendu comme un pur objet de recherche. Le corps humain est un élément constitutif de la dignité et de l'identité personnelles de chacun et il est illicite d'utiliser la femme pour fournir des ovules sur lesquels on puisse effectuer des expériences de clonage.

Cela est immoral également parce que, dans le cas de l'être cloné, nous sommes en présence d'un « homme », bien qu'encore à l'état embryonnaire.

À l'encontre du clonage humain, on peut opposer en outre toutes les raisons morales qui ont conduit à la condamnation de la fécondation in vitro en tant que telle, ainsi qu'à la réprobation radicale de la fécondation in vitro destinée uniquement à l'expérimentation.

Le projet de « clonage humain » représente une dérive terrible vers laquelle est poussée une science sans valeurs; il est le signe d'un profond malaise dans notre civilisation, qui recherche dans la science, dans la technique et dans la « qualité de la vie » des substituts au sens de la vie et au salut de l'existence.

La proclamation de la « mort de Dieu », dans le vain espoir d'un « surhomme », comporte un résultat évident: la « mort de l'homme ». En effet, on ne peut oublier que la négation de l'être humain en tant que créature, loin d'exalter la liberté de l'homme, engendre de nouvelles formes d'esclavage, de nouvelles discriminations et de nouvelles et profondes souffrances. Le clonage risque d'être la parodie tragique de la toute-puissance de Dieu. Il ne faut pas que l'homme, à qui Dieu a confié la création en lui donnant la liberté et l'intelligence, ne voie les limites à son action dictées seulement par leur impossibilité pratique: il doit savoir poser lui-même ses limites en discernant le bien du mal. On demande encore une fois à l'homme de choisir : c'est à lui de décider s'il doit transformer la technologie en un moyen de libération ou en devenir lui-même l'esclave en introduisant de nouvelles formes de violence et de souffrances.

Il faut définir une fois de plus la différence qui existe entre la conception de la vie comme don d'amour et la conception de l'être humain considéré comme produit industriel.

Mettre fin au projet de clonage humain est un engagement moral qui doit être également traduit en termes culturels, sociaux et législatifs. En effet, le progrès de la recherche scientifique est bien différent de l'émergence d'un despotisme scientifique, qui semble aujourd'hui prendre la place des anciennes idéologies. Dans un régime démocratique et pluraliste, la première garantie pour la liberté de chacun se concrétise dans le respect inconditionnel de la dignité de l'homme, à toutes les étapes de sa vie et indépendamment des dons intellectuels et physiques dont il jouit ou dont il est privé. Avec le clonage humain, on supprime la condition nécessaire à toute convivialité, à savoir traiter l'homme toujours et dans tous les cas comme une fin, comme une valeur et jamais exclusivement comme un pur moyen ou un simple objet.

L'hétique.

Pourquoi s'en préocuper ? Qui s'en est réellement soucié après la création du Jurassic Park, qui n'a jamais voulu pouvoir se procurer une greffe de coeur ou de foie compatible en utilisant un de ses clones pour se soigner ?

La science n'a pas de limites. Encore aujourd'hui, des chercheurs explique qu'il est impossible de recréer une forme de vie dont l'ADN est trop endommagé. Beaucoup ont essayé de stopper InGen, de l'imiter. Aucun n'a réussi.

Selon un biochimiste d’Oxford, les dinosaures et les mammouths laineux pourraient être ramenés à la vie. Dr Alison Woollard dit qu’il serait théoriquement possible de recréer les animaux anciens, par l’utilisation de l’ADN d’oiseaux, écrit le quotidien britannique « Telegraph ».

Récemment, un moustique a été trouvé avec un sang d’un animal datant de 46 millions d’années. Cependant, l’espoir s’évanouit quand l’équipe de l’Université de Western Australia Murdoch a conclu que l’ADN ne peut pas survivre plus de 6,3 millions d’années. La plupart des dinosaures ont disparu il ya environ 65 millions d’années.

Mais le Dr Woollard,du Département de biochimie de l’Université d’Oxford , suggère que les dinosaures pouvaient être ramenés à la vie par les oiseaux ,par « de-évolution ».

«Nous savons que les oiseaux sont les descendants directs des dinosaures, comme le prouve une ligne ininterrompue de fossiles qui suit l’évolution de la lignée de créatures telles que le velociraptor ou T-Rex en passant par les oiseaux qui volent autour d’aujourd’hui, » a déclaré le Dr Woollard.

« Le plus célèbre d’entre eux est l’Archaeopteryx, un fossile qui montre clairement la transition entre les dinosaures à plumes et les oiseaux modernes. Cette évolution implique que enfoui au plus profond dans l’ADN des oiseaux d’aujourd’hui sont les gènes éteints qui contrôlent les traits des oiseaux comme si c’étaient des dinosaures , « dit-elle.

«Pourrions-nous revenir en arrière ‘ de l’ évolution en passant ces gènes en marche et les utiliser pour guider le développement de la progéniture de cet oiseau, et la progéniture de sa progéniture, en arrière? » ce que le Dr Woollard s’est demandé.

Dr Woollard a déclaré que les scientifiques pourraient, en théorie, utilisez le lien génétique des oiseaux aux dinosaures afin de concevoir le génome d’un dinosaure. Cependant, dit-elle, il y a des questions éthiques et les obstacles pratiques qui ne peuvent pas être ignorés.

D’autre part, même si l’ADN de dinosaure survivant a été découvert, il se trouve dans de très courts fragments, et de faire une réplique scientifique complète du génome devrait nous forcer de combiner des millions de courts fragments d’acides nucléiques dans le bon ordre.

En ce qui concerne le mammouth laineux, le ramener causerait moins de problèmes, explique le Dr Woollard.

Les technologies modernes permettent de ramener cette espèce éteinte à la vie , si des cellules viables pourraient être trouvées.

Le processus est appelé dans le milieu universitaire « de-extinction « et est déjà devenu un fait scientifique avec le clonage réussi par des chercheurs français et espagnols de bouquetin des Pyrénées, une espèce qui a été chassé jusqu’à l’extinction en 2000. Des scientifiques coréens et mongols ont déjà trouvé des morceaux de tissus de mammouth dans les falaises glacées de la Sibérie et si elles peuvent trouver une cellule viable de mammouth, ou même le noyau intact d’une cellule, du tissu, ils peuvent être en mesure de créer un clone bien vivant , écrit le « Telegraph ».

» Les chercheurs se devront de récolter un « œuf porteur de vie » plus proche du mammouth par rapport à l’éléphant, un processus qui est assez difficile en soi, qui doit encore être fait avec succès, remplacer le noyau de la cellule d’éléphant avec le noyau de mammouth et d’induire la division cellulaire par électro choc « , explique le Dr Woollard.

« Théoriquement, cet oeuf transgénique serait développé par division cellulaire dans un embryon de mammouth et devrait naître comme un bébé mammouth, après une période de gestation de deux ans», dit-elle.

Toutefois, le Dr Woollard dit qu’il y a beaucoup de choses à prendre en considération, y compris les effets sur les écosystèmes et les virus possible,les infections dont les clones pourraient être porteurs. Pour la fin, dit-elle, nous pourrions nous demander si nous aimerions vraiment vivre aux côtés des dinosaures.

Eux n'en sont qu'au stade de l'expérimentation. Wellan et la Chimère avaient dépassé se stade, tout comme les chercheurs du Jurassic Park depuis des années déjà. Et si eux avaient réussie ou d'autres avaient échoués c'est uniquement grâce à l'ingrédient "secret".

Wellan aimait cette vision de la recherche dévouée à la science.
il pourrait être facile pour les savants de la science génétique de recréer un Tyrannosaure actuellement. Une des plus grandes sommités de la génétique qui est décédée il y a 5 ans, aurait passé plus de 40 ans de sa vie à analyser l’ADN du tyrannosaure. À son décès, il avait réussi à dépasser les 50% de travail à faire. On peut donc évaluer que d’ici 20 ans maximum, avec l’accélération de l’évolution scientifique, les universités et les laboratoires militaires financés à coups de milliards de dollars détournés des fonds publics, seraient en mesure de fabriquer un tyrannosaure et/ou peut-être même un vélociraptor par clonage et par de-évolution.
Ce projet scientifique démentiel, s’il serait mis en application,pourrait mettre dans les mains « des apprentis-sorciers » du Nouvel Ordre Mondial, l’instrument parfait pour exterminer au moins 40% des Humains de la Terre.Il s’agirait de l’application du programme de dépopulation.
Une armée de Dinosaures, de créatures génétiques, recréés, ramenés à la vie avec leurs pathologies préhistoriques, leurs nouveaux venins, propriétés curatives...

L'ouverture de la science à l'infini.

Le Docteur Wörst ne laissa pas Henry Wu répondre, au contraire, il prit un malin plaisir à répondre à ses deux cobayes du jour :

- "Aujourd'hui, nous créons l'avenir..."

Puis, d'un rictus, il regarda tour à tour Morisson et Ashley. Finalement, après une ou deux secondes d'observation, il se présenta sous un faux nom. (On en sait jamais...)

- "Je suis le Docteur Daniel, mais vous pouvez m'appeler Danny. Suivez moi jusqu'au au laboratoire ou nous allons oeuvrer..."

Ensemble ils arrivèrent devant une immense salle de génétique, gardée par deux Rangers et une énorme sécurité de vidéo surveillance. Plusieurs scientifique travaillaient déjà sur ce qui s'emblait être un projet intitulé "INDOMINIUS"


- "Ici nous travaillons sur un Projet de fusion d'ADN. Nous essayons de mélanger des génomes dans le but de synthétiser une nouvelle espèce avec des propriétés uniques. Nous recherchons avant tout de nouvelle propriétés curatives. Les espèces croisés ne vous concernent pas. Là ou votre travail est important, c'est dans la recréation du code ADN. Un procédé long et pénible pour des non-expert. Mais si vous êtes là, c'est parce qu'on ma dit du bien de vous deux et à en croire vos domaines de compétences, vous serez très utile dans ce projet. Avez vous donc des questions ?"

Evidement, il mentait sur la nature de ce Projet scientifique. Ce qu'il cherchait a faire ici, c'était de créer une espèce hybride des plus dangereuses créatures du parc. Une nouvelle arme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Wirricks

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Dim 15 Mar 2015 - 22:35

Et bim! Ashley n'en était pas loin, avec son explication quelque peu inventé depuis qu'elle était arrivé ici. Alors l'autre avec son petit sourire débile, il pouvait se la fermer. Non mais sans blague. Ce mec avait réussi à la remonter avec la première phrase qu'il lui adressa. Et en même temps, elle était amusée car ce gars, Gregory ou quelque chose dans le style, tentait immédiatement de se dresser comme étant plus important et plus expérimenté qu'Ashley. Un véritable comportement d'animal. Il voulait montrer qu'il était l'alpha, le boss de la situation. Les hommes.

Le petit groupe était à présent dans une salle bien gardée, remplie encore plus d'objet high-tech que la salle précédente. En plein milieu de la salle se dressait un gigantesque aquarium, contenant ce qui ressemblait à une colonne vertébrale. Le liquide dans l'aquarium était constamment remué par les bulles qui s'échappait du fond. La colonne vertébrale elle-même était reliée à toute sorte de fil.
Elle avait hâte, il fallait l'avouer. Elle avait vraiment hâte de montrer ce qu'elle savait faire, comment elle et machine ne font qu'un. Et elle avait vraiment hâte de remettre Gregory à sa place. C'était une situation quasiment enfantine, mais quand Gregory l'avait remballé tout à l'heure, c'était comme si il avait tiré un coup de sifflet et crié: "Que le spectacle commence! Tous les coups sont permis! Mesdames messieurs, faites vos jeux!"
"Tu veux montrer c'est qui le meilleur? Eh ben vas-y, assume mon grand."
Elle adressa un petit regard amusé vers Gregory puis s'éloigna en direction du superordinateur placé au fond de la salle, marchant d'une façon décontractée. Quasiment défiante à l'attention de Gregory.
- Oh eh bien, monsieur Morrison doit bien savoir de quoi il est question! Vas-y, Gregory, dis-moi ce que je dois faire. Je vais t'assister grâce à mon clavier et ma souris.
Après tout, c'était eux les scientifiques. Et la rivalité entre elle et monsieur la-réplique-qui-tue ne faisait que l'amuser à présent. C'est pour ça qu'elle l'avait appelé par son prénom et au singulier. En fait, ça tournait carrément au jeu du chat et de la souris. Chat, c'est toi qui est, Gregory...
- Je suis toute ouïe!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Morrison

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 24
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Mar 24 Mar 2015 - 22:58

Gregory avait piqué la bête là où il le fallait et il le savait. Une précision chirurgicale. Il la regardait se débattre, tenter d'affirmer une certaine personnalité, un caractère, une fierté sans pouvoir réellement y remédier. L'Homme, de son ego surdimensionné, a tendance à toujours sur-réagir bien que certains spécimens s'écrasent face à l'adversité, au conflit, aux problèmes de la vie. Il avait très vite compris que la jeune femme qui se trouvait devant lui ne faisait pas parti de ces gens là. En revanche, sa réaction était tout aussi pertinente et intéressante pour un scientifique comme lui, elle semblait toujours sur la défensive, elle cherchait toujours à relever des défis qui pourtant n'existaient pas. Quels étaient les enjeux qu'elle s'était fixé ? Cherchait-elle à affirmer sa féminité ? A prouver quelque chose comme par exemple les raisons de son existence dans cet univers ? Ou bien cherchait-elle à prouver sa valeur dans on ne sait quels domaines ? Tout ceci fascinait Gregory qui se donnait un malin plaisir à torturer la petite Ashley. Le comportement humain, les réactions quels soient chimiques ou non ont toujours su attirer l'attention du scientifique, il a toujours apprécié les observer et à en tirer des conclusions de toute sorte. En médecine, le patient était toujours passé après la pathologie qu'il couvait, la maladie, le parasite, le virus. L'humain n'a toujours été que l'enveloppe et en général, lorsqu'on a son courrier entre les mains on s'intéresse davantage à son contenu. C'était exactement la même chose pour les maladies, tout du moins c'était la vision que Gregory se faisait de la médecine et il s'y tenait plutôt bien.

La personne qu'il ne connaissait encore pas du tout et qui se trouvait devant lui se présenta finalement. Il s'avança et dans un élan de gaieté et balança une phrase d'un cliché les plus redoutables qui manqua de le faire rire un instant. Il se reteint. Le Dr Daniel semblait prendre très à cœur son rôle et il les invita de suite à les rejoindre dans le laboratoire où les choses intéressantes allaient finalement pouvoir commencer. La salle était gardée par deux Rangers, posté devant comme des plantons, ils attendaient on ne sait quels ordres. Ils n'avaient pas l'air bien futé autant l'un que l'autre mais l'important était qu'ils étaient là. Depuis la grande attaque tout le monde était sur ses gardes, la paranoïa était plus que d'actualité et il ne fallait surtout pas plaisanter avec ça ces derniers temps. Gregory en avait vu les résultats mais il se demandait surtout à quel point ce genre d'événement pouvait être traumatisant pour un humain. La pièce était vaste et spacieuse, une multitude de machine et de robot la parcourait si bien qu'on aurait pu se croire très facilement dans un film de science-fiction. Celle-ci devenait la réalité de plus en plus de nos jours si bien que cela pouvait parfois paraître effrayant. On cherchait à construire des choses que l'on avait vu dans les films, les films résolvaient des énigmes que la science elle-même n'avait pas songé. Gregory restait perplexe face à tout ça mais il essayait tant bien que mal de ne pas corrompre son esprit avec ce genre de choses un peu farfelu. A peine avaient-ils tous pénétré à l'intérieur que le Dr Daniel entama la phase intéressante de leurs missions, il résuma en quelques lignes ce pourquoi ils étaient là.


- « Ici nous travaillons sur un Projet de fusion d'ADN. Nous essayons de mélanger des génomes dans le but de synthétiser une nouvelle espèce avec des propriétés uniques. Nous recherchons avant tout de nouvelle propriétés curatives. Les espèces croisés ne vous concernent pas. Là ou votre travail est important, c'est dans la recréation du code ADN. Un procédé long et pénible pour des non-expert. Mais si vous êtes là, c'est parce qu'on ma dit du bien de vous deux et à en croire vos domaines de compétences, vous serez très utile dans ce projet. Avez vous donc des questions ? »


Au centre de la pièce se trouvait un cuve remplis probablement d'un dérivé du formol, elle contenait une colonne vertébrale ou tout du moins un morceau de colonne mais étrangement ses propriétés ne lui rappelaient aucune espèce du parc et il put donc aisément conclure qu'il s’agissait là de la nouvelle espèce. La vraie question était de savoir ce qu'il s’apprêtait à créer et surtout comment. Recomposer un ADN n'est pas une mince affaire, ça on savait le faire mais fusionner deux ADN dans le but de créer un hybride c'est tout autre chose, ça dépassait l'entendement. Comment pouvait-on savoir comment ils vont réagir ? Quel était le pourcentage de compatibilité entre les deux ? Quel était le taux de réussite ? Comment être sûr d'obtenir le résultat attendu ?

Alors que Gregory se posait toute ses questions, Ashley, visiblement entêtée, finit par pondre une réaction, certes humaine, mais complètement stupide.


- « Oh eh bien, monsieur Morrison doit bien savoir de quoi il est question! Vas-y, Gregory, dis-moi ce que je dois faire. Je vais t'assister grâce à mon clavier et ma souris. Je suis toute ouïe. »


Et c'est avec un grand sourire et une grande satisfaction qu'il lui répondit sur le champ.


- « Votre boulot. Ça me paraît déjà bien. »


Il se tourna aussitôt vers le Dr Daniel et il lui demanda avec son air le plus sérieux. Il n'était pas prêt à se mettre au boulot, à se lancer vers on ne sait quel aventure sans en savoir un peu plus. On ne commence pas une opération sans outils en main comme on n'opère pas sans savoir quelle jambe est à rafistoler.


- « J'estime que nous sommes en droit de savoir la créature que l'on s'apprête à créer. Il en fait aucun doute, nous allons très certainement parvenir à recomposer un nouvelle ADN et à créer une toute nouvelle espèce. Mais pour cela, nous devons savoir, autant Ashley que moi quels ADN nous allons manipulé. Il en va de notre efficacité et de notre précision, chaque ADN est différent mais on peut néanmoins retrouver des similitudes lorsque nous travaillons sur une espèce en particulier. Si d'avance nous connaissons les espèces que nous allons utilisé pour notre hybride alors nous serons à même de pointer plus rapidement ses similitudes. Alors, messieurs, quel résultat attendez-vous ? Quels sont les chances d'arriver à atteindre cet objectif ? Et surtout, qu'est-ce qu'une nouvelle espèce apporterait au parc ? InGen est déjà parvenu à faire l'impossible, pourquoi vouloir repousser davantage les limites ? »


Gregory était de plus en plus perplexe, qu'allaient-ils vraiment faire ? Qu'est-ce que tout cela cachait ? S'il avait bien pu apprendre quelques choses au cours de sa vie c'est que tout le monde ment. Où est-ce que tout ça allait les mener ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henry Wu

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 26/10/2014

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Ven 17 Avr 2015 - 23:56


- « J'estime que nous sommes en droit de savoir la créature que l'on s'apprête à créer. Il en fait aucun doute, nous allons très certainement parvenir à recomposer un nouvelle ADN et à créer une toute nouvelle espèce. Mais pour cela, nous devons savoir, autant Ashley que moi quels ADN nous allons manipulé. Il en va de notre efficacité et de notre précision, chaque ADN est différent mais on peut néanmoins retrouver des similitudes lorsque nous travaillons sur une espèce en particulier. Si d'avance nous connaissons les espèces que nous allons utilisé pour notre hybride alors nous serons à même de pointer plus rapidement ses similitudes. Alors, messieurs, quel résultat attendez-vous ? Quels sont les chances d'arriver à atteindre cet objectif ? Et surtout, qu'est-ce qu'une nouvelle espèce apporterait au parc ? InGen est déjà parvenu à faire l'impossible, pourquoi vouloir repousser davantage les limites ? »


Gregory était de plus en plus perplexe, qu'allaient-ils vraiment faire ? Qu'est-ce que tout cela cachait ? S'il avait bien pu apprendre quelques choses au cours de sa vie c'est que tout le monde ment. Où est-ce que tout ça allait les mener ?

La science ouvre des perspectives à de nouveaux développements, par exemple dans les
domaines de la génétique, de l’espace, de l’énergie, de l’informatique, etc. Chacun est à
même, dans sa vie quotidienne, de mesurer les progrès réalisés dans l’habitat, l’urbanisme,
l’environnement culturel et artistique.
Les découvertes scientifiques et les avancées techniques qui en découlent dépassent et
souvent transcendent leurs objectifs initiaux. Les perspectives ouvertes sont immenses, elles
donnent l’espoir d’une vie meilleure : télédiagnostic en médecine, apparition de nouveaux
matériaux (vêtements techniques, revêtement anti-adhésif…), destruction des déchets,
nourriture pour certains malades spécifiquement étudiée pour les spationautes… Mais elles
peuvent aussi générer des dangers : utilisation néfaste de la science, recherche du progrès sans
prise de recul nécessaire, crise économique, sociale, négation de l’individu.
Face à certaines dérives, des précautions sont à prendre, des limites sont à poser, une éthique
est à construire ou à faire évoluer afin d’éviter que science et techniques ne se développent
sans tenir compte de l’homme.

Devant les découvertes, leurs évolutions et leurs applications, chaque société se construit une
éthique et se forge une législation afin de se protéger et de protéger ses membres. Dans cette
société, l’individu possède une part importante de liberté : il adhère à certains choix de
société ou les refuse ; il peut rester passif ou agir. Toutes ces prises de position se font au nom
de valeurs sur lesquelles il convient de s’interroger en toute connaissance de cause.

- "Je suis navré mais nous ne pouvons pas vous révéler le nom des espèces sur lesquelles nous travaillons. Nous avons un poste a offrir pour une personne d'action et qui agit selon les directives qu'on leur donne. Le nouveau PDG a été très clair sur le sujet."

Le dépassement des limites de l’être humain peut-il faire craindre une perte
d’humanité ?
Cette question permet d’envisager toutes les possibilités qui découlent de l’amélioration
possible des capacités physiques et intellectuelles de l’homme. Il s’agit de prendre la mesure
des perspectives positives et des dangers réels ou potentiels liés aux avancées scientifiques et
techniques qui envisagent de transformer la nature même de l’être humain.

- "Le docteur Daniel et moi même vous aiderons avec le maximum de soutien possible, en apportant toutes les ressources nécessaires. Cependant, je regrette de devoir vous laisser dans l'inconnu quant aux informations confidentielles de notre programme. Vous comprenez ?"

Henry Wu n'attendit pas vraiment d'approbation pour continuer puisqu'il venait de recevoir un message important par téléphone :

- "Une nouvelle personne va venir vous épauler d'ici quelques instant. Elle compte aussi avoir le poste. Je vous conseille de vous activer. Il y a 4 génomes différents enregistrés sur l'ordinateur. Analysez les et complétez les chainons manquant pour le moment. La suite des tâches vous sera donnée par mon collègue. Je vous laisse, j'ai du travail."

Et ainsi, Henry s'éloigna du laboratoire et disparu dans les méandres du Jurassic Park.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Morrison

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 24
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Mer 27 Mai 2015 - 10:07

- « Je suis navré mais nous ne pouvons pas vous révéler le nom des espèces sur lesquelles nous travaillons. Nous avons un poste a offrir pour une personne d'action et qui agit selon les directives qu'on leur donne. Le nouveau PDG a été très clair sur le sujet. Le docteur Daniel et moi même vous aiderons avec le maximum de soutien possible, en apportant toutes les ressources nécessaires. Cependant, je regrette de devoir vous laisser dans l'inconnu quant aux informations confidentielles de notre programme. Vous comprenez ? Une nouvelle personne va venir vous épauler d'ici quelques instants. Elle compte aussi avoir le poste. Je vous conseille de vous activer. Il y a 4 génomes différents enregistrés sur l'ordinateur. Analysez-les et complétez les chainons manquant pour le moment. La suite des tâches vous sera donnée par mon collègue. Je vous laisse, j'ai du travail. »


Et ainsi, Henry Wu s’éloignait du laboratoire et disparaissait dans les méandres du Jurassic Park. Choqué, vexé et énervé, Gregory restait là à attendre son éventuel retour. Sans vraiment le connaître, Henry était déjà une personne détestable, il le trouvait lâche, craintif, couard et faible. Que pouvait-il être d’autres ? Quitter une conversation sans écouter les arguments de l’autre, répondre qu’à moitié aux questions qui étaient posés. On leur demandait de travailler sans savoir sur quoi il allait travailler, ça n’avait strictement aucun sens et cela ne semblait choqué que lui, ce qui d’ailleurs le choquait davantage. Il disait qu’il allait apporter son soutien et il quittait pourtant la pièce sans raison suffisamment convaincante pour n’inspirer un seul hochement de tête. Il tentait de les motiver avec un poste indéterminé, il faisait du chantage et donnait des ordres. Gregory n’avait pas du tout envisagé les choses comme ça et ce n’était visiblement pas ce qu’il attendait du métier, tout du moins pour cette phase du travail. Quand un dessinateur bosse sur un projet, il a une image bien précise dans la tête, il ne part pas à l’aveuglette totale. Quand un ouvrier travaille sur un chantier, il a un plan, des normes et des règles à respecter. Quand un musicien compose, il s’inspire des musiques déjà existantes, assemble des notes qui sont déjà déterminés. Et quand il était médecin et chirurgien, l’opération qu’il allait pratiquer été travailler, réfléchit avant de simplement commencer. Ces personnes, qui se prenaient visiblement pour quelqu’un d’autres, lui demandaient de créer une créature sans savoir quoi assembler ou bien même sans savoir les résultats attendus, les risques qu’ils encouraient. Oui, Gregory était révolté. Cette méthode de travail était étrange, incohérente et non productive, il n’y avait aucun professionnalisme là-dedans. A croire que ce projet cachait des choses, comme s’ils en avaient honte. Un projet de cette envergure aurait tendance d’ailleurs à susciter de la publicité, des médias ou même aurait le mérite qu’on en parle. C’était quoi d’ailleurs le projet ? Les journalistes étaient au aguets, on pourrait croire que InGen tenterait de se faire oublier plutôt que vouloir créer de nouvelles sources d’ennuis. Tout dépendait de ce qu’il voulait créer. Un prédateur aimable et adorable qui ne mange pas les gentils humains, un nouveau herbivore qui plairait esthétiquement à toutes les femmes pour ses ongles et sa coiffure exceptionnelle ou bien un super-prédateur redoutable encore plus dangereux que tout le reste. Comment simplement envisager pouvoir réfléchir après de telles questions ? Gregory n’était visiblement et définitivement pas fait pour ce rôle et il ne pouvait surtout pas travailler dans ce genre de conditions. Il soupira un instant et regarda le Dr Daniel qui semblait attendre une éventuelle réaction de sa part. Il haussa les épaules.




- « Non. Je n’ai pas tellement compris. Je pense que je vais retourner à mon travail moi aussi. Ce n’est visiblement pas ceux à quoi je m’attendais. Je rate une grande opportunité bla bla bla. Je ne suis pas ici pour la gloire et encore moins pour charcuter au pif des ADN afin de faire créer Frankenstein ou quoi que vous vous imaginez pouvoir créer. Sans offense aucune ! Bonne continuation et bonne chance avec votre personne d’action qui agit selon les directives qu’on leur donne. »


       A ces moments, il salua les deux personnes dans la pièce et quitta lentement le laboratoire. Sa canne venait claquer le carrelage à chaque pas lourd qu’il faisait. Ce projet était certainement la clé pour lui, l’avenir qu’il recherche. Il se trouvait désormais dans un long couloir, il frottait péniblement sa jambe. C’était là pour lui la chance de pouvoir changer sa vie mais il ignorait encore comment. Est-ce que quelqu’un ne pourrait pas l’éclairer là-dessus ? La nouvelle personne venue les épauler d’ici quelques instants pourrait être la réponse et il comptait bien l’attendre quelques instants pour lui poser quelques questions, voir son niveau d’implication, lui soutirer des informations ou voir même lui exposer son projet. La médecine fait des miracles mais le miracle impliquait qu’on lui coupe la jambe et il refusait de le faire. Non, il lui fallait un moyen de la sauver autrement et cette expérience, cette charcuterie qu’ils s’apprêtaient à faire était peut-être la solution mais à quel point ? A quel niveau ? Depuis quand ce projet existe-t-il ? Était-il possible que cela soit pour ça que les terroristes sont venus attaquer l’île ? Ou étaient-ils venus pour autres choses ? Et dans ce cas, de quoi s’agissait-il ? L’avaient-ils trouvé ?
       Sa stratégie dans tout ça était de nouer des liens avec des personnes autour du projet, le moindre contact minime pouvait changer beaucoup de choses et se faire détester suffisait amplement. On en apprend d’ailleurs en général plus sur quelqu’un qui ne nous aime pas que sur la personne qui est à côté de nous. C’est pourquoi il avait attaqué plus ou moins l’égo d’Ashley. Il ne restait plus qu’à attendre la nouvelle personne, il fallait qu’il en sache davantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Wirricks

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Jeu 4 Juin 2015 - 22:16

Le fait de ne pas savoir quel dinosaure, hybride ou cybernétique, qu’ils allaient créer ne dérangeait nullement Ashley. De toute manière, elle ne faisait même pas la différence entre un Mosachose et un Brachimachin. Ce qui l’intéressait, c’était les ordinateurs. Les génomes sont déjà dedans ? On doit juste les compléter ? Génial, je suis impatiente !

Mais là, elle était un peu larguée. Ce job déciderait de l’avenir… de trois personnes ? Rien que ça ? Il y avait un petit problème quand même. On met 3 personnes sur la même affaire, chacun avec un job différent, et on décide de qui est le meilleur ? Où est la logique ? Lorsqu’on veut voir qui est le meilleur, on compare des personnes avec les mêmes compétences, les mêmes tâches… Où est la logique ?

Ashley était obligée de penser logiquement. Les programmes, les algorithmes, les bugs, les lignes de codes… Tout ça est construit de manière logique. Travailler avec des systèmes logiques nécessite de la logique. Mais qu’est-ce qui est logique ? Au final, la logique n’est qu’une définition subjective. C’est peut-être logique pour certains, moins que pour d’autre. Par exemple, pour certaines personnes, les mathématiques sont une langue incompréhensible, et pour d’autres, elles n’ont pas de secrets. Tout vient des capacités de tout un chacun.

Et maintenant, c’est monsieur l’expert qui fiche le camp, genre ça ne lui plait pas, c’est pas assez bien pour lui. Ses mots d’adieux résonnaient plutôt comme : On s’emmerde ici, bon allez à plus !
Tranquille. OK. Comme toujours, elle devrait se débrouiller toute seule.
Sans plus tarder, Ashley prit place à un des superordinateurs, dont l’image était affiché sur un écran, et retransmis sur un autre qui dominait le laboratoire. Du coin de l’œil, elle vit l’inconnu observer ses faits et gestes, surveillant sur le grand écran ce qu’elle faisait sur l’ordinateur. Elle fit rapidement le tour des fonctionnalités, importer, exporter, analyser, bla bla bla… Elle commença par importer les données brutes. En clair, les génomes ADN était déjà là-dessus, mais en version brute, ou RAW comme on dit dans le jargon. Il fallait que le superordinateur les déchiffre pour les rendre lisible et modifiable. Elle se dit qu’elle avait à peu près 5 minutes pour que le superordinateur ait fini d’importer. Là commencerait donc le vrai travail. Ce qui lui donnait 5 minutes pour demander un peu plus de précision.

- C’est quoi la suite des évènements… Danny ? Le programme, c’est je suis vos instructions étape par étape, ou bien vous allez juste rester là à me regarder faire ? Parce que si c’est le cas, vous allez devoir me dire un peu plus au niveau de ce que je dois faire précisément.
Et elle attendit, surveillant du coin de l’œil la progression de l’importation. Qu’on n’oublie pas une chose : elle était informaticienne et non pas généticienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simon Masrani
Admin
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 10/05/2015

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Lun 15 Juin 2015 - 21:41

Reprendre les choses en main


Simon | Masrani




-----------------------------------------------







Il est dans la nature de l’homme d’essayer de comprendre le monde qui l’entoure, en expliquant les phénomènes qu’il observe. Mais qu’entend-on par expliquer un phénomène ? Essentiellement, c’est en déterminer les causes, c’est-à-dire les conditions qui interviennent pour créer ou pour influencer ce phénomène. L’explication sera précise si, par des observations répétées et systématiques, on parvient à établir une relation univoque qui permet de prévoir le déroulement d’un tel phénomène ; on dira alors qu’on a trouvé la loi qui régit celui-ci.

La compréhension d’un phénomène implique donc sa prévision et elle est d’autant plus complète que la prévision est plus précise. Lorsque le phénomène est simple, l’explication fait appel à une seule loi, à une seule relation de cause à effet. Mais de nombreux phénomènes sont complexes ; ils font intervenir plusieurs phénomènes simples dont l’interconnexion crée la complexité. L’ensemble des relations simples donne naissance à une relation résultante qui n’est autre que la loi du phénomène complexe.

En général, cet ensemble ne forme pas une chaîne causale linéaire qui serait composée d’une succession de causes et d’effets, chaque effet devenant la cause de l’effet suivant. Le plus souvent, il s’agit d’un réseau de relations, plus ou moins compliqué, où un événement dépend d’un ensemble de conditions qui en constitue « la » cause.

La science répond à une suite de pourquoi et de comment.

Le but d’une science est d’établir, dans un domaine déterminé, un ensemble ordonné de relations qui permettent de comprendre les phénomènes. On voit déjà que ce n’est pas une bonne question de se demander si la science répond aux questions « comment » plutôt qu’aux questions « pourquoi ». En réalité, elle répond à ces deux types d’interrogation.

Mais, en même temps, la science répond à la question : pourquoi ce phénomène apparaît-il ? Autrement dit : pour quelles raisons ? Quelles en sont les causes ? Un phénomène quelconque possède toujours un ensemble de causes qui l’engendrent et il y a donc une réponse au pourquoi de ce phénomène. Dans l’exemple cité ci-dessus, ce sont les forces qui sont cause du mouvement et elles donnent la réponse à la question : pourquoi cet objet se déplace-t-il ?
Évidemment, on peut remonter la chaîne causale et poser des pourquoi supplémentaires. En suivant toujours le même exemple, on peut se demander pourquoi telle force se manifeste et quelle en est la cause. Et si l’on peut répondre à cette question, il sera facile d’en poser une nouvelle, de même nature mais à un niveau plus profond. L’explication n’est jamais totale ; elle ne peut pas l’être, puisqu’il faut nécessairement partir de « quelque chose », de quelques principes de base à partir desquels se développe l’explication. D’ailleurs, quelle que soit la démarche suivie, qu’elle soit scientifique, philosophique ou autre, il sera toujours possible de prolonger les pourquoi et cela, indéfiniment.

En réalité, la science répond à une suite de pourquoi et de comment ; elle approfondit continuellement son explication, en sachant bien qu’elle ne pourra jamais la terminer. Il n’y a pas, il ne peut y avoir de dernière réponse.

Alors comment créer un dinosaure ?


----------------------------


L'entreprise phare de Masrani a ouvrira dans peu de temps pour atteindre des chiffres records. Un parc à thème à préserver, qui excellera dans le divertissement, l'éducation et la découverte scientifique. Mais ce qui est à l'horizon ? Claire Dearing, la future gestionnaire. Elle veux une future attraction sensationnelle, pour séduire les acheteurs, les sponsors.

"Les scientifiques sont souvent contestées par les risques liés à l'exécution de grands concepts», dit souvent Claire. "Beaucoup à InGen doutaient de la probabilité d'un hybride réussi, mais nous sommes sure qu'elle sera plus que nous l'avions imaginé. Nous allons suivre de près la réponse des visiteurs et de mesurer l'appétit des consommateurs pour des expériences futures, en prenant Jurassic World dans une nouvelle ère. "

Cette vision, c'était le future de la recherche scientifique.

"Mais comme nous cherchons à recréer le passé, nous ne pouvons pas oublier d'innover. Nous avons plusieurs nouveaux manèges dans la phase conceptuelle avec Axis Boulder. Notre plus évoluée, la "Treetop Gazers", a une ETA dans le courant de 2018. "

Une vision. Un avenir.

Masrani entra dans le laboratoire scientifique et regarda le docteur Wu avec intensité, comme pour tenter de lire dans son esprit. Avait-il obtenu des résultats depuis leur dernière rencontre ?
Il observa avec attention la jeune femme blonde qui se trouvait là. Vu qu'il ne la connaissait pas, il décida de se présenter :

- "Bonjour, Simon Masrani, je suis le directeur de Masrani Coorp, je viens de racheter InGen. Je suis donc ce que l'on peux considérer comme votre nouveau patron. Etes vous la personne chargée du projet "Indominus" ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Morrison

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 24
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Lun 6 Juil 2015 - 17:09

Gregory avait patiemment attendu l'arrivée de l'inconnu, la patience était une des vertus qu'on ne pouvait nié chez lui et il l'utilisait à bon escient. La science nécessitait cette patience, rien ne vous tombait sous les bras mais c'est pourtant à partir de rien que tout scientifique commençait un quelque chose. Pour faire un quelque chose, il fallait à la base rien de plus qu'un tout formé à partir de rien. Là était le niveau complexe de la science.  Comment créer un dinosaure ? C'était une question qu'aucun scientifique ne s'était réellement posé jusqu'à ce que John Hammond implante cette idée en chacun d'eux. La science réside essentiellement sur le futur, l'avenir mais aussi sur une compréhension d'une logique implacable que l'on tente de distordre, de modeler, de modifier constamment en la défiant avec de nouvelles technologies, de nouvelles méthodes de pensées, etc... John Hammond est parvenu même à défier la logique farfelue et dérangée des scientifiques du monde entier en pensant l'impensable. Pourquoi ne pas faire revenir des dinosaures à la vie ? Seulement, la science est beaucoup plus complexe que ça encore, la science est limitée, la science est vicieuse, égoïste et frustrante. Elle permet d'innombrable pensées mais ne permet pas de tous les réaliser. Grâce à Henry Wu, John Hammond fut à même de réaliser l'impensable, de réaliser son rêve mais la science est une illusionniste, une magicienne indomptable qui défie constamment la nature. John Hammond fut dès ce jour un sorcier fou, jamais ils ne sont parvenus à recréer des dinosaures.

       Qu'est-ce qu'un dinosaure ? Un dinosaure est une créature préhistorique ayant vécue il y a de cela plusieurs millions d'années avant notre ère. Comme de nombreuses choses sur cette Terre, ils ont finis par disparaître d'une manière inexpliquée et ils ont rejoint les sols précieux de notre planète. Les paléontologues et chercheurs du monde entier ce sont alors donné pour objectif de conserver et sauvegarder ce savoir dans des musées et des laboratoires afin de tenter de les comprendre, de les découvrir et d'en apprendre davantage sur eux.

       Qu'est-ce qu'un hybride ? En génétique, un hybride est un organisme issu du croisement de deux ou plusieurs individus de deux ou plusieurs variétés. C'est un mélange de caractéristiques génétiques de plusieurs parents afin d'obtenir une créature ou une plante parfaite. L'hybridation est généralement un processus naturelle dans le sens où elle ne fait appel qu'au processus normal de reproduction mais elle peut être provoquée par des techniques du génie génétique. L'hybridation est un processus complexe qui nécessite une précision sans nom puisqu'en effet les hybrides peuvent être stériles ou fertiles suivant la différence entre les génomes des parents utilisés. En botanique, on peut créer des hybrides en pratiquant une pollinisation contrôlée, c'est-à-dire une reproduction forcée de deux espèces.

       Le processus de création d'un dinosaure réside dans celui de l'hybridation. Il est quasiment impossible de récupérer un ADN complet de dinosaure et il fut donc primordiale de le compléter. Ce fut la première erreur d'InGen. Nous savons désormais aujourd'hui que les dinosaures sont étroitement parentés avec les oiseaux actuels de notre époque. Pourquoi les scientifiques n'ont-ils jamais songé à compléter l'ADN de dinosaure avec celui de nos oiseaux ? Gregory ignorait pourquoi et c'était dans ses projets que d'implanter cette idée au sein de InGen. Puis il arriva... Ces pas frappaient le sol d'une curieuse mélodie comme si une présence bienveillante le suivait. Le monde entier connaissant ce personnage mais lui semblait connaître rien ni personne. Qui était-il pour ce monde ? Un visionnaire, un actionnaire, le futur ? Gregory le regarda pénétrer à l'intérieur du laboratoire et avant que la porte ne se referme il coinça discrètement la porte avec sa canne.


- «Bonjour, Simon Masrani, je suis le directeur de Masrani Coorp, je viens de racheter InGen. Je suis donc ce que l'on peux considérer comme votre nouveau patron. Etes vous la personne chargée du projet "Indominus" ? »


Indominus voulait dire en latin « fendre » mais ce nom voulait dire aussi féroce et indomptable. Qu'est-ce que le projet Indominus ? A cette pensée s'accompagna un frisson, qu'est-ce que InGen et Masrani concoctait ?


- « Bonjour M. Masrani, Gregory Morrison pour vous servir, je viens d'annoncer mon départ de cette équipe, je suis donc ce que l'on peut considérer comme un indésirable mais comme on le dit si bien il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ! », il jeta un petit coup d'oeil sur Ashley pour la taquiner encore un peu.


L'ironie de toute cette histoire était qu'il détestait ce projet, le processus d'hybridation mais d'une autre façon c'était la seule manière pour lui d'atteindre son but, être au plus prêt des projets était pour lui la seule façon d'y parvenir...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashley Wirricks

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 23

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Dim 19 Juil 2015 - 13:53

De n’importe quelle manière qu’on puisse analyser la situation, c’était tout sauf ennuyant dans le coin.
Un mec assez chic, près de la quarantaine, qui se pointe à l’improviste, en disant être le big boss de l’endroit, un Gregory qui, tel un virus qu’on pense avoir liquidé, réapparait devant votre nez avec tout le tralala… Il fallait être honnête : Ashley était légèrement excité par tous ces retournements de situation.

- «Bonjour, Simon Masrani, je suis le directeur de Masrani Coorp, je viens de racheter InGen. Je suis donc ce que l'on peux considérer comme votre nouveau patron. Etes vous la personne chargée du projet "Indominus" ? »

- Ah, c’est un Indominus Rex que vous voulez alors ? C’est vrai, un petit compagnon pour celui que vous avez déjà…
Elle se demanda si elle n’était pas en train de débiter un ramassi de conneries. Est-ce que ça existe, un Indominus Rex ? Rolala, tous ces noms…
- Minute, je me…
- « Bonjour M. Masrani, Gregory Morrison pour vous servir, je viens d'annoncer mon départ de cette équipe, je suis donc ce que l'on peut considérer comme un indésirable mais comme on le dit si bien il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis ! »

Alerte, un virus a été détecté.
Ashley ne put s’empêcher d’avoir un sourire moqueur à cette pensée. Ce fut juste au moment où Gregory la regarda. Ashley ne put qu’élargir son sourire.
Les tensions entre elle et Gregory devenait tellement drôles que toute la froideur de tout à l’heure était presque partie. Le jeu de chat et souris devenait de plus en plus intense. Décidément, Ashley s’amusait. Un petit signal sonore lui fit savoir que le travail pouvait commencer.

- Bon, j’ai importé les génomes, on peut s’y mettre ?


Quelques heures plus tard…


Lorsqu’Ashley regarda l’heure, elle fut sidérée qu’il faisait presque nuit. Il faut dire que la journée avait été extrêmement intéressante. Elle avait jeté pas mal de coups d’oeils vers Gregory pour voir ses réactions, ses mimiques. Il avait quelques fois donné des instructions, tout comme la plupart des personnes présentes. Elle avait passé la journée a écouté les ordres des autres. Pourtant, cela ne l’avait nullement ennuyée. Bien au contraire. Elle avait sentie toute l’excitation dans la voix de chacun, et elle partageait cette excitation. Sans blague, comme premier job au Jurassic, ça en jette ! Elle pourrait très certainement inclure tout ça dans son cv. Et puis, hybrider un nouveau dinosaure, c’était génial ! C’est comme si on mélangeait la puissance de Linux avec la facilité de Windows ! Au final, on obtient quelque chose de parfait. Et c’était sur cette idée, apparement, que reposait tout le projet. Offrir quelque chose de nouveau au public, quelque chose qu’ils n’ont encore jamais vus. Quelque chose qui changerait leur vision sur les dinosaures, et qui changerait le parc lui-même, à jamais.

Ils en étaient venus à terminer le génome hybride. Cet Indominus était à présent un cocktail d’ADN venant de différents continents, de différentes époques. C’était à présent le problèmes des scientifiques responsable de la naissance des dinosaures.
L'ordinateur affichait un modèle de ce à quoi devait ressembler la bête à l'âge adulte:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Simon Masrani
Admin
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 10/05/2015

MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   Dim 9 Aoû 2015 - 20:43

Reprendre les choses en main


Simon | Masrani




-----------------------------------------------






Une nouvelle espèce, un nouveau projet. Certes, Simon avait de la suite dans les idées. Mais créer n'était pas la seule chose qu'il lui importait.

Il existe une grande variété d'animaux indigènes à Isla Nublar. La plus commune est la Elaphodus cephalophus nublarus (Nublar Fuligule Deer). Ce grand mammifère de 2 pieds est surtout nocturne, même si elles ont été étudiées paissant sous les taches les plus sombres de la canopée de la jungle pendant les heures de clarté.

Autour des côtes de Nublar centaines d'oiseaux s'arrêtent pour se reposer de leurs longues migrations. Le plus important étant le Pelecanus occidentalis (Pélican brun) dont la taille de l'aile, impressionnante, atteint 8 pieds de longueur en moyenne.

La société Masrani, avec InGen, ont travaillé ensemble pour assurer la protection de ces animaux. Un accord historique a été signé en 2005 avec la société costaricienne protection de l'environnement pour assurer la sécurité et de l'habitat de la faune indigène de Isla Nublar.

Les économies d'énergie et les méthodes de déchets économie ont été installés à travers l'île, avec des règles strictes à tous les visiteurs et le personnel du parc.

L'inclusion de plus de 750 bacs de recyclage bleus à travers l'île, y compris un centre de recyclage local, est un témoignage aux besoins spécifiques mis en place par le gouvernement du Costa Rica et par la Société du Costa Rica protection de l'environnement.

On estime que 35% de la puissance sur Isla Nublar est du à l'énergie solaire et que 65% est alimenté par l'énergie géothermique produite à partir de l'activité du mont Sibo dans le nord de l'île. Jurassic World assure que les sources d'énergie propres sont utilisés avec de faibles émissions.

Avec des millions d'investissements dans la recherche de cellules solaire nanotechnologique, Masrani Energy a l'air d'être le principal fournisseur de l'énergie solaire du 21e siècle. En utilisant la lumière naturelle et la chaleur rayonnante du soleil, Masrani a été en mesure d'établir une grille de recherche solaire puissante en Chine avec plusieurs grandes universités.

Produire et protéger.
L'un ne pouvait pas se développer sans l'autre. C'était l'une des visions principale de Simon.

A l'image de l'énergie produite par la compagnie, il fallait maintenant créer une nouvelle espèce à la fois attrayante, dangereuse et manipulable. Les consignes avaient déjà été données au professeur Wu et à ses associés. La qualité qui allait s'en réchapper allait être déterminante pour de futurs investisseurs.

Après avoir cerné les deux personnages en les dévisageant et en essayant de comprendre qui ils étaient, il écouta respectivement Ashley et Gregory se présenter. Simon échangea quelques mots avec eux, leur expliquant l'importance d'une nouvelle espèce hybride, d'offrir quelque chose de neuf, offrir une espèce précurseur afin de connaitre non seulement les limites de la science, mais dans la mesure du possible, établir sur le long terme de nouveaux remèdes, médicaments, régénération cellulaire...

Produire et protéger. Renouveler le cycle à partir de ce que l'homme produit. L'indominus était non seulement le nom de la futur espèce, mais aussi un projet de science inédit mêlant plusieurs génomes entre eux.

- "Nous sommes à l'aube d'un jour nouveau qui permettra plus tard aux employés du Jurassic World, de devenir les futurs grand noms de la science et des avancées technologiques du monde de demain. Je compte sur des hommes comme vous pour réussir."

Sa venue fût aussi brève que son départ. Il avait bien échangé avec les deux personnages et leur avait promis de se revoir ultérieurement pour avoir le temps de discuter plus amplement, lorsque l'Indominus aurait avancé. Il s'éclipsa pour rejoindre les autres grands noms de Masrani Coorp qui les attendait pour une réunion de haute importance.


-----------------------------------------

Quelques heures plus tard, le téléphone sonna, c'était Mr Wu à l'appareil.
Ashley et Gregory avaient bien avancé et "Indominus" ne tarderait pas à pointer le bout de son nez.



[Mission terminée]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération (2x03) : Génétique et Imagination - Poste avancé Scientifique d'Isla Sorna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opération (2x03) : Extermination - Sur la Piste...
» Opération (2x03) : Mustime - Ruines du Jurassic Garden
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2 / Chapitre 5 : Vers un nouveau monde-
Sauter vers: