Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Time to Run

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shivak Garland

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 27/09/2013

MessageSujet: Time to Run   Ven 10 Oct 2014 - 11:15

Les difficultés font partie de la vie ; elles ne sont pas optionnelles. Mais quand nous y sommes confrontés, deux options sont toujours disponibles : éviter ou faire face. Peu importe la difficulté à laquelle nous sommes confrontés, nous avons toujours le choix entre la concevoir comme un mur infranchissable ou l'aborder comme un défi à relever. Selon l'attitude que nous adoptons, les résultats sont différents.

Que ce soit consciemment ou non, nous faisons toujours ce choix et nous vivons avec ses conséquences. Shivak le savait, son passé finirait par le rattraper et sa vie et celles de ceux qu'il aiment seraient menacées.

Devant un problème, il nous arrive de nous sentir complètement impuissants parce que nos solutions habituelles ne fonctionnent pas ou parce que nous n'avons pas l'énergie ou le courage nécessaires pour appliquer celles qui nous permettraient de le régler. Le problème nous apparaît alors comme un mur infranchissable.

Devant cette impasse, la fuite nous apparaît comme une solution envisageable. Puisque nous n'identifions pas de solution applicable, nous ne voyons qu'une façon de nous soustraire à la difficulté : éviter d'y faire face.
Alors il courait à travers la jungle, sans relâche, ignorant les plantes agrippantes et griffantes qui lui lacéraient les bras et les jambes à chaque pas qu'il faisait.
Son coeur battait à rompre. La peur d'être rattrapé ou d'être confronté à l'une des créatures encore en liberté dans le parc le hantait désormais. Il avait perdu le contrôle et le monde autour de lui s'était effondré. Cela ne lui ressemblait pas, lui qui savait déjouer les pièges et garder son sang froid en toute impunité. Jamais il ne refusait les épreuves mais aujourd'hui, pour la première fois depuis longtemps, il se sentait vulnérable et il lui fallait un plan pour rebondir et se ressourcer. Vite.

Faire face aux difficultés.
Cette même difficulté pourrait être transformée en défi à relever. Même si nos moyens habituels ne fonctionnent pas, nous pouvons toujours conclure que nous ne connaissons pas "pour le moment" la façon qui permettrait de la surmonter. Nous sommes alors devant un défi à relever plutôt que devant un mur infranchissable.

En abordant la difficulté comme un défi à relever, nous sommes tentés d'y faire face plutôt que de l'éviter. Même si nos ressources actuelles ne permettent pas de résoudre immédiatement le problème, nous amorçons la recherche de moyens pour y arriver. Par exemple, nous pouvons chercher de l'information sur une solution possible ou obtenir de l'aide. Cette recherche de moyens est déjà une façon de commencer à relever notre défi et nous en ressentons immédiatement les effets.

Lorsque nous faisons face à notre difficulté et désirons la surmonter, il en résulte un projet : développer une habileté particulière. Ça peut être l'habileté à prendre un risque particulier comme celui d'être vu vulnérable ou de faire face aux conflits. Il peut aussi s'agir d'une habileté complexe qui regroupe plusieurs savoir-faire particuliers.

Shivak avait encore le choix. Rétablir l'ordre, prouver son innocence et la véracité de ses faits. Si il arrivait à faire ça, alors il pourrait toujours accéder au rôle de PDG et il serait débarrassé de Shaélynn pour de bon. Mais si il faisait un seul faux pas, s'en était fini de lui. Fini de sa relation avec Emma, fini l'enquête sur le "Projet T".
Non, il n'avait pas le choix, il devait faire ce qui lui permettrait de survivre le plus longtemps possible. Il devait trouver une preuve dans les appartements de sa pire ennemie !

Est-ce que toutes les difficultés valent la peine d'être surmontées ? Il est vrai que pour y faire face, il faut du courage et bien des efforts ! Les problèmes qui méritent notre attention sont ceux qui nous font souffrir et sont les plus ardus à déjouer.
Lorsque nous refusons de faire face au problème, nous acceptons qu'il demeure inchangé. Les problèmes ne se règlent jamais seuls. Aussi il faudrait être rapide. Si Shivak arrivait à obtenir ce qu'il cherchait, il pourrait toujours ramener cette preuve à un allié, une personne de confiance, quelqu'un qui l'aiderait à montrer à tous la vérité.

Il arrivait à un carrefour dans la jungle. Partir en direction du Port Nord de l'île ou rejoindre les Bungalows ? Sa décision était prise. De toute manière, il avait toujours un plan de secours.
Choisir d'assumer sa difficulté, c'est se donner la possibilité de l'apprivoiser et éventuellement de la surmonter. La première étape pour y arriver est évidemment d'y faire face. Nous ne pouvons résoudre un problème en l'évitant. Il faut l'affronter.

Quelques minutes plus tard, après avoir du éviter les déplacements incessant de la garde des Rangers prêt des baraquements, Shivak avait réussi à s'introduire discrètement jusqu'au Bungalow de Shaélynn. Ce dernier était visiblement en train d'être fouillé. Rien de plus étonnant après sa déclaration.
En s'y arrêtant, en le précisant et en se mettant à la recherche de moyens pour le résoudre, le problème devient déjà plus familier ; nous l'apprivoisons et il nous fait immédiatement moins peur. Il s'agit ensuite d'appliquer les moyens identifiés pour découvrir ceux qui se montreront les plus efficaces. Il fallait rebondir. Si ce n'était pas dans le Bungalow de son ennemie, alors il ne restait que deux options : le bureau du QG Paléobotanique ou le Bungalow de Cole. La deuxième option semblait moins risquée et il avait moins de chance d'y trouver un personnel de garde.

Contournant les habitations, il se rendit jusqu'à destination, attentif au moindre bruit.
Il devait être rapide, n'importe qui pourrait débarquer d'un instant à l'autre et il n'avait pas le droit à l'échec. Habilement, il grimpa à l'arbre situé à proximité de l'habitation de Mr Hudson pour accéder à l'étage, au niveau des fenêtres. Après avoir déchiré un morceau de son costume, il l'enroula autour de son poing et mis un grand coup dans le carreau pour brisé la vitre. Il put de cette manière ouvrir la vitre sans trop de mal.

Après être entré par effraction il s'empressa de fouiller la pièce dans laquelle il se trouvait : la chambre. Il fallait penser comme une femme, une espionne, quelqu'un qui aurait des choses à dissimuler sans que son conjoint le remarque. Il n'y avait pas cinquante mille cachettes qui répondaient à ses critères. Shivak ouvrit donc l'armoire réservée aux vêtements de Shaélynn. Après être tombé sur plusieurs sous vêtements provocateurs aux couleurs vives (qu'il n'aurait jamais pu imaginé sur cette femme) et avoir retiré de leurs boites une vingtaines de paires de chaussures, il dut se rendre à l'évidence que la jeune femme était très maligne, mais également très provocatrice.

**Cette garce va me rendre dingue...**

Shaélynn est anxieuse, toujours prête à se battre et à dégainer.
Elle est de plus en plus capable de se montrer vulnérable et elle y arrive maintenant avec son conjoint. Elle a bien confiance de surmonter cette difficulté et elle s'estime de se montrer telle qu'elle est avec ses proches. Plus elle le fait, plus elle porte bien l'inconfort et la peur d'être rejetée. Ce n'est toujours pas agréable, mais elle tolère mieux ces émotions et ne se paralyse plus pour éviter de les vivre. Si elle aurait du se défendre et se sentir à l'aise ici, il aurait fallut une arme à portée de mains.

Shivak se dirigea vers le lit et fouilla la commode. Rien.
Il se mit à quatre pattes pour regarder sous le lit et y trouva de nouvelles boites à chaussures. Malgré cette impression qu'il serait de nouveau bredouille, son caractère obstiné l'obligea à regarder l'intérieur de ses boites et c'est là qu'il fit la découverte qu'il espérait : Un 9mm.
Ce n'était pas n'importe quelle arme. L'ex membre de la Chimère l'avait déjà vu et il avait l'oeil pour ça. C'était l'arme qui avait servi à tuer John Hammond. Brusquement, il descendit les marches des escaliers qui amenaient vers le salon et la cuisine, il lui fallait un sac en plastique pour y mettre sa découverte. Il ne fallait pas ses empruntes sur l'arme ou on l'inculperait lui aussi.

A peine avait-il descendu les marches qu'au bout du couloir, la porte s'ouvrit.
Il ne lui restait plus qu'un geste, un réflexe : dégainer, pointer et tirer un coup de sommation. Il savait à la manière brusque dont la porte s'était ouverte que la personne qui était entrée était pressée. Il n'y avait qu'une seule ennemie capable de vous surprendre au plus mauvais moment...

C'est ça rencontrer des difficultés.
Quoi qu'il en soit, c'est à vous que revient le choix de relever ou non vos défis. C'est tout de même vous qui en paierez le prix et récolterez les gains ! Vous en êtes seul responsable...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Time to Run   Lun 17 Nov 2014 - 0:14

La non-réaction de Cole ne manqua pas de l’inquiéter davantage. Shaé aurait eu envie de lui parler, de lui dire ce qu’elle avait sur le cœur à ce moment précis. Obtenir quelques mots rassurants, un câlin, n’importe quoi qui puisse la faire espérer que Shivak n’avait pas tout détruits, que Cole ne l’avait pas cru. Elle aurait pu survivre à ça. Changer totalement. Retourner sa veste une fois ses ennemis hors du jeu. Elle aurait pu être sûre que Biosyn l’avait abandonné et faire d’une pierre deux coups : se venger, s’en sortir, s’extraire de leur emprise et redémarrer. Tout du début. En préparant Cole à tout ça elle aurait pu conserver sa confiance, son amour et surtout sa protection. En se confiant petit à petit jusqu’à arriver à la vérité. Si seulement Shivak avait pu la fermer. Si seulement elle avait pu le faire avant qu’il ne parle. Tout n’était toujours qu’une question de temps. La jeune femme en avait manqué et en manquait encore. Les possibilités se réduisaient à vue d’œil et la porte de sortie disparaissait lentement mais sûrement.

Le ton était hésitant et gêné. Ce qu’il proposait ne lui plaisait pas c'était évident mais il n’y avait plus d’échappatoire possible. Discuter. Cole et Shaé allait devoir parler. Disons plutôt qu’il allait poser les questions et qu’elle était censé répondre avec le plus de sincérité possible sans quoi elle aurait des problèmes. Cette fois-ci, il ne fermerait pas les yeux. Le jeune homme ne pouvait plus. Il l’avait fait une fois et ils s’étaient empétré un peu plus dans cette relation instable, déséquilibrée, à la limite du toxique. Elle aurait voulu trouver une pirouette pour s’en sortir mais elle n’en voyait plus.

Shaélynn se lev lorsque Cole fit mine de se relever et le suivit. Sur le chemin , ils restèrent silencieux mais Shaé glissa dans la sienne. Malgré la réserve et la distance du jeune homme, le contact familier de sa peau la rassura et l’apaisa un peu. Elle voulait vider le moment de tout le contexte et ne garder que l’action présente. Ne pas penser à tout ces gens qui n’auraient d’autre objectifs que de l’abattre dès qu’ils auraient repris leur esprit. Elle ne voulait garder que l’action présente. Eux marchant main dans la main. Mais le moment fut interrompu par un des employés qui souhaitaient parler à Cole. Passer la peur que ce soit pour l’arrêter ou autre qu’il soit venu, Shaé l’embrassa sur la joue et le laissa partir. Cole lui adressa à peine un regard gêné, laissant juste sa main un petit peu plus longtemps contre sa paume.

Malgré tout ses événements, Shaélynn avait vraiment besoin de cette conversation avec son compagnon et elle finit par se diriger tout de même vers son bungalow. Elle ne voulait pas fuir. Elle savait qu’elle était dans une position compliquée mais tout ce qu’elle souhaitait pour le moment s’était se reposer. Autant se poser un petit moment avant de devoir affronter les doutes, les questions et l’interrogatoire qu’allait lui imposer son compagnon. Elle savait au fond d’elle-même que ça serait surtout ça. Un interrogatoire. La jeune femme n’aurait pas seulement à faire face à l’homme qui partageait sa vie mais également à l’un de ces collègues et surtout au patron du parc dont elle avait clairement abusé de la confiance.

Tout ce qu’elle avait fait ne trouverait pas de justification aux yeux de Cole. Rien de ce qu’elle pourrait lui dire ne le convaincrait. Tous ses mensonges ne pourraient l’excuser et même si la paléobotaniste cherchait à lui faire comprendre que les choses avaient changés, qu’elle n’avait plus de contact avec Biosyn et qu’ils l’avaient abandonné, elle n’était pas sûr qu’il pourrait lui pardonner. Elle comprendrait. Mais n’accepterait pas. Elle voulait rester. Elle se battrait pour rester sur l’île puisque c’était l’endroit où elle était le plus en sécurité jusqu’à présent. Partir aurait été du suicide pur et simple. Shaélynn se doutait que Biosyn n’attendait que ça : qu’elle soit seule et « sans défense » dans la nature pour la faire taire. Genre définitivement.

Shaé avait des ennemies partout. A l’intérieur et à l’extérieur du parc. Bientôt elle n’aurait plus aucun allié. Elle n’en avait pas eu beaucoup ici ou du moins pas des alliées qui avaient connaissance de sa situation réelle. La jeune femme était dans la merde. Complètement. C’était la seule chose qu’elle était capable de se dire. Quoi qu’elle fasse elle était piégée. Sa seule option lui semblait être de supplier Cole. De tout lui avouer sans mentir. Toute la vérité sans mensonge, sans zone de flou. Peut être comprendrait-t-il qu’elle était sincère autant dans sa volonté de rester et d’échapper à Biosyn comme dans la confiance et la tendresse qu’elle avait pour lui. Quelque chose lui disait que ça ne serait pas suffisamment. Une petite voix lui soufflait que c’était dangereux. L’attente serait étouffante, elle le savait.

Shaélynn avait des ennemis partout. Elle avait développé une sorte de sixième sens  et sentait lorsqu’elle était menacée de quelque façon que ce soit. Et quelque chose dans l’atmosphère qui entourait son bungalow lui fit ralentir le pas. Elle observa un peu les environs. Tout le village des bungalows étaient très calmes puisque peu de personnes s’y trouvaient à cette heure-ci généralement et aujourd’hui encore moins. Elle concentra ensuite son regard sur son bungalow.

Sur deux étages, le bungalow suivait la pente naturelle et s’intégrait harmonieusement au paysage. C’était une volonté du parc qui voulait dénaturer le moins possible cette partie proche de la jungle, les bungalows étaient donc construits en matière d’origine naturelle ou ressemblant à des matériaux naturels. On y accédait par la terrasse (recouverte par le balcon du dessus) qui donnait sur la cuisine et le salon. Un escalier menait à la chambre (aux chambres suivant les bungalows) et à la salle de bains. Elle observa le chemin qui menait à la terrasse et y observa des traces de pas fraîches qui lui parurent un peu trop fraiches. Vu la taille il s’agissait d’un homme et Cole n’était pas revenu avant qu’il ne pleuve une heure plus tôt. Après vérification de la serrure, rien n’avait été forcé.

Shaé recula jusqu’à l’entrée du petit espace vert qui leur était réservé et examina l’étage supérieur. Elle crut y apercevoir du mouvement à travers les volets clos en direction de l’escalier. Un des volets étaient ouverts.

Quelqu’un était entré.

Le cerveau de Shaélynn se remit à fonctionner boosté par l’adrénaline. Elle fonça, agrippa l’arbre et se hissa sur la terrasse en silence. Elle sortit son 9mm officiel de son sac et adopta l’attitude de tout bon flic ou espion comme on lui avait appris. Elle se collait au mur et fonçait canon vers l’avant. Elle eut juste le temps de voir la porte se refermer doucement. Le visiteur ne semblait ni paniqué ni stressé. Il ne l’avait pas encore repéré. Tant mieux. Il était pris au piège. Les volets du bas étaient fermés et la porte verrouillé. Faire sauter la serrure le ralentirait et elle l’aurait.
Son regard se posa sur la porte ouverte de son placard, les boîtes de chaussures ouvertes, celle de sous le lit, sorti et ouverte aussi. Y compris celle où se trouvait l’arme avec laquelle elle avait tué John. Elle l’enveloppa dans la gaine en cuir dans laquelle elle l’enveloppait toujours avant de la manipuler et passa à la suite de l’opération.

Elle se plaça sur le coté de la porte et elle avait eu raison car le visiteur tira à ce moment là. Shaé inspira un grand coup et ouvrit la porte d’un coup tenant dans son champ de vision l’intrus. De dos. Mais même comme ça elle l’aurait reconnu. D’un mouvement souple il se faufila dans le salon où elle le rejoignit. Lorsqu'ils se retrouvèrent face à face, leur armes respectives étaient pointés sur l'autre.
-C’était ça que tu cherchais ? En disant ça elle agita le 9mm en le tenant d’une main et son 9mm déclaré de l’autre pointé en direction de Shivak. Tu voulais faire un paquet cadeau ? Son ton était moqueur et Shaé était ravi d’avoir le dessus sur la situation pour le moment. Tu pensais pas pouvoir tout gaché et t’éclipser en douce quand même… tss… Sans même me dire au revoir. Je suis déçue.
Cette fois-ci Shaélynn pouvait l’avoir. Et elle ne laissera pas ce connard partir vivant.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shivak Garland

avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Time to Run   Dim 28 Déc 2014 - 23:17

Insultante, ironique, injuste, élogieuse, insidieuse… Une phrase lancée à votre intention vous a laissé sans voix, a troublé votre affect et brouillé votre mental. Bouche sèche, rouge aux joues, cerveau bloqué… vous avez eu l’esprit d’escalier, qui peut s’assimiler au trac. On devient dépendant de son état émotionnel : indignation, peur, colère, incapable d’une pensée et d’une verbalisation. Il n'est pas donné à tous d'avoir le sens de la répartie à tout moment.
Acquérir une vivacité de parole et de réflexion requiert des capacités spécifiques. Un minimum de pulsion agressive pour affronter l’autre, surmonter son inhibition et censurer les directives de son surmoi (on est poli, on n’agresse pas les autres) s’appuiera sur la volonté de préserver son ego de toute déstabilisation extérieure.

Il analysa attentivement et en un cours instant la situation dans laquelle les deux rivaux se trouvaient. Si la demoiselle avait toujours eu le tact et l'air confiant, elle n'avait jamais réussie jusqu'à présent à le tenir en joue plus de cinq secondes. Plus élaborée, la réplique humoristique, ironique ou cinglante fait appel à des capacités supplémentaires : analyser en un temps record l’adversaire et ce qu’il exprime, tout en donnant libre court à son imaginaire. La tactique de l’attaquant. Shivak, toujours l'arme pointé vers la jeune femme, fit le tour de la pièce en marchant d'un pas lent, s'installa prêt du canapé et fanfaronna :


- "Qui parles de se sauver ? Après tout, on se plait dans la Maison des secrets. Qui as-tu décidée de tuer aujourd'hui ?"

Ne pas laisser paraître ses émotions, même si le stress et l’inquiétude pouvait se lire dans le visage des deux protagonistes. Shaélynn avait cependant un avantage : elle était la seule à avoir vraiment envie de tirer sur l'autre. Il n'y a pas de mode d’emploi pour déclencher un tir. C’est comme pour tenir sur un vélo, il faut un apprentissage personnel et quelques chutes pour y arriver par soi-même. John Hammond n'avait pas été son premier essai, mais c'était certainement celui qui lui avait laissé le pus de séquelles. Il fallait donc jouer cartes sur table si il voulait encore une fois se sauver la mise. Et pour cela, il allait devoir miser sa propre vie.

- "L'arme que tu tiens n'est qu'une autre preuve matérielle de ton implication. Mais je n'ai pas besoin de te faire tomber Shaélynn, j'ai vu tout ce qu'il s'est passé et j'ai suffisamment de pièces à conviction pour te faire passer le reste de ta vie en prison..."

Tentative de bluff. Peu de chance de réussir, mais si la jeune femme était bien rongée par la culpabilité alors il gagnait un peu de temps en touchant un point sensible.

- "...Mais je ne veux pas que tu te fasses attraper par ces types. Tu sais aussi bien que moi ce qu'on risque dans l'espionnage industriel. Et puis, nous ne sommes plus en sécurité sur Isla Nublar. La sécurité va arriver d'un moment à l'autre. Se faire prendre n'arrange aucun d'entre nous. Ils nous exécuterons tous les deux pour ce qu'il s'est passé. Tu veux que Cole assistes à ça ?"

Insister, ouvrir la faille.
Shivak aurait pu travailler la jeune femme jusqu'à ce qu'elle craque mais ils n'avaient plus le temps de se faire la guerre. C'était trop tard pour Emma, pour lui, pour le poste de PDG. Désormais, il n'avait plus de choix, il avait foncé tout droit dans une impasse et ils étaient désormais bloqué, sans aucune échappatoire que la mort. Sauf si...

Il fallait passer au plan B

Pour utiliser une métaphore très simple, si en vous promenant en ville vous tournez dans une ruelle pour vous retrouvez dans une impasse, qu'est ce que vous faîtes ? Demi tour ! En bien bonne nouvelle, dans la vie c'est pareil.
Il faut savoir faire un pas en arrière, dix pas en arrière, et changer de direction.


- "On peux encore s'en sortir, toi et moi. Je pars en Egypte chercher l'une des pièce caché du Projet T, là ou Mary Moore était en mission. Je dois arrêter la Chimère avant qu'elle ne mette la main sur cette arme !"

Certes, ça faisait beaucoup à accepter d'un coup mais il devait faire en sorte qu'elle le laisse partir. En proie au doute, elle avait quand même pourtant tiré sur l'ancien PDG d'InGen et il devait faire très attention.

- "Sauves toi pendant que tu le peux encore ! BioSyn t'utilises de la même façon que K-C m'utilisait ! Nous ne sommes que des jouets dans leurs plans de conquêtes !"

Soyez positif
Ça semble plus facile à dire qu'à faire, et ça l'est. Mais ce n'est pas si difficile de faire preuve d'humour, de tolérance, de compassion.
Souriez. Les gens ne sont pas responsables de vos malheurs. Sachez pardonner.
Il décida donc de tenter l'impensable et d'un geste significatif de la main, il déposa son arme sur la table. Faites face. Ne cherchez pas à tourner le dos au problème.
Parfois le problème n'est pas défini, le problème c'est justement la vacuité de votre existence. Alors vous fuyez dans la dépression, dans des paradis artificiels (internet, jeux video, drogues).
Ne fuyez pas la réalité. La vie se passe ici, maintenant. Pas sur adopteunmec. Pas dans WoW ou Diablo III. Alors posez vos mouchoirs (quelque utilisation que vous en faisiez), et soyez actif dans votre vie.


- "Regardes... Tu veux me tuer ? Je t'en laisses le choix ! Je sais que tu me déteste et que tu me hais plus que tout, mais si tu me tues, là chez Cole, avec ton arme, tu prouveras à tous le monde que j'avais raison ! Ta vie sera finie et tu perdras tout ! Je baisse mon arme parce que je ne veux pas te tuer Shaélynn, je veux que tu me laisse partir et que toi aussi tu ai une chance de te sauver car notre monde cours un plus grave danger que de nous entre-tuer".

Dans certaines circonstances, on est prêt à tout par amour...
Shivak avait contré les interdictions de John Hammond pour revenir, assommé les hommes d'InGen qui le suivaient, pris le risque de pénétrer dans un aéroport sécurisé, forcer la main de Ian Malcolm et Tim Murphy pour s'emparer d'un appareil et décollé pour un vol non autorisé pour Isla Nublar ! Il avait renié Handréas, dupé la Chimère avait échangé des informations importantes avec ces deux hommes juste pour pouvoir revoir Emma et lui sauver la vie. Que pouvait donc faire Shaélynn pour celui avec qui elle partageait sa vie ? L'aimait-elle vraiment ?
Difficile de jouer sa vie dans de telles condition, mais Shivak n'avait rien a perdre (mis à part la vie) ce coup ci. Il était pratiquement sure qu'elle ne tirerait pas, mais le doute subsistait encore.

Au cas ou, il lui restait toujours une option de secours. Le mur de l'escalier le protégerais d'une éventuelle riposte si il était assez rapide pour s'y engouffrer. Il n'aurait alors qu'à grimper les marches le plus vite possible et sauter par la fenêtre du premier pour courir à travers la jungle, aussi vite que ses jambes le lui permettrait. Après tout, une barque l'attendait au Nord de l'île. Il ne se voyait pas traverser le secteur non protégé seul et sans son arme, mais c'était un risque à prendre pour sa survie.

Seulement voilà, rien n'est acquis et rien ne se passe jamais comme vous le désirez. Non loin de là des pas se faisaient entendre. Un homme courrait en direction du Bungalow. Sa silhouette d'homme déchu et à sa démarche haletante ne laissait supposer nul doute à son identité. Shivak n'avait plus que quelques secondes....


- "Si tu changes d'avis, je serais à l'embarcadère Nord."

Et il mit son plan à exécution en plongeant vers l'escalier et en fonçant à toutes embardées au premier étage. Conscient malgré tout de la hauteur, il bondit à travers la fenêtre ouverte et atterrit difficilement sur le sol, menaçant de se rompre les os. L'Adrénaline le poussa pourtant à continuer et il disparut dans la pénombre menaçante de l'île des brumes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Time to Run   Mer 31 Déc 2014 - 18:12

Shaé hésitait fortement à tirer. Elle savait que si elle le faisait elle n’aurait jamais le temps de nettoyer le bazar avant que Cole ne débarque. Et que cela risquait de sceller définitivement son destin. Si Cole acceptait de croire à sa version des faits concernant l’exécution de John Hammond commandité par Biosyn,  il ne pourrait par contre pas cautionner la mort de Shivak dans leur bungalow. Même si le jeune homme l’avait pris en otage et menacé. Cole avait trop peu confiance pour la pardonner et la croire pour deux meurtres. Shivak devait s’en douter car il lui paraissait étrangement confiant. Trop à son goût.

L’homme se déplaçait lentement se rapprochant de l’endroit où Shaé se trouvait l’obligeant à faire le même mouvement et à se déplacer vers l’endroit où se trouvait le jeune homme quelques instants avant histoire de le garder en joue. Et elle n’appréciait pas ça. Il avait l’intention de s’en aller et s’extirpait donc du piège que la porte d’entrée fermée du bungalow représentait pour lui. Astucieux. Si elle voulait tirer c’était maintenant. Mais celui s’avança près du canapé et s’arrêta comme s’il n’avait s’agit que d’une simple discussion entre collègue. A la différence près des armes qu’ils tenaient pointé l’un contre l’autre.
- "Qui parles de se sauver ? Après tout, on se plait dans la Maison des secrets. Qui as-tu décidée de tuer aujourd'hui ?

Bam. Il attaquait directement là où ça faisait mal. Elle ne savait toujours pas comment il avait su pour la mort de John. Mais à ce stade  ce n’était plus vraiment le sujet. Il avait su et tout le monde était au courant désormais. Sa main tremblait d’envie de tirer mais au point où elle en était elle ne voyait plus quoi faire. Et elle se détestait pour ça. Elle n’avait pas su prendre les décisions qui s’imposait les derniers mois pas plus qu’elle n’arrivait à les prendre maintenant.
- "L'arme que tu tiens n'est qu'une autre preuve matérielle de ton implication. Mais je n'ai pas besoin de te faire tomber Shaélynn, j'ai vu tout ce qu'il s'est passé et j'ai suffisamment de pièces à conviction pour te faire passer le reste de ta vie en prison..."

Shivak avait sur pour Hammond et avant ça il avait relié son nom à celui de Lewis et Noah… Qu’avait-il pu trouver d’autre ? L’arme qu’elle tenait dans sa main et qu’elle pointa sur lui était rattaché à son vrai nom et était parfaitement légale. La seconde en revanche avait été achetée sous un faux nom. La propriétaire n’existait pas. Personne n’aurait pu remonter jusqu’à elle. Il aurait suffit qu’elle la cache sur le cadavre de Shivak. Au vu du passif du jeune homme, la police du parc n’aurait peut être pas cherché très loin. Seulement… Elle savait que tout ce qu’elle avait fait et tout les soupçons qui pesaient sur elle ne lui épargnerait pas l’opinion des gens du parc. Le doute planerait toujours sur elle. Elle ne pourrait jamais rebondir. Shaélynn sentait que c’était fini pour elle. Et elle savait aussi qu’elle ne voulait pas passer outre la mort de Cameron et celle de John Hammond.

Shivak avait assassiné Cameron. Shaé avait tué Hammond sur ordre de Biosyn. Certes Shivak avait cumulé jusqu’ici et les autres faits qu’elle avait commis étaient bien plus discrets que les siens. Elle avait surtout copié et transféré des documents. Elle n’avait qu’un seul meurtre à son actif sur le parc. La seule autre fois où elle avait tué, elle n’avait même pas vu le visage de sa victime. Elle n’avait servi que de renforts à une équipe de Biosyn. Elle avait simplement protégé les arrières de ses amis. Rien à voir avec le meurtre de sang froid de John. Enfin… Disons que le vieillard l’avait fortement encouragé à l’assassiner. Il lui avait même demandé. Est-ce que cela avait rendu les choses plus simples ? Bien sur que non. Au contraire.

Toutes les révélations qu’il lui avait faites n’avait fait que perdre davantage la jeune femme. Et pour le moment elle n’avait pas eu ni le courage ni l’envie de partir démêler tout le joyeux foutoir qu’il lui avait foutu sur les épaules ce soir là. Cela impliquait trop d’erreurs qu’elle avait commises. Le fait qu’elle est été encore plus manipulé par Biosyn qu’elle ne l’imaginait et l’impact que cela allait avoir sur un bon paquet de gens. Ce soir là elle avait non seulement tué un homme mais elle avait aussi laissé la voie libre à ceux qui cherchait à s’emparer de l’arme mystérieuse conçu par Hammond et ses parents… Autant dire que ça faisait beaucoup plus que ce pour quoi elle avait signé. Beaucoup plus. Les conséquences lui semblaient plus dramatiques que le simple fait de ramener chez Biosyn la recette magique pour faire des vrais dinosaures.
- "...Mais je ne veux pas que tu te fasses attraper par ces types. Tu sais aussi bien que moi ce qu'on risque dans l'espionnage industriel. Et puis, nous ne sommes plus en sécurité sur Isla Nublar. La sécurité va arriver d'un moment à l'autre. Se faire prendre n'arrange aucun d'entre nous. Ils nous exécuterons tous les deux pour ce qu'il s'est passé. Tu veux que Cole assistes à ça ?"

Shaé ouvrit la bouche pour parler mais la referma aussi vite. Il était en train de se foutre de sa gueule là ? Shivak devait être sacrément dans la merde pour lui parler de cette manière. Et le plus étrange était à venir.
- "On peux encore s'en sortir, toi et moi. Je pars en Egypte chercher l'une des pièce caché du Projet T, là ou Mary Moore était en mission. Je dois arrêter la Chimère avant qu'elle ne mette la main sur cette arme !"

La conversation prenait un tour qui ne lui convenait pas. Depuis quand ce connard et elle était devenu un « toi et moi » ? Shivak semblait prêt à lui fournir un échappatoire si elle le laissait partir. Ça aurait pu être tentant si il ne se proposait pas d’aller récupérer un objet ayant appartenu à sa mère et qui donc lui revenait de droit. En plus d’avoir tué son père, de lui avoir piqué son poste de PDG et d’avoir bousillé sa vie allait falloir aussi qu’il la spolie de son héritage en lui dérobant ? No fucking way.
- "Sauves toi pendant que tu le peux encore ! BioSyn t'utilises de la même façon que K-C m'utilisait ! Nous ne sommes que des jouets dans leurs plans de conquêtes !"

Sans blague ? Comme si elle ne l’avait jamais su… Dès qu’elle avait posé le pied chez Biosyn elle avait su. Mais elle avait aussi conscience de tout ce qu’elle aurait pu récupérer de cette expérience et de leur protection. Elle n’avait juste pas imaginé qu’ils auraient été capables de la lâcher comme ça d’un jour à l’autre sans possibilité de fuite. Oui ils s’étaient servis d’elle mais elle avait tenté sa chance au moins. Elle n’était pas resté les bras croisés résigné à accepter la ruine et et l’humiliation d’une vie ratée. Dans le même temps les paroles de Shivak ne lui inspirait pas confiance. Pourtant le voir poser son arme sur la table et s’en éloigner, le laissant totalement désarmé la surprit davantage. La possibilité qu’il était de nouveau en train de lui proposer un marché la laissait sans voix. En même temps, ils avaient passé leur temps à se mettre des bâtons dans les roues et à s’étriper.

Enfin pas vraiment. Elle avait eu la possibilité de jouer triple jeu en passant un accord avec Shivak et en lui transmettant les mêmes données qu’à Biosyn. De cette manière elle aurait été en mesure d’assurer doublement ses arrières et d’obtenir la protection de Shivak. Mais à l’époque sa loyauté envers Biosyn était telle qu’elle avait refusé et qu’elle avait tout rapporté à Lewis. Pourtant… Combien de fois ne s’était-elle pas dit que tout aurait été différent si elle avait accepté l’aide de Shivak ? Elle le détestait et tout l’odieux chantage et les intimidations, qui avaient mené à la mort de Cameron, aurait peut être pu être évité par cette accord. Mais s’extirper de Biosyn pour se jeter dans le chantage de Shivak ? Définitivement elle aurait eu tort.
Là c’était différent. Il n’était plus affilié à la Chimère. Il était en fuite tout comme elle. Abandonné par les leurs, rejeté par ceux qu’ils avaient arnaqués et espionné sous leurs ordres.


- "Regardes... Tu veux me tuer ? Je t'en laisses le choix ! Je sais que tu me déteste et que tu me hais plus que tout, mais si tu me tues, là chez Cole, avec ton arme, tu prouveras à tous le monde que j'avais raison ! Ta vie sera finie et tu perdras tout ! Je baisse mon arme parce que je ne veux pas te tuer Shaélynn, je veux que tu me laisse partir et que toi aussi tu ai une chance de te sauver car notre monde cours un plus grave danger que de nous entre-tuer"

Shaélynn pouvait. Mais elle ne voulait plus le tuer. Il avait raison malheureusement. Quant à savoir ce qu’elle allait faire c’était un autre problème. Son ennemie juré qui lui proposait une porte de sortie. Il aurait été logique de refusé. Mais elle était dos au mur. Des bruits de pas se rapprochaient en courant. Un homme seul. C’était Cole sans hésitation. Tout son corps s’emballait. Il lui fallait du temps pour réfléchir et elle n’en avait pas.

- "Si tu changes d'avis, je serais à l'embarcadère Nord."

En quelques secondes Shivak avait fuis vers l’étage, la laissant seul pour affronter Cole. Elle avait redouté ce moment. Chaque fois que son compagnon avait cherché à en savoir plus, elle lui avait toujours fais comprendre à mi-mot qu’il ne valait mieux pas. Et les quelques infos qu’elle avait donné le faisait toujours reculer et refuser de finir une discussion qu’aucun d’eux ne souhaitaient réellement avoir. Mais aujourd’hui c’était différent. Cole était patron du parc et elle était soupçonnée de meurtre et d’espionnage industriel. S’il ne parvenait pas à avoir les infos qu’il souhaitait il aurait recours au chantage, ce qui serait très certainement efficace, ou pire  à la sécurité du parc. Il ne prendrait peut être même pas la peine de lui demander sa version des faits. Il risquait de la lâcher complètement et de la traiter comme une simple criminelle mettant tout ce qu’ils avaient vécu à part. Et ce serait fini d’elle.

Plus que quelques secondes. La jeune femme fonça vers la chambre avant qu’il ne parvienne à la porte. La porte d’entrée n’était pas orientée dans la direction de l’embarcadère désigné par Shivak. La fenêtre du premier oui.  Elle récupéra son sac à main qui contenait tout les faux papiers et autres documents dont elle avait besoin, son ordinateur y compris. Dans un placard, elle prit un gros sac de sport rempli de vêtements et des autres documents qui lui serait utile. C’était tout ce dont elle avait besoin pour survivre. Elle déposa le tout sur la terrasse en entendant le jeune homme ouvrir la porte. Le reste de ces affaires étaient planqué. Retiré depuis bien longtemps à la garde de Biosyn soit disant pour des raisons pratiques mais en réalité parce qu’elle ne les croyait plus. Elle ira les récupérer plus tard. L’essentiel était là sur cette terrasse. Elle entendit Cole monter l’escalier et s’assit sur le lit. Lorsqu’il entra dans la pièce, sa décision était prise et elle était prête à lui faire face. Elle s’adressa à lui sans le regarder.


-Je sais que t’a autant envie d’entendre ce que j’ai à dire que moi de le dire mais cette fois on n’a pas le choix. C’est fini Cole.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Time to Run   Dim 11 Jan 2015 - 19:36


       Cole avait été retenu et malgré son inquiétude, ses questions et sa perspicacité, il avait accepté de s'entretenir avec cette personne dont il ignorait le nom mais qui avait grandement insisté. C'était un homme, tout portait à croire qu'il avait une certaine affiliation au sein de l'entreprise, peut-être un avocat ou je ne sais quoi. Il lui annonça avec gène et avec un certaine intimité que Shaélynn et lui-même ferait l'objet d'une enquête mais il lui confia assez rapidement que tout semblait être en bonne uniforme, qu'ils n'avaient rien à craindre. Tout portait à croire que Shivak avait dit ce qu'il pouvait pour s'en sortir vivant, pour semer la panique et finalement s'enfuir. Cela aurait pu rassurer le jeune homme si Shivak ne lui avait pas dit que sa compagne était un réel danger pour lui, s'il ne lui avait pas dit avant de partir qu'il devait se méfier d'elle et s'en éloigner. Il avait peur de savoir la vérité mais il avait aussi peur de s'être voiler la face, peur de la perdre en de telles circonstances.

       C'est donc accompagné d'un soupir interminable et d'un hoquet nerveux qu'il rentrait chez sa petite amie.La nuit était sombre et inquiétante, un profond silence régnait et Cole, au milieu de tout ça, pensait. Il pensait à tout ça, à ce qu'il allait pouvoir lui dire, à ce qu'il allait pouvoir faire. Qui devait-il croire ? L'amour rendait-elle aveugle à ce point ? Est-il possible qu'à un moment donné il ait su mais qu'il ne fit comme si de rien n'était ? C'était possible ça ? Il en avait en tout cas l'impression et celle-ci le grignotait un peu plus chaque minute passée. Pour lui, les choses ne collaient pas, en quelques sorte il avait encore de l'espoir, il avait envie d'y croire. Cela ne pouvait pas être possible, pourquoi aurait-elle pleuré sinon ? Pouvait-elle simuler des sentiments ? Des larmes ? Cole en doutait sérieusement mais sa curiosité et sa constante incertitude commençaient à l'effrayer, il remettait en cause tout ce qu'il avait entrepris ici tant avec l'entreprise qu'avec la jeune femme. Très vite et sans même sans rendre compte, il pouvait d'ores et déjà apercevoir le bungalow. Son pied se jouait d'une petit caillou qui traînait là, d'un pas nonchalant il venait buter dedans, il l'emportait avec lui comme s'il s'agissait d'un fardeau en plus à traîner. Il finit par l'abandonner, presque tout abandonner. Il n'osait quasiment plus avancer, il avait peur de le faire et alors que ces jambes commençaient à ralentir et qu'il avait presque entrepris de faire demi-tour, de partir se promener on ne sait où dans le parc, il entendit un coup de feu.

       Le chemin était faiblement éclairé, c'était principalement un choix de John Hammond. Il ne voulait pas dénaturer l'île, il ne voulait pas perturber les dinosaures. Il les voulait libre mais aussi les garder pour lui. L'homme capitaliste et matérialiste qu'il était répétait souvent ses dépenses sans compter. Non. Il n'avait pas compté l'importance ni le danger que son rêve pouvait représenter. Pouvait-on appeler cela du courage ? De la folie ? Peu importe, à ce moment précis, Cole le maudissait intérieurement, il ne voyait rien et il était effrayé. Un silence encore plus oppressant régnait désormais, dans le noir complet le jeune homme se sentait enfermer, bloquer. Plus aucune issu possible, il ne pouvait faire machine arrière. Prenant son courage à deux mains, il se mit à courir en direction du bungalow. Est-ce que le coup de feu venait de là ? Pendant une fraction de seconde il ignorait s'il fuyait le danger ou s'il fonçait droit dessus. Il ne réfléchissait plus. Il se trouvait bien vite sur le pallier de la porte, il tendit un instant l'oreille, tout était très calme mais il entendit malgré tout du mouvement, de l'agitation.
       Inquiet, Cole fouilla sa poche de pantalon avec hésitation, ses mouvements étaient incertains, ses mains tremblotaient légèrement. Il ouvrit finalement la porte, il appela une fois sa compagne puis il entendit du mouvement à l'étage. C'est maintenant sans aucune hésitation qu'il se précipita dans les escaliers et monta rejoindre la jeune femme. Shaélynn était assis sur le rebord du lit, il pouvait reconnaître sa silhouette entre mille. Elle ne tourna pas son regard vers lui, comme si elle l'attendait et d'une voix froide, monotone et qui semblait venir des profondeurs de ces entrailles, elle prononça ses mots qu'il n'oublierait jamais.


- « Je sais que t’a autant envie d’entendre ce que j’ai à dire que moi de le dire mais cette fois on n’a pas le choix. C’est fini Cole. »


       Si le monde pouvait tomber, imploser et s'écrouler en un instant, cela serait Cole qui serait plus à même de décrire à quoi cela ressemblerait. Il resta bouche bée, silencieux. Il ne savait quoi répondre, son cœur se pinça, se froissa, s'effrita. C'était comme si on lui avait percé le cœur, comme s'il venait de recevoir une balle en plein dans la poitrine. Le sang dégoulinait le long de son torse, il ne pouvait retenir le liquide rougeâtre qui petit à petit agressait son corps innocent. Il la regardait sans comprendre ce qui lui arrivait, elle ne le regardait même pas. Il avait envie de crier, de hurler, de se jeter sur elle pour la raisonner, au lieu de ça, il restait debout, anéanti. Il ne comprenait pas, il n'y avait rien à comprendre. Il ouvrit la bouche mais aucun son n'en sortit, cela ne faisait aucun sens, il refusait que cela se passe ainsi. Il en oubliait totalement le coup de feu, ce coup ci l'effrayait davantage et lui faisait encore plus mal. La douleur, cette boule à l'estomac qu'il avait le plier en deux, il avait envie de tomber, de ne plus bouger mais ses jambes, sa colonne vertébrale le maintenait debout de manière inhumaine. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Qu'est-ce que cela impliquait ? Devait-il partir ? Ne pourrait-il pas la revoir ? Qu'est-ce qu'il devait faire ? Tout comme il n'avait jamais été amoureux auparavant, il n'avait jamais été plaqué. Est-ce que c'était normal de se séparer ainsi d'une personne ? Après un soupir haletant dû à sa course effrénée mais aussi à cette annonce brutale, il bafouilla quelques mots :


- « Je... Comment... Pourquoi ? Pourquoi tu fais ça ?… »


Il prit une profonde inspiration, ses yeux scintillaient légèrement, il se concentra un instant pour ne pas fondre en larmes et il reprit.


- « Je... Je t'aime moi... J'ai entendu un coup de feu... C'était Shivak c'est ça ? »

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Time to Run   Lun 12 Jan 2015 - 21:50

Shaélynn ne savait pas ce qu’elle devait ou allait faire mais il lui fallait se décider rapidement. Shivak n’allais pas l’attendre éternellement et… Elle ne pouvait pas prendre le risque de changer d’avis. Cole ne dirigeait plus le parc, elle était en danger. Il fallait fuir. L’envie lui manquait. Elle voulait rester. Oublier Biosyn et tout les horreurs auxquelles ils étaient associés. Faire marche arrière. D’autres en avaient le droit pourquoi pas elle ? Elle aurait pu retourner sa veste, répondre à toutes les questions qu’on voudrait, balancer tout les noms qu’on lui demanderait, avouer et sauver sa peau. Sauf qu’elle n’y croyait pas elle-même. Personne ne l’avait jamais apprécié par le passé sur ce parc et les rares personnes auxquelles elle avait tenu se limitaient à trois personnes : Marcos, qui l’exaspérait et qui avait fini par devenir un danger, Emma, dont elle savait qu’elle appréciait un peu trop Shivak et pour finir Cole qui se tenait à coté d’elle.

Elle n’avait qu’une raison de rester et elle se limitait à lui. Trop dangereux autant pour lui que pour elle. Pour tout le monde, elle ne représentait qu’un danger. Biosyn, K-C, InGen… Sur le parc elle était piégée. Autant par InGen qui allait faire une enquête et s’apercevoir de sa culpabilité que par les autres entreprises qui n’avaient qu’une quinzaine de kilomètres à fouiller pour lui nuire ou l’abattre. Un terrain dangereux pour la jeune femme et son compagnon. En coupant les ponts maintenant, elle le mettait hors de danger d’une certaine façon. Quand à elle, la jeune femme pourrait ensuite bouger et s’extirper de ce cul de sac.

Et puis les paroles d’Hammond tournaient toujours dans sa tête. Elles ne la quittaient jamais. Jour comme nuit, elle retournait tout ce bazar dans sa tête cherchant un sens, une solution à tout. Et la seule qu’elle voyait c’était celle que Shivak lui proposait. La fuite. La seule solution qui lui permettrait de réparer les erreurs et le bordel que Hammond l’avait accusé d’avoir causé en le tuant. En s’associant avec Hammond à ce moment là elle aurait sa vie… Elle pleurait. Elle avait été conne. Tellement conne. A part regretter maintenant elle ne pouvait plus rien faire. A force de s’enfermer dans le déni, dans le refus de voir ce qu’elle avait fait et la peur de sortir du cocon protecteur qu’avait été Biosyn elle avait laissé passer sa chance.

Mais cette fois elle ne manquerait pas celle que lui offrait Shivak. Il fallait qu’elle trouve sa mère. Au mieux, elle lui donnerait les renseignements nécessaires pour localiser l’arme dont parlait Hammond, au mieux elle saurait pourquoi sa mère l’avait abandonné et pourquoi elle s’était fait passer pour morte. Au pire, elle l’abattrait. Shaé comptait faire le tri  dans ses ennemies. Malheureusement pour elle, elle devait d’abord faire le deuil de la seule personne dont elle était sûre qu’il l’avait aimé. Et il méritait la vérité.

- « Je... Comment... Pourquoi ? Pourquoi tu fais ça ?… »

Parce qu’il ne savait pas ? Parce qu’il n’avait pas compris pourquoi ? Encore une fois il se voilait la face. Il refusait de voir la vérité. S’il avait insisté plus Shaé savait qu’elle aurait craqué. Rejeter la faute sur lui aurait été trop simple mais d’une certaine manière elle lui en voulait. Si, il avait eu des soupçons, s’il avait cru Marcos plutôt qu’elle, s’il avait enquêté, s’il avait ouvert une enquête sur elle… trop tard pour les regrets. Encore une fois, il refusait de comprendre, de mettre les connaissances qu’il avait en liaison, il avait peur, encore une fois, il se planquait, il reculait, il ne voulait pas savoir, pas comprendre. Shaélynn pleurait, de peur, de rage, de douleur, elle ne savait plus trop. Pendant tout ce temps, elle avait eu des choix mais elle avait choisis elle aussi de ne pas les voir.

Il l’aimait. Et elle savait que c’était réciproque. Mais cela faisait partie des choses qu’elle avait choisis de ne pas voir et avouer quand il l’aurait fallu. Probablement l’une des choses qu’elle ne dirait pas.

-Pourquoi je fais ça ? Sérieusement ? Sous l’effet de la peur et de toutes les émotions embrouillés qu’elle ressentait, sa voix partait plus dans les aigus que d’ordinaire, une teinte d’hystérie qu’elle n’avait jamais. Parce que tu penses que j’ai le choix ? Je me suis retrouvé dans la merde quand mes parents sont morts et Hammond a rien fait ! Quand Bisoyn est venu me chercher, j’avais la rage, c’était la solution pour avoir ce que je voulais. Elle était nerveuse. Elle s’était levée et sa déambulation anxieuse dans la chambre trahissait son état. C’était ma chance et je l’ai saisie. Sauf que ces connards de Biosyn se sont bien foutus de ma gueule ! Ils m’ont isolées de tout ceux qui m’étaient chers dans leur locaux, empêchés de trouver des alliés ici et le pire… le pire c’est que c’est que quand ils m’ont demandé de tuer Hammond je l’ai fait quand même. Elle ne put s’empêcher de regarder son compagnon. Et Shaé savait qu’elle n’oublierait jamais ce regard. Et j’ai fais une connerie. Biosyn m’a abandonné après ça, après avoir prétendu être ma famille, sa voix s’étrangla. J’ai fais une connerie, je peux peut être la réparer. La seule chose que j’ai à disposition c’est ma vie et je vais crever s’ils font une enquête et que je suis toujours dans les parages quand elle aboutira. Elle marqua une pause. Je voulais pas que ça finisse comme ça. Tu comprends ça ?La jeune femme l’avait crié.

Cole allait la détester. Mais au moins il la laisserait partir. Quand il regrouperait tout dans sa tête il penserait, et à juste titre, qu’elle s’était servi de lui. Sans qu’il ne sache qu’elle avait eu des sentiments pour lui. Surtout elle avait peur de passer encore à coté de la bonne décision. Et si une nouvelle fait elle se trompait totalement sur ce qui était bon pour elle ? Les doutes ne l’ayant mené à rien de bon pour le moment, la jeune femme continua sur sa lancée portée par le bordel qui s’agitait dans sa tête.

-Pourquoi je fais ça ? J’ai pas le choix Cole. Sinon j’aurais fais autrement.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Time to Run   Jeu 22 Jan 2015 - 17:33


       La tension qui régnait dans la pièce résonnait dans la tête du jeune homme comme un bourdonnement assourdissant et interminable. Il faisait sombre, le mobilier était presque imperceptible, son visage aussi. Le moindre son devenait insupportable, il aurait presque pu entendre une termite grignotée les murs. Cole était abattu, il n'osait pas la regarder, il n'osait plus. C'était comme si sa silhouette était devenue menaçante, c'était comme si elle le picotait petit à petit. Il ne tenait plus du tout en place, il ne tenait plus debout. Il attendait une réponse qui ne viendrait peut-être jamais ou souhaitait-il ne jamais l'entendre ? Il ne savait plus. Cole ne s'était jamais retrouvé dans une situation pareille, il n'avait jamais imaginé une seule seconde que cela puisse arriver, il ne savait même pas de quoi il s'agissait. S'agissait-il d'une rupture ? De révélations ? Il y avait-il un message caché derrière tout ça ? Que devait-il comprendre exactement ?
       Il fit un pas en arrière sans même s'en rende compte, il avait envie de fuir cet endroit comme s'il était la cause de tout cela. Que devait-il faire au juste ? Il semblait mourir de l'intérieur, il avait l'impression de se consumer, de brûler. Cette douleur paraissait si intense, totalement incomparable à tout ce qu'il avait pu ressentir auparavant. Il avait envie de hurler, de crier à l'injustice, de frapper le sol et les murs, de se jeter à terre. Au lieu de ça, il subissait inlassablement ce silence, son corps tremblait, il reniflait. Il essayait de faire le vide dans sa tête sans jamais y parvenir, c'était tout bonnement impossible. Il avait l'impression qu'on lui avait frappé le front avec une barre métallique, qu'on le torturait en appliquant des braises sur son crâne. Sa peau le grattait comme si son esprit voulait quitter ce corps abjecte et mort. Ce silence était oppressant, il régnait suffisamment longtemps dans la pièce pour qu'il puisse entendre désormais le bois de la maison craqué, la maison vivait et communiquait beaucoup d'informations que lui n'en avait jamais reçu sur cette femme. Elle avait vu des heures terribles, des choses que lui n'avait jamais vu et il la détestait pour ça. Des grillons et des criquets chantaient dehors puis s'arrêtaient lorsque Shaélynn élevait de nouveau la voix. Si Dieu existait à ce moment précis, il avait un certain humour que Cole ne comprenait pas. Son psychologue, quand il fut un temps où il était suivi, lui avait dit que Dieu pouvait changer beaucoup de choses mais pas la nature humaine. S'il savait combien il avait raison, s'il savait.


- « Pourquoi je fais ça ? Sérieusement ? »


La voix de Shaélynn était de plus en plus aigus, celle de Cole était inexistante, inaudible et invisible dans cette noirceur à laquelle il n'aurait préféré ne jamais goûter. Il y avait presque une tonalité hystérique dans la voix de la jeune femme, il ne l'avait jamais entendu comme ça auparavant. Plus ça allait et plus il perdait ses moyens. C'était une situation totalement surréaliste, improbable. Elle continuait.


- « Parce que tu penses que j’ai le choix ? Je me suis retrouvé dans la merde quand mes parents sont morts et Hammond a rien fait ! Quand Biosyn est venu me chercher, j’avais la rage, c’était la solution pour avoir ce que je voulais. »


Ils étaient désormais tout les deux à cran. Shaélynn était dans une position délicate, Cole semblait avoir totalement disparu, il ne restait plus que son enveloppe charnelle. Les derniers mots de la jeune femme avaient presque finis par le tuer, il avait failli s'écrouler. Dès cet instant il savait, il connaissait la vérité mais il se voilait la face. Il était effrayé, apeuré. Même à ce moment là, même après tout ça il n'y croyait pas. Shaélynn s'était levée, elle déambulait dans la chambre de manière presque frénétique. Cole ne savait plus où se mettre, il ne savait pas quoi faire. Il restait là debout, à écouter simplement ce qu'elle avait à dire. Il tremblotait légèrement, ses mains cherchaient constamment un endroit où se mettre.


- « C’était ma chance et je l’ai saisie. Sauf que ces connards de Biosyn se sont bien foutus de ma gueule ! Ils m’ont isolées de tout ceux qui m’étaient chers dans leur locaux, empêchés de trouver des alliés ici et le pire... le pire c’est que c’est que quand ils m’ont demandé de tuer Hammond je l’ai fait quand même. »


Elle regarda son compagnon comme pour chercher un soutien, quelque chose. Il tourna lentement sa tête dans sa direction, son regard était presque vide, il n'était plus qu'emplit de larmes.


- « Et j’ai fais une connerie. Biosyn m’a abandonné après ça, après avoir prétendu être ma famille »


Biosyn, Biosyn... A sa manière de dire tout semblait être la faute des autres. Elle avait tué John Hammond, elle faisait parti de Biosyn. Elle était une espionne. C'était tout bonnement impossible et pourtant elle l'avait dit, elle l'avait bel et bien dit. Il n'y croyait pas. Il voyait rouge, il en voulait à tout le monde, il était énervé mais il ne pouvait rien faire, il était tétanisé. La voix de Shaélynn s'étrangla un instant puis elle reprit :


- « J’ai fais une connerie, je peux peut être la réparer. La seule chose que j’ai à disposition c’est ma vie et je vais crever s’ils font une enquête et que je suis toujours dans les parages quand elle aboutira. »


Cole la regardait sans la voir véritablement. Elle marqua une pause, il écoutait toujours comme s'il attendait une sorte de poisson d'avril où on ne sait quoi.


- « Je voulais pas que ça finisse comme ça. Tu comprends ça ? »


Shaélynn avait presque hurlé ses mots, Cole, surpris par cet élan, avait presque sursauté. Comme si lui avait souhaité que cela finisse comme ça... Il était totalement abasourdi parce qu'elle disait et pourtant il avait une part au fond de lui qui était ému par tout ça, elle n'avait jamais semblé aussi sincère que maintenant... Mais il se rendit compte aussi de quelque chose. Il ne la connaissait pas, il ne savait même plus qui lui parlait. Qui était-elle ? Est-ce qu'elle l'avait aimé un jour ? Est-ce qu'elle avait eu des sentiments pour lui ?


- « Pourquoi je fais ça ? J’ai pas le choix Cole. Sinon j’aurais fais autrement. »


Après un silence où seulement des petits gémissements et une respiration paniquée constituait l'ambiance de la pièce, Cole essaya d'ouvrir la bouche mais cette première tentative fut sans succès. Il prit une longue respiration haletante, il était tout essoufflé, il avait l'impression de s'étrangler, de mourir. Il soupira d'un air désemparé d'une manière  et s'assit sur le lit à la place que Shaélynn tenait il y a quelques secondes ou minutes de ça, il n'avait plus la notion du temps...


- « Je..., sa voix était cassée comme s'il avait crié durant une heure, intérieurement c'était vrai. Il soupira à nouveau, il essayait de rester le plus calme possible, de respirer mais il n'y parvenait pas. Je... Tu aurais pu... On a toujours le choix... Tu as fais les tiens... Je suis qu'un idiot. Depuis le début... Depuis le début tu me fais tourner en rond, tu me mens et je n'ai rien vu... »


Il soupira de manière interminable, il n'arrivait pas à reprendre le dessus, cette douleur était beaucoup plus forte que lui... Il inspira et finit par dire d'une voix étouffé, fatigué et étranglé :


- « Tu ne m'as jamais aimé... »

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Time to Run   Lun 2 Mar 2015 - 1:01

Cole prit sa place sur le lit. Pas plus qu’elle, il ne semblait savoir quoi faire. Même ce genre de déplacements, le moindre mot, le moindre geste, la plus petite respiration semblait inadaptée et étrange à cet instant. Comme s’il n’y avait plus rien d’assez réel pour ce moment et ce qui se jouait dans cette pièce. Shaélynn aurait voulu lui dire de tout oublier,  le prendre dans ses bras et lui dire qu’elle restait. Mais c’était trop tard. Elle était déjà partie d’une certaine manière. Les mots qu’elle avait déjà prononcé l’avait poussé hors du parc, hors de sa vie, et pire hors de son couple. C’était la fin de cette époque, elle le savait mais ne l’acceptait pas, ne l’admettait pas. Elle avait encore au fond d’elle l’espoir que Cole la retienne, lui dise qu’il ne l’abandonnerait pas. Mais même s’il le faisait… Il n’avait pas l’influence nécessaire pour lui épargner ce qu’elle aurait dû avoir à affronter.

La voix de Cole lui brisa le cœur et lui donna envie de vomir. Shaé était écœurée de ce qu’elle avait fait depuis le début. Elle se dégoutait d’en être arrivé là.

« Je…Tu aurais pu… On a toujours le choix…Tu as fait les tiens. Je suis qu’un idiot. Depuis le début… Depuis le début tu me fais tourner en rond, tu me mens, je n’ai rien vu… »

La culpabilité, la colère, la douleur, la trahison, l’incompréhension, la surprise… La jeune femme entendait chacune de ses nuances dans la voix de celui qui avait été son compagnon pendant ces derniers mois. Il n’avait rien vu parce qu’il n’avait pas voulu voir. Il s’était inconsciemment voilé la face dès le début et  avait remis le rideau qui le séparait de la vérité en place à chaque fois qu’on avait essayé de lui montrer ce qui se cachait au-delà. Il l’avait idéalisé, rendu inatteignable, protégé et en payait le prix aujourd’hui. Sauf que contrairement à elle, il n’avait fait aucun choix dans cette histoire. Il disait qu’on avait toujours le choix mais lui ne l’avait pas et la jeune femme avait remis son jugement à la vision de Lewis. Elle avait fait confiance aveuglément à quelqu’un qui l’avait trompé.

Depuis la mort d’Hammond, libéré de Biosyn, elle n’avait pas su faire les bons choix. Dans les deux cas, ils auraient soufferts tout les deux à un moment ou un autre.

La seule différence c’est qu’en suivant Shivak (dans l’hypothèse où elle le suivait) elle aurait peut être une chance de réparer le bordel qu’elle avait mis, en partie du moins.

-Tu ne m’a jamais aimé.

Plus une question, juste une affirmation violente et cruelle mais qu’on ne pouvait pas prouver, seulement nié. Shaélynn aimait cet homme. Elle le sentait. Elle ne savait juste pas à quel point : affection, tendresse, désir ou pas capable de le dire. Ni de lui expliquer. Alors que répondre ? Même si le véritable enjeu ne se tenait pas là, s’il ne constituait pas le problème le plus urgent, la question était importante et inévitable pour les deux. Elle était en suspend depuis trop de temps.

Comment lui expliquer ? Comment choisir les bons mots ? Les moins cruels, les plus justes… Existaient-ils seulement ?

- Ecoutes… Je pense pas que ça t’aiderai si je te racontais tout depuis le début. Tu comprendrais pas plus les choix que j’ai fais et ça répondrais pas à tes questions mais… Je tiens à toi. Vraiment. Sauf que ça change rien non plus à ce que j’ai fais avant. Tu veux la vérité ? Il fallait quelqu’un à approcher et à… Shaélynn marqua une pause et déglutit, horrifiée à l’idée de ce qu’elle allait dire :et à utiliser et c’est tomber sur toi. Quand les personnes pour qui je travaillais m’ont lâché, je suis restée. Et ça n’avait rien à voir avec la mission qu’on m’avait donné. Je t’aime. Tu te sens mieux maintenant ?

Cole avait détouré le regard. Il ne l’avait pas quitté des yeux jusqu’à ce qu’elle ait fini mais Shaélynn ne voyait plus ses yeux désormais. Pleurait-il ? Elle avait vu des larmes dans ses yeux quelques instants plus tôt. Etait-il en colère ? Assez pour appeler les rangers ? Désespéré ? Sous le choc ? Il avait subis beaucoup de chocs récemment. Il avait plus en moins encaissé jusqu’ici mais son caractère avait changé. Shaélynn n’était plus sûr de la façon dont il allait réagir. Ni ce qui lui passait dans la tête à l’instant précis. Elle imaginait bien que ça devait faire une foule de sentiments et d’informations à assimiler.

La paléobotaniste, elle, flottait un peu entre ses pensées et la réalité. Elle ne voyait pas quoi ajouter de plus. Ce qui était fait était fait. Elle se permettrait de s’effondrer véritablement quand elle serait sortie de ce bousin et qu’elle ne serait plus en danger de mort immédiat. Pour le moment, elle se chargeait de Cole. Elle voulait rendre les choses moins compliqué. Répondre à certaines de ses questions et faire en sorte qu’il la déteste. Suffisamment pour que la colère prenne le pas sur la tristesse même si elle se doutait qu’avec sa dernière prise de paroles ça serait probablement suffisant.

Elle n’avait pas peur de Cole. Elle ne craignait pas qu’il la frappe ou qu’il tente de la retenir par la force mais elle savait que chacun de ses regards seraient pire que n’importe quelle gifle ou coups. Il semblait tellement démunis à l’instant présent.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Time to Run   Mer 11 Mar 2015 - 15:12

L'air était chaud, la chaleur venait se coller à sa peau comme une sangsue dont on ne pourrait se délaisser. Son costume devenait oppressant, il mourrait d'envie de le quitter comme si tout avait été de sa faute. Ce qui dans l'instant présent n'était ni approprié ni une chose sensée à faire. Il n'en fit rien, il s'en fichait en vérité.


- « Écoutes... »


Cole, à sa demande, jeta un rapide coup d’œil dans sa direction pour montrer son attention mais tout tournait dans sa tête si bien que l'effort paraissait insurmontable.


- « Je pense pas que ça t’aiderai si je te racontais tout depuis le début. Tu comprendrais pas plus les choix que j’ai fais et ça répondrais pas à tes questions mais... Je tiens à toi. Vraiment. Sauf que ça change rien non plus à ce que j’ai fais avant. Tu veux la vérité ? Il fallait quelqu’un à approcher et à... »


Il connaissait déjà la suite de ses mots si bien qu'il détournait un instant son regard. Il ne pouvait supporter davantage cette discussion, ça en était trop. Comment avait-il pu être manipuler ainsi ? Il soupira, elle reprit.


- « ...et à utiliser et c’est tomber sur toi. Quand les personnes pour qui je travaillais m’ont lâché, je suis restée. Et ça n’avait rien à voir avec la mission qu’on m’avait donné. Je t’aime. Tu te sens mieux maintenant ? »


« A utiliser » ? Qu'est-ce que cela voulait dire ? Lui avait-elle soutiré des informations sans qu'il ne le sache ? Comment pouvait-il se sentir mieux ? Que cherchait-elle à faire ? Comment pouvait-il la croire après tout ses mensonges ? Comment pouvait-il lui faire encore confiance ? Si jamais il avait eu des doutes auparavant sur sa véritable identité, il n'y en avait plus désormais. De quelle mission parlait-elle ? Qu'est-ce qu'elle devait faire ? Pire... Qu'avait-elle fait ? Est-ce qu'elle avait véritablement tuer John Hammond ? Cole avait honte, comment avait-il pu être aussi naïf ?

Toute sa vie, Cole avait été assez curieux pour toujours se poser les bonnes questions plus ou moins au bon moment. C'était la première fois qu'il tombait amoureux, qu'il faisait suffisamment confiance à quelqu'un pour évincer toutes sortes d'inquiétudes, d'incertitudes et pour ainsi dire la moindre question. Et elle l'avait trahit, la personne en qui il croyait le plus, en qui il avait fondé le plus d'espoir lui avait retourné le cerveau et l'avait utilisé. Elle l'avait utilisé. Pourquoi avait-il fallu que ce soit elle ? Et surtout, pourquoi l'aimait-il toujours autant après tout ça ? Pourquoi est-ce que cela faisait aussi mal ? Comment pouvait-elle lui dire ça simplement comme ça ?

Cole avait envie d'explosé mais rien ne sortait, il restait là assis à attendre on-ne-sait-quoi, n'importe quoi. Il s'attendait même à une sorte de poisson d'avril, une blague de mauvais goût. Mais rien ne vint, il savait au font de lui que c'était la fin et que rien ne pouvait y changer. Sa mâchoire se serrait, ses mains s'ouvraient et se refermaient. Son corps tout entier était démuni, il ne savait plus quoi faire ou que dire. Il souhaitait simplement en finir au plus vite mais il ne pouvait la laisser partir. Il souhaitait presque tout reprendre à zéro, ne jamais dévoiler ce vilain secret et lui donner une nouvelle chance. Si c'était possible ? Il n'en avait aucune idée mais il n'avait plus grand chose à perdre et ça ne lui coûtait rien d'essayer après tout... Qu'est-ce qui l'en empêchait ? Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien lui dire ? Comment pouvait-il lui dire quoi que ce soit ? Il n'osait même plus la regarder... Et si jamais elle acceptait, si jamais il la convainquait, cela serait plus jamais pareil. Il le savait et c'est bien ça qui l'effrayait. Pouvait-on pas simplement tout oublier et avancer ? Pouvait-on pas tout effacer et reprendre du début ? Si comme elle le disait Biosin l'avait abandonné, ne pouvait-elle pas rester ? Cole serait son alibi, il la protégerait... Il trouverait un moyen, il y arriverait. Tout ne pouvait pas simplement se terminer ainsi. C'était inconcevable.

De la sueur perlait sur son front, il transpirait. Son cœur s'emballait, il tambourinait, frappait avec rage sa cage thoracique mais rien n'y faisait. Il était pris au piège, condamné à subir ce supplice avec lui. Il ne tordait de douleur sans rien pouvoir y faire. Un calvaire. Ses paupières battaient presque aussi vite que son sang circulait dans ses veines. Il avait le souffle court, son col était flamme, ses vêtements étau. Il cherchait à se libérer d'une prison inexistante. Comme un lion en cage, Cole se mit à tourner en rond, à faire les cents pas, ne sachant que faire ou quoi dire. Jamais il ne la trahirait, jamais il ne la dénoncerait mais il ne pouvait non plus la laisser fuir, la laisser partir sans réagir. Cela voudrait dire abandonner et Cole refusait de faire une telle chose, il avait encore tellement e choses à savoir, à comprendre. Il ne pouvait la retenir éternellement, la questionner indéfiniment mais il pouvait tenter de la convaincre de rester. Alors, lentement, sa tête se dirigea vers Shaélynn dans un mouvement saccadé, presque mécanique comme si son corps ne répondait plus de lui. Il la regarda un instant, ses yeux s'étaient un peu habitué au noir et il parvenait à saisir ses formes de plus en plus nettement. Que ressentait-elle à ce moment précis ? Que pouvait-elle bien penser ? L'aimait-elle vraiment ? C'est difficilement que Cole se redressa et s'approcha de Shaélynn, elle détourna le regard. De ses deux mains il saisit son visage et après une inspiration presque haletante il lui dit :


- « Si tu m'aimes véritablement comme tu le dis... Alors tu devrais reconsidérer tes options... Pourquoi est-ce que tu ne resterais pas ? Je... Je me fiche de ta mission... Je... Je trouverai un moyen, tu n'auras rien à craindre et je serais ton alibi... Rien ne prouves que tu as... Que tu as... John Hammond..., il déglutit puis détourna légèrement le regard à ses mots puis après un long soupir il revint vers elle d'un air décidé. Restes... S'il te plaît... »


       Était-il naïf à ce point ? Il avait lui-même du mal à croire ses propres paroles, comment pouvait-elle y croire une seule seconde ? Il savait tout les deux que c'était tout bonnement impossible, qu'ils pouvaient difficilement faire machine arrière mais Cole savait au fond qu'il s'en serait voulu s'il ne tentait pas le tout pour le tout. Qui sait ? Il y croyait, il avait envie d'y croire. S'il y avait une chance que cela marche, ils devaient la saisir, tout les deux. Sa réponse ne dépendait plus désormais de lui.

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Time to Run   Lun 30 Mar 2015 - 0:37

Les secondes s’écoulaient. Depuis combien de temps avaient-ils quitté la réunion ? Depuis combien de minutes était-elle ici ? Shivak était-il déjà loin ? S’il partait sans elle, Shaélynn était fichue. Elle ne prévoyait pas encore d’accepter totalement sa proposition mais elle avait besoin de cette solution de secours. Au moins pour s’échapper d’ici. Le reste serait tout aussi difficile à planifier et elle n’était pas encore sortie du parc. Ce qui était pour le moment la difficulté la plus préoccupante. Cole pouvait tous aussi bien prévenir la sécurité que l’aider. Quelque soit la décision qu’il prendrait, elle partirait de toutes manières.

D’une certaines façons, elle ne faisait qu’être là pour lui. Lui faire comprendre que rien n’était plus possible et faire en sorte qu’il puisse savoir un peu plus de choses sur la situation dans laquelle il s’était trouvé pendant plusieurs mois sans le savoir. Il fallait qu’il sache à quoi il était et serait encore exposé après son départ. Même si l’ignorance dans laquelle la jeune femme le laisserait pourrait suffire à le protéger. Cole pourrait relier les informations dont il disposait mais ne pourrait jamais avoir la certitude de ce qu’elle avait fait. Il valait mieux qu’il apprenne les choses au fur et à mesure que d’un bloc. Il avait déjà suffisamment de choses à digérer pour aujourd’hui. Shaélynn n’osait même pas imaginer les jours qui suivraient son départ du parc. Elle ne voulait pas songer à ce qu’il allait devoir affronter. Si elle se mettait à y penser, elle savait qu’elle ne pourrait jamais quitter cette pièce.

Lorsqu’il se releva de leur lit et qu’il se dirigea vers elle, Shaélynn ne put s’empêcher de retenir sa respiration. Le regard du jeune homme pesait sur elle, la forçant à détourner le sien. Rien dans son attitude ne laissait transparaître ses émotions. Lorsqu’il fut vraiment proche d’elle, elle vit que ses mains tremblaient. Elles tremblèrent d’autant plus quand qu’elles se posèrent sur le visage de Shaélynn pour l’obliger à le regarder dans les yeux.
« Si tu m'aimes véritablement comme tu le dis... Alors tu devrais reconsidérer tes options... Pourquoi est-ce que tu ne resterais pas ? Je... Je me fiche de ta mission... Je... Je trouverai un moyen, tu n'auras rien à craindre et je serais ton alibi... Rien ne prouves que tu as... Que tu as... John Hammond..., il déglutit puis détourna légèrement le regard à ses mots puis après un long soupir il revint vers elle d'un air décidé. Restes... S'il te plaît... »

Reste ? Il posait cette question mais elle savait très bien qu’il connaissait déjà la réponse. Tout ce qu’ils disaient maintenant ne servait rien qu’à mettre les choses au clair avant son départ. Le temps semblait s’étaler avec une lenteur désespérante mais elle se doutait qu’il devait pourtant filer à une allure folle. Peut être même qu’il était déjà trop tard pour rejoindre Shivak. Si quiconque avait entendu le coup de feu et avaient envoyés la sécurité ici, ils étaient déjà surement en route. Mais si, elle suivait les procédures en place, ils n’avaient pas bloqué les sorties. Au vu du nombre de victimes qu’avaient fait l’attentat, la Sécurité du parc avait ordre de se concentrer sur deux choses principales : les humains et les dinosaures. Si, elle évitait les endroits publics et les enclos, elle avait encore une chance. Mais il fallait d’abord abréger cette conversation,  Shaélynn devait désormais remettre ses neurones en marche. Elle ne put s’empêcher réaliser qu’il s’agissait de la première rupture de sa vie.

La jeune femme ne savait pas par où commencer. Cole s’imaginait bien l’issue de la discussion et cela n’aurait servi à rien de faire un discours pour au final dire non. Autant commencer directement dans le vif du sujet.
-Non… Shivak a les preuves qu’il faut. Et je sais qu’il a encore des contacts dans le parc. Marcos avait des doutes sur toi et Biosyn sait où me trouver. Si je reste c’est dangereux pour tout le monde. Et pour toi encore plus. Le mieux c’est que tu oublies que tu m’a vu ici. Si on te demande, j’étais parti avant ton arrivée et tu n’en sais pas plus.

Shaélynn prit une grande inspiration et posa ses mains sur les poignets de Cole et enchaîna.

-Je suis obligée de partir. Les conneries que j’ai fait, je peux en réparer quelques une mais il faut que je parte maintenant. S’ils ferment les accès du parc c’est fini pour moi. Si… Tu peux les occuper si jamais ils s’approchent trop près des embarcadères.

Elle eut un mouvement vers l’avant comme si elle allait l’enlacer mais elle le stoppa. Ses mains n’avaient pas quitté les avants bras de Cole conservant ce contact aussi léger soit-il avec le directeur du parc.

Après toute la sécurité qu’elle avait eu autour d’elle jusque là, Shaé avait un peu de mal à partir. L’ampleur de ce qu’elle allait avoir à faire la terrifiait. Depuis son entrée chez Biosyn, elle n’avait jamais été totalement seule. Après ses parents, Biosyn l’avait abandonnée et c’était elle qui quittait désormais Cole. La perspective de se retrouver seule avec Shivak était encore plus flippante. Elle ignorait ce qui l’attendait, quelles étaient les plans du journaliste mais comme il avait déjà tenté de la tuer il était fort probable qu’il essaye une nouvelle fois.

Toutes ses affaires étaient déjà dehors sur la terrasse du bungalow. En moins de deux minutes, elle pourrait avoir mis les voiles. Tout les mois qu’elle avait passé ici… Shaé ne tenait réellement qu’au contenu de ses deux sacs mais… Cela lui faisait un pincement au cœur. Elle réalisait qu’elle s’était attaché à tout ça bien plus qu’elle ne l’avait pensé. Et toutes les affaires qu’elle avait laissées avant d’arriver sur le parc… Elle ne pourrait jamais remettre la main dessus car elle se doutait que Biosyn les ferait surveiller. Tout était bien planqué et sous leur responsabilité. Ça aurait dû être pratique mais ça ne l’était pas. Heureusement que tout n’était pas là bas et qu’elle avait pensé à diviser le tout. Une partie était bien à l’abri de Biosyn. Elle les avait caché avant de les rejoindre et n’avait jamais pensé à retourner les chercher. Elle s’en félicitait aujourd’hui.

Cole ne répondait toujours pas. Elle chuchota son nom pour l’encourager à répondre.
-Cole…. J’ai pas le choix. C’est la meilleure option.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Time to Run   Sam 4 Avr 2015 - 19:40

Cole espérait, il essayait de la garder le plus longtemps possible par tous les moyens qu’il lui était donné. Une seconde, une minute, une heure, peut-être plus… Depuis combien de temps étaient-ils dans cette chambre maintenant ? Il n’y voyait plus clair, il n’avait plus assez de recul et n’était pas sûr d’en avoir un jour. Il n’arrivait plus à réfléchir, il tentait de garder la tête froide, des larmes coulaient désormais sur ses joues. Il ressassait le passé, à la recherche des beaux instants, à essayer de comprendre où et quand il aurait dû se rendre compte que quelque chose ne clochait pas, ne collait pas ou ne tournait pas rond avec ce qu’elle lui racontait. Mais il n’y parvenait pas. C’était beaucoup trop difficile. Il avait envie d’implosé. Personne ne devrait jamais se retrouver dans cette situation.


- « Non… Shivak a les preuves qu’il faut. Et je sais qu’il a encore des contacts dans le parc. Marcos avait des doutes sur toi et Biosyn sait où me trouver. Si je reste c’est dangereux pour tout le monde. Et pour toi encore plus. Le mieux c’est que tu oublies que tu m’as vu ici. Si on te demande, j’étais parti avant ton arrivée et tu n’en sais pas plus. »


Shaélynn prit une grande inspiration, elle lui semblait interminable. L’écho de sa voix, de cette longue et lente respiration se répercuterait à jamais dans sa tête. Ces mots allaient être à jamais gravés à l’intérieur de son cerveau, il les repasserait en boucle. Il le savait d’ores et déjà et l’idée lui fit à son tour prendre une lourde et profonde inspiration. Exténué, fatigué, il reprenait son souffle. Elle posa alors ses mains sur ses poignets ce qui eut pour effet immédiat de le faire sursauter un instant comme si désormais la jeune femme qu’il avait aimé et qu’il aimait encore l’effrayait.


- « Je suis obligée de partir. Les conneries que j’ai fait, je peux en réparer quelques une mais il faut que je parte maintenant. S’ils ferment les accès du parc c’est fini pour moi. Si… Tu peux les occuper si jamais ils s’approchent trop près des embarcadères. »


         Elle s’approcha légèrement de lui comme pour l’embrasser ou l’enlacer mais elle n’en fit rien, lui eut un simple mouvement de recul. Les mains toujours posées sur ses avant-bras, Cole aurait probablement dû être rassuré par ce geste affectueux. Or, ce n’était pas du tout le cas. Cela voulait tout dire et à la fois rien dire du tout. Il voulait dire tellement de choses. Une fin pénible et douloureuse, un mensonge de plus, la tentative d’une nouvelle manipulation, une sorte de consolation... Désormais, Cole n’interprétait plus rien, il vivait l’instant présent sans vraiment comprendre, sans parvenir une seule seconde à suivre son raisonnement, il tentait du mieux qu’il le pouvait de profiter de ce qu’il lui restait avec elle. Il aurait fait n’importe quoi pour elle auparavant et sûrement encore aujourd’hui mais pourtant il ne souhaitait pas s’impliquer là-dedans, dans un « on-ne-sait-quoi ». Il savait au plus profond de lui que l’aider à s’enfuir n’était pas une bonne idée, ce n’était pas une option envisageable. Elle disait ne pas vouloir le mettre en danger, lui permettre de s’enfuir c’était ruiné sa carrière, c’était la regarder partir sans rien faire et que lui resterait-il une fois qu’elle serait parti s’il ne pouvait plus travailler ? Est-ce qu’elle changerait d’avis s’il décidait de tout plaquer et de la rejoindre ? Que cherchait-elle à faire ? Pensait-elle vraiment avoir assez d’influence encore maintenant, après tout ça, pour pouvoir lui « ordonner » des choses ?


- « Cole… J’ai pas le choix. C’est la meilleure option. »


         Ce n’était pas la meilleure option, il le savait. Peut-être qu’il était possible au fond que cela soit le cas pour elle. Mais Cole pouvait mieux faire, ils n’avaient pas les idées claires et il fallait prendre le temps de reconsidérer la chose, il n'avait pas le temps. Séchant un moment ses larmes, il soupira à nouveau, respirait et tentait du mieux qu’il le pouvait de réfléchir. Il fit demi-tour, s’assit à nouveau sur le rebord du lit et prit sa tête entre ses mains. Qu’est-ce qu’il devait faire ? Tellement de possibilités s’offraient à lui. Devait-il appeler du renfort, l’empêcher à tout prix de partir ? Elle pourrait s’en sortir. Tout ça, après tout, ne dépendait pas d’elle et elle ne l’avait pas fait de son plein gré. Il y avait des chances pour qu’elle puisse s’en sortir. Devait-il tout abandonner pour partir avec elle ? Même après tout ce qu’elle lui avait fait subir ? Il sortit son téléphone portable et l’observa un instant. Devait-il vraiment faire ça ? Cole était perdu. A nouveau, il porta péniblement ses deux mains sur son visage, la coque métallique du portable venait lui glacer les joues et il eut un léger frisson. Les larmes coulaient à nouveau, c'était avec peine que les mots sortaient de sa bouche.


- « Je peux pas… Je peux pas… »


Il répétait ses mots comme pour s’inciter à ne pas le faire, comme s’il voulait qu’elle réagisse à sa place. Comme pour lui expliquer qu'il fallait faire demi-tour...


- « Je ne peux pas te laisser partir juste... Comme ça… Je ne peux pas partir avec toi… Tu comprends ça… Tu ne te rends pas compte de la situation dans laquelle tu me mets… »


Il regardait de nouveau son portable et soupira. Puis lui vint une idée, un compromis entre toutes ses idées pour être plus précis. Et aussi débile que cela pouvait paraître, de cette réflexion intensive en sortie un plan farfelu et désespéré. C'est donc dans un élan d'héroïsme et de stupidité qu'il se leva d'un air déterminé tout en posant son regard sur Shaélynn. Il sécha un instant ses larmes qui s'étaient de nouveau arrêter de couler puis il composa rapidement un numéro de téléphone. Il appuya sur l'icône permettant de mettre l'écoute sur haut-parleurs et leva la main qui tenait l'appareil dans sa direction pour qu'elle puisse l'entendre sonner.. Après une longue inspiration paniquée et essoufflée, il dit de la manière la plus calme possible.


- « Shaélynn... Tu... Tu ne me laisses plus le choix. Angel va répondre d'ici quelques secondes. Tu restes avec moi ou je pars avec toi. Fais ton choix, je te le laisse... Moi. »


         Le téléphone sonnait toujours, un cri à l'aide interminable et qui tournait en boucle. Cole avait envie de raccrocher et au fond il ne voulait pas faire ça mais c'était de sa faute, c'était elle la fautive. Elle l'avait poussé dans ses retranchements et c'était la seule chose qui lui était venu à l'esprit, elle l'avait cherché. Il n'y était pour rien. Il essayait de se le convaincre le plus possible pour pouvoir défendre au mieux sa position qui, et il s'en rendait de plus en plus compte, n'était pas très bonne du tout. Il était seul dans cette pièce avec elle et il ne savait pas au fond de quoi elle était vraiment capable. Il se rendit compte qu'il avait arrêté de respirer un instant et relâcha donc l'air de ses poumons dans une veine expiration rauque qui ne manqua que de peu de le faire tousser. Il se mit à pleurer à nouveau. Pourquoi est-ce qu'il faisait tout ça ? Pourquoi, elle, faisait tout ça ? Pourquoi était-il tombé amoureux de cette femme là ? Elle était une espionne, une tueuse, une manipulatrice et une menteuse. Qui sait combien de personnes s'était fait avoir, qui sait combien de personnes étaient mortes à cause d'elle... Mais il l'aimait. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que cela devait être aussi difficile ? Pouvait-il pas simplement lâcher l'affaire et l'oublier comme elle l'avait si bien suggéré ? C'était tout bonnement impossible, il s'en rendait compte minute après minute. Il ne pouvait la laisser partir. Il s'essuya le visage encore une fois puis la tonalité s'arrêta, une voix retentit à travers le téléphone...


- « Oui bonjour ! Vous êtes bien sur le répondeur de Angel Harlowe, je ne suis pas disponible pour l'instant, veuillez laisser un message après le bip...  A la fin de votre message, si vous souhaitez le modifier,...»


Apeuré et surpris par ce qu'il venait de se passer et par cette stupide boîte vocale, Cole s'empressa de saisir son portable pour taper à nouveau le numéro voir a appelé quelqu'un d'autre mais, dans la précipitation, il le fit tomber... Cole releva lentement la tête vers Shaélynn. Il ne pleurait plus, son visage terrifié et inquiet regardait la jeune femme sans savoir ce qu'il y allait se passer. Il perdait le contrôle.


- « Bip »

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Time to Run   Jeu 30 Avr 2015 - 22:29

La respiration de Cole était saccadée et à son expression on voyait qu’il était bouleversé. C’était dur pour Shaélynn mais elle le laissait moins paraître. On ne lui avait pas tellement appris à perdre le contrôle. Elle n’avait pas l’intention de se laisser envahir par tout ce qu’elle ressentait. Elle savait à quel point la peur et l’appréhension, la douleur, la tristesse pouvait terrasser n’importe quelles personnes peut importe sa force physique. Les émotions et l’intellect avaient un pouvoir phénoménal sur le corps. L’inverse se ressentait aussi mais de manière souvent moins dévastatrice en ce qui la concernait. Physiquement, elle perdrait rarement le contrôle de son corps. Le tout étant de ne jamais tomber le masque.

Mais Shaé savait que la tension dans sa mâchoire, le froncement particulier de ses sourcils, le léger tremblement de ses mains et les larmes qui menaçaient d’envahir son regard la trahissaient. Cole l’aimait mais elle ne pouvait pas lui donner ce qu’il voulait. Au moins cette fois, elle avait déjà déçu tout le monde. Sauf Biosyn qui semblait seulement avoir obtenu ce qu’ils souhaitaient d’elle. Salauds. Ils  finiraient par lui payer un jour.

Cole se dégagea doucement de leur contact. Shaé le vit essuyer ses larmes en allant s’asseoir sur le lit et prendre sa tête entre ses mains. Elle le vit également prendre son téléphone et elle fit discrètement un pas vers l’avant pour réduire la distance entre eux. Mais il ne semblait pas décider sur ce qu’il devait faire. Il le disait lui-même, se le répétait à voix basse. De toutes manières que faire ? Elle sentait maintenant qu’il ne la mettrait pas en danger du moins pas volontairement. De plus il ne la frapperait pas, elle avait l’avantage physique. Mais il était imprévisible dans l’état où il était et elle avait peur qu’il ne se mette lui-même en danger. Depuis son coma, elle le savait physiquement fragile. Même si elle n’avait pas souhaité le mettre à exécution, elle allait devoir suivre le plan qu’elle s’était fixé si jamais il ne laissait pas partir sans trop de résistance. Cela lui semblait être la meilleure solution.



- « Je ne peux pas te laisser partir juste... Comme ça… Je ne peux pas partir avec toi… Tu comprends ça… Tu ne te rends pas compte de la situation dans laquelle tu me mets… »
Maintenant la paléobotaniste était totalement sûr que Cole ne mesurait toujours pas l’étendue de la situation dans laquelle il se trouvait. Partir avec elle… Autant lui coller une balle entre les deux yeux tout de suite. Cela aurait été le condamner. Qu’est-ce qu’il croyait ? Qu’elle ignorait qu’il était dans la merde ? Cela risquait de compromettre sa carrière mais elle savait que ce n’était que le cadet de ses soucis. Elle se doutait qu’il ne serait pas inquiété longtemps par les enquêteurs du parc qui auraient tôt fait de l’innocenter. Psychologiquement ça allait l’être bien plus.

Pourtant en le voyant composer un numéro sur son téléphone Shaé fut un peu prise de cours. Cole ne le vit pas mais elle s’était rapproché davantage prête à bondir en direction de la sortie. Ou à l’assommer si vraiment la situation s’envenimait. Elle entendit résonner la tonalité du téléphone lorsque le jeune homme appuya sur la touche haut parleur. Sur l’écran, elle put apercevoir le nom d’Angel Harlowe. Ok. La situation dégénérait. Mails il fallait le laisser croire qu’il menait le jeu. Au moins jusqu’à ce que la chef de la sécurité réponde. Il n’oserait pas parler. Elle sentait qu’il hésitait. Si Angel répondait, elle n’aurait qu’à parler à la place de Cole. Il n’était pas en état de le faire. Physiquement et moralement il était encore faible et ce qu’il traversait actuellement ne faisait que le diminuer encore plus.

Le répondeur d’Angel.

Ce fut le seul son pendant plusieurs secondes. Shaélynn lui prit alors le téléphone des mains sans violence tout en douceur mais fermement. Elle était horrifiée de constater que le jeune homme avait peur d’elle. Elle sentait la peur dans chacune de ses cellules. Elle posa le téléphone sur le lit assez loin pour que le jeune homme ne puisse plus l’atteindre et retourna dans le champ de vision de Cole qui n’avait toujours pas bougé. Elle se rapprochera de lui et l’enlaça même si elle sentit le directeur du parc se crisper.

Shaélynn se sentait relativement plus calme maintenant. La chaleur et la présence de Cole la rassurait même si lui n’était pas franchement à l’aise. Le jeune homme passa finalement ses bras autour d’elle ce qui lui permit d’en profiter pour remonter l’une de ses mains dans ses cheveux. Elle pouvait agir librement maintenant. Il ne sentirait rien, ce serait rapide. Cole n’eut qu’un petit tressaillement lorsqu’il sentit la fine aiguille pénétrer la peau de son cou. Elle sentait déjà son corps se relâcher et elle se dépêcha de le guider vers le lit tant qu’il tenait encore sur ses jambes. L’anesthésiant qu’elle avait gentiment emprunté n’était pas à la base destiné à cela mais elle avait trouvé judicieux de s’en emparer tout à l’heure. Même si elle avait plutôt pensé s’en servir sur Shivak si les choses tournaient mal. Enfin encore plus quoi.

La paléobotaniste l’allongea doucement sur le lit et le couvrit d’une couverture. Ses yeux étaient embués de larmes et il ne semblait plus rien comprendre à ce qu’il se passait. Il était néanmoins encore conscient.  


-Je suis désolée… Repose-toi. Elle s’approcha de lui et déposa un léger baiser sur sa bouche puis un second près de son oreille et chuchota un «je t’aime ». Mais il semblait déjà être totalement ailleurs. Elle envoya un sms à Angel depuis le téléphone de Cole pour lui demander de venir au plus vite ou envoyer quelqu’un à leur bungalow. Au moins il aurait quelqu’un pour le prendre en charge.

Le cœur au bord des lèvres, Shaélynn prit ses affaires sur la terrasse et redescendit dans le salon afin de sortir du bungalow. Refermant la porte, elle s’éloigna d’un pas inhabituellement lourd. Elle avait l’impression que sa démarche était desespérement fausse. Afin d’éviter les caméras de sécurité, Shaé préféra privilégier des chemins plus couverts et surtout moins fréquentés pour arriver à l’embarcadère nord au plus vite. Elle n’espérait qu’une chose en ce qui la concernait.

Que Shivak n’allait pas lui faire faux bond.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Time to Run   

Revenir en haut Aller en bas
 
Time to Run
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin
» la Crazy Time recrute!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2 / Chapitre 5 : Vers un nouveau monde-
Sauter vers: