Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment bien marquer son retour. [Libre]

Aller en bas 

Qui doit être élu PDG d'InGen ?
Angel Harlow ?
0%
 0% [ 0 ]
Handréas Xerctëss ?
100%
 100% [ 7 ]
Total des votes : 7
 

AuteurMessage
Shivak Garland

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 27/09/2013

MessageSujet: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Mar 24 Juin 2014 - 15:16


28 Janvier 2013.

Le soleil se couchait enfin sur Isla Nublar et laissa place à la brume, une nouvelle fois. Toute la beauté d'un coucher de soleil derrière la terre qui se reflète tout rouge sur la mer calme, répondant aux échos mystérieux de la jungle...
Quand la noirceur apparaît partout même sur votre vie, que vous n’êtes pas loin de la catastrophe qu'elle soit morale ou physique, à ce moment vous vous dites que la vie dans le fond n'est pas si mal, et vous êtes pris d'une envie d'évasion, ce phénomène dont on parle tant, on a même tendance a ce demander si elle existe et sous quelle forme au final. Mais l’évasion n'est elle pas le symbole de la merveille loin de la misère ? le ciel bleu loin de l'orage ? un coucher de soleil sous des palmiers a l'autre bout du monde, quelque part là ou les gens pensent et vivent autrement, la ou le soleil se couche comme vous ne l'avez jamais vu. Qu'y a t'il derrière l'horizon ?

Alors que les derniers travailleurs commencèrent à se répartir les dernières tâches de rangement pour la journée, Shivak observait la scène depuis les caméras du parc, à partir de son ordinateur. Il s'était passé beaucoup (trop) de choses depuis l'incident lié à l'attaque de la Chimère et les événements tragiques qui s'en sont suivis avaient laissé le parc dans le désarrois le plus total.
Si l'amour qu'il avait éprouvé pour Emma lui avait permis de rester sur pied et de tenir le coup après les récents événements, il n'en était pas vraiment de même aujourd'hui. Une vague de remords et de culpabilité rongeait petit à petit son âme et il se sentait responsable de ce qu'il s'était produit.

Le sentiment de culpabilité est l'émotion la plus destructrice que nous puissions trouver. Il est naturel de se sentir mal quand nous avons lésé autrui ou bafoué notre propre vérité. Mais être envahi par le remord est une maladie. Nous finissons par nous perdre dans un brouillard de doutes et de sentiments de non-valeur, au point de ne plus apercevoir la beauté et la joie que la vie nous offre.
Nous aspirons tous à être positifs, aimants, conscients, plus francs vis-à-vis de nous mêmes. Mais quand nous nous punissons pour nos erreurs en cultivant le remords, nous entrons dans un cercle vicieux de désespoir et d'auto-destruction qui nous prive de toute lucidité face à nous-même et aux situations que nous vivons.Chacun de nous est très bien comme il est et il est naturel de s'égarer de temps à autre. Les erreurs doivent simplement nous servir de leçon et nous aider à poursuivre notre route sans plus tomber dans les mêmes pièges.

D'abord il y avait eu cette trahison qui l'avait poussé à quitter Kimaria Chimestry, puis ensuite son renvoi du Jurassic Park qui avait faillit lui coûter son amour pour Emma. Cette déchirure avait été la première d'une longue succession de mauvais choix qui avaient conduit à la pire des catastrophes envisageable : l'attentat du Jurassic Park. Shivak avait été tellement obnubilé par le fait de pouvoir retrouver l'être aimé qu'il en avait bafoué les conséquences.
Le moment présent, ici et maintenant, est perdu de vue quand vous vous mettez à penser au futur, et à aspirer à obtenir autre chose que ce qui est. Quand le mental ambitieux se met à fonctionner, vous perdez tout contact avec le paradis dans lequel vous vous trouvez déjà...

Les événements s'étaient enchaînés à une vitesse monstrueuse et à peine avait-il pu revenir sur le Parc pour tenter de sauver l'irrécupérable, il avait vu mourir John Hammond des mains de Shaélynn Moore, suivi les traces de son ancien maître pour le voir récupérer l'objet qu'il convoitait et repartir victorieux, impuissant, sans rien pouvoir faire.
Comment allez-vous apprécier la vie si vous vous sentez condamnés en permanence, si vous cherchez sans arrêt à soulager votre cœur dans l'un ou l'autre confessionnal ? A en croire les prêtres et les moralistes, notre vie est un enchaînements de crimes. Dans de telles conditions, savourer la vie est exclu. le remord vous écrase la poitrine comme un bloc de béton, vous êtes trop lourds pour pouvoir encore danser. Le remord peut-il aller de pair avec le rire, la musique, l'amour, la vie ? L'homme qui se sent coupable expire avant d'entrer dans sa tombe.

La Mort avait fauché un grand nombre de vie en quelques semaines. Si il avait tenté de faire de son mieux, Shivak n'avait pourtant pas pu empêcher Josh Solomon de se faire exploser, n'avait pas prévu l'extinction des circuits électriques des principaux enclos et la libération des monstres de foire qu'ils contenaient, n'avait pas prédit le nombre incalculable de victimes qu'il s'en suivrait...

142.

Cent quarante deux vies s'étaient achevées depuis les 3 dernières semaines. Peux t-on vivre avec ça ? Mérite t-on de vivre avec une telle culpabilité ?
Emma l'avait rassuré et assuré que ce n'était pas de sa faute, que la Chimère aurait attaqué avec ou sans lui, qu'il n'aurait rien pu faire pour y changer. Pourtant, l'ex Gérant du Parc ne pouvait pas y croire. Rien n'est impossible, tout peut être fait !

Il y avait encore des personnes qui pouvaient être sauvées. Mais pour cela il faudrait avoir le "Projet T" !

Cloitré dans un Bungalow depuis plus de vingt jours désormais, sans avoir pu goûter à une once de soleil extérieur, rongé par ses souvenirs et par les mauvaises nouvelles qui ne cessais de tomber, il attendait péniblement le moment ou l'occasion se présenterais pour sortir. Mais il lui fallait un plan en béton armé, une solution contre toute épreuve, un moyen de faire face à son passé et se faire pardonner par une équipe d'employés du parc qui le haïssait et qui ne voulait plus entendre parler de lui.

Des alliés, il n'en avait plus beaucoup...
Trop de chemins différents avaient été empruntés et une nouvelle ère avait débuté au sein d'InGen.

Shaélynn Moore était toujours là, persuadée de tenir les ficelles de ce pauvre Cole Hudson, brulé et affaibli depuis l'explosion. Hors de question qu'une régence s'installe. Il faudrait prendre en compte les détails qu'Emma avait obtenu avant d'agir.

Marcos Shannon n'allait pas être facile à convaincre, d'autant que l'homme était de plus en plus près de la vérité, persuadé d'être face à une théorie du complot depuis l'incident avec le Mosasaurus et son interrogation.

Elina avait du subir une opération des poumons suite à l'inhalation d'un gaz corrosif dans un hôpital en Californie et Erin l'avait naturellement accompagnée en compagnie d'une jeune fille qui répondait au nom d'Alana. Pas de nouvelles depuis ce jour. Les rumeurs annonceraient également que les deux jeunes femmes auraient décidé de quitter l'entreprise.

Shivak avait tenté de prendre contact avec Chris Nedry, seul individu du parc qu'il considérait comme une aide potentiel, mais l'informaticien lui avait rappelé d'honorer sa dette, quant aux informations liées à la mort de son frère, faute de quoi il pourrait aller se faire foutre. Ainsi donc, il n'avait plus son soutient de poids.

Emma avait beau être sa partenaire, il ne voulait plus qu'elle soit mêler à toute cette histoire. Après en avoir longuement discuté, il était question qu'elle quitte ses fonctions pour un autre job de sécurité, plus sain et moins risqué, ou ensembles, il pourraient s'installer... Mais cette idée avait crée de réelles tensions dans leur couple et Shivak se reprochait également cette distance...

Ensuite, parmis les innombrables connaissances du jeune homme, il y avait Terrence, qui l'accusait de l'avoir assommé, Ian Malcolm introuvable (de même que Tim Murphy), Rachel Jones qui passait plus de temps en ce moment à se souler qu'à trouver un moyen de se ressaisir, Royce qui avait servi d'encas aux dinosaures échappés du parc, James Muldoon qui était gravement blessé et qui était toujours en soin intensifs, Carson qui beuglait sur toutes les jeunes recrues que ce Parc n'était entouré que d'incapables, Aaron Wess toujours handicapé des deux mains après avoir sauvé le Jurassic Garden d'un incendie et s'être fait grièvement brûlé. (On parle même de chirurgie pour qu'il puisse retrouver l'usage complète de ses mains et il qu'il serait absent pour plusieurs mois), Dylan Harkness qui avait fait les frais d'un T-Rex toujours en fuite, Richard Green trop occupé à soigné du dinosaure et enfin :  Ed Regis bien décidé à planté ses crocs dans une pile de dossiers à charges contre le Jurassic Park .

Autant de personnes, de morts, de blessés et d'incapables qu'il en fallait pour mettre le parc dans un désordre total et sans aucun nom pour prendre la succession d'InGen.
Heureusement, patienté avait assez duré et une fenêtre venait de s'ouvrir à de nouvelle perspectives.

Ce soir n'était pas comme les autres, tout le personnel et membre d'InGen étaient convié à une grande réunion pour parler des problèmes du parc afin de chercher des solutions et se répartir des tâches. Une énorme tension planait sur ces rassemblements car un rapport d'enquête était en cours et les avocats lutaient pour la survie ou la destruction du Jurassic Park, aucun emploi n'était plus assuré et les payes tardaient à venir. C'était la confusion, le capharnaüm le plus total. Qui plus est, aujourd'hui devait être annoncé, après débat, le nouveau Gérant du Parc, qui prendra la tête de la compagnie suite à la mort de John Hammond.

Du départ honteux en solitaire au retour glorieux du "rassembleur", le come-back en politique présente autant d'étapes stratégiques à ne pas manquer que de pièges à éviter.
Shivak le savait.

Se retrouver au centre des médias est l’ambition légitime de l’homme soucieux de revenir au premier plan du jeu politique. Il suffit parfois d’une bonne intuition et d’un concours de circonstances favorable pour la satisfaire.

Dans la grande salle de réception du Jurassic Hôtel, les sujets allaient des uns aux autres parlant d'un virus qui s'était développer et qui menaçait plusieurs espèces, aux problèmes des espèces toujours en libertés et ayant trouvé refuge près du Nord de l'île, de la reconstruction des enclos et batiments....
Tout le monde avait quelque chose à dire et seules quelques rares personnes arrivaient à trouver un terrain d'entente et à permettre aux groupes de se calmer. Plusieurs chefs de sections étaient manquant. C'était alarmant. Il y eut près de trois longues heures de conversation avant d'arriver au sujet fatidique.
Un grand silence s'était mis en place dans la salle lorsqu'un avocat représentant InGen avait demandé à l'audience si quelqu'un souhaitait se présenter en temps que Candidat pour la reprise en main du Jurassic Park en temps que nouveau PDG D'InGen.
Tous les regards se tournèrent alors vers les principaux interessés, comme Cole Hudson, Ed Regis, ou encore Shaélynn Moore.

Ce fût ce moment ou Shivak avait décidé de sortir de sa cachette, passant par une porte de secours extérieur au bâtiment, contournant toute la foule de manière discrète pour au final monter sur la scène devant le regard surpris et incompris des spectateurs.
Bien vêtu, souriant (presque faux cul), le jeune homme scruta la foule des yeux, pris le micro en main et annonça simplement :


- "Je suis Candidat"

Une énorme vague d'insultes et de critiques diverses s'envolèrent alors dans l'assemblée tandis qu'il ajoutait :

- "Si d'autres veulent se joindre à la fête...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel Harlowe

avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 03/09/2013
Age : 21
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Jeu 3 Juil 2014 - 14:11

Comme quelques-uns des employés, Angel était restée sur l'île pour aider à sécuriser les lieux pour éviter les attaques des dinosaures en libertés et ainsi aider à la reconstruction du parc. Elle c'était proposée aussi pour la capture des dinosaures inoffensifs. C'était déjà pas mal pour une ranger. Les pertes avaient d'ailleurs été importante chez les ranger ces dernières semaines, surtout pendant l'attaque des terroristes. Elle-même s'était faite "enlevée" pendant l'attaque avec deux guignols qu'elle ne connaissait pas, elle y serait restée s'ils n'avaient pas trouvé un moyen rapide de se libérer. Les pertes n'avaient pas été seulement pendant l'attaque, mais aussi pendant la sécurisation du parc, certain ranger et employés imprudents avait subi l'attaque des dinosaures en liberté.

Aujourd'hui, quelques dinosaures devaient encore se trouver en liberté quelque part dans le nord de l'île. Elle avait été affectée ce jour-là à la sécurité autours du jurassic village. Un bouleau assez ennuyant et épuisant. Angel était pressée d'être le soir pour se rendre à une réunion où tous les employés étaient conviés pour parler des problèmes du parc ou des trucs du genre, ça avait l'air ennuyant, mais se serait surement plus animé que les rondes de sécurité qu'elle faisait.

Le soir venu, elle se changea rapidement. Avant de partir, elle essaya de cacher son arme du mieux qu'elle pouvait en la coinçant à l'avant dans son pantalon et en passant sa veste au dessus. On devinait encore qu'une arme été caché a cet endroit, mais pour une personne qui ne s'était jamais retrouvé en possession d'une arme a feu, à la limite, elle ne s'en rendrait pas compte. Au fait pourquoi prendre son arme ? Elle n'était même pas affectée à la sécurité ce soir. C'est surement à cause des précédents événements. Depuis ceci, elle avait peur pour elle, elle devenait un peu trop sur ces gardes à un tel point qu'elle mettait sont arme sous son oreiller quand elle dormait. Parfois, en pleine nuit, elle croyait que du monde s'était introduit dans son bungalow. Elle sortait alors de sa chambre l'arme à la main prête à faire feu. Ça ce reproduit plusieurs nuit de suite. Si par malchance quelqu'un avait eu l'aidée d'aller dans son bungalow la nuit, il n'aurait probablement pas survécu.

Donc après avoir caché son arme, elle se rendait à la grande salle de réception du jurassic hôtel. Pas mal de personnes été apparemment absente par rapports au nombre d'employés qu'elle avait pu voir sur l'île la semaine. Les sujets défilèrent les uns après les autres, les personnes présentes été rarement d'accord avec les solutions proposées. Plusieurs fois, Angel avait été tenté d'intervenir pour que ça ne parte par en cacahouète, mais jamais ça n'avait été aussi loin. Et puis les disputes entre les employés l'amusée en quelque sorte, ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas ri autant, enfin sourit, il faut tout de même rester correct, elle ne se voyait tout de même pas exploser de rire en pleins milieux d'engueulades. Elle avait passé toute la réunion debout au fond de la salle adossé au mur et face à la scène. À l'écart, elle pouvait apprécier tout le spectacle qui se présenter devant elle. Au bout d'un moment, le dernier sujet de la soirée avait lieu. Un silence dans la salle avait accompagné un avocat représentant Ingen quand celui-ci demanda à l'assemblée qui voulait se présenter candidat au poste de PDG d'Ingen. À ce moment-là, tous les regards se tournèrent vers quelques personnes qu'Angel ne connaissait pas.


Et là, un homme monta sur scène, il avait l'air assez grand et jeune peut être la trentaine ou un peu moins, cela étant qu'il prononça juste trois mots au micro.

-"Je suis Candidat"

Trois mots qui enflammèrent l'assemblée, des injures, des critiques, etc volaient dans les quatre coins de la salle. L'homme sur scène avait prononcé une autre phrase inaudible pour Angel à cause des hurlements de colères qui traversaient la pièce. Maintenant, elle craignait le débordement, des personnes se levaient, hurler des injures et tout un tas d'autres phrases désagréable. Visiblement les employés ne le portaient pas dans leurs coeur. C'est là qu'elle décida pour la première fois de la soirée à intervenir. Elle hurla pour essayait de passer sa voix au dessus de l'assemblée en hystérie :
-"S'il vous plait madames et messieurs calmez-vous, retournez à vos places et restez assis !" En appui de ses paroles, elle avait ouvert sa veste mettant en évidence son arme avec une main sur celle-ci. La dissuasion pouvait marcher.
Elle ajouta aussi en parlant assez fort :
-"Respectez cet homme si vous plait, il se présente et doit surement avoir des projets pour le parc à nous exposer !"

Tout en disant cela, elle passait dans les rangs en essayant de calmer l'assemblée.
Puis elle envoya une question à l'attention de l'homme sur scène assez fort pour que celui-ci entende :
" Pouvez-vous vous présenter pour les personnes comme moi qui n'ont aucunes idées de qui vous êtes et pouvais vous aussi me répondre à une question, comment comptez vous assurer une sécurité maximale au sein du parc ?"

Si tout le personnel devait voter pour les personnes qui se présenter, c'est question seraient suffisante à Angel pour se décider.

_________________


Quatre roses !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carson McGeady

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 04/09/2013
Age : 38
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Jeu 3 Juil 2014 - 17:58

Après avoir piloté de longues heures par-delà les côtes du Costa Rica, le docteur Carson McGeady était enfin arrivé à se poser sur l’île d’Isla Nublar, site A du célèbre Jurassic Park.  Cette même île - qui allait sans aucun doute être le foyer du physicien pendant encore bien des mois, voire des années – avait récemment subie une attaque terroriste et se trouvait être la scène d’une atroce pièce. L’attaque du groupuscule K.C. était resté dans la gorge du physicien qui n’avait pas supporté de voir tous ces morts humains et toutes ces pertes technologiques importantes qui, il fallait l’avouer, était à l’heure actuelle, plus important encore que les Hommes. L’horreur avait été pendant des jours très perceptible encore que Carson avait presque eu de la « chance » du fait de sa prise d’otage de laquelle il put enfin se libérer - après de longues heures – non sans l’aide de la ranger Angel Harlowe et du maître-soigneur Richard Green. Nonobstant une balade diurne dans la pénombre qui, il fallait bien l’avouer, lui avait bien foutu les miquettes, l’écossais était finalement rentré chez lui où une surprise l’attendait…

      A Isla Nublar, McGeady fut convié à une réunion générale à l’hôtel où plusieurs questions importantes allaient être débattues et où le prochain PDG serait probablement désigné. C’était le moment d’en mettre plein les yeux ! Pourquoi ne pas se présenter au poste… ? Non, ça serait se mettre en avant et ça serait dangereux. Pourquoi ne pas tout simplement… mais oui ! Se rapprocher du pouvoir en place ! Il se plaça devant le miroir de sa commode et choisi avec soin un beau costume : celui qu'il revêtait par le passé pour aller aux galas de physiciens et d'universitaires.

      Carson, entre le Royaume-Uni et les Amériques, avait décidé de s’intéresser de plus près à l’entreprise InGen, celle-là même qui l’embauchait depuis  John Hammond, l’ancien chairman de la boîte, était décédé et il fallait bien le remplacer. N’hésitant pas à hacker certaines données de son employeur, Carson parvint à se renseigner sur la plupart des personnes constituant l’entreprise ; c’était facile, étant encore l’un des rares importants informaticiens de la maintenance encore en activité, il avait accès à de nombreux dossiers et les faciles à cracker étaient les mot-de-passes. Cela lui permit de connaître leur nom, leur visage mais également de se faire un petit historique d’InGen. Là, à ses yeux, il y avait plusieurs candidats potentiels. Premièrement, l’actuel gérant du parc et ancien guide : le jeune Cole Hudson. Ce dernier avait l’avantage d’être apprécié de l’ancienne direction et de ses collègues les plus proches… Mais qu’en était-il des cons, je veux dire, de la populace, des pauvres petits employés du dessous… ? Et des gros actionnaires en costume ? Hein ? Qu’était réellement son expérience dans le monde palpitant de la direction de multinationale flamboyante ? Certes, il pouvait être conseillé, guidé mais InGen, je parle de la boîte, que cherchait-elle vraiment ? Elle voulait de l’action, du jus, du renouveau, tout de suite ! Elle ne veut pas perdre de temps, pas prendre risque et laisser son destin entre les mains d’un jeune fougueux, potentiellement communiste, possiblement incompétent à haut niveau qui plus est. Un guide guidé, tu vois un peu le comble ? John Hammond allait, vieillissant, certes, mais le vieux fou avait malgré tout gardé un esprit combattif et savait gérer les aspects médiatiques, financiers et administratifs de la boîte tout en étant chaleureux et proche de ses employés jusqu’à ces derniers mois. Pour ce dernier point, Cole Hudson s’en rapprochait mais contrairement à son ancien patron, il n’était pas un riche businessman qui s’était quasi fait tout seul armé de son rêve…  Bien que Cole Hudson semble être plutôt un assez bon candidat, notamment sur le plan humain, Carson trouvait sa compétence de gestion tout à fait catastrophique. Il le tenait en partie responsable pour la plupart des problèmes qu’il avait rencontrés dans le Parc. Les Rangers étaient pour la plupart incompétent, de nombreux morts et disparus étaient « recensés » suite à l’attaque de la Chimère. L’Informaticien avait également dû réparer de nombreux éléments du Parc. Chaque jour du matériel toujours plus cher était commandé. Non pas que ça soit forcément mal dans le sens où la section scientifique a par exemple besoin d’un matériel de pointe pour innover et faire avancer ses recherches pour au final apporter un bénéfice tout en enterrant les autres compagnie comme BioSyn mais quand une mangeoire ou bien un sas coûtant la peau des fesses tombent en pannes assez régulièrement, cela va de soi qu’il faut regarder en l’air, vers Ceux d’en haut. Soit la fracture du matériel est inévitable et dans ce cas-là, investir des sommes faramineuses est totalement dénué de sens, soit l’entreprise paye toujours plus cher pour au final se faire refourguer de la merde, de la camelote qui casse au bout de trente-six utilisations…  Cole Hudson, gérant du Parc, était la personne dirigeante la plus proche du terrain, il était de son devoir de remarquer ce genre de failles. Bref, l’attaque n’avait rien arrangé du côté des finances. Il ne faisait aucun doute que les actionnaires  (encore plus depuis que Hammond ne les accompagne plus) faisaient la gueule et que leur porte-monnaie réclamait à manger : « Et vite, on a faim ! ». Il fallait à tout prix réduire les dépenses ou sinon, l’entreprise irait à sa perte ! Et pour tout Homme doté d’une once de connaissance en économie, Cole Hudson ne faisait que pâle figure pour poser ses jeunes fesses lisses et velues sur le trône du PDG. Et puis  après tout, pour un jeune candidat jeune et branché, plutôt apprécié et aimé, où donc était-il les jours de l’attaque ? Pourquoi était-il invisible ?

        Secondement, plusieurs noms revenaient souvent quand soudain, un visage éclaira son esprit ! Shivak Garland ! SHIVAK putain de GARLAND ! Ce type allait être le messie de Carson ! Physiquement, l’homme était jeune et branché, tout comme l’était Cole Hudson sur la précédente photographie, les cheveux bruns, courts reposaient au sommet d’un visage à l’air mystérieux qui donnait à l’homme un aspect charmant et particulièrement séducteur, sans doute à cause de ses yeux vairons. Il ne faisait aucun doute qu’un bon nombre de minettes avaient dû succomber aux charmes du jeune homme athlétique qui dégageait néanmoins une certaine autorité et un charisme hors du commun. Encore mieux, l’Apollon avait pendant des jours et des jours remplacé le Vieux lui-même ! Il avait donc de l’expérience et ses habits, le distinguant de tous les autres par une certaine classe, lui assurait forcément un atout. Aujourd’hui, il était traqué et rejeté par les employés du Parc que nous connaissons tous, les Terrence McTaylor, les Alan Grant, etc… etc… Mais après tout, il devait être inconnu pour la plupart des petits employés et même si son affiliation à la Chimère a depuis été prouvée, il n’empêche que les membres du Conseil d’Administration d’InGen devaient être bien ignares sur la question… K.C. malgré tout, avait au moins le mérite d’être efficace. C’était indéniable et le fait que Shivak ait des liens avec la Chimère enthousiasma Carson. Oui, certes ils avaient tués des gens et cela horrifiait Carson il y a de cela quelques paragraphes mais bon… La compétence prime sur le reste, hein ? Les soldats de plomb qu’ils soient InGeniens ou Chimériens il fallait l’avouer étaient tout simplement pauvres et cons. Cependant, le physicien avait remarqué que du côté violet de la scène, ils étaient extrêmement bien organisés et entraînés. Les moyens à leur disposition devait être les mêmes que ceux d’InGen, peut-être même inférieurs mais ils avaient été beaucoup mieux mis à profit. En témoigne l’attaque. Il a fallu attendre une forte infériorité numérique, l’éparpillement de leurs chefs et les actions mesquines typiques communistes du Che et de ses amis de la sécurité du Parc pour voir le monstre à trois têtes chuter. Ils étaient terriblement et diaboliquement efficaces. Cela intéressa Carson au plus haut point : Shivak était décidément LE candidat idéal pour briguer le poste de PDG. Il avait la gueule, la dégaine, l’efficacité et l’expérience ! En plus, il devait avoir des contacts…

        Maintenant, restait à convaincre les autres… Les employés modèles, les actionnaires, etc… Tous les cons, quoi…

        La salle était remplies de nombreuses têtes plus ou moins connues ; Carson cru reconnaître Angel Harlowe, la ranger qui était emprisonnée avec lui lors de l’attaque. Vous raconter en détail le déroulement de la réunion n’aurait pas de grand intérêt. Beaucoup de questions « existentielles » pour reprendre le terme furent débattues. Combien allait coûter toutes les réparations ? Comment réorganiser la sécurité ? Comment redonner ses lettres de noblesse à notre image ? etc…  Finalement, le moment que Carson attendait arriva enfin : Shivak était sur la scène et pris la parole :


-"Je suis Candidat"



       Là, une immense cohue succéda à ses paroles. De nombreuses insultes fusèrent de part en part de la pièce si bien que l’on n’entendit pas la seconde phrase que prononça Garland. Carson, visiblement gêné par tout se boucan se retourna soudain et se rendit compte de la réalité et affichant un petit sourire en coin : les gêneurs étaient peu nombreux mais avaient visiblement une grande gueule, voilà tout. La plupart des convives affichaient plus une mine étonnée qu’autre chose. Sans doute les pro-Hudson où les anti-Garland avaient-ils envie d’en découdre ? Bah ! Peu importe, c’étaient de vrais crocodiles : une grande gueule pour de si petits bras… Angel Harlowe (maintenant, l’écossais était sûr que c’était elle) se décida à intervenir, elle montra à tous son arme en hurlant :


-"S'il vous plait mesdames et messieurs calmez-vous, retournez à vos places et restez assis ! Respectez cet homme si vous plait, il se présente et doit surement avoir des projets pour le parc à nous exposer !"


          C’était n’importe quoi ! Pour qui elle se prenait à menacer tout le monde avec son arme !? Cela donna une idée à Carson, la balle était dans son camp et il allait donner à l’avantage à Shivak. Les anti-Garland étaient visiblement très en colère et le vocabulaire utilisé traduisait une profonde haine qu’il fallait mettre à profit ! Voilà que la Ranger ressortait la carte de la démocratie et tentait de redonner la parole au jeune homme :

-"Pouvez-vous vous présenter pour les personnes comme moi qui n'ont aucune idées de qui vous êtes et pouvais vous aussi me répondre à une question, comment comptez-vous assurer une sécurité maximale au sein du parc ?"

        La force dirigeante ici était résolument composée des anciens employés de confiance, certes. Mais également (et surtout) des actionnaires d’InGen qui, pour la plupart américains, devaient haïr les communistes, les terroristes et voir avant tout leurs propres intérêts financiers ; ceux qui font du bien à la bourse. C’était un axe à développer, ça. La lanterne rouge ! Ça marche tout le temps, la lanterne rouge ! Insultes, menaces, haine, communisme, fascisme, Ben Laden - argent ; voilà, la recette est toute simple pour attendrir ses cœurs de pierre ! N’attendant par la réponse du Messie, Carson se leva, se plaça entre l’estrade et les sièges et pris d’une voie forte la parole :

-« Mesdames et messieurs, bonjour. Je suis le docteur Carson McGeady, physicien écossais, je suis allé dans l’une des plus grandes universités du Royaume-Uni où j’ai brillamment étudié Physique quantique, Physique classique, Mathématiques, Grammaire, Vocabulaire, Finance et Économie. J’ai, durant ma carrière de Physicien, fait d’intéressante rencontre et je dispose dans le monde scientifique et étudiant, d’un grand nombre de connaissances. Toutefois, convaincu par les nombreux appels du pieds de ce cher et feu John Hammond, paix à son âme, j’ai décidé de diviser mon salaire par trois et me voir confier une place pour le moins en deçà à ce que j’étais normalement habitué. Tout cela pour une chose, une seule ! Pouvoir travailler au sein d’une entreprise incroyable, fer de lance du progrès technologique et scientifique, dans laquelle se côtoient tous les jours un personnel dévoué et passionné mais aussi et surtout, un personnel humain. Très humain. Cette entreprise, c’est celle qui aujourd’hui est à la dérive, qui n’a plus personne à sa tête et qui va sur le déclin, on ne peut le nier ! Une entreprise qui… m’est très chère. Et aujourd’hui, après avoir vécu l’horreur d’une attaque et d’une prise d’otage éprouvante, je me trouve insulté, humilié de voir qu’en partant les terroristes responsables de cette attaque ont ici oublié toute leur haine et toute leur colère ! Comment expliquez-vous qu’une bande de fascistes orgueilleux insultent ici un homme qui, contrairement à eux, a sans doute quelque chose à proposer, il ne se présenterait pas, sinon… Comment expliquez-vous qu’une espèce de milicienne sorte en public son arme dans le but de vous policer, vous, chers employés et chers représentants, de vous faire taire et de vous imposer une conduite à suivre !? Je me croyais bien loin de Moscou et des années où les Communistes menaçaient encore l’ordre naturel des choses mais là, cette espèce de cohorte bolchévique et haineuse m’insupporte au plus haut point ! J’espère qu’elle vous indigne également. Ce cadre magnifique et tropical était avant cela un lieu où j’appréciais travailler… Mais face à l’Ombre Rouge, face à l’Étoile Jaune, face à la Chimère et à la Haine, je suis, comme bon nombre d’entre vous, littéralement dégoûté par la tournure des évènements. Je pense qu’il est temps de changer de direction ! Choisissons un PDG qui aime InGen et qui nous rassemble ! Qui ait de l’expérience et qui sache redresser la barre et apporter une stabilité économique pour que l’entreprise que nous aimons tous perdure et connaisse un nouvel âge d’or ! L’homme debout sur cette estrade est Monsieur Shivak Garland. Vous le connaissez peut-être parce qu’il a remplacé John Hammond lorsque celui-ci était dans le coma. Il s’est brillamment acquitté de sa tâche et a depuis dû faire face à de nombreuses rumeurs visant à le déstabiliser et à le décrédibiliser. Ses rumeurs ont été alimentées par un pseudo-KGB naissant au sein même de l’entreprise, sans aucun doute soutenu par cette pseudo-direction incarnée par Cole Hudson et sa Nomenklatura. Il est en notre pouvoir mais également de notre devoir de faire cesser tous ces écarts et de ramener un peu d’ordre dans ce chaos naissant ! Regardez ce que l’entreprise est en train de devenir : une femme menaçante se permet de sortir son arme pour vous policer. Elle a été embauchée, comme un bon nombre d’employés violents ou incompétents par la précédente direction et elle illustre bien le contexte actuel en se faisant - involontairement ou volontairement – le chantre d’une direction vieillissante et agonisante qui investit mal et finira par tous vous ruiner ! Je vous en conjure, au nom des morts pour le Parc, au nom d’InGen… au nom de John Hammond ! Faites changer les choses, vous le pouvez ! Maintenant, Monsieur Garland, je vous le dis, vous avez ma totale approbation et un soutien sans faille ! Mesdames et messieurs, merci de votre écoute et de votre temps. Je suis convaincu que vous ferez le bon choix ! »

         Se retournant prestement, il s’approcha discrètement de la scène et indiqua à voix basse à Shivak qu’il voulait s’entretenir le plus vite possible avec lui, en privé. Les choses étaient sur le point de prendre une tournure inattendue : déjà, les réactions suscitées parlaient d’elle-même. Son petit discours étaient parvenu à créer une certaine ferveur. Certains ouvraient de grands yeux éblouis, d’autres applaudissaient alors que d’autres encore discutaient entre eux, tentaient malgré tout de se retourner, de regarder dans tous les sens et d’afficher une certaine colère tout en convainquant son voisin. Ces derniers étaient encore moins nombreux qu’au début et ça, c’était une bonne chose. Peut-être que même certains étaient déçus que le physicien écossais ne se présentent pas... Bah ! Qu'importe, Shivak allait devenir PDG et cela annonçait la fin d'une ère, l'ère des incompétents et des feignants, l'ère de ceux qui profitent du système pour intégrer une entreprise en espérant que quelqu'un d'autre fasse leur boulot à leur place ! L'ère ou tout un chacun s'adonnait à bacler son boulot, à rendre une copie pathétique et suffisante de soi-même.

Maintenant, le vrai travail commençait !



-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 25
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Sam 5 Juil 2014 - 17:17

6:00 AM

        La lumière du jour pénétrait petit à petit dans la chambre à travers les volets, dévorant à petit feu les meubles, le sol et les murs jusqu'à, finalement, frapper de plein fouet le visage du jeune Cole. Il s'était réveillé relativement tôt ce matin là, il s'était glissé hors du lit aussi légèrement que possible pour ne pas réveiller Shaélynn. Il avait ensuite embrassé délicatement son front avant de rentrer sereinement dans la salle de bain. Il avait  ouvert le robinet d'eau chaude de la baignoire et avait mis le bouchon dans son emplacement. Un bon bain allait lui faire le plus grand bien, c'était une certitude, il avait une de ces têtes.
Tandis que l'eau se remplissait peu à peu, Cole enlevait le seul vêtement qu'il avait sur lui et attrapait son rasoir dans un des tiroirs. Il le posa sur le bord du lavabo  tout en surveillant le niveau qui montait toujours dans la baignoire, mouilla son visage et se barbouilla de mousse à raser. Il fallait que tout soit parfait. Une fois que cela fut terminé, le jeune homme ferma le robinet juste à temps, évitant de peu le débordement. Il nettoya sa figure et, doucement, il entra dans son bain chaud. Une légère fumée remontait au plafond et de la buée apparaissait lentement sur le miroir. L'eau transparente montrait allègrement sa musculature et les diverses cicatrices que l'accident avait laissé sur son corps. C'était agréable et reposant, il pouvait désormais penser librement tandis que son esprit se réveillait peu à peu.

        Quelle heure était-il ? Quel jour était-on ? Quelque soit les réponses à ces questions, il savait pertinemment ce qui était programmé aujourd'hui. C'était le grand jour. Il avait longuement préparé cette journée. Un discours, une tenue, une coiffure et un sourire charmeur et hypocrite à souhait. Il faisait beau depuis plus d'une semaine maintenant et il s'était habillé chaque jour de manière relativement décontracté, alors mettre un costume complet lui paraissait assez étrange. Il n'était pas impatient ni excité, juste serein. Se montrer devant tant de personnes alors que la plupart ne l'avait pas vue depuis très longtemps, que la plupart savait dans quel état il avait finis après l'attaque et que des rumeurs avaient eu le temps de bien circuler. Cette nouvelle situation le mettait un peu mal à l'aise mais, dans l'ensemble, il n'était pas inquiet. Il savait au fond que ça allait bien se passer, il n'y avait pas de raisons. Pourquoi est-ce que cela se passerait mal ? Tout se présentait plutôt bien jusqu'à maintenant, les administrateurs étaient restés dans l'ensemble assez silencieux et n'avaient absolument rien ébruité mais Cole restait confiant.

        Au bout d'un certain moment, le jeune homme sortit de la baignoire, s'enroula d'une serviette et quitta sur la pointe des pieds la salle de bain. Il pénétra ensuite silencieusement dans la chambre et prit quelques affaires. La journée allait être longue, en temps normal les jours passaient déjà lentement alors aujourd'hui il allait être servi. Combien de temps cela faisait maintenant ? Depuis combien de temps était-il resté enfermer dans son bungalow, enfin... Celui de sa compagne. Il aimait à se dire que cela fut aussi le sien mais ce n'était pas vraiment le cas. En parlant de ça, dans quel état était-il vraiment d'ailleurs ? Cela faisait tellement longtemps qu'il n'y était pas retourné. Est-ce que la femme de ménage avait continué son travail, ne voyant pas son propriétaire revenir ? Ou l'avait-elle laissé à l'abandon ? Ragots et compagnies, elles, les femmes de chambre, devaient probablement tous être au courant pour Shaélynn et lui. Qui ne l'était pas au final ? C'est ce qu'il avait voulu après tout. La question que l'on pouvait se poser désormais c'est : est-ce que cette relation allait poser des soucis dans leurs professions actuels. Absolument pas, ils ne se voyaient quasiment seulement en dehors des heures de travail bien qu'il pouvait arriver que le jeune homme fasse des heures supplémentaires le soir au bungalow. Ce n'était donc pas une question existentielle en soit mais Cole poussait les choses plus loin, il s'interrogeait davantage, il se demandait jusqu'où cela allait-il aller. Il espérait en fait beaucoup, un avenir radieux et ce qui en découle mais bon, bien que cela soit ironique de dire cela, il n'était pas naïf à ce point là quand même. Il savait bien que l'on pouvait pas tout contrôler et qu'en une année de nombreuses choses pouvaient se passer. Énormément de choses. Quand il regardait le temps passé chez InGen et tout les événements qu'il s'était passé en si peu de temps, de légers frissons parcouraient son corps.  

        Cole, assis sur le canapé, grignotait tranquillement un paquet de gâteaux en attendant que ces cheveux sèches correctement. Il ne voulait pas réveiller Shaélynn avec le sèche-cheveux et il était beaucoup trop tôt pour sortir dehors, pour ne pas dire qu'il avait la flemme. Le jeune homme avait petit à petit perdu la notion du temps au fil des jours, il était tombé dans un genre de routine ennuyante et pathétique. Convalescence. Ce mot atroce mais néanmoins mélodieux à la prononciation, ce mot qu'on lui avait rabâché par la figure on ne sait combien de fois avec un ton mielleux pour faire passer la pilule. Entre les docteurs se contentant de faire leur boulot et répétant inlassablement les mêmes choses et les administrateurs qui profitaient de  ce moment de liberté pour reprendre les choses en main, Il en avait relativement plein la tête. Heureusement, tout ceci était bientôt terminé, il allait nettement mieux et il allait pouvoir reprendre les choses en main. Tout allait changer et bien plus vite qu'on ne le pensait. Les administrateurs s'était agiter du jour au lendemain, ils avaient préparé cette fameuse soirée et ils l'attendaient avec impatience. Ils avaient tout programmé à la moindre minute, quasiment à la moindre seconde bien que cela ne soit pas vraiment possible. Ils le feraient s'ils le pouvaient. Ponctualité, minutie et précision, ces personnes là n'étaient pas tellement des habituées aux imprévues ou aux retards. Il fallait toujours que tout soit organisé comme ils l'entendaient, ils voulaient toujours être dans les temps et ne jamais dépassé leur budget. John Hammond était en fait leur pire cauchemar quand on y pense. Ce vieux fou avait vécu dans un monde bercé d'illusion où l'argent tombait du ciel, où tout ses caprices pouvaient être exaucer, il avait vécu dans son rêve et était mort dans ce sommeil qui avait duré maintenant plusieurs années. Il s'y était accroché et il y était finalement parvenu, il avait construit à parc à thème, une île peuplée de dinosaure. Son entreprise, ce qu'il avait fait était totalement respectable, Cole le respectait et le respecterait à jamais. Il y avait de quoi, même si le personnage était un vieux gâteux capricieux, personne d'autre n'avait fait ce qu'il avait fait, personne d'autre n'avait son compte en banque. Qu'allait-il advenir de son héritage ? Qu'allait-il advenir de ses petits enfants ?



13:43 PM

       Après un repas plus que convenable, Shaélynn était retourné travailler et Cole avait continué à vaquer à ses occupations. Internet, relecture de contre-rendu, de statistiques ou de dossiers en tout genre, signature de documents plus ou moins important, réception de certains colis plus ou moins gros. Il vivait uniquement dans ce bungalow, c'était quasiment devenu son bureau. Il faisait tout son possible pour qu'il n'y ait pas de feuilles qui traînent au retour de Shaélynn mais en son absence, la quasi-totalité de l'habitation était tapis de papiers. Si elle le savait et si elle voyait tout ça, elle serait probablement folle. Cole souriait à cette idée et avait toujours un œil rivé sur la porte d'entrée au cas où un jour elle rentrerait beaucoup plus tôt que la normale pour une raison x ou y. Post-it, classeurs, contrats, etc. Il y avait des feuilles un peu de toute les couleurs posées un peu partout. Depuis quelques temps, il cherchait quelque chose en particulier.

       Ce que lui avait dit Marcos lui était d'une part resté en travers de la gorge mais cela avait aussi grandement suscité son attention. Sur lui, premièrement, ce petit français discret mais suivant un chemin tout tracé vers un avenir relativement grandiose et palpitant. Pourquoi est-ce que soudainement  il partait en vrille ? Avec toute l'expérience emmagasinée au fil des années, il allait sûrement être publier, reconnu dans le monde entier. Il aurait pu jouer ça à l'amiable ou bien faire chanter InGen pour obtenir un peu près ce qu'il voulait : fonds, reconnaissance, conférence, site de fouille, etc. Alors qu'est-ce qui avait changé ? Est-ce que tout ce qu'il avait raconté était vrai ? Est-ce que Shivak avait vraiment fait tout ça ? Ce dernier était sa deuxième préoccupation, qui était-il vraiment en fin de compte ? N'était-il pas juste un salaud arrogant qu'il fallait éviter et ignorer ? Était-il bien pire que ça ? Tant de questions sans réponses … Encore une fois. Il fallait toujours que ça soit comme ça, cela serait beaucoup trop facile de les avoir maintenant. Cole envisageait de plus en plus de retourner voir le chef de section des paléontologues et de lui toucher deux mots concernant tout ça mais c'était un sujet délicat. Il pouvait difficilement revenir sur ce qu'il avait dit, il perdrait toute crédibilité s'il retournait gratter à sa porte alors qu'il lui avait clairement dit que c'était une mauvaise idée et qu'il devait laisser tomber l'affaire. C'était vrai et sincère, c'était une très très mauvaise idée que de vouloir s'investir là-dedans, alors le faire tout seul. C'était totalement inconscient et surtout complètement con. Cole avait poussé ses recherches dans tout les dossiers où le nom « Garland » était inscrit mais rien de bien intéressant en ressortait. Il avait googlé toute sorte de choses et à chaque fois il avait perdu son temps sur des sites ou des forums ridicules. Tout ça était frustrant et énervant ! Comment fallait-il agir par rapport à tout ça ? Comment devait-il prendre la chose ? Devait-il se contenter d'ignorer tout ces faits ? Ou devait-il les prendre en considération ? Devait-il prévenir la police, le FBI ou on ne sait quoi ? Qu'est-ce qu'il devait leur dire ? Ne serait-il pas récemment interroger par quelqu'un étant donné la situation ? Le parc avait tout de même attaqué par des terroristes, il y avait eu de nombreux morts... Imaginez la chose lorsqu'il avait fallu annoncer aux familles qu'il n'y avait absolument rien à enterrer parce qu'ils avaient été dévoré par des dinosaures. De nombreuses personnes étaient décédés par balle mais beaucoup avait été ensuite englouti par les créatures... Atroce.  



18:00 PM

       Le vêtement lui collait à la peau, dans tout les sens du terme. Il était élégant, charmant et sûr de lui mais il avait beaucoup, beaucoup trop chaud. La cravate lui prenait à la gorge, elle n'était pourtant pas si serrée que ça. Ses chaussures à pointe noir compressaient ses pieds et lui étaient relativement douloureuses comme s'il s'agissait d'une paire toute neuve alors que ce n'était pas du tout le cas. Ceci était inexplicable. Il avait néanmoins une certaine classe qui n'était pas négligeable. Un coq en patte, une bête de foire.  C'était ce à quoi il avait l'impression de ressembler, il avait cette sensation de ne dégager aucune prestance et pourtant… Cela faisait beaucoup trop longtemps qu'il ne s'était pas montré, qu'il n'était réellement sorti alors cela lui paraissait forcément étrange. Il fallait sauvegarder son image, toujours être présentable et souriant. Un comédien, voilà ce qu'il était. Un putain de menteur au final. S'il avait pensé être un jour comme ça, si un jour on lui avait dit qu'il deviendrait cette personne qu'il était il aurait probablement ri.

       Ce soir, il allait monter sur scène, faire son discours et présenter sa candidature. Il arrivait à l'apogée de sa carrière, il allait être le patron d'une entreprise plus qu'importante, il allait gérer des millions voir des milliards de dollars. Il avait longuement réfléchi à son avenir et il était finalement arrivé à la conclusion inéluctable que c'était bel et bien la meilleure chose qui lui était arrivé professionnellement parlant et qu'il fallait qu'il saute sur l'opportunité qui s'offraient à lui. Après tout, la roue tourne comme on dit et il méritait bien un peu ce poste après ce par quoi il était passé. Il y croyait, sérieusement. Heureusement, elle avait été là, elle l'avait supporté et l'avait aidé à surmonter tout ça. Shaélynn allait renter un peu plus tard que lui et elle l'avait prévenu et demandé de ne pas l'attendre, qu'elle le rejoindrait peu de temps après. Il s'était demandé durant un instant comment elle allait s'habiller, le choix vestimentaire d'une femme était toujours méticuleusement choisi et, bien entendu, suscitait grandement l'attention du jeune homme. Lui, après une grande hésitation et plusieurs changements  d'avis, avait opté pour quelque chose de simple mais efficace. Un costume noir et une chemise blanche, le classique des classiques. Après avoir vérifier sa coiffure une ou deux fois devant le miroir, une courte vérification de sa dentition juste au cas où, de son haleine et de l'état de ses ongles, Cole était enfin prêt à partir en direction du Jurassic Hôtel. La bonne nouvelle était qu'il n'avait plus besoin de sa béquille désormais, il serait un peu plus crédible auprès des employés, il ne passerait pas pour un handicapé ou un grand brûlé bien qu'à un moment dans sa vie il l'était vraiment...



18:40 PM

       Cole était déjà arrivé depuis quelques minutes, il avait serré déjà plusieurs mains et aidé à terminer les préparatifs.  Ponctuel, minutieux et précis, comme à leurs habitudes. Tout était parfait, les chaises étaient placés de manières si méthodique que cela en faisait presque peur. Les administrateurs discutaient une dernière fois de leurs programmes en sirotant une tasse de café, le jeune homme restait légèrement en retrait et personne ne venait le chercher de toute manière.

« Autant pour moi. » pensa Cole lorsqu'il vit l'un d'entre eux s'approcher de lui.


- «  Bonsoir Mr. Hudson ! » dit-il en tendant chaleureusement sa main, Cole était persuadé de lui avoir déjà serrer il y a quelques minutes de cela mais il n'en fit rien et accueillant l'inconnu.


       La personne en face de lui était relativement petite et corpulente, il ne devait pas faire plus d'un mètre soixante, peut-être un mètre soixante-cinq. Il portait des lunettes rondes qu'il portait au bout de son nez et avait une chevelure si particulière qu'on aurait pu la croire constamment gras. Ses cheveux étaient gris mais les traits de son visage était relativement fin ce qui pouvait clairement porter à confusion sur son âge, Cole en était légèrement chamboulé.


- « Bonjour Monsieur...»
- « … Brian, nous nous sommes vus que très rarement ! » coupa-t-il avec un sourire. « Alors, vous êtes prêt pour ce soir ? »
- « On n'a pas tellement le choix...  Et vous ? »
- « Il faut bien, n'est-ce pas ? »


       Et il repartit aussi vite qu'il était venu. Quel étrange personnage. Les administrateurs étaient presque tous de cette trempe là. Curieux personnage, plus ou moins discret, mystérieux dans un sens et toujours avec une idée derrière la tête. Cole avait toujours dû mal à rester impassible ou souriant avec eux, ils avaient un certain don pour vous mettre mal à l'aise. Courage. Plus que quelques heures à passer avec eux et ensuite il y aurait plus de monde. Plus de monde ? Comme si ça pouvait l'aider à se sentir mieux, à le rassurer ?



21:00 PM

       Les premiers invités étaient arrivés et... Pouvait-on vraiment les appeler invités ? Ils n'avaient pas tellement le choix en fait. La salle commençait peu à peu à se remplir, le bruit venait petit à petit combler les vides que Cole n'avait pas su occuper. Des groupes se formaient tout doucement, les chaises à se réchauffer. Les discussions allaient un peu dans tout les sens sans pour autant qu'elles en aient un spécifiquement. Puis , très vite, la pièce fut pleine et l'un des administrateurs  ébroua sa voix avant de demander le silence complet. Puis, des mots furent prononcer. Cole, posté derrière eux, observait les différentes têtes. Certaines étaient totalement dépités, d'autres vraiment déprimés. Certains chuchotaient dans  leurs coins tandis que d'autres restaient totalement silencieuses. Personne ne ricanait ou ne souriait. Il n'y avait absolument rien de drôle ou de sympathique à être là. Il faisait maintenant relativement chaud et la climatisation ne suffisait presque pas. Ou était-ce le stress qui lui donnait si chaud ?

       L'administrateur qui était venu lui parlé quelques temps auparavant lui adressa un sourire puis monta sur scène afin de prendre la parole. Il se racla lui aussi la gorge et commença son discours. Il prononça quelques excuses et fit un résumé extrêmement complet des quelques événements des derniers jours. L'attaque, bien entendu, des terroristes, l'incendie dans le Jurassic Garden qui avait été finalement maîtrisé, évitant ainsi une plus grande catastrophe, les quelques dinosaures en fuite qui avaient été finalement remis dans leurs enclos, ceux qui étaient toujours en liberté  et qui s'étaient installés au Nord sans raison particulière, d'un virus plus ou moins contenu dans un bâtiment mais qui menaçait l'intégralité de l'île de  et pour finir des nombreux travaux en cours. Le Tyrannosaure et les Vélociraptors étaient les dinosaures en question, ce fameux « Brian » n'avait pas voulu prononcer leurs noms mais avait signalé qu'il était actuellement interdit et vivement déconseillé de se déplacer au Nord du parc. Il avait précisé que tout était fait pour régler ce « problème » et que tout les moyens seront mis à disposition pour « notre » sécurité. Cole savait qu'ils y réfléchissaient activement, ils avaient déjà émis l'hypothèse d'une euthanasie mais ils gardaient cette idée en dernier recours, ils avaient plutôt songé à une solution pour endormir et déplacer les créatures sans trop dépenser. Le jeune homme était curieux de voir où cette histoire allait mener, ce n'est pas pour autant qu'il prenait le risque de contredire ces interdictions.



23h30 PM

       Cela faisait maintenant deux heures que cette réunion avait commencé. Il y avait eu de nombreux débats, de nombreuses excuses, des résumés et récapitulatifs de la situation, des présentations, des statistiques et des chiffres, des tentatives de blagues, des élévations de tons, des « hou » et des « ah », quelques applaudissements. C'était maintenant le grand moment, celui qu'il n'attendait absolument pas mais qui était bien là. Plus le temps s'était rapproché de ce moment fatidique et plus Cole avait poussé des soupirs. Les personnes concernées par cet événements, si on pouvait appeler cela ainsi, s'étaient rapprochés légèrement de la scène. Il y avait Shaélynn Moore, ses parents avaient contribué à cette entreprise et elle pouvait en être une héritière et Ed Regis, Cole ne savait pas réellement ce qu'il foutait là. Il l'avait vu une seule fois et cela lui avait amplement suffit. C'était un peu une crapule prête à tout pour faire tomber InGen au main de la justice ou pire. Il cherchait toujours la petite bête, cette fois ci elle n'avait pas été difficile à trouver et on pouvait sérieusement douter qu'il abandonnerait son but après une telle catastrophe. Puis, tandis que les trois intéressés montait sur scène, un avocat représentant InGen avait demandé à l'audience le silence sur un ton plutôt monocorde et avec le plus grand calme possible, il avait annoncé que si quelqu'un souhaitait se présenter en temps que candidat pour le poste de nouveau PDG de la société, il le pouvait. Alors soudain, la chose la plus inattendue se produit. De son air arrogant et charmeur, un jeune homme monta à son tour sur scène, prit le micro en main et annonça d'un air amusé.


- « Je suis Candidat »


       Cole faillit tomber à la renverse, les yeux écarquillés, il observait l'homme qui était à ses côtés. Il ne pouvait pas le croire, il n'y croyait absolument pas. Ce n'était tout simplement pas possible, comment cela pouvait être seulement envisageable ? Il ferma un instant ses paupières et les rouvrit pour être certain qu'il ne rêvait pas, il hésita un instant à se pincer le bras mais au vue des réactions des employés et des autres personnes, il était bien éveillé. Bouche bée, il chercha du regard quelqu'un pour lui expliquer ce qu'il se passait mais personne ne vint le soutenir. Il y avait des insultes et des hurlements qui venaient de toute part, Cole ne savait plus si c'était pour lui ou pour ce connard. Shivak Garland. Comment seulement il osait venir ici ? Et toujours en souriant, il ajouta :


- « Si d'autres veulent se joindre à la fête...


       Cole avait presque envie de lui sauter au cou, de lui tordre sa nuque, de lui frapper le front contre le sol mais il y avait beaucoup trop de témoins pour agir de la sorte et il était en réalité tétanisé. Ses jambes ne bougeaient plus, la mâchoire serrée, il n'y comprenait plus rien. Une femme qu'il ne connaissait pas tenta de calmer les personnes aux alentours. Cole ne la discernait pas correctement. Les événements allaient beaucoup trop vite, comment est-ce que tout avait pu déraper aussi vite ?


- « Respectez cet homme si vous plaît, il se présente et doit sûrement avoir des projets pour le parc à nous exposer ! »


       Cole grinçait des dents, comment pouvait-elle dire ça ? Elle ne le connaissait absolument pas. Il savait qu'à l'intérieur ce con devait jubiler, qu'il devait être fier de lui. Lorsqu'il se retourna vers la femme, elle avait bougé de place. Elle s'était légèrement avancé et elle s'adressait maintenant directement à Shivak.


- « Pouvez-vous vous présenter pour les personnes comme moi qui n'ont aucunes idées de qui vous êtes et pouvais vous aussi me répondre à une question, comment comptez vous assurer une sécurité maximale au sein du parc ? »

       De l'autre côté, avant qu'il n'est eu le temps de répondre, un jeune homme se leva, s'approcha de l'estrade et prit la parole. C'était clairement le bordel, chacun allait prendre la parole ainsi et cela en finirait jamais... Néanmoins, il écouta attentivement ce qu'il avait à dire, qui sait.


- « Mesdames et messieurs, bonjour. Je suis le docteur Carson McGeady, physicien écossais, je suis allé dans l’une des plus grandes universités du Royaume-Uni où j’ai brillamment étudié Physique quantique, Physique classique, Mathématiques, Grammaire, Vocabulaire, Finance et Économie. J’ai, durant ma carrière de Physicien, fait d’intéressante rencontre et je dispose dans le monde scientifique et étudiant, d’un grand nombre de connaissances. »


       Dès les premiers mots, Cole savait que ce Carson ne se prenait pas pour de la merde, qu'allait-il dire de brillant ?


- « Toutefois, convaincu par les nombreux appels du pieds de ce cher et feu John Hammond, paix à son âme, j’ai décidé de diviser mon salaire par trois et me voir confier une place pour le moins en deçà à ce que j’étais normalement habitué. Tout cela pour une chose, une seule ! Pouvoir travailler au sein d’une entreprise incroyable, fer de lance du progrès technologique et scientifique, dans laquelle se côtoient tous les jours un personnel dévoué et passionné mais aussi et surtout, un personnel humain. Très humain. »


       Où voulait-il en venir ? Laissons le continuer, nous verrons bien où cela nous mènera.


« Cette entreprise, c’est celle qui aujourd’hui est à la dérive, qui n’a plus personne à sa tête et qui va sur le déclin, on ne peut le nier ! Une entreprise qui… m’est très chère. Et aujourd’hui, après avoir vécu l’horreur d’une attaque et d’une prise d’otage éprouvante, je me trouve insulté, humilié de voir qu’en partant les terroristes responsables de cette attaque ont ici oublié toute leur haine et toute leur colère ! Comment expliquez-vous qu’une bande de fascistes orgueilleux insultent ici un homme qui, contrairement à eux, a sans doute quelque chose à proposer, il ne se présenterait pas, sinon… Comment expliquez-vous qu’une espèce de milicienne sorte en public son arme dans le but de vous policer, vous, chers employés et chers représentants, de vous faire taire et de vous imposer une conduite à suivre !? Je me croyais bien loin de Moscou et des années où les Communistes menaçaient encore l’ordre naturel des choses mais là, cette espèce de cohorte bolchévique et haineuse m’insupporte au plus haut point ! J’espère qu’elle vous indigne également. »


       Cole chercha du regard la femme qui avait parlé précédemment, il n'avait vue aucune arme de sortie ni rien. Cole avait de plus en plus de mal à comprendre ce qu'il disait, tout ceci n'avait aucun sens.


- « Ce cadre magnifique et tropical était avant cela un lieu où j’appréciais travailler… Mais face à l’Ombre Rouge, face à l’Étoile Jaune, face à la Chimère et à la Haine, je suis, comme bon nombre d’entre vous, littéralement dégoûté par la tournure des évènements. Je pense qu’il est temps de changer de direction ! Choisissons un PDG qui aime InGen et qui nous rassemble ! Qui ait de l’expérience et qui sache redresser la barre et apporter une stabilité économique pour que l’entreprise que nous aimons tous perdure et connaisse un nouvel âge d’or ! L’homme debout sur cette estrade est Monsieur Shivak Garland. Vous le connaissez peut-être parce qu’il a remplacé John Hammond lorsque celui-ci était dans le coma. Il s’est brillamment acquitté de sa tâche et a depuis dû faire face à de nombreuses rumeurs visant à le déstabiliser et à le décrédibiliser. Ses rumeurs ont été alimentées par un pseudo-KGB naissant au sein même de l’entreprise, sans aucun doute soutenu par cette pseudo-direction incarnée par Cole Hudson et sa Nomenklatura. »


       Puis il décrocha totalement, il fronça les sourcils. Est-ce que Shivak l'avait payé à dire tout ça ? C'est quoi ce bordel ? Sérieusement.


- « Il est en notre pouvoir mais également de notre devoir de faire cesser tous ces écarts et de ramener un peu d’ordre dans ce chaos naissant ! Regardez ce que l’entreprise est en train de devenir : une femme menaçante se permet de sortir son arme pour vous policer. Elle a été embauchée, comme un bon nombre d’employés violents ou incompétents par la précédente direction et elle illustre bien le contexte actuel en se faisant - involontairement ou volontairement – le chantre d’une direction vieillissante et agonisante qui investit mal et finira par tous vous ruiner ! Je vous en conjure, au nom des morts pour le Parc, au nom d’InGen… au nom de John Hammond ! Faites changer les choses, vous le pouvez ! Maintenant, Monsieur Garland, je vous le dis, vous avez ma totale approbation et un soutien sans faille ! Mesdames et messieurs, merci de votre écoute et de votre temps. Je suis convaincu que vous ferez le bon choix ! »


       Cole resta encore plus tétaniser, sa bouche s'ouvra et fermant, formant un constant « what the fuck ». Qu'est-ce qu'il venait de se passer ? Il était complètement dépassé par les événements, est-ce que sérieusement des personnes allaient être convaincu par son discours ridicule. Est-ce qu'il avait sérieusement traité Cole ainsi ? « Pseudo-KGB » ? « Pseudo-direction » ? Mais …


- « Qu... Quoi ? » Chuchota-t-il dans sa barbe.


       Il avait l'impression qu'une personne quelconque avait frappé son front avec une barre de métal. Il ne comprenait vraiment rien à ce qu'il venait de se passer. Carson venait-il sérieusement de déclarer que Cole, John Hammond et la plupart des employés étaient des incompétents ?  Des regards commençaient à se tourner vers lui, certains avaient des doutes tandis que le brouhaha reprenait petit à petit. Plus Cole y réfléchissait et plus il comptait mettre fin à cette mascarade. Il allait révéler la vérité sur cet enfoiré, il était bel et bien décidé à le faire. Il allait le démonter cet espèce d'enculé, comment osait-il faire ça ? Comment des personnes aussi brillantes, à première vue tout du moins, que Carson pouvait suivre le mouvement de ce con ? Il allait le faire, ses jambes semblaient se décoincer au fur et à mesure qu'il reprenait confiance en lui. Il avait des fourmis dans les membres mais ça allait, la soirée avait déjà duré beaucoup trop longtemps, il allait mettre fin à tout ça. Il allait raconter ce que Marcos lui avait dit. La journée avait pourtant plutôt bien commençé...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcos Shannon

avatar

Messages : 251
Date d'inscription : 03/09/2013
Age : 23
Localisation : 24 roses

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Dim 6 Juil 2014 - 15:15

28 janvier 2013

Après les incidents du QG des paléontologues le 23 janvier, Marcos avait décidé de prendre une petite pause, en laissant Terrence s'occuper de l'administration. L'incident avait été provoqué par le chef de section, et il n'avait pas put le cacher. On ne l'avait pas viré, ni descendu en grade, mais le paléontologue était sûr qu'on le tenait à l’œil à présent. Il fallait se rendre à l'évidence, il avait merdé. Peut être était-il moins compétent qu'a son arrivé chez InGen il y a un an. Il en avait fait du chemin pourtant, et il en avait sauvé des gens, mais peut être était-il déjà arrivé à sa limite. Ces derniers jours, il avait pensé de nombreuses fois à laisser les rennes à Terrence qui le méritait bien, et ainsi à avoir de responsabilité. Mais ce n'est pas pour autant qu'il aurait profité de ce temps libre pour poursuivre son enquête sur BioSyn et la Chimère, non. Ce que Marcos voulait, c'était reprendre le cours d'une vie normal. Tous ces mystères lui avait rien apporté en fin de compte. Il s'était éloigné de tous les gens qu'il côtoyait et avait risqué sa vie plus d'une fois.
L'idée de démissionner lui avait aussi traverser l'esprit. Mais qu'aurait-il fait après ? La paléontologie était sa vie, son credo. Il ne se voyait pas aller à la boîte d'interim avec son bac+8 pour bosser dans un supermarket. Sans compter que si Shivak l'avait à l’œil, ce n'est pas la distance qui allait le décourager. Selon Marcos, il était mieux de continuer à travailler pour InGen pour le moment, quitte à partir pour Isla Nova, et de voir dans quel sens allaient les événements. Il ne voulait pas abandonner tous ce dont pourquoi il s'était battu, comme la mort de Brandon Colomes, celle des employés le jour du siège de Nublar. Mais il n'en voyait plus le bout. Il avait l'impression de batailler seul, pour trouver la vérité. Il n'était pas ranger, et il n'était pas préparé et formé pour ça.

Ce matin, Marcos avait décidé de faire un tour dans le parc pour se changer les idées. Il avait reçut un mail 2 jours plus tôt lui disant que ce soir là, il y avait une réunion très importante. Il se doutait bien que des sujets fâcheux, et peut être même l'incident du QG, allait être mit sur le tapis. Cette bourde qu'il avait fait allait sûrement le suivre pendant longtemps...
Les machines pour la reconstructions des bungalows étaient reparties, et elles avaient fait du bon boulot. La dizaine de bungalows détruits avaient été reconstruits, et l'immense carcasse du carnotaurus avait été retiré. Sûrement qu'elle avait été emmenée dans un laboratoire, tout comme le mosasaurus il y avait quelques mois.
Marcos s’arrêta de marcher. Il avait avait trouvé encore un moyen de récolter des informations sur la Chimère ! Les gros dinosaures importés par la Chimère avaient été abattus. Sûrement leur corps devait contenir des puces aussi comme celle du mosasaurus ! Mais le paléontologue s'était juré d’arrêter. Que faire... Vérifier si il avait raison, ou tourner le dos ?

Faisant fit de sa découverte, il décida de continuer sa route. Il s'arrêta devant un bungalow. C'était celui d'Elina Moldovan. Les rumeurs disaient qu'elle avait démissionné, et elles semblaient fondés. Un peu plus loin, il y avait l'ancien bungalow d'Erin O'Connor, sa compagne. Bien plus loin, il apercevait le bungalow de Cole Hudson et Shaelynn Moore, à moins que ce ne soit de Shaelynn Moore tout court. La jeune femme semblait portait la culotte dans le couple et avoir une forte emprise sur le PDG d'InGen. Il avait une position fort enviable dans l'entreprise et forcement, être sa compagne devait apporter quelques... avantages. Le jeune patron semblait muselé, et surtout était aussi réactif qu'un légume depuis qu'il avait brulé lors du siège. Ses brulures avaient pour la plupart disparu mais certaines blessures mettent plus de temps à cicatriser...

Le paléontologue sortit de petit village et se dirigea vers l'intérieur du parc. Les structures endommagés avaient été pour la plupart reconstruites. Mais les impacts de balles sur certains murs trahissaient le calme apparent. Sans véritable but ou destination, Marcos vagabonda dans le parc toute la matinée. Vers 13h00, il se dirigea vers le mess des employés. C'était le seul endroit où manger à moins d'acheter sa nourriture dans la petite supérette, car tous les snacs et restaurant du parc pour le public étaient fermé, car le parc lui même était fermé.

Après le repas, il retourna à son bungalow. Il croisa quelques employés qui lui souhaitèrent le bonjour. Le paléontologue se cloîtra chez lui pour le reste de la journée. Étrangement, et cela faisait 2 jours, la douleur à son bras droit n'était pas venu l’embêter. Cependant, pas prudence, il se déplaçait toujours avec sa morphine....

Le soir arrivait à grand pas et il était temps de partir pour la réunion qui se déroulait dans une grande salle à l’hôtel. Lorsqu'il arriva, la salle commençait déjà à se remplir. Des petits groupes s'étaient formé et discutaient de nombreux sujets. Marcos fit le tour des invités en serrant la main à pas mal de monde. Puis tout le monde alla s'assoir en attendant que les administrateurs et le PDG prennent la parole. Les événements du siège furent une énième fois énuméré. Il fut avouer que John Hammond était décédé à cause d'une crise cardiaque lié à son cancer. Marcos n'y croyait pas une seconde, mais il savait que c'était une excuse pour que l'on ne pose pas de question. Il ne se doutait pas que, deux heures plus tard, son pire ennemie allait rentrer dans la pièce.

Shivak Garland, Monsieur Pingouin en personne. Et deviner quoi ?! Il proposait sa candidature pour être le nouveau PDG ! Certes, Cole Hudson était mal placer pour être le patron, car sa relation avec Shaélynn était assez suspicieuse. Mais même à cause de ça, ce n'était pas une raison pour élire ce type. C'était un tueur, un bourreau, un criminel. Qui voudrait d'un tel patron !?
Une foule d'injures s'en suivit, jusqu'à ce qu'une ranger réclame le calme en mettant en évidence son arme à feu.
C'est alors qu'un informaticien, un dénommé Carson McGeady, décida de prendre partit de Shivak, sans précisez au passage qu'il pétait plus haut que son cul. Sur la scène, derrière l'administrateur au micro, Cole Hudson semblait stupéfait. Il ne s'attendait certainement pas à cette intervention, tout comme Marcos. Le paléontologue décida de ne pas intervenir pour le moment. Tout le monde monde s’exclamaient dans tout les sens. Le calme revint petit à petit, mais personne ne semblait avoir d'autres suggestion. Il était hors de question que cet homme soit PDG ! Le paléontologue se leva de sa chaise. Tous le monde ce mit alors à le dévisager.

« Messieurs dames » commença-t-il légèrement hésitant. « Je peux comprendre que les derniers événements vous aient perturbé. Mais faut-il pour autant élire comme PDG n'importe qui ? »

Le silence était tombé, les gens l'écoutaient.

« Il est vrai que Monsieur Hudson à été pas mal bousculer par les événements, tous comme nous, et c'est normal. Ce que je propose, c'est qu'il devienne, l'espace de quelques mois PDG adjoins et conseiller, et laisser les rennes à une personne moins ébranler. Il ne faut pas voir par là une intention de l'évincer de la direction non. C'est normal qu'en tant que PDG, il ait une charge importante de problèmes et de tâches à résoudre. Mais c'est un homme tous comme nous et il est compréhensible pour tout le monde qu'il fasse passer sa santé avant le reste. »

Si tout le monde mordait à l'hameçon, Cole serait en évincé du pouvoir. C'était dommage car Marcos voyait un bon potentiel en lui. Mais sa relation avec Shaelynn Moore était trop dangereuse. Par respect, il n'en avait pas parlé et s'en était pas servit comme prétexte, utilisant plutôt sa santé.

« Mais en ce qui concerne le poste de PDG d'InGen, il est hors de question qu'un homme Shivak Garland reprenne les rennes. Cet homme est sûrement l'employer le plus louche de tout le parc ! D'ailleurs, je ne comprend pas que la douzaine de rangers présent, si ce n'est pas plus, ne l'ait pas déjà arrêté et mis en cellule ! »

Une vague de murmure s'éleva alors de l'assemblée.

« Vous allez croire que j'ai une dent contre lui, et je l'avoue, c'est la cas. Mais laisser moi vous prouver qu'il est de près où de loin lié à la Chimère. Lors de l'incident du mosasaurus, il a été dit que le mosasaurus avait été capturé, etc... Mais ce que l'on ne vous a pas dit c'est qu'un autre mosaurus appartenant à K.C, à été signalé et abattu. »

Marcos pointa alors Shivak du doigt.

« Cet homme qui se présente à vous, m'a interrogé et m'a posé des questions sur la Chimère, et pas qu'une ! Pourquoi ? Pour sauver ses fesses oui ! »

Ok il avait exagéré car on ne l'avait pas harcelé de questions sur la Chimère et Shivak ne l'avait pas interrogé lui même. Mais il l'avait fait torturé...

« Cet homme fait partit de nos ennemis, la Chimère et BioSyn. Ces sociétés s'en prennent à nous ! Ils ont tué des gens qui n'avaient rien demandé. Nous en connaissions tous au moins un ou une, victime de leur barbarie ! »

Le paléontologue fit une nouvelle pause, et essaya de se calmer pour ne pas laisser trop apparaître ses émotions.

« Je ne pense pas personnellement être le mieux placé pour reprendre les rennes de cette corporation. Je ne suis ici que depuis moins d'un an. J'aurais bien une personnes à suggérer, comme Elina Moldovan, mais elle à décider de nous quitter après son opération ce qui est normal. Il y avait Emma Beckett aussi mais elle à démissionner. Je proposerai bien sinon Terrence McTaylor, qui me secondent depuis plusieurs mois et fait un travail formidable. Mais avant toute chose, je propose de s’emparer de ce charlatant qu'est Shivak Garland ! »


Il y avait une centaine de personne au moins dans la salle. Qu'allait-il bien pouvoir faire tout seul ? Il avait perdu. Les rangers allaient sûrement l’arrêter si ils étaient sensés d'esprit. Satisfait, mais le cachant fort bien sur son visage, il se rassit et se racla la gorge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Terrence McTaylor

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/09/2013

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Jeu 10 Juil 2014 - 22:43



[Attention : Le texte suivant comporte de nombreuses insultes et injures pouvant toucher la sensibilité des plus jeunes ou choquer celle des autres.][-16]



       La journée avait été longue. Horriblement longue. Elles l'étaient toute à vrai dire ces derniers temps. Elles étaient banales à souhait, routinières et ennuyantes à mourir. Il y avait toujours des papiers à signer, des choses à réceptionner, des appels à passer ou à recevoir. Terrence ne s'était pas vraiment engagé pour ça. Cette putain d'attaque avait totalement niqué sa routine, certes, mais maintenant que tout ça était passé, maintenant que tout rentrait un peu près dans l'ordre, il y avait toujours des choses à régler, des trucs à réparer, des merdes à nettoyer. Peu importe où notre nez se glissait, on finissait toujours par la trouver. Cela faisait déjà plusieurs semaines que l'île logeait des ouvriers en plus des employés habituels et cela devenait relativement casse couille. Tous ne parlaient pas l'américain, Terrence comprenait même pas la moitié de ce que ces putains de latinos disaient. En fait, il ne savaient même pas qui ils étaient vraiment, s'ils parlaient espagnol ou bien portugais, si c'était des mexicains, des brésiliens ou des argentins. Les sociétés maintenant engageaient tellement de boîtes étrangères différentes, des sous-traitants afin de payer moins cher, beaucoup moins cher que les chantiers dans leur généralité devenaient vite un bordel sans nom. Le vieux paléontologue ne s'entendait plus penser avec tout c'est « si », c'est « o », c'est « obrigado », « fecha » et compagnie. Ils parlaient fort, ils ne comprenaient rien et leurs machines et outils foutaient de la poussière absolument partout. Tout ou tout du moins presque tout était en rénovation, en reconstruction ou bien en construction tout simplement. Les perforeuses, les disqueuses et les perceuses hurlaient ensemble à la mort dans un cri strident qui n'hésitait pas une seule seconde pour vous cramer un tympan. Pûtain de merdier. Le paléontologue ne s'attardait jamais de trop près des chantiers pour d'une part éviter tout contact humain et d'autre part pour éviter de recevoir un marteau sur la tronche. Il n'aimait vraiment pas leur manière de travailler et surtout il n'aimait pas les écouter chanter. Malgré les rumeurs et commérages, certains ouvriers en avaient strictement à foutre. Ils bossaient sans prise de tête et, mon dieu, ils semblaient presque heureux. Il n'y avait probablement rien d'étonnant à ça, pour la somme dont ils devaient être payer pour ne pas divulguer des informations. L'ironie aurait été qu'il soit payer par InGen pour ne rien dire mais aussi par la presse pour cracher le morceau. Imaginez le truc, le mec aurait juste à disparaître et encaisser un joli pactole. Enfoiré. Qu'est-ce qu'il ferait pas pour être de sortie. N'importe où. Un site de fouille par exemple, quelque chose. C'était du grand n'importe quoi, il y avait une chance sur deux pour que ces ouvriers ne sachent pas les risques qu'ils prenaient lorsqu'ils s'approchaient des clôtures...


       Aujourd'hui était une journée bien particulière puisque pour une fois, le courrier qu'il avait reçu n'était pas un reçu, un contrat, un rapport ou un compte-rendu mais une invitation. Cela ne était pas tellement une puisqu'il s'agissait d'un rendez vous, d'un genre de conférence où ils étaient tous conviés. La lettre ne portait pas de noms en particulier, c'était une lettre toute simple imprimé et envoyé sur le tas à tout les membres et employés de l'entreprise. Ils ne s'étaient pas tellement cassés la tête, il s'agissait d'une copie de l'original. Le cachet de la société apparaissait brièvement en bas de la page et une signature de on ne sait qui trônait juste à côté. Terrence n'avait pas été tellement emballé par l'idée de se montrer et encore moins d'être entassé dans une salle pleine de monde, bruyante et embaumé par une odeur pesante de transpiration. Mais il n'avait pas trop le choix, son rôle au sein de InGen n'était tout de même pas des moindres et il ne pouvait pas se permettre de feinter un mal de crâne ou une gastro. La gueule qu'il avait tiré à la vision de ce courrier était tellement épique et légendaire qu'elle avait été probablement classé dans  le top 10 des têtes les plus blasés sur internet. Au moins.


       Après les heures de boulot habituels, Terrence était rentré prendre une bonne douche tiède. Cela devait probablement être le moment préféré de la journée. Pas de bruits pour casser les burnes, pas de « blabla » inutiles, pas de papiers à la con. Juste le son mélodieux et envoûtant des gouttes d'eaux ruisselant sur son corps et s'écrasant tendrement. Putain que ça faisait du bien. Il avait décidé, pour changer, de ne pas se prendre la tête. Le vieil homme, dans la simplicité la plus totale, avait choisi une tenue relativement sobre. Sa veste en cuir à laquelle il tenait comme à la prunelle de ses yeux, un t-shirt noir, un jean et ses rangers. En moins de quelques minutes il était fin prêt pour le défilé de conneries de ce soir. Certes son rôle n'était pas des moindres dans le cadre de la société et on pouvait dire qu'il était indispensable dans un sens mais ce n'est pas pour autant qu'il allait s'habiller comme une catin. Ils voulaient quoi d'autre ? Qu'il passe sous le bureau aussi ? Non merci. De toute manière, il ne portait plus de costume depuis les incidents sur les yacht. Le sien était encore tâché de sang et il s'était juré de le faire brûler dès qu'il en aurait l'occasion. Les gens étaient tellement paranoïaques et sur leurs gardes  ces derniers temps que s'il lui prenait l'envie soudaine de faire un barbecue, un putain bombardier d'eau pourrait bien lui cracher sur la gueule. En s'imaginant la scène, Terrence eut un rictus au visage et fit une minute de silence pour cette pensée épique avant de s'esclaffer sur le pallier de la porte. On aurait plutôt dit une toux bien grasse ou quelque chose de ce style là. Il souriait et riait tellement peu souvent depuis les attaques qu'il en avait presque perdu l'habitude. Il était parti relativement tôt de son bungalow, le vieillard était quelqu'un de plutôt ponctuel et il s'y tenait sérieusement. C'était une forme de respect, de bon sens et quelque chose de normal selon lui. Même si après il pouvait être froid, salaud et grossier, ça on ne pouvait pas lui enlever, il était présent et on ne pouvait pas lui reprocher. Il était très professionnel à ce niveau là.


       Après quelques minutes de marche, il arrivait enfin sur le lieu de rendez-vous, le Jurassic Hotel. Un bâtiment plutôt sympathique, agréable à l'oeil de jour comme de nuit. John Hammond avait un certain goût qui se laissait facilement apprécier bien que Terrence n'avait aucun intérêt particulier dans l'architecture. Pile poil à l'heure. Les gens affluaient petit à petit, une jolie présentation et un buffet plus que correct avait été installé. Le sketch allait pouvoir commencer. Tout le monde était là. Les grands, les petits, les gras, les maigres, les chauves, les barbus, les bridés, les ridés et on en passe et des meilleurs. Cela commençait comme une bonne blague raciste et tous allaient finir par se biturer la bite à l'air. Joie. Terrence souriait uniquement lorsqu'un visage se tournait vers lui. Cette déformation du visage était plutôt ridicule et on aurait pu croire qu'il essayait de tuer quelqu'un à chaque fois que ce truc hideux se produisait. Vivement que cela se termine.


       Cela faisait maintenant deux heures que cette mascarade durait. Il avait déjà presque faillit  s'endormir au moins cinq fois et il ne voyait pas où tout ça menait. Putain. Est-ce que sérieusement quelqu'un dans la salle avait besoin d'un résumé ou de statistiques à la con ? Bordel de merde. Terrence avait eu l'impression que quelqu'un avait pris un seau de connerie et lui avait balancé à la tronche. Est-ce qu'ils se foutaient de notre gueule ? Ils ne voulaient pas aussi décrire comme « Roger » avait été découvert découper en deux, les tripes à l'air et un œil en moins ? Ou comme « Pierre-Paul-Jacques » avait perdu la vie dans l'incendie, totalement calciné, encore en position fœtal et ridiculement rétrécit  ? Les choses allaient devenir intéressantes lorsque, enfin un pignouf était monté sur scène pour parler des candidatures. Enfin. Mais alors que le vieil homme entamait un mouvement délicat des lèvres, il s'arrêta instantanément, les yeux écarquillés. Est-ce qu'il rêvait ou sérieusement ? Sans tarder une seule seconde de plus, il se leva et commença à pestiférer.


- « OH PUTAIN LA PETASSE ! QU'EST-CE QUE TU FOUS ICI !? » hurla-t-il pour commencer au milieu d'une cacophonie. Il reprit plus  doucement. « Enfoiré ! Oh putain j'vais le faire ! T'as les couilles de revenir ici ! BATARD ! ENCULE ! CONNARD ! Oh putain tu les as grosse espèce d'enflure ! »


      Terrence se rassit aussitôt lorsqu'il vit une arme à feu montrer son nez, une jeune femme l'avait mis en évidence alors qu'elle demandait le silence. Il avait été bien assez proche pour savoir qu'il était chargé et prêt à l'emploi. Et alors qu'il se rasseyait, un jeune homme à l'allure pittoresque et avec une tête comme une ampoule entama un petit discours. Au fur et à mesure qu'il avançait, le vieil homme comprenait pourquoi il avait une tronche pareil. Ce petit présomptueux avait une tête ultra enflée , il ne se prenait pas de la merde. Ce qu'il disait n'avait aucun sens et ne tenait absolument pas la route. Encore heureux que cette pu... Jeune femme avait une arme sur elle. Avec ce qu'il s'était passé et en sachant que n'importe qui pouvait être un traître d'espion, il valait mieux être sur ces gardes. Et les rangers se devaient d'être encore plus vigilant surtout maintenant étant donné que la sécurité était légèrement amoindri. Et... Quoi ? Comment ? Ce con venait de bien dire … Mais oui...  Est-ce qu'il savait vraiment qui était Shivak bordel ?


       Alors que le paléontologue allait prendre la parole et allait fermer le clapais de ce jeune et stupide physicien, mathématicien, informaticien, peu importe ce qu'il était. Marcos Shannon, son patron, entra en jeu et lui coupa la parole par la même occasion bien que la salle soit beaucoup trop grande pour pouvoir dire ça. A l'écoute de son discours, il esquissa un léger sourire sincère.Ce con là était loin de l'être, Terrence était content de voir que depuis l'incident de la dernière fois il allait beaucoup mieux et continuait d'être le mec censé et intelligent qu'il appréciait. C'était bien un des seuls dans ce cas là alors il ne se privait pas de le dire, pas ouvertement bien entendu. Et puis...


- « Je ne pense pas personnellement être le mieux placé pour reprendre les rennes de cette corporation. Je ne suis ici que depuis moins d'un an. »


« Absolument ! Bien raison ! Cool de l'admettre. » pensa le vieillard.


- «  J'aurais bien une personnes à suggérer, comme Elina Moldovan, mais elle à décider de nous quitter après son opération ce qui est normal. »


Triste. Tant pis pour elle. Elle ne se fera pas suggérer.


- « Il y avait Emma Beckett aussi mais elle à démissionner. »


Con pour elle aussi. Elle a eu les ovaires de le faire.


- « Je proposerai bien sinon Terrence McTaylor, qui me secondent depuis plusieurs mois et fait un travail formidable. »

- « QUOI ? Pardon ? » s'étouffa-t-il alors que Marcos continuait son discours.

- « Mais avant toute chose, je propose de s’emparer de ce charlatant qu'est Shivak Garland ! »


Terrence eut une quinte de toux interminable avant de réaliser ce qu'il se passait. Il ne put voir toute suite les réactions des autres ? Est-ce qu'on sautait sur ce connard ou bien restait-on bêtement sur place ? Entre deux quintes de toux, le vieux paléontologue lâcha clairement un.


- « T'es niqué espèce d'enfoiré ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shivak Garland

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Sam 12 Juil 2014 - 18:24

Il ya des situations dans la vie qui sont vraiment insupportable. Quand tout va mal et tout le monde semble être contre vous, surtout si tout le monde est vraiment abandonner et vous trahir, et vous savez que ce n'est pas seulement "une impression", alors vous avez à montrer beaucoup de courage et d'être patient.

Si tout va mal, les possibilités sont fondamentalement deux:

1. Vous faites des erreurs et vos projets ne seront pas vous conduire au succès. Vous devez être patient et essayer de comprendre ce que vous faites mal. Vous êtes provoquer par vos propres problèmes, et c'est pourquoi vous avez tant d'obstacles sur votre chemin. Soyez humble et essayer de trouver dans quels points vous faites des erreurs, de sorte que vous puissiez évoluer et faire que ce qui vous aidera dans votre vie. Puis vous vous arrêterez d'avoir des problèmes. Avoir à l'esprit cependant, qu'ils sont en fait là pour vous protéger contre des problèmes qui pourraient être bien pire.

2. Vous avez des ennemis trop nombreux et la réalité est trop dangereux pour vous. Cela signifie que vous devez être très prudent et d'accepter la lutte contre ce qui est mauvais et de défendre ce qui est bon, tout en faisant face tant de problèmes. Vous devez être un héros.

Rien n'arrive par hasard.
Shivak le savait. Ils allaient cracher leur venin, pestiférer, vociférer, injurier, trahir, tromper, jurer, se suivre les uns et les autres comme un troupeau égaré cherchant à mettre une tête sur un pic pour montrer leur mécontentement et leur soif de vengeance. Ça, il l'avait compris et il l'avait calculé bien avant cet épisode.

Ne jamais abandonner et ne jamais être faible. Toujours être très fort et croire en votre propre pouvoir, parce que de cette façon vous triompherez, après tous les problèmes et les aventures que vous êtes confrontés aujourd'hui.
Le soleil apparaît à nouveau dans le ciel après chaque tempête, et alors tout est calme. Croyez au soleil quand vous êtes plongé dans l'obscurité, et mille difficultés et les obstacles qui bloquent votre chemin. Rappelez-vous qu'il va arriver, et d'attendre.

Shivak devais être patient et accepter tous les problèmes qu'il avait eu à faire face à ce moment-là, l'un après l'autre ; d'ailleurs face à des ennemis nombreux, parce qu'il se battait aujourd'hui contre la violence, l'immoralité, le terrorisme et l'hypocrisie, et il y a beaucoup de gens dans ce monde qu'il faut pouvoir contrer ou s'opposer puisque c'est ce qui leur donne toute leur puissance.
Si vous êtes dans une situation similaire, ou si vous faites beaucoup d'erreurs sans comprendre pourquoi, il faut être intelligent et essayer de comprendre ce qui se passe pour vous.


Après les réactions envisagées de Marcos, Terrence et Cole et devant la réaction de l'assemblée, prête à agir pour l'arrêter comme un vulgaire criminel, Shivak souria de manière moqueuse et indifférente en regardant fixement les trois adversaires qui venaient de se dévoiler.
Evidemment, il avait imaginé ce genre de scénario et les répliques de chacun de ses ennemis et il savait quoi y répondre, car en politique les prise de bec et les joutes étaient un cas très fréquent. Il lui avait tendu les perches qu'il attendait et c'était désormais le moment de répondre habillement.
Les foules commençaient à s'accumuler devant l'estrade, prête à intervenir au moindre des geste des Rangers, mais aucun d'eux n'essaya d'arrêter l'ancien PDG.
Après tout, être en couple avec la chef de la section des membres de la sécurité du Parc avait un certain avantage et pouvait vous faire bénéficier de beaucoup d'avantages.
De plus, les réponses inattendues d'Angel et Carson l'avait mis dans une position plutôt intéressante.

Malgré les tensions houleuses et les critiques combinées de Marcos et Terrence, Shivak lança un sourire à la fois moqueur et narquois. Il savait pertinemment comment répondre à ces sarcasmes :


- "Mesdames et Messieurs, je comprends vos réactions, vos peurs et vos angoisses. Je ne suis certainement pas la personne que vous vous attendiez à voir monter sur cette estrade, mais j'estime avoir le droit comme dans toute démocratie à avoir le droit de proposer ma candidature au poste vacant de cette société. Je ne suis qu'un simple candidat et je ne suis pas en position décisionnaire puisque c'est vous qui allez élire le nouveau PDG d'InGen. Je ne suis ici que pour vous présenter les raisons de ma présence en cette réunion."

Lançant un regard aux différentes personnes dont il avait eu un soutient par le passé, de manière à obtenir un peu plus de réaction positive, il entra un peu plus dans le vif du sujet en ajoutant quelques cartes à ses mains :

- "Je m'appelle Shivak Garland et j'ai autrefois été PDG d'InGen lorsque Mr Hammond était dans son Coma. J'ai ensuite été relevé de mes fonctions et j'ai pris quelques temps pour me ressourcer. J'ai également été Vidéo-Documentaliste sur ce parc et j'ai apporté ma pierre à l'édifice pour qu'aujourd'hui le Jurassic Park soit connu dans le monde entier. J'ai un bon sens des affaires et je connais très bien le poste auquel je me présente candidat. Pour ceux qui l'ignoreraient et je tiens à l'officialiser, je partage actuellement ma vie avec Emma Beckett, que vous connaissez pour être la Chef de la Sécurité du parc. Elle a assuré ma protections lorsque certains cherchaient à me faire arrêté. Je ne suis pas là pour entrer en conflit avec vous, mais je compte bien me défendre sur certains propos injustifiés. J'ai bien sentit votre interrogation sur les propos lancés par Marcos Shannon, présent ici avec nous ce soir et je vais vous apporter quelques explications sur ce sujet."

Éclaircissant sa voix, il regarda le Paléontologiste dans les yeux avant de lancer à son tour les répliques qu'il avait soigneusement préparé.

- "Mr Shannon, vous m'accusez d'être prêt ou de lien lié à la Chimère. Dans ce cas, je vous demanderais donc de me montrer les preuves auxquels vous faites allusion car pour le moment, je n'en vois aucune et si tel était le cas, ces messieurs de la sécurité m'auraient déjà arrêté..."

Petit regard en direction des Rangers qui ne bronchèrent pas. Etre avec la Chef des Rangers avait toujours eu son petit avantage.

- "...Il me semble également que cet affaire concernant le Mosasaurus était une affaire interne dont seuls quelques membres haut placés étaient informés. InGen a volontairement caché les informations sur le second Mosasaurus pour éviter une crise médiatique, mais l'animal a été retrouvé et abattu. Comment pouvez vous donc être au courant de ces informations si vous même n'aviez pas fait partie d'une quelconque organisation d'espionnage ?..."

Grand moment de silence dans la salle, des regards sont tournés vers le Paléontologue. Indécis.


- " Mais puisque vous y tenez tant, je vais éclaircir un peu plus ce point noir de l'histoire en présentant la vérité à tous les membres de l'assemblé..."

Shivak lança alors un regard froid et cruel à Marcos en le pointant du doigt et annonça :

- "Cet homme est responsable de la Mort de Brandon Colomes, un jeune Soigneur du Parc qui a péri lors à cause des incompétences de Mr Shannon. A l'époque ou j'étais PDG, j'ai interrogé Marcos et mené l'enquête quand à cet incident avec le Mosasaurus du Jurassic Sea Life et nos test ont révélé que l'accident était du à plusieurs fautes graves commises par Marcos. Ce dernier s'est même rendu à l'enterrement de notre ancien Soigneur car il culpabilisait pour ses fautes et ses remords. Il n'a jamais su s'en sortir seul et à décidé de me prendre pour responsable en voulant expier ses fautes. Si vous ne me croyez pas, vous pouvez lire son profil psychologique, tout y est inscrit. Il n'a pas été arrêté a l'époque puisque John Hammond avait jugé bon de lui laisser une chance. Mais qui parmi vous estime que nous devrions laisser une seconde chance à ces terroristes et à ces espions de la Chimère ? Personne ! Je demande donc l'ouverture d'une enquête et la mise en garde à vue de Mr Shannon avec effet immédiat."

Sans plus attendre, deux Rangers se déplacèrent dans la salle et s'emparèrent de Marcos, protestant à tout rompre.
Merci à Chris Nedry pour ça, il avait toujours été utile du temps ou Shivak avait encore les rennes.  Le profil psychologique du Paléontologue était truffé d'informations saisissantes qui allaient placé cet ennemi dans une spirale d'ennuis.  Une carte d'abattu. Une démonstration de force. Il fallait néanmoins continuer.


- "Navré pour cette interruption mais j'estime qu'en cette période douloureuse, nous devrions nous unir pour mettre la main sur les coupables..."

Quelques applaudissements dans la salle, quelques injures encore. Ils étaient divisés, troublés. Le troupeau s'était égaré et ils avaient besoin d'être guidés.


- "Navré que cette démonstration aie rendu l'atmosphère un peu plus tendu, mais je dois encore vous faire part de nombreuses informations quant à ma présence ici ce soir."

Petit moment d'attente. Shivak cherchait les mots justes, appuyant chacune de ses phrases de son charme naturel. Il fallait absolument paraître confiant et rassurant.

- "Mlle Harlow m'a demandé de vous présenter mes projets et je vais faire court et simple : le Parc doit changer. Nous sommes face à une action sans précédent dans l'histoire de notre entreprise et les attentats contre nos infrastructure sont la preuve d'une jalousie et d'une convoitise des marchandises que nous proposons au public. Nous ne pouvons plus nous permettre d'afficher un profil instable, une porte ouverte aux risques d'attaques et aux personnes dangereuses. Je pense que notre entreprise devrait avoir l'attention et la sécurité qu'elle mérite ! Je comptais déjà mettre en place un nouveau projet lors de ma précédente nomination, un projet qui rassemblerais le monde et qui attirerait encore plus de visiteurs et de fonds monétaires ! Oubliez Jurassic Park, il est mort avec le rêve de John Hammond, puisse t-il reposer en paix. Je vous parle d'un nouveau concept, d'une nouvelle dynamique, plus sure, plus inattendu : je vous parle d'étendre nos actions, d'étendre notre vision... Hammond a placé sa confiance dans les mauvaises personnes et regardez ce qu'il se passe aujourd'hui : tout s'effondre, de nombreuses personnes meurent et vos emplois deviennent incertains..."

Le regard de Shivak et celui d'autres personnes convergèrent vers Cole Hudson. Tout le monde avait compris sa remarque déguisé et la responsabilité du PDG qui était responsable de toutes les personnes présentes sur l'île ce soir là. 2ème carte abattue...

- "Je n'ai peut être pas les faveurs de tout le monde ici, mais je sais gérer un parc avec tous les problèmes qui peuvent s'en suivre. Je l'ai fait pendant presque 6 mois et mis à part des critiques de nombreux d'entres vous, vous avez toujours eu une sécurité de l'emploi et un avenir ! Vous avez été écouté, je vous ai protégé et j'ai su accomplir des tâches que peu de gens seraient capable de prendre en compte. Soyons honnêtes les uns envers les autres : qui saurait gérer d'annoncer à plus de cent famille la perte d'un proche ? Qui pourrait trouver une solution rapide sur une évasion d'un de nos pensionnaire ? Gérer une attaque terroriste comme celle du Mosasaurus, qui je vous le rappel a été un succès dont j'étais à la tête. Qui parmi vous saurait prendre des décisions radicales et de gestions budgétaires de millions de dollars ? Je ne monte pas sur cette estrade pour obtenir un soutiens. Je monte sur cette estrade parce que je pense avoir les épaules pour répondre à vos besoin et faire en sorte qu'un accident comme celui de ce début d'année n'arrive plus jamais !"

Acclamations et applaudissements. Il avait réussi à jouer quelques uns de ses atouts. Il en avait certes, encore en main mais il devait attendre encore quelques réactions de la part des personnes présente pour pouvoir les abattre. Mais il y avait une personne encore redoutable et dangereuse à laquelle il n'avait pas encore pu faire face. Il savait pertinemment qu'elle se trouvait là dans la salle et qu'elle rageait intérieurement prête à lui sauter au cou ou à le trouer d'une balle dans la peau comme elle avait froidement abattu John Hammond.

- "Une dernière chose avant de laisser la place à un autre candidat...."

Il savait qu'il allait lancé une bombe en prononçant sa prochaine phrase mais comme pour Marcos, il devait se débarrasser d'elle. Il regarda donc en direction de l'endroit ou se trouvait l'espionne de Biosyn, Souria, et annonça a l'attention de tous, mais surtout à celle de Shaélynn Moore :


- "Je sais qui a tué John Hammond."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcos Shannon

avatar

Messages : 251
Date d'inscription : 03/09/2013
Age : 23
Localisation : 24 roses

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Dim 13 Juil 2014 - 16:20

Si Marcos avait su ce qui allait suivre après son intervention, il se serait sûrement ravisé. Le pingouin l'avait retourné comme une crêpe avec son discourt bien huilé. Il avait trouvé les arguments pour que les employés le suivent, les arguments pour passer pour leur sauveur, leur libérateur.
La première douche froide fut de savoir qu'il partageait la vie d'Emma. Cet homme ? Un criminel et un fraudeur de la pire espèce, et elle sortait avec un type pareil ? Il était clair qu'il ne la méritait pas. C'est alors que la réunion qu'il avait organisé lui revint en mémoire. Elle était déjà avec Garland lorsqu'elle était venue à la réunion et que Marcos s'était confié à elle. Il lui avait dit tous ce qu'il savait, elle avait dut se dépêcher d'aller tout raconter à son compère. Marcos venait de se rendre compte compte que la femme qu'il admirait tant l'avait lâchement trahis.

« Je lui faisais confiance... » marmonna-t-il à lui même.

Shivak continua sur sa lancé. Il fit sous entendre à l'audience que le paléontologue n'avait pas de preuve. Il marquait un point, car il avait bien entendu James Muldoon lors de interrogatoire dire à Chris Nedry que c'était un interrogatoire prémédité par le pingouin, mais Muldoon était dans le coma, et Chris Nedry était du coté de Garland ne prendrait pas sa défense pour quelques raisons que se soit. Marcos ne répondit à cet affront que par un silence qui en disait long.
Et là vint alors le coup de grâce. Devant toute l'assemblée, Garland décréta officiellement que Marcos était le responsable de la mort de Brandon Colomes, ce qui bien sûr était faux ! Il avait même essayé de le sauver !! Il se battait depuis des mois pour connaître les raisons de cette tragédie, et là, on l'accusait d'en être le responsable ! Pour clore, Shivak ordonna la mise en garde à vue du paléontologue. Celui-ci n'en revenait tout simplement pas. Non seulement il n'avait rien fait, mais en plus, c'était bien la première fois qu'on allait le mettre en garde à vue. Il pensa aussitôt qu'on allait le menotter devant tout le monde et qu'il se réveillerait dans un goulag en Sibérie. Deux grands hommes baraqués, des rangers, vinrent à coté de Marcos et lui saisirent les bras afin de l’emmener. Marcos ne comptait pas se laisser faire pour autant. Ils n'allaient pas le tabasser devant cette assemblée quand même, et puis surtout, il n'avait plu rien à perdre. Il se mit alors à gigoté furieusement.

«  Je ai essayé de le sauver ! « Hurla-t-il. « C'est lui qui a prit les devant et qui a sauté à l'eau ! J'ai tout fait pour le sauver, alors ne me dites pas que je suis le responsable ! C'est vous ! Vous saviez pour la Chimère et pourtant vous n'avez rien fait ! Moi, j'ai achevé un mosasaurus qui menaçait tout le monde sur Isla Nova tous seul, et j'ai aidé Emma Beckett à capturer le second !!! J'ai sauvé la vie de plusieurs d'entre vous et c'est comme ça que vous me remerciez !?»


Les agents commencèrent à le tirer vers la sortie de la pièce sans que personne n'ose dire quoi que se soit. Personne pour prendre sa défense, personne pour dire aux gens que cet homme en costume était un escroc. Tout le monde le dévisageait comme une bête sauvage. Marcos n'en revenait pas. Il faisait ça non seulement pour lui, pour Brandon, mais aussi pour eux ! Et voilà comment on le remerciait ! Petit à petit, il résista de moins en moins, jusqu'à finir par abandonner. Il était solidement cramponner par ces deux gorilles et il ne pourrait sûrement pas s'échapper. Shivak avait gagné la partie au final ? Il y avait peu de chance que quelqu'un reprenne le flambeau de toute façon. Les gens a qui il faisait confiance n'était plus là pour la plupart. Le paléontologue en chef s'en voulait de ne pas avoir su quand s’arrêter, car sinon il ne serait pas retrouver dans cette situation. On allait sûrement dire à ses parents qu'il avait eu un accident de la route, une excuse facile à trouver. Et on allait soit le tuer, soit ...


« Et je n'ai aucuns problèmes psychologiques ! » hurla-t-il avant que les portes de la salle se referment derrière lui.

Il entendit alors quelques secondes plus tard les applaudissements dans la salle qu'il venait de quitter. On applaudissait Shivak pour l'avoir mi en garde à vue, le monde à l'envers.

« C'est moi qu'on devrait applaudir » maugréa-t-il.

On le conduisit alors à travers des couloirs vides, vu que tout le monde était à la conférence, puis les portes devant lui s'ouvrir et il se retrouva devant un véhicule de transport, l'arrière ouvert. Ce n'est qu'alors qu'il se commença à avoir peur à l'idée de savoir ce que l'on allait faire de lui. Interrogatoire, torture, c'était encore très frais dans son esprit....

On lui indiqua alors de monter à l'arrière du camion. Il n'avait toujours pas de menottes, mais contre maintenant cinq gorilles de deux mètres, que pouvait-il bien faire ? Lorsqu'il s'assit à l'arrière, une main avec un tissue se posa alors sur sa bouche et son nez, l’empêchant de respirer autre chose qu'a travers les vapeurs soporifiques du tissue. Petit à petit, la vue de Marcos se fit de plus en plus flou et les sons de moins en moins compréhensibles puis, plus rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Morrison

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 25
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Dim 13 Juil 2014 - 22:20


       Gregory venait de se réveiller en sursaut. Qu'est-ce qu'il venait de se passer ? Où était-il ? Que faisait-il là ? Pourquoi est-ce que tout ces gens avaient osé le réveiller ? Qu'est-ce qui pouvait les mettre dans cet état ? Ah oui... C'est vrai... Jurassic Hôtel, la réunion... Elle était d'un ennui inimaginable. Ils répétaient trente-six fois la même chose, discutaient de tout et de rien. Le vieux scientifique ne voyait aucun journaliste, aucune caméra dans la grande salle, c'était beaucoup trop le bordel pour cela. Les administrateurs et avocats qui étaient montés sur scène semblaient pourtant s'adresser à eux, ils répétaient des choses que la plupart des employés et employeurs savaient déjà. Comme si nous avions pas vue qu'il y avait des bâtiments en construction, comme si nous avions pas vue qu'il y avait eu des morts dans le coin. Tout ça était pittoresque et ridicule. Une perte de temps. Gregory détestait perdre du temps, lui aimait l'efficacité et la simplicité.

       Retrouvant peu à peu ses esprits et ses points de repères, il analysa rapidement la situation autour de lui. Il y avait un certain nombre de gens, tout un tas de personnes autour de lui, beaucoup s'était levé pour acclamer de « joie » un gars qu'il ne percevait pas encore correctement. Pour une raison qu'il ne connaissait pas exactement, tous l'insultaient, pestiféraient des mots abominables, crachaient leurs venins. Quoi que cet homme est fait, il n'était visiblement pas tellement apprécié par la communauté. Allons savoir pourquoi. Un coup d’œil à gauche, un coup d’œil à droit, il se frotta un instant les yeux et la bouche. Une jeune femme assise à côté de lui le dévisageait et soupirait. Il lui répondit d'un sourire moqueur, la provocation était une de ses spécialités, c'était un fait indéniable. Elle soupira davantage et, en retour, il lui fit une de ses meilleurs grimaces avant de reprendre là où il s'était arrêté. Ce brouhaha assourdissant qui l'avait réveillé persistait encore un petit peu, le scientifique, cherchant à comprendre ce qu'il se passait, s'étira sans gène et chercha du regard l'élément perturbateur. Le jeune homme était grand et brun, les traits de son visage était fin et il avait un sourire charmeur. Les premières impressions étaient assez importantes et, de ce qu'on pouvait en dire, il inspirait confiance dès qu'on le voyait au première regard mais les tournures de phrases et les expressions si joliment tournées de ses chers et tendres collègues lui faisaient penser le contraire. Encore une fois, allons savoir pourquoi. L'habit ne fait pas le moine et méfie toi de l'eau qui dort comme on disait si bien.
Qui était ce gringalet en costard ? Que voulait-il ? Pourquoi est-ce que les gens étaient si contents de le voir ? Pourquoi garder ce sourire si l'intégralité de la salle t'envoyait  des roses empoisonnées ?

       Avant qu'il ne put dire quoi que ce soit, bien qu'il n'en avait pas vraiment l'envie, les choses se précipitèrent et devinrent beaucoup plus intéressantes qu'elles ne l'étaient déjà. Comme au cinéma mais en plus il était payé pour regarder. Gregory, un grand sourire au visage, s'enfonça un peu plus dans son siège et regarda attentivement la scène, n'en ratant aucune miette. Magique. Il ne manquait que les pop corns. Merci Ô bel inconnu de ton apparition soudaine et inespérée. Un jeune homme s'était levé sur sa chaise et balançait un tas d'insulte au nouvel arrivant. Un autre, légèrement plus vieux, était resté assis et se contentait de regarder à gauche à droite, ne comprenant pas ce qu'il se passait. Deux femmes chuchotaient dans leurs coins telles deux commères l'auraient fait. « Et piapiapia. Et bleubleubleu » pensa le scientifique en n'en faisant la mimique. Une dame demandait le silence en passant dans les rangs. Il retourna finalement sur l'objet de cette cacophonie. Qui était-il ? Tandis que les gens se calmaient peu à peu, certaines personnes, pensant certainement être plus intelligent que les autres, entamèrent des discours d'un ennui ... Palpitant. Ironique. Gregory n'en perdait vraiment pas un mot, sa curiosité était attisée. Qui était-il ? La réponse ne tarda pas à venir puisqu'un certain Carson McGeady venait d'y répondre, ce qu'il disait tenait plus ou moins la route. Beaucoup de « blabla »  pour rien mais comme d'une part il ne connaissait absolument pas ce charmant jeune homme prénommé Shivak et que d'autre part ce physicien était armé d'une tête d'ampoule qui en disait long sur sa personnalité, le scientifique se contenta de hocher la tête en grattant sa barbe. Puis vint le tour de  Marcos Shannon, lui il le connaissait, chef de section des paléontologues, il avait une sacrée réputation à la fois pour son professionnalisme mais aussi pour les quelques problèmes qu'il avait rencontré, c'était des choses que l'on pouvait apprendre assez facilement en discutant avec les autres. C'était fou les informations que l'on pouvait obtenir en posant simplement les bonnes questions à la bonne personne, où bien à la mauvaise, selon les points de vues. Puis les choses se mirent à dégénérer lorsque le « Shivak » ouvra la bouche. Il en avait des choses à dire et il les déblatérait comme s'il avait déjà tout prévu. Il récitait bien sa leçon. Il abattait les derniers piliers de  cette société un à un. Marcos tomba d'abord comme une mouche, il l'avait démonté. Il raconta tout un tas de choses, Gregory n'était pas au courant de tout ça mais ça paraissait sérieux. Rapidement le paléontologue se fit embarquer pour on ne sait quels raisons. En un instant, quelques jérémiades et des applaudissements, il était dehors. Puis il explosa littéralement le moral du jeune Cole Hudson en lui mettant sur le dos l'intégralité des morts, ce dernier restait bouche bée et ne savait comme réagir à cette situation totalement irréaliste. Et il termina en beauté, la cerise sur le gâteau.

- « Une dernière chose avant de laisser la place à un autre candidat... Je sais qui a tué John Hammond. »

       Gregory, sur le cul, commença à applaudir doucement mais voyant qu'il était seul dans l'opération il s'arrêta. Sérieusement ? C'était pas du bluff ? C'était pas du théâtre ? Genre il savait ? Il se leva et, histoire de s'amuser un peu, prit ouvertement la parole, s'adressant à l'intégralité des personnes présentes dans la salle mais surtout à Shivak.

- « Euh … Hum hum ! Excusez moi ?? Est-ce qu'on m'aurait drogué par hasard ? Mademoiselle ? » Dit-il à sa voisine soupirant encore. « Est-ce que j'ai bien entendu ce que vous venez de dire ? Non parce que tout ça me paraît complètement dingue. Je ne connais pas la vraie raison de votre candidature mais... Quoi ? Vous savez qui a tué John Hammond et vous le dîtes que maintenant ? C'est quoi le rapport entre sa mort et votre candidature ? Qu'est-ce que vous espérez en faisant cela ? Qu'est-ce qui nous garantit que vous n'êtes pas pire que ces gens là ? En les virant vous prouvez simplement que vous pouvez être persuasif et manipulateur. Qu'est-ce que vous voulez prouver ? Que vous êtes mieux qu'eux ? A moins que vous aillez absolument tout prévu et que votre plan consistait à éliminer toutes les potentielles menaces ? Dans ce cas, la prochaine victime serait une personne assez importante … Comme..., », il réfléchissait un instant.« Tim ou bien Lex Murphy, il me semble qu'il y ait de forte chance pour que leur grand père est inscrit leurs noms sur son testament. Shaélynn Moore a aussi une part là-dedans il me semble ? Enfin je sais pas, je ne vous connais absolument pas et vous faîtes embarquer d'un claquement de doigt le chef de section des paléontologues ? Vous vous permettez aussi de critiquer Cole Hudson alors que pour la plupart vous êtes un inconnu ici. Qui doit-on croire ? Le chef de section de notre entreprise ? Ou un ancien PDG qui fut « relever de ses fonctions » et qui a abandonné la société ? Mais attendez, John Hammond est revenu ensuite ? Vous venez donc retenter votre chance maintenant qu'il est mort ? Simple question hein. » dit-il en souriant. «  Revenons à Cole Hudson, vous vouliez qu'il fasse quoi tout seul de toute façon ? Vous auriez peut être fait mieux ? Vous êtes un grand stratège peut-être ?  Et, ah oui, attendez, il me semble qu'il est tombé dans le coma de toute manière ? Qu'il ait été retrouvé dans un état critique, brûlé et inconscient, je me trompe ? La plupart le savent déjà ici, vive le commérage n'est-ce pas ? Donc si je comprend, vous vouliez qu'il envoie l'armée ou des rangers pour défendre le parc alors qu'il était dans le coma ? Par télépathie dans son sommeil peut être ? C'est ça l'idée ? Et vous le tenez responsable d'une attaque terroriste, de la mort de nombreuses personnes ? Je ne fais que répéter ce que l'on m'a raconté. Concernant Marcos Shannon, un homme exemplaire, chef de section, oses vous accusez sans aucune preuve ? L'horrible personnage. Alors qu'il dit avoir sauver des vies, que son ami Brandon serait mort et qu'il s'est rendu à son enterrement. Mon dieu, quel être abjecte, comment oser se rendre à l'enterrement d'une personne de son entourage...  Allez y, continuez, étonnez moi Mr Garland. Je suis curieux de voir jusqu'où vous allait aller. »

       Il n'avait absolument aucun partie dans cette histoire, il était juste l'arbitre, le maître du jeu, celui qui pimente un peu les choses. Il ne l'attaquait pas particulièrement, il mettait juste le doigt sur des éléments. Il les mettait en évidence, les autres feront le travail. Il se rassit tranquillement, laissant le doute et le mystère dans la salle. Qu'est-ce que cet homme allait répondre à ça ? Gregory jeta un coup d'oeil aux rangers. Sait-on jamais ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ed Regis

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 03/01/2014

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Lun 14 Juil 2014 - 18:10

Être manipulé n'est pas un sentiment. La manipulation est une action que l'on subit: quelqu'un nous manipule. On a toutefois un sentiment à l'égard de cette manipulation. On peut être mécontent, surpris, triste, découragé, etc... Ce sont ces émotions qui permettent de mieux cerner notre expérience et d'utiliser la situation pour progresser.

Le véritable de sens de la manipulation psychologique est celui-ci : obtenir de quelqu'un qu'il fasse quelque chose qu'il ne veut pas faire, sans qu'il s'aperçoive qu'on la lui fait faire. La manipulation peut être involontaire ou volontaire.

Dans le cas où elle est volontaire, la personne use consciemment d'un stratagème pour obtenir ce qu'elle veut. On appelle "jeux" les comportements manipulateurs : pleurer pour attendrir celui qui est furieux, se comporter comme une victime pour susciter la culpabilité, bouder pour obtenir des excuses, se laisser aller pour être pris en charge, séduire pour faire transformer l'humeur de l'autre, etc...

Shivak était clairement l'un des meilleurs dans ce domaine et tout le monde en avait un exemple clair sous le nez.
Cela ne faisait pas dix minutes qu'il était dans cette pièce qu'il avait déja su rallier à sa cause un très grand nombre de personnel du Jurassic Park. Cet homme était un atout qu'il fallait gardé pour l'avenir d'InGen.

Ed n'était arrivé qu'au début du discours qui lançait le débat sur les nominations. Trop occupé depuis son retour de France à gérer les échos médiatiques et à plaider la cause de l'accident devant les juges, il n'avait même pas eu le temps de s'accorder quelques minutes à lui. Agir et se changer les idées étaient devenu un bon moyen d'oublier les éléments qui le tourmentaient.

Il faut deux complices pour que la manipulation soit efficace. Celui qui manipule et celui qui cède à la manipulation. Pourquoi cède-ton? On cède parce que le manipulateur touche chez nous une corde sensible. On pourrait dire qu'il fait vibrer une corde qu'on ne veut pas sentir vibrer. On fait alors ce qu'il désire pour faire cesser cette vibration. La corde sensible est généralement une émotion désagréable, une image de soi indésirable, un conséquence déplaisante.

Quel était donc la corde sensible de Shivak ? La crainte de perdre le pouvoir ? Emma Beckett avec laquelle il entretenait une relation ? Sa propre vie ? Il y avait tant de possibilités différentes...

Nous utilisons tous la manipulation… Un jour ou l’autre, pour 97% d’entre nous.
Pour les 3% restants, en revanche, la manipulation est devenue une stratégie, un acte délibéré. La manipulation procure une sensation de pouvoir, qui rassure les manipulateurs. Mais pourquoi est-ce si difficile de déjouer les pièges des manipulateurs ?

Manipuler une personne, c’est faire faire à cette personne une chose qu’elle n’a pas l’intention de faire, sans qu’elle se rende compte qu’on lui fait faire cette chose.
La manipulation est donc une action que les victimes subissent. La manipulation provoque chez ces victimes des émotions désagréables, comme la tristesse, la culpabilité, la peur, ou encore le découragement. C’est souvent quand on s’interroge sur ces émotions, qu’on prend conscience de la manipulation. Mais souvent, on subit ces sentiments déplaisants sans vraiment comprendre ce qui se passe, ni quelle en est l’origine. Quand la manipulation est subtile, on n’a même pas l’impression d’être, ou d’avoir été manipulés.
Nous pouvons cesser d’être leurs victimes. Il suffit d’apprendre comment.

Ed n'aurait jamais du accepté de prendre cet carte à l'aéroport. L'homme qu'il avait eu au téléphone avait su se montrer très persuasif et convainquant. Après tout, qui pouvait refusé un million de dollars en liquide ?
Le principe de la manipulation est simple : le manipulateur touche une corde sensible de sa victime, ce qui provoque une douleur intérieure chez cette victime. l'Avocat avait besoin de cet argent pour plusieurs raisons. InGen l'employait et à ce titre, l'incident de Jurassic Park pouvait lui coûter sa place. De plus, il avait caché de nombreuses choses aux autorités et aux familles des victimes pour évité de salir leur nom et ça, son maître chanteur l'avait bien compris.

Bien sûr, accepter une manipulation, c’est penser à court terme. Car le manipulateur saura que la manipulation fonctionne sur nous. Alors il recommencera. Encore. Et encore. En sa compagnie nous ressentirons des sentiments étranges, pénibles. Nous culpabiliserons, nous serons tristes, nous aurons peur, nous nous découragerons, etc. Les conséquences de la manipulation sont bien plus néfastes, à long terme.

Ed se savait piégé. En acceptant ces billets il avait scellé son destin à devoir coopérer avec Biosyn technologies. Tout comme Shivak avait réussi son coup de maître en se débarrassant habillement de Marcos Shannon puis Cole Hudson.
Mais rien était encore joué.
Avouez-le : vous vous dites que pour se faire berner aussi facilement par une autre être humain, il faut être quelque peu fragile et naïf ? Eh bien vous avez tout faux. "N'importe qui peut un jour être victime d'un manipulateur, au travail, en amour, dans sa famille, parmi ses amis...

On avait donné a Ed quelques comptes à rendre en échange de l'argent pour qu'il puisse continuer à sauver le Parc et pour que ce dernier soit remis en état de marche. Un futur grand projet devrait être lancé dans les jours à venir et toutes les pièces de l'échiquier étaient en place. Il ne fallait plus qu'une tête pensante, un PDG facile à manipulé et redoutable dans tous les domaines. Shivak pouvait faire l'affaire. l'Avocat s'en assurerait. Mais si il voulait garder l'avantage et posséder à son tour les bons atouts, il devait s'y préparer.

Lorsque Marcos fut emmener loin de la foule par les deux Rangers, Ed fit signe à deux homme armés de suivre le plan comme prévu. Ils devaient emmener Marcos dans un lieu confiné le temps qu'il soit interrogé et muté. Une tout autre mission l'attendait. Lewis avait été clair. Ainsi, la Victime va avoir une tendance significative à CULPABILISER. Elle va facilement se sentir coupable et endosser des responsabilités qui ne lui reviennent pas nécessairement. Manquant de confiance en elle, elle craint de mal faire et de causer du tord malgré elle. Ayant le sens de la justice et de l’honnêteté, elle accepte volontiers de reconnaître ses tords, et par la même occasion, ceux qui ne sont pas les siens. Le Paléontologue était donc le candidat idéal puisqu'il se reprochait la mort de Brandon Colomes et se voyait accusé à tord, publiquement. Cette vulnérabilité en ferait quelqu'un de très maniable pour les évènements à suivre.

Ed observa encore un peu les réactions de la foule. Gregory Morisson avait fait une intervention judicieuse, démasquant le jeu auquel était en train de jouer Shivak et le jeune homme allait très rapidement se retrouver dans une position compromettante. Afin de jouer en sa faveur, l'Avocat décida d'intervenir :

- "Mesdames et Messieurs, je me permets de prendre la parole en temps qu'Avocat et représentant d'InGen pour vous signaler à juste titre, que nous sommes ici, je vous le rappelle, pour élire l'un d'entre nous à la tête du Parc puisque le conseil d'administration d'InGen a été démantelé suite aux incidents qu'on connu le parc. Vos avis ont été certes très pertinent mais je vous rappelle que nous ne somme pas ici dans un débat mais plutôt dans une proposition pour un poste lourd à charges et à responsabilités. Si il n'y a qu'un candidat il sera automatiquement élu."

De cette manière, il n'y aura plus aucun problème avec les interruptions gênantes. Maintenant, il fallait régler la deuxième information, la plus importante : comment diable Shivak était-il au courant du meurtrier d'Hammond ? L'autopsie avait révélé une balle ainsi que plusieurs morsures et déchirures liées aux griffes de Raptors, mais aucune caméra n'avait pu ciblé le responsable de ces actes. Une accusation infondée pouvait être grâve, mais également compromettre la mission que Biosyn lui avait confié à savoir : s'arranger pour qu'un membre manipulable soit élu : à savoir Shivak, Shaélynn ou quelqu'un d'inexpérimenté...

- "La nouvelle de la mort d'Hammond nous a tous frappé, je ne pense pas qu'il soit sujet de discuter de ça ici, surtout en présence de nombreuses personnes auxquels il était attaché... Mais il est certain que l'auteur de ces crimes soit sévèrement puni. C'est pourquoi nous sommes déjà sur la piste de certains mercenaires qui sont a l'origine des attentat sur le parc ! Nous les traquerons et nous les amènerons devant une cour de justice !"

Même si c'était un mensonge volontairement lancé pour apaisé les mœurs, Ed sentait au plus profond de lui que Shivak avait une mauvaise idée derrière la tête et qu'il comptait bien donner le nom de cette personne en public. C'était tout ce qu'il fallait évité si on ne voulait pas de nouvel incident médiatique et d'ampleur inégalée. C'est pourquoi Ed ajouta :

- "Je pense que n'importe quel PDG comprendrait..."

Gagner du temps, manipuler le manipulateur.
Un simple coup de poker ? Peut être. Il fallait maintenant faire profil bas, attendre les autres candidats...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angel Harlowe

avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 03/09/2013
Age : 21
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Mer 16 Juil 2014 - 23:33

À peine avait-elle finit de parler qu'un homme prit la parole. Elle le reconnut rapidement. Carson Mc Geady. En même temps, passer une journée spéciale avec une personne spéciale, ça ne s'oublie pas. Il commença donc son spitch ennuyeux comme quoi il a une bibliothèque en guise de tête et les chevilles prêtent a exploser ensuite il continua sur son travail dans l'entreprise etc. Et soudain dans son discours, il dit une phrase qui n'enchanta guère Angel :

-"Comment expliquez-vous qu'une espèce de milicienne sorte en public son arme dans le but de vous policer, vous, chers Employés et cher et chers représentants, de vous faire taire et de vous imposer une conduite à suivre !?"

Les pensées d'Angel commencèrent à entrer en ébullition après cette attaque publique. Comment avait-il osé dire ça devant toute une assemblée. S'il voulait qu'Angel le déteste, il pouvait aller le lui dire en face au lieu de dire n'importe quoi devant une assemblée, elle avait juste décalée sa veste pour faire apparaitre son arme et montrer qu'elle est de la sécurité. Puis il en rajouta une couche vers la fin de son discours :

-"une femme menaçante se permet de sortir son arme pour vous policer."

Encore une attaque contre la jeune femme. À la fin de son discours, sous le regard ébahi d'Angel, des gens applaudissaient, discuté, moins montraient de la colère. Mais comment peut-on applaudir un discours fait par un abruti de cette espèce. Non mais c'est vrai, un mec qui s'adresse à vous et qui vous traite plus ou moins d'incapable, on ne l'applaudit pas, on le hue ou on fait en sorte qui ne parle plus, mais on ne l'applaudit surtout pas à moins d'être aussi stupide que l'orateur.Bref ensuite un autre homme, qu'elle ne connaissait pas étala lui aussi son point de vu et accusa Shivak Garland de faire parti d'une entreprise ennemie et demandait a ce qu'on l'arrête sur le champ. On ne peut pas arrêter un homme sans preuve, et c'est ce que Shivak lui fit remarquer après s'être présenté. Les accusations qui avez porté sur Shivak si son même retournée contre lui a cause d'un incident qui s'était produit avec un mosasaure surement avant qu'angel travaille dans le parc car elle n'en avait jamais entendu parler. Le type qui était sur l'estrade demanda aussitôt l'arrestation de Mr Shannon. Ce qui la surpris c'est l'action des autres Rangers de la salle qui s'emparèrent de celui-ci pour l'emmener hors de la salle. Comment avait-il osé ! Bref, elle mettrait tous cela a plat après. Tandis qu'il continua son discours, elle regarda l'expression de la foule. Il arriva même à tirer des acclamations et applaudissement de la foule. Il finit par une phrase choc :

-"Je sais qui a tué john Hammond "

Angel ne savait plus quoi penser de cet homme. Manipulateur peut être menteur, de toute façon ce n'est pas bon pour les employés s'il devenait PDG d'Ingen. Ensuite, un autre homme vain mettre son grain de sel. Son discours était assez intéressant et la fin était très proche de ce que pensait Angel. Alors qu'elle allait intervenir, un avocat d'Ingen prit la parole pour nous rappeler qu'on était là pour élire un nouveau PDG et que si seul un candidat était présenté, celui-ci sera automatiquement élu. Il annonça aussi que les assassins de John Hammond seront traqués et poursuivis en justice ce qui une bonne chose.

Il venait de finir de parler personne réagissaient. Shivak ne peut pas être élu, il fallait intervenir même si l'avocat ne voulait plus de débats. Elle se mit à parler avec des touches d'ironie par-ci par-là, tous en se déplaçant vers l'estrade :

-"Bravo monsieur Garland ! Je vous félicite ! Vous avez fait arrêter une personne alors que vous n'aviez aucun pouvoir ! Que je sache, vous n'êtes pas ranger et encore moins leur chef. Comment avez-vous fait ? Vous avez payé grassement les deux rangers qui se sont emparés de monsieur Shannon, c'est ça ?! À moins que vous ailliez emmené deux imposteurs pour jouer le rôle des rangers et faire passer l'arrestation crème devant des employés ? Si monsieur Shannon disait vrai sur le fait que vous êtes d'une entreprise ennemie, Chimère ou BioSyn, alors je pense que l'on est pas près à le revoir avant longtemps sur le parc, je me trompe ? Ou sinon, vous avez convaincu Mademoiselle Beckett d'avoir le droit d'arrêter cet homme. Pas de chance pour vous, il parait qu'elle a démissionné d'après pas mal de personnes donc elle n'a plus le pouvoir de liberté sur les gens. De plus je ne pense pas qu'elle n'aurais approuvée votre façon arbitraire de procéder. Quand vous avez ordonné l'arrestation de monsieur Shannon, vous avez oublié de nous présentez les preuves accusant monsieur Shannon, mais je ne vous en veux pas, on dit qu'avec l'âge, on oublie des choses. J'avoue avoir été très surprise quand les deux individus ce son emparer de lui. Encore une fois félicitation. Aussi, vous dites connaitre l'assassin de Monsieur Hammond, mais avez-vous seulement des preuves matériels autre que votre parole à nous fournir avant de citer un nom ?! Non ?!"
Elle monta sur l'estrade et continua :
-"De plus, j'adore la façon don mon cher et tendre ami monsieur Mc Guignol m'a attaquée en public. Que l'on soit bien d'accord, j'ai montrée mon arme pour signaler que j'étais ranger car je ne suis pas en tenue et c'était surement pas pour menacer de monde. À moins que vous souhaitiez être menacé Carson. Mais dans ce cas, il fallait le dire tout de suite, je peux exaucer ce vœu. Franchement qui aurait pris au sérieux une femme hurler pour avoir le silence si ce n'était pas une ranger. Personne ! Et pourquoi ?! Parce que la discrimination envers les femmes est encore trop forte même dans cette entreprise. En quittant mon ancien bouleau, je croyais pouvoir mieux me faire écouter, mais ce n'est pas le cas. Au faite, pardonnez mes mauvaises manières et permettez moi de me présenter. Je m'appelle Angel Harlowe ranger au parc. J'ai une bonne maitrise des armes et j'ai dirigé assez longtemps une équipe au Naval Criminal Investigation Service et désoler de vous décevoir Carson, mais je ne gérer surement pas mon équipe en les menaçant avec une arme ! Je trouve donc intolérable qu'une personne comme Shivak Garland, manipulateur comme la dit cet homme" en montrant Gregory du doigt "avec des actions arbitraires, comme faire arrêter une personne sans preuve, puisse être élue automatiquement au poste de PDG d'Ingen."

À la fin de son discours rien, pas d'applaudissement ni d'acclamation personne ne disait rien surement surpris pars l'intervention imprévue d'Angel. Elle continua donc en souriant à la foule :

-"Je me présente candidate !"

Les personnes présentes commencèrent à discuter beaucoup avaient l'air étonné, mais toujours pas d'applaudissements. Peut-être que maintenant, quelqu'un allait se présenter ou la soutenir dans sa lancée, qui sait ...

_________________


Quatre roses !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carson McGeady

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 04/09/2013
Age : 38
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Jeu 17 Juil 2014 - 13:51

Après le petit speech de Carson, plusieurs personnes prirent la parole pour exposer (exploser) leurs idées respectives ; s’attaquer et se défendre. Un jeune paléontologue, Marcos Shannon, chef de section, s’opposa clairement à Shivak Garland et ce qui en suivi n’étonna nullement McGeady : Shivak venait d’accuser Marcos de la mort d’un maître-soigneur. Soudain, il fut emmené par des hommes de la sécurité sous les yeux ébahis de la foule. Puis des hommes comme un vieux scientifique pédant ainsi qu’un mystérieux avocat interférèrent. Le premier essaya de montrer à tous de manière logique, que le discours et les décisions de Shivak étaient peu clairs à travers plusieurs questions cyniques. L’avocat quant à lui tenta tant bien que mal de ramener un peu d’ordre et de rappeler à tous le but de leur présence : élire un nouveau PDG.

Si personne d’autre ne se présentait, Shivak Garland serait élu d’office. Cela, Carson le savait et Carson le voulait.

Cependant, un cheveu atterri dans la soupe et les choses risquaient de ne pas se dérouler comme prévu : Angel Harlowe, la Ranger qui avait montré à tous son arme pris la parole.

-"Bravo monsieur Garland ! Je vous félicite ! Vous avez fait arrêter une personne alors que vous n'aviez aucun pouvoir ! Comment avez-vous fait ? Vous avez payé grassement les deux rangers qui se sont emparés de monsieur Shannon, c'est ça ?! À moins que vous ailliez emmené deux imposteurs pour jouer le rôle des rangers et faire passer l'arrestation crème ? Ou sinon, vous avez convaincu Mademoiselle Beckett d'avoir le droit d'arrêter cet homme. Pas de chance pour vous, il parait qu'elle a démissionné d'après pas mal de personnes donc elle n'a plus le pouvoir de liberté sur les gens. De plus je ne pense pas qu'elle n’aurait approuvée guère votre façon arbitraire de procéder. Quand vous avez ordonné l'arrestation de monsieur Shannon, vous avez oublié de nous présenter les preuves accusant monsieur Shannon, mais je ne vous en veux pas, on dit qu'avec l'âge, on oublie des choses. J'avoue avoir été très surprise quand les deux individus ce son emparer de lui. Encore une fois félicitation. Aussi, vous dites connaitre l'assassin de Monsieur Hammond, mais avez-vous seulement des preuves matériels autre que votre parole à nous fournir avant de citer un nom ?! Non ?!"


Elle était en train de remettre en question « l’arrestation » de Marcos Shannon et si on ne la faisait pas taire tout de suite, l’élection de Shivak allait être plus ardue que prévue.

Montant sur l’estrade, elle ajouta :

-"De plus, j'adore la façon dont mon cher et tendre ami monsieur Mc Guignol m'a attaquée en public. Que l'on soit bien d'accord, j'ai montré mon arme pour signaler que j'étais Ranger car je ne suis pas en tenue et c'était surement pas pour menacer de monde. À moins que vous souhaitiez être menacé Carson. Mais dans ce cas, il fallait le dire tout de suite, je peux exaucer ce vœu. Franchement qui aurait pris au sérieux une femme hurler pour avoir le silence si ce n'était pas une ranger. Personne ! Et pourquoi ?! Parce que la discrimination envers les femmes est encore trop forte même dans cette entreprise. En quittant mon ancien boulot, je croyais pouvoir mieux me faire écouter, mais ce n'est pas le cas. Je m'appelle Angel Harlowe, Ranger au parc. J'ai une bonne maitrise des armes et j'ai dirigé assez longtemps une équipe au Naval Criminal Investigation Service et désoler de vous décevoir Carson, mais je ne gérer surement pas mon équipe en les menaçant avec une arme ! Je trouve donc intolérable qu'une personne comme Shivak Garland, manipulateur comme la dit cet homme" en montrant Gregory du doigt "avec des actions arbitraires, comme faire arrêter une personne sans preuve, puisse être élue au poste de PDG d'InGen."

Quoi !? Carson avait bien entendu !? « Docteur McGuignol » ! Sérieusement !? Elle s’était vraiment baissée à l’insulter devant tout le monde de la sorte !? Elle se prenait pour qui la jeune fille !? Ce qu’elle disait, loin d’être faux, était tout de même très idiot. S’opposer ainsi à Shivak était… dangereux, par les temps qui courent. Cependant, son discours montraient plusieurs incohérences et n’était pas forcément intuitif, provocateur et rassembleur comme pouvait l’être celui de Shivak ; ou même celui de Carson. Avant que l’Écossai ait le temps de répondre, à la surprise générale, Angel annonça à tous sa candidature :

Aucune réaction dans l’assemblée.

L’objectif maintenant était simple, il ne fallait plus prendre la défense de Shivak mais bel et bien détruire un à un tous les projets de la jeune et jolie Ranger. La tétaniser comme Cole Hudson avait été précédemment tétanisé. L’empêcher de reprendre la parole. Lui montrer à quel point elle était faible et insignifiante, terriblement à la merci des fauves qu’étaient Shivak ou McGeady. La faire taire à tout prix ! Tout en s’approchant à nouveau de la scène, Carson eut une idée et s’empara de son ordinateur portable qu’il avait laissé sur une chaise. Il se rendit dans le dossier du personnel, dans la section Ranger, dans la rangée « H », chercha « Harlowe Angel », sélectionna le fichier et appuya sur la touche « Suppr ». En tant qu’informaticien, Carson avait accès à de nombreux fichiers, dans le but originel de les éditer en cas de besoin et ses connaissances en informatiques lui permettaient de s’infiltrer partout, sans laisser de traces… De toute façon, la plupart des types de la Maintenance étaient hors-jeu depuis l’attaque, Chris Nedry, son patron, se faisait extrêmement discret et Carson croyait même qu’il avait quitté l’île.

C’était un acte d’une incroyable méchanceté, proche de l’illégalité et en même temps extrêmement dangereux. Cependant, Shivak s’était mouillé en faisant arrêter Marcos ; Carson pouvait possiblement se mouiller également sans que cela éveille le moindre soupçon, d’autant plus qu’aucune preuve n’était du côté des Anti-Shivaks.

Il fallait maintenant reprendre la parole et détruire cette Angel Harlowe avant qu’elle ne devienne trop dangereuse. Elle ne lui pardonnerait jamais, ça, Carson le savait. Respirant un grand coup, il prit son ordinateur portable qu’il avait au préalable laissé ouvert sur le dossier psychologique de Shannon : les modifications avaient été apportées, sans doute par Garland qui avait tout prévu. Le physicien monta à son tour sur l’estrade, écarta doucement Angel et pris, pour la première fois, la parole au micro.

-« Chers représentants et chères représentantes. Je comprends que vous soyez déstabilisés et perdus par toutes ses prises de paroles successives. Cependant, je voudrais vous faire remarquer que ceux qui cherchent à vous perdre sont facilement identifiables et s’opposent clairement et violemment contre le discours de M. Garland qui, depuis le début, suit le même fil directeur, dans le but, justement, de vous apporter lumière et sécurité. Maintenant, prenons la candidature de Mademoiselle Angel Harlowe, ici présente à ma gauche. Je vous l’accorde, vous ne le saviez pas. Mais comment pouvez-vous le savoir si la personne en question, elle-même, ne se présente pas ? Je vous en prie, nous sommes ici pour élire un nouveau PDG, c’est une décision sérieuse et nous n’avons pas le temps d’écouter vos simagrées et votre amusant plaidoyer. Tu remarqueras également, Angel, que je ne t’ai pas bassement insulté, comme toi tu l’as fait. Cependant, CEPENDANT ! Nous vivons en démocratie et je respecte votre prise de parole. C’est pourquoi je reprendrais un à un vos « arguments » et les corrigerai pour permettre à l’Assemblée de voir à quelle point vous choisir serait le mauvais choix. Premièrement, la décision d’enfermer Marcos Shannon est tout à fait légitime. Les Rangers n’ont fait qu’appliquer une décision qui avait longtemps été laissée en suspens, jusqu’à aujourd’hui. Dites-vous bien tous que M. Shannon n’a été laissé en liberté jusque-là que par la bienveillance maladive de ce cher John Hammond, paix à son âme. Si vous ne me croyez pas, je vous invite tous à lire son dossier psychologique comme vous l’a tout à l’heure indiqué M. Garland. Et puis, parler d’arrestation serait peut-être un peu incongru… M. Shannon va être emmené sur le continent, au près d’organisation compétente, auprès de médecins ! Dites-vous bien que c’est pour son bien avant tout. Pour en revenir à l’arrestation en elle-même, elle n’est pas le fruit de l’ordre de M. Garland ou de sa potentielle et aucunement démontrée complicité entre lui et Mademoiselle Beckett, chef des Rangers. Le fait d’être ensemble n’a, à mon avis, pas poussé Emma Beckett à la faute. C’est une femme hautement professionnelle qui ne doit pas faire passer ses sentiments avant son travail… En ce qui concerne l’assassinat de notre ancien dirigeant bien-aimé, M. Garland a déjà ce que beaucoup n’ont pas : un Nom. Au moins pour débuter une éventuelle piste… Il a comme tout un chacun le droit d’être écouté et il est donc de notre devoir de ne pas le faire taire. Ton accusation de sexisme envers l’entreprise semble un peu déplacée, non ? Je te rappelle également que tu viens de citer Emma Beckett, chef de section depuis des mois et des mois chez InGen. Et c’est une femme. »

Carson leva les yeux devant l’assemblée qui semblait légèrement plus bruyante que précédemment. Visiblement touchés par les dires de l’informaticien. Bien. Il fallait maintenant mettre Angel en « échec et mat », l’empêcher d’agir, de parler d’avancer le moindre pion. La bloquer.

Affichant un sourire qu’il tenta de rendre charmeur, il reprit une dernière fois la parole :

-« Angel, tu dis avoir sorti ton arme pour montrer à tous que tu es bel et bien une Ranger… Cela à ravivé quelques souvenirs si tu vois ce que je veux dire… Et quelques craintes ! Parce que, oui, Mesdames et messieurs, je connais personnellement cette hystérique. Nous avons eu la malchance d’être fait prisonniers en même temps par la Chimère… La seule chose qui m’inquiète plus qu’une attaque frontale comme nous l’avons vu en janvier, c’est une attaque venant de l’intérieur. J’ai peur de la cinquième colonne, d’infiltrés qu’aurait placé au sein même d’InGen, KC. Après notre libération, je me suis intéressé de près à cette femme. Et qu’elle ne fut pas ma surprise de ne trouver AUCUN fichier à son nom dans les dossiers du personnel… Je ne vous mens point ! Allez vérifier par vous-même, l’entreprise n’est censée rien vous cacher… Mon ami, le maître-soigneur Richard Green et moi-même avons été capturés en même temps, près de l’enclos aux Triceratops. Nous nous connaissons bien et, en nous réveillant, j’ai eu le plaisir de voir un visage connu et amical ainsi que… une étrangère. Oui, une étrangère ! Nous ne l’avions jamais vue avant ! Mademoiselle Harlowe est tout simplement un fantôme qui a passé les contrôles sans éveiller le moindre soupçon, sans aucun doute aidée par quelque complice infiltré au service des admissions. Vous remarquerez également que malgré une prise d’otage violente, nous avons plutôt bénéficié d’un traitement de faveur et nous en sommes sortis indemnes, presque trop facilement… »

Carson sorti son badge jaune d’informaticien et le montra à toute l’assemblée avant d’ajouter :

-« Cette petite chose est le badge qui m’identifie clairement en tant que membre de la Maintenance d’InGen. Angel, pour prouver ton appartenance à la sécurité, tu aurais pu sortir ton badge rouge plutôt que de montrer à tous ton arme qui, même si elle était « rangée » est assez menaçante. Cela m’amène à penser que tu penses d’avantage par ton arme qu’autre chose… Tu n’as visiblement pas l’habitude des badges, sans doute n’en as-tu même pas… Voilà, je vous le dis, chers représentants, chères représentantes, Angel Harlowe n’est autre qu’une milicienne à la solde de la Chimère ! Je ne suis pas un homme violent et les arrestations musclées ne m’enchantent guère, c’est pourquoi je laisse au futur PDG ou, dès maintenant, à n’importe quel actionnaire, n’importe quelle homme de pouvoir d’ordonner ta capture et ton interrogatoire pour faire répondre tes chers petits Camarades terroristes KC de leurs odieux crimes en ce lieu ! Et surtout, ne prend pas cela comme une décision politique ou machiste, j’agis avant tout pour le bien d’InGen et pour la sécurité de tout le monde. Maintenant, si quelqu’un veut ajouter quelque chose… Je lui laisse la parole bien volontiers ! »

Carson ramassa son ordinateur portable, s’approcha d’Angel et lui fit, dos à la foule, un discret clin d’œil avant de conclure :

-« Messieurs les représentants, mesdames les représentantes… »

Déjà, la foule recommençait à faire un certain brouhaha et de nouveaux Rangers s’étaient rapprochés de la scène où l’acte final allait se dérouler prochainement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 23
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Lun 28 Juil 2014 - 22:10

Shaélynn se réveilla lentement puis paniqua en découvrant qu’il était bien plus tard que d’habitude avant de s’en rappeler la raison. Après des semaines à s’agiter dans le Garden, elle s’était accordée deux heures de repos supplémentaire en plus ce matin. Ça ne compenserait pas les heures qu’elle avait données jusqu’à présent mais elle avait pu rattraper un peu du retard de sommeil qu’elle avait accumulé jusqu’ici. Elle se leva même si elle se sentait un peu endormi  et passa directement à la salle de bains. Une bonne douche la réveilla un peu plus mais elle était sûre qu’elle serait tout de même au ralenti pour une bonne partie de la journée. Elle s’habilla rapidement sachant qu’elle allait encore passer la journée dans le Garden. Un jean un peu troué par endroit dont elle avait un peu le bas qui découvrait ses chevilles, des baskets et un débardeur clair. Le tout ayant déjà souffert du temps qu’elle avait passé ici. Elle remonta ses cheveux en une queue de cheval simple et sortit de la salle de bains.

Elle se dirigea vers Cole et s’assit sur ses genoux pour l’embrasser. Le baiser terminé, elle en déposa un autre sur sa joue et lui souhaita une bonne matinée tout précisant qu’elle serait de retour pour manger avec le midi. Auparavant elle mangeait généralement au bureau entre deux dossiers mais elle avait pris l’habitude d’aller tenir compagnie au jeune homme pendant sa pause et elle avait fini par y prendre goût. Loin de la gêner comme c’était le cas avant, elle appréciait désormais la présence de Cole et de manière plus générale elle appréciait Cole. Après son accident et la mort de John ils s’étaient rapproché et avait noué une vraie complicité entre eux. Dans la mesure où ils pouvaient l’être vu tout ce qu’elle lui cachait. Et encore tous ces non-dits angoissaient Shaé mais elle y pensait de moins en moins. Ni Cole ni elle ni Marcos ni personne n’en avait reparlé depuis le soir de leur réunion et elle s’efforçait de pas y penser trop souvent. Elle était comme dans une bulle où Biosyn lui fichait royalement la paix et elle arrivait parfois à se convaincre qu’ils ne la solliciteraient plus, qu’ils avaient eu assez d’éléments, qu’ils allaient lui foutre la paix. Cela lui paraissait souvent irréalistes mais elle avait envie de croire à cette idée, de s’y raccrocher.

En plus, elle en voulait à Noah. Il ne lui avait jamais reparlé et elle avait été naïve de penser que cela serait le cas un jour. Elle s’était attachée à Cole certes. Mais elle ne voyait pas d’avenir avec lui. Dans une autre situation cela aurait été possible mais pas là. Shaé continuait malgré tout de voir son avenir avec Noah. Même si c’était sérieusement compromis entre eux, ils avaient connu les mêmes galères, avaient subis les mêmes épreuves et étaient liés à Biosyn pour une existence semblable, un contrat et une dette importante. Pas d’alternatives possibles. Plus de choix. Elle avait fait le dernier en tuant John Hammond.

Shaé accéléra le pas pour arriver plus vite au QG. L’un des seuls endroits où elle pouvait réellement se vider l’esprit et se concentrer sur autre chose. La paléobotanique qui n’était au début qu’un moyen de contrarier son père était devenue une passion. Elle qui se destinait au départ à des études de paléontologie, s’était rebellé et avait choisis la botanique. Elle ne le regrettait pas. Les plantes s’étaient moins chiants que les dinosaures. Aujourd’hui elle se félicitait de ce choix. Elle n’aurait fait marche arrière pour rien au monde. Les visiteurs prêtaient moins attention aux plantes qui ne se trouvaient pas dans le Garden. Pourtant elles constituaient la majeure partie de son travail. Choisir des végétations spécifiques à chaque enclos ou zone du parc, s’assurer qu’il n’y ait aucun risque pour personne etc… Le reste était assuré par une équipe de paysagiste qui redonnait vie au Jurassique tout en restant conseillé par l’équipe de Shaélynn.

Elle avait une bonne situation. Elle n’allait pas se plaindre. Sauf qu’il y avait Biosyn. A qui elle devait tout ça. C’était l’ombre au tableau : tout ses complots et cette peur dû à la fragilité et à l’instabilité de sa situation. Le temps de poser ses affaires dans son bureau et elle était au Garden. La journée se passa rapidement vu la tonne de travail qu’ils avaient à abattre. La pause du midi lui offrit un moment de tranquillité qu’elle apprécia avant de devoir y retourner. Pourtant l’appréhension de la réunion du soir commença  à la reprendre. Il allait falloir décider de l’avenir du parc en choisissant le nouveau PDG. Cole pouvait y prétendre bien sûr mais dans son état ce n’était même pas envisageable surtout que l’on remettait déjà en question son poste actuel alors lui confier plus… Quant à elle… Shaé pouvait prétendre à la présidence au vu de ce que ses parents avaient investis. Elle pouvait se mettre hors de porté de Biosyn ou au contraire y être encore exposé par ce poste. Elle hésitait.

Shaé n’était pas plus fixée lorsqu’elle arriva dans la salle en question. Au cas où elle aurait à prendre la parole, elle s’était changée et avait opté pour un jean moulant, un haut bleu-gris dont le décolleté était légérement drapé ainsi qu’une veste de tailleur et des bottes à talons noires pour rendre le tout plus habillé tout en étant relativement discret. Elle ne savait pas ce qui l’attendait donc autant ne pas ressembler à un girophare en abordante une robe rouge ou autre. Et elle avait bien fait. C’était le bordel dans la salle. L’administration abordait de facheux sujets tels que les conséquences de l’attaque, les avancés etc… pour finalement arriver au sujet le plus problématique : la présidence d’InGen.

L’un des avocats demanda à d’éventuels candidats de se manifester. Shaé hésitait. Elle ne se manifesterait qu’en dernier recours. Cole avait bien plus de chances qu’elle d’accéder au poste malgré et elle avait de l’influence sur lui. Si elle pouvait diriger sans être au centre de tout autant rester discrète. Si elle voyait que la candidature de Cole était compromise elle fonçerait dans le tas sans hésiter et ferait valoir ses droits : les millions qu’avaient investis ses parents dans le parc original. Ils devaient au moins posséder une partie de l’île ou une connerie du genre. Il lui faudrait batailler mais elle avait les papiers qui prouvaient leur investissement. Elle les avait récupéré même si à ce moment là ils n’avaient aucune valeur. Elle savait pertinemment qu’elle ne récupérerait pas l’argent mais elle pouvait jouer la carte de l’investissement moral, des sacrifices que cela leur avait coûté, ce que ça avait engendré pour elle et sa famille.

- "Je suis Candidat"

Non… Cette voix. Shivak. Shaé tourna rapidement la tête en sa direction et put constater qu’elle avait bien entendu. Ce connard se portait candidat. La salle s’échauffa rapidement car la grande majorité savait parfaitement de qui il s’agissait. Une partie s’éleva en défaveur de Garland tandis que l’autre se réjouissait de son retour. Bande de cons. D’autres étaient en revanche complètement perdu quant à l’identité de l’homme. Une femme dont Shaélynn savait seulement qu’elle était ranger était de cette catégorie et se montrait extrêmement pragmatique et diplomate. Elle demanda ainsi à Shivak de clarifier son identité et d’exposer ses intentions et motivations au poste. C’était ce qu’il y avait clairement de plus intelligent à faire mais étant donné qu’il s’agissait de Shivak cela semblait être une perte de temps pour elle.

Carson McGeady prit ensuite la parole. Après avoir astucieusement glissé que son salaire et son poste était indigne de lui et qu’il n’avait accepté que pour l’amour du parc, il se lança dans un discours pro-Shivak, insultant au passage Cole et la moitié des employés au passage…. Ouch… Elle prit la main de Cole pour l’apaiser et le réconforter un peu sachant que cette critique allait l’affecter. Ce fut ensuite au tour de Marcos d’intervenir. Décidément ça allait être un véritable festival… A peine le paléontologue s’était-il levé de sa chaise que le silence retomba. Shaélynn eu un petit soupir de soulagement. Le paléontologue la soupçonnait certes. Mais au moins il allait s’opposer à Shivak et Carson. La surprise fut ailleurs puisqu’en plus de démonter l’ancien patron du parc, il proposa Cole comme PDG provisoire… Il énonça ensuite un troublant récit des évènements du mosasaure évoquant un interrogatoire musclé que lui aurait fait subir Shi-Shi. Cela allait forcément le desservir. Et tant mieux. Il proposait ensuite Elina Moldovan ou Emma Beckett au titre de PDG mais ces deux dernières étaient partis puis Terrence. Et enfin il proposa de s’emparer de Shivak. Excellente idée… Elle se proposerait pour tenir la tête… Une fois qu’elle l’aurait détaché du corps.

Et Shivak reprit ses conneries. On ne pouvait pas lui enlever qu’il parlait bien ce con. Il était sacrément charismatique même. Pourtant Shaélynn voyait plus loin que les apparences et comprenait son jeu. Il savait parfaitement où il allait, ce qu’il disait et comment. Il filait droit vers un but que seul lui semblait connaître et il employait l'artillerie lourde pour y arriver. En particulier lorsqu’il avoua sortir avec Emma… Elle avait pensé qu’Emma était sa seule amie. Lorsqu’elle l’avait surprise avec Marcos et Cole, elle avait eu comme le sentiment que la jeune femme ne la défendait pas et elle savait désormais que Shivak lui avait complètement retournée le cerveau. Elle l’aimait et il s’était servi d’elle pour arriver jusqu’ici et reprendre le contrôle du parc. Qui sait quelle excuse il lui avait servi pour y parvenir. Elle se sentit trahie, piégé et ne sentait pas la possibilité d’agir à sa guise. Heureusement qu’elle n’avait rien livré à Emma. Elle se félicitait à cet instant de ne rien lui avoir livré de personnel ou de compromettant.

Marcos en revanche était dans la ligne de mire de l’ex-journaliste. Par les révélations qu’il avait faite à Emma et Cole à propos de Shivak et elle, il était devenu génant autant pour Shaé que pour Shivak. Sauf que ce dernier n’eu aucun scrupule à s’en débarasser. Il retourna l’incident du mosasaure dont Marcos ,était encore visiblement très choqué, et en fit le coupable. Efficace. Le paléontologue avait fouiné et les informations qu’il possédait sans avoir l’autorisation faisait de lui un suspect dans cet affaire. Shivak devait avoir quelques contacts bien placé grâce à Emma puisqu’il fit arrêter le paléontologue. Shaé aurait pu tenter de le faire innocenter. Elle aurait même voulu. Mais les recherches que Marcos menait sur elle et les risques qu’une intervention de sa part pouvait lui causer la firent se taire. Ne rien dire et laisser passer la tempête. Si elle pouvait s’en sortir et passer à travers de cette manière elle le ferait. Elle resta silencieuse mais elle était terriblement mal tandis qu’ils embarquaient Marcos qui hurlait son innocense et se défendait d’une quelconque folie. Leurs mains, à Cole et elle se serrèrent davantage. Agir maintenant que la foule était subjugué ne mèneraient à rien.

Shivak continua ensuite sur sa lancée exposant ses ambitions, ses certitudes, ses plans d’avenir pour le parc : en soit ce qu’ils souhaitaient tous. Sauf qu’il était grande gueule et en position de force. Les gens étaient perdus et son charisme pouvait les rassurer. Elle crevait d’envie d’intervenir. Elle l’aurait fait encore peu de temps avant mais la situation lui semblait de plus en plus délicate pour elle. Si il accédait à la tête du parc ce serait encore pire… Elle n’aurait pas la paix. Il la ferait arrêter voir pire… Le regard du journaliste se porta sur elle quand il annonça qu’il connaissait le meurtrier de John Hammond. C’était fini pour elle si il parlait.

Un homme que Shaélynn n’avait jamais vu se leva et prit la parole à son tour. Il ne se présenta pas gardant ainsi une certaine sorte d’anonymat et donc de neutralité dans ses propos, ce qui eut un effet comme apaisant sur la foule. De la même manière que Shivak avait retourné la situation contre Marcos, il fit de même pour le journaliste. Il l’accusa clairement de se débarasser de potentiels menaces qui pourraient compromettre sa candidature et défendit chacun des candidats : à savoir Tim, Lex, Cole et elle avant de défendre Marcos.

Comme les gens changeaient d’avis rapidement...L’ambiance avait de nouveau changé devant les questions pertinentes et la mise en lumière de certains éléments louches dans l’argumentaire de Shivak par l’employé inconnu. De nouveau la tension était palpable. Les gens ne semblaient plus savoir qui croire, vers qui se tourner, que penser ou que faire.

Shaé était partagée elle aussi en entendant Ed Regis prendre la parole. Il semblait être en train de calmer les esprits, de ramener la salle au calme et à la réflexion mais elle se méfiait. Quelque chose chez cet homme ne lui plaisait mais malgré tout le calme était revenu. Et il avait soulevé un point important : si personne d’autre ne se présentait Shivak serait automatiquement élu. Une catastrophe. La même femme qui avait demandé à ce qu’on laisse Shivak s’exprime pris la parole et elle avait visiblement changé d’avis. Son discours soutenait celui de l’homme à la canne et remettait en cause les dires de Shivak et l’arrestation de Marcos. Elle s’exprimait bien et son petit monologue faisait mouche. Pour couronner le tout, elle se porta candidate.

En revanche l’homme du nom de Carson défendit de nouveau Shivak et tenta de discréditer la nouvelle candidate en l’accusant d’être à la solde de la chimère. Si cela avait été le cas Shaé savait qu’elle n’aurait pas défendu Shivak. Elle ne cherchait personnellement plus à comprendre et attendait la décision finale. Elle ne voulait plus lutter, elle en avait marre. Elle ne parvenait pas à détacher ses yeux de Shivak. Si c’était lui qui était choisis c’était fini pour elle… Son regard fut attiré quelques millième de secondes par celui d’un employé mais le temps que son regard y revienne, elle ne reconnut personne. Ses yeux inquiets croisèrent ensuite ceux de Cole qui semblait un peu plus assuré qu’elle.
- Le laisse pas prendre l’avantage, fais quelque chose, s’il te plaît, murmura-t-elle à son compagnon. Son ton était quasiment suppliant. Pas lui, n’importe qui mais pas lui.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 25
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Mer 30 Juil 2014 - 18:04

Totalement abasourdi par ce qu'il venait d'arriver, le jeune homme resta bouche bée. Il ne comprenait absolument pas ce qu'il se passait. Tout était irréel, tout était incompréhensible. C'était tout bonnement impossible. Il était si abattu par ce qu'il se passait qu'il ne réagit même pas lorsque Marcos se fit embarquer. Comment était-ce possible ? Comment pouvait-il faire ça ? Qui était ce type ? Qui était Shivak Garland ? Est-ce qu'il pouvait sérieusement avoir assez d'influence pour influencer la plupart des employés du parc, pour pouvoir capturer le chef de section des paléontologues comme ça ? Puis Cole sentit un contact, une chaleur soudaine qui lui redonna de l'espoir. Shaélynn, qu'il n'avait même pas remarqué à cause de tout ses événements, prit sa main. Elles étaient tendus et moites, sa compagne devait probablement se poser autant de questions que lui, elle devait sûrement être aussi inquiète que lui. Mais son geste lui redonna courage et volonté. Elle lui glissa doucement à l'oreille quelques mots qui finit de le décider. Son hésitation s'envola, ses peurs s'évaporèrent. Encore une fois, il la remercia intérieurement. Sans elle il n'aura probablement pas pu faire ce qu'il allait faire, ce qu'il voulait faire.


- « Le laisse pas prendre l’avantage, fais quelque chose, s’il te plaît. Pas lui, n’importe qui mais pas lui. »


       Cole se sentait rassurer qu'elle lui demande, presque lui supplice à lui, mais il avait été légèrement vexé qu'elle rajoute ce « n'importe qui ». Est-ce qu'il était n'importe qui ? Est-ce qu'elle le faisait parce qu'elle n'avait pas le choix. Quoi qu'il en soit, Cole reprenait petit à petit de l'assurance au fur et à mesure que les gens parlaient, au fur et à mesure que Shaélynn lui serrait la main. Il la serrait en guise de réponse. Certaines de ces personnes étaient totalement cohérents dans leurs propos, d'autres ne l'étaient absolument pas. Certaines se rangeaient du côté de Shivak, d'autres trouvaient ça absurde et n'attendaient plus que quelqu'un d'autres se prononcent. Ce qui ne tarda pas d'arriver puisque déjà une jeune femme, Angel Harlow, monta sur scène pour faire son petit discours. Est-ce que c'était sa manière de réagir à l'affront que nous faisais cet enfoiré de Garland ? Ou souhaitait-elle vraiment faire être la PDG d'une entreprise ? Est-ce qu'elle se rendait compte des responsabilités que cela engendrait ? Est-ce qu'elle pensait sérieusement arriver à faire ça ? A osé voler ce qui lui revenait de droit à lui ? « Même pas en rêve » pensa le jeune homme. Cette place était toute faite pour lui, il avait travaillé dur pour y arriver, ça lui avait coûté beaucoup. Il n'allait pas se laisser abattre par le ou la première venue. Il était temps pour lui d'attaquer, il était temps pour lui d'agir et de parler. Il était temps qu'il sorte de l'ombre. Il était temps de dévoiler les cartes qu'il avait en main. Shivak n'avait cessé de bluffer, il allait en payer les conséquences.

       Le poker est un jeu de cartes complexe et technique comprenant de nombreuses formules et variantes. Il se joue à plusieurs joueurs avec un jeu bien souvent de cinquante-deux cartes et des jetons représentant les sommes misées. Le but du jeu est de remporter  tout les jetons des adversaires en réalisant la meilleure combinaison de cinq cartes ou en leur faisant abandonner le coup. La cave représente le montant de jetons de départ de chaque joueur, sujet aux fluctuations des gains et des pertes. La maîtrise du jeu suppose une connaissance des probabilités de distribution des mains, des probabilités et mécanismes de leurs améliorations dans la variante jouée, et surtout, une excellente maîtrise de la psychologie du jeu et de ses adversaires. Les variantes de jeu se distinguent par la manière de distribuer les cartes et d'organiser les tours d'enchères, et le fait que certaines cartes peuvent être exposées, voire être communes à toutes les mains. Certains le voient comme un divertissement, d'autres comme un art tandis que d'autres encore le voient plutôt comme une science et une logique que les meilleurs peuvent comprendre seulement. Le poker est une manière de faire ressortir les côtés les plus sombres de l'être humain, étant un jeu d'argent, chacun ne réagissent pas pareil à ce jeu qui peut vite devenir une addiction. On y retrouve « le joueur », il est curieux et toujours volontaire, il est celui qui ose toujours plus, celui qui aime prendre des risques et n'hésite pas une seule seconde à suivre le mouvement, à se jeter dans la gueule du loup juste parce que c'est le jeu, celui qui est prêt à tout pour rester dans la partie simplement pour continuer... Il y a aussi « l'honnête », celui qui ne ment jamais, il ne sait pas vraiment mentir en réalité mais il n'en a pas vraiment besoin non plus pour son mode de jeu. Il se contente de dévoiler ses cartes, il joue parce qu'il en a envie mais personne ne connaît véritablement ses raisons. A l'inverse, nous avons « le menteur », celui qui bluffe constamment et  manipule ses adversaires par le regard et par ses manières, il provoque et domine les plus faibles qui se couchent devant lui. Puis, pour finir, il y a « le discret », celui qui ne dit mot, celui que l'on ne voit et n'entend pas, celui qui réfléchit silencieusement, celui dont il faut se méfier constamment à cause de son imprévisibilité, à cause de sa silhouette et de ses mains que l'on ne peut deviner dans l'ombre.
N'y avait-il pas un juste milieu dans cette classification ? Dans quelle catégorie pouvait-on placer Cole ? Il était curieux mais n'aimait pas jouer, il était réfléchis mais n'aimait pas tellement le silence que ça, il ne mentait que très rarement et était plutôt honnête. Est-ce qu'il était possible de changer ? Est-ce que le mensonge serait dans la vie une option que l'on ne pouvait éviter ? Qui ne mentait pas ? Que cela soit un petit ou un grand mensonge on finissait toujours par mentir un jour. « Ah je ne t'avais pas vue. ». « Désolé, mon réveil n'a pas sonné. ». « J'arrive, je suis en route. ». « Je ne te trompe pas, je ne ferais jamais ça. ». Ne jamais mentir serait donc une chose impossible ? Le terme « jamais » est si démesuré que l'on pouvait se demander pourquoi l'employait-on encore. N'avoir jamais fait quelque chose était complexe à dire. Qui nous dit que nous l'avons pas déjà fait inconsciemment ? Qu'est-ce qui relève du subconscient, du conscient ? Sommes nous vraiment là dans cette pièce ? Est-ce que parce que je te vois, tu existes réellement ? Est-ce que je ne suis pas dans une autre dimension ? Existe-t-il d'autres dimensions ? Cela reste de simples théories mais, et si les impressions de déjà vue étaient la projection de notre conscience hors de notre cœur ? L'être humain n'utilise seulement qu'environ 10% des capacités de son cerveau. Qu'adviendrait-il si nous utilisions les 100% ? Pourrions nous voler ? Pourrions nous nous téléporter ? Pourrions nous contrôler le temps ? Serait-on à même d'utiliser la télékinésie ou de lire dans les pensées des gens ? Qu'est-ce que l'on pourrait faire ? Est-il possible qu'avec nos 10%, nous arrivions parfois sans le vouloir, sans le faire exprès à projeter notre conscience hors de notre corps ? Pourquoi pas ? Jamais. Que veut dire ce mot quand chaque jour la science fait des progrès, quand chaque jour de nouveaux besoins sont créés par des entreprises et un gouvernement avides d'argents, quand chaque jour de nouveaux virus sont fabriqués et découverts par des scientifiques plus ou moins malsains, quand chaque jour l'évolution fait des merveilles que l'homme lui-même n'est pas réellement à même de la comprendre ?
Le poker relève de l’habilité, de la réflexion, de la vitesse, de la volonté et de la chance. Il y avait plusieurs joueurs ici ce soir mais qui jouaient réellement finalement ? N'y avait-il pas seulement que deux joueurs ? Cole ne jouerait-il pas uniquement avec Shivak ? N'étaient-ils pas plutôt en train de se lancer dans une partie d'échec avec cet homme ? Simples questions.


- « Mesdames, messieurs ! Bonsoir à tous, … Bonsoir à tous ! Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je me présente, je m'appelle Cole Hudson et je suis le gérant du parc sur cette île. Tout d'abord, je voudrais vous remercier pour votre présence ici ce soir et je n'ajouterai à ce qui a été dit par vous autres que nous ne sommes pas là pour polémiquer autour de sujets divers et variés mais bel et bien pour élire un nouveau PDG à la tête de cette entreprise comme l'a si bien signalé Ed Regis présent avec nous ce soir. Je vous demanderai simplement encore un peu de votre attention, je souhaite juste intervenir pour rétablir un peu certaine chose qui m'ont déplu et qui sont absolument erroné. Nous pourrons ensuite commencer les votes si personne d'autres ne veuille se prononcer comme candidat. », Cole marqua une pause et se frotta le menton. Il reprit calmement. « Par où commencer ? Je ne sais pas vous mais tout ça m'a légèrement perturbé. Shivak, ici présent, a dit de bien belles paroles. Il a toujours été très fort pour ça, je dois le reconnaître, et je pense que l'on peut l'applaudir. », Cole applaudissait en regardant Shivak dans les yeux, de nombreux moutons suivirent le mouvement comme il s'y attendait. « Sincèrement, bravo ! Se pointer là comme une fleur et faire embarquer un de nos meilleurs éléments sans aucune preuve valable ! Bravo ! », il continuait d'applaudir tandis que d'autres arrêtaient d'un air dubitatif. « Est-ce que Emma est au courant de cela ? S'être rapprocher d'elle... Hum. Je dois dire que je vois très clairement les avantages que cela vous apporte en tout cas. Vous êtes très fort ! Le hic, parce qu'il y en a un et il n'est pas des moindres, c'est que vous ne tenez pas la route. Ce que vous dîtes est erroné et vous êtes bien souvent loin de la réalité. Oui, nous avons tous vécu cette catastrophe, ces événements atroces... Oui, nous avons perdu des collègues, des employés mais avant tout des amis. Oui, j'étais et je suis encore à la tête de ce parc aujourd'hui et, oui, je l'étais durant les attaques. », le jeune homme fit une courte pause, Shivak avec ses remarques cinglantes avait tout de même atteint quelque chose chez lui. Il reprit à nouveau. « Mais tout comme vous, je suis un être humain, un homme mais avant tout une victime... Une victime de  ces attentats, une victime d'un rêve totalement fou que nous avons tous suivi orchestré par John Hammond, une victime de la manipulation et de la consommation mais aussi des belles paroles... », il accentua légèrement sur ces derniers mots en regardant Shivak, encore une fois. « Comme l'a très bien signalé Gregory Morrison que je présente moi-même puisqu'il ne l'a pas fait... », il le pointa du doigt et continua. « J'étais bel et bien dans le coma ce soir là. Mais pourquoi ? Est-ce que l'un d'entre vous le sait-il vraiment ? », il regarda autour de lui et ne voyant personne se prononcer il continua. « Il me semblait bien que non. John Hammond, avant de décéder, m'a demandé la tâche la plus importante de ma vie... », Cole prenait son temps, il accentuait bien sur ses mots pour que tout le monde puisse le comprendre et analyser ce qu'il disait. « Il m'a demandé de vous mettre tous en sûreté, de rétablir l'ordre et la paix sur cette île. Son dernier souhait était que vous soyez tous en sécurité et … J'ai failli à ma mission, je ne suis pas venu à temps pour empêcher ce drame d'arriver, je n'ai pas su sauver vos amis, je n'ai pas pu sauver mon ami. Peut-être que certains d'entre vous devait connaître Josh Solomon ? », il observa à nouveau un moment son public et certaines têtes acquiescèrent. Les pions étaient en place. La partie pouvait finalement commencer. Il pouvait appliquer ses méthodes, sa technique, son stratagème. « C'était un homme sympathique, charmant et qui connaissait son métier. Il savait de quoi il parlait et on pouvait lui faire confiance. C'est une certitude et je suis sûr que vous êtes d'accord avec moi. Pour ceux parmi vous qui ne le connaissait pas, il était l'ancien chef de section des rangers,... Avant Emma Beckett. » ajouta-t-il en s'adressant à Shivak, encore une fois. « Du jour au lendemain il a disparu de la circulation, personne n'a su pourquoi, personne ne s'est inquiété. Alors, pourquoi est-ce que des mois plus tard, il fait soudain son apparition ici armé d'une bombe, sur cette île, pile au moment où K-C, Kiméria Chimestry, lance son assaut ? Certains d'entre vous auront probablement l'idée de penser qu'il faisait partie de... Cette secte. », fit-il en tournant son visage sur Carson et Shivak. « Mais quand est-il vraiment ? Personnellement, j'en doute fortement. Je n'étais qu'un simple guide à l'époque où nous nous sommes connu, je n'aurai eu donc aucune importance pour lui si, admettons cet hypothèse, il en aurait fait parti. Et c'est lui-même qui a découvert l'existence de K-C, c'est lui qui en a fait le signalement à John Hammond. Josh Solomon était un honnête homme, jusqu'au bout, un homme remarquable jusqu'à la fin mais il était avant tout mon ami. Il est décédé ce soir là et j'étais avec lui quand cela s'est produit. », prenant un ton sérieux, il décida de tourner les choses à son avantage. Il ne se souvenait absolument de rien, il avait seulement quelques flashs mais ça personne ne le savait ou tout du moins rien ne prouvait qu'il n'avait pas retrouvé la mémoire au jour d'aujourd'hui. Il avait déjà un peu pipoté pour l'histoire de John Hammond, il n'était plus à ça prêt... Échec.- « Nous avons discuté, autant qu'il le pouvait, autant de temps qui nous était accorder, et il m'a dit très clairement qu'il avait été manipulé. On ne pouvait arracher cette bombe au risque d'exploser tout les deux et si je l'avais écarté du chemin qu'il devait emprunter, cela aurait été de même. Il n'a pas eu le choix, on ne l'avait pas. K-C l'a kidnappé et lui a forcé à faire des choses horribles jusqu'à ce qu'il l'envoie ici mourir sur cette île comme s'il n'était rien. Est-ce que c'est vraiment ça… « K-C » ? Des kidnapping ? Des meurtres ? Des attentats ? Et vous prendriez le risque d'embaucher quelqu'un qui est accusé d'avoir ou de faire parti de cette entreprise, de cette secte ou peu importe de quoi il s'agit réellement ? Josh Solomon s'est sacrifié pour moi ce soir là. L'explosion s'est produit dans le local électrique principal de l'île, c'est ce qui a causé la panne générale sur l'île. J'ai tout essayé pour empêcher cela. Kiméria Chimestry a manipulé des hommes, ils ont remplis leurs têtes de propagande et de conneries monumentales. Qu'est-ce qu'il vous dit que cet homme ne cherche pas à faire la même chose ? », dit-il en pointant durement Shivak du doigt. Échec. « Qui vous dit que cet homme n'est pas un membre de K-C ? Pourquoi aurait-il été renvoyé de son poste de PDG s'il était si compétent qu'il ne le prétend ? Pourquoi n'était-il pas là le soir où NOUS nous sommes fait attaqué ? Où était-il LUI ? Est-ce qu'il subissait des tortures ? Est-ce qu'il pleurait la mort de ses amis ? Est-ce qu'il essayait de survivre ? Qu'a-t-il fait pour vous ? », des éclats, des murmures ici et là, Cole continua sans en prendre compte. « Pourquoi les seuls choses que je retienne de lui son négatif ? Les rapports que j'ai lu et eu entre mes mains stipulent l'abandon de ses camarades durant une mission sur Isla Sorna, une intervention impromptu durant une réunion importante avec des avocats et... », Cole prit une longue respiration. « Violence sur des employés et tentative de meurtre. », certaines personnes s'exclamèrent, d'autres s'étonnèrent. Les gens se questionnaient et ils avaient de quoi. Le jeune homme n'en avait pas finis avec lui... Échec. « Messieurs, Mesdames ! Un peu de calme s'il vous plaît. Laissez moi finir,... Je continue... Je vous ai donc demandé où était Shivak ce soir là,... », Le gérant marqua encore une pause et regarda Shivak droit dans les yeux et d'une voix froide et monotone il ajouta ensuite...  Échec. « Moi je le sais... Peut-être que certains d'entre vous le savent déjà mais suite à mon accident, j'ai été diagnostiqué amnésique, seulement une amnésie post-traumatique, je ne me souvenais plus des dernières vingt-quatre heures. Pour m'aider à me souvenir de cette fameuse soirée-là, j'ai fait appel au service des informaticiens et de la sécurité et j'ai visionné les caméras présentes un peu partout dans le parc pour voir si des choses ne me revenaient pas. C'est là que je me suis vue avec John Hammond mais, en cherchant plus profondément, puisqu'il était aussi de mon devoir de visionner tout cela pour savoir ce qu'il s'était passé, quelles ont été les erreurs commises, pour mieux comprendre les événements, les opérations entreprises par K-C et pour rédiger mes rapports mais tout ceci est une autre histoire,... Je suis tombé sur quelque chose d'inattendu. », en voyant l'air dubitatif de Shivak mais aussi des personnes autour de lui, Cole adressa un petit sourire à son rival et continua ses explications. « L'homme que vous voyez devant vous était présent durant cette attaque, il en faisait partie. L'homme qui se trouve ici présent fait partie de cette chose que l'on appelle Kiméria-Chimestry. Sur cette bande on peut voir très distinctement Shivak assommé sans vergogne un employé avant de s'enfuir. », Cole entendit quelques insultes provenant d'un endroit en particulier et un « putain ça c'est vrai ! » de la bouche du vieux paléontologue qui se trouvait quelque part dans la salle. Échec. « Je détiens la cassette dans un lieu sûr et je ne demande qu'à vous l'a montré, je ne peux malheureusement pas le faire ce soir. A vrai dire, pour être honnête, je ne m'attendais simplement pas à le voir venir, à ce qu'il ose se pointer ici. Comme pour la plupart d'entre nous je pense. Je ne me permettrais jamais d'accuser à tord quelqu'un contrairement à d'autres ! Non, je vais vous dire, si jamais vous votez pour moi, il n'y aura pas d'injustice. Je m'assurerais que nos membres et nos employés sont sûrs, les contrats d'embauches seront revus et relus à la loupe, les dossiers seront étudiés avec minutie et, quand aux personnes comme lui, elles seront arrêtées et jugées pour leur crime. Je ne les ferais pas embarquer sans raison et sans preuve dans un coup de théâtre comme il nous l'a fait.  Non, si vous votez pour moi, je m'assurerais que Shivak soit juger et enfermer pour les restants de ses jours. Je m'assurerais que vous soyez tous autant que vous êtes en sécurité. La sécurité sera l'une de nos priorités numéro une, elle a trop longtemps été négligé. Travailler en sécurité est pourtant une des choses les plus importantes. Elle sera revue à la hausse tant dans nos constructions que dans notre manière de faire. Nous organiserons des quart-d'heure de sécurité afin que les esprits soient rassurer, afin de connaître les risques et de les éviter, afin de garder une communication entre nous et de discuter de votre situation en tant que personne, en tant qu'être humain. Nous établirons des règles précises et stricts afin que ce genre d'incidents ne se reproduisent plus et, pour cela, je suis en accord avec une seule chose avec vous. », Il montra d'un geste de la tête Shivak qui ne semblait plus être autant à l'aise qu'il y a quelques minutes. « C'est ouvrir ce parc au monde entier, voir beaucoup plus loin. Nous étions trop reclus de tout si bien qu'une attaque terroriste a pu se produire sans que personne ne vienne s'en rendre compte, sans que personne ne vienne s'en soucier, sans que personne vienne nous aider. Plus nous nous ouvrirons au monde , plus nous toucherons de personnes, plus notre communication sera meilleur, moins il y aura de risques que ce genre de catastrophe arrive. Non, indirectement nous réaliserons ce rêve que John Hammond a fait il y a vingt ans de cela... Nous réaliserons ce qu'il n'a pas pu et n'a pas su faire mais nous le ferons à notre manière, nous le ferons ensemble et correctement. », Cole marqua une grande pause et finit par conclure avec un grand sourire. « Si personne d'autres ne souhaitent se présenter, je pense que nous pouvons passer aux votes. ».

Echec...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shivak Garland

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Dim 3 Aoû 2014 - 23:53

Parents, conjoint, amis, collègues se livrent souvent au chantage affectif : ils sèment en nous le doute et le malaise, et minent l’image que nous avons de nous-mêmes. Et vous, ça ne vous arrive jamais d’en faire autant ? Après tout, le proverbe le dit si bien "tel est pris qui croyait prendre."

Cole avait désormais habilement mené la barque et Shivak se faisait accuser pour un crime qu'il n'avait évidemment pas commis.
Mais quel argument utiliser face à une preuve aussi évidente que celle-ci ? La théorie du clone ne fonctionnerais pas. On penserait qu'il chercherait à se justifier, à tromper le public et c'était la dernière chose qu'il devait faire. Mais d'un autre côté, en avait-il le choix ?

Il était trop tard pour ça, déjà les employés de la sécurité du parc commençait à s'agiter et ses "alliés" Rangers l'avaient déjà entouré, prêts à l'arrêter au moindre geste suspect. le Gérant actuel menait bien sa barque. Si il n'avait pas réagis jusque là, c'était pour réfléchir convenablement à ce qu'il allait exposer. Avec Shaélynn Moore à son bras pour lui dicter quoi faire et l'encourager dans sa quête, il avait là un maître chanteur parfaitement habilité à trouver de quoi l'accuser. Shivak lui, n'avait rien. Pas même une vidéo qui prouvait que la jeune femme avait tué John Hammond. Il n'y avait que sa parole contre la sienne.
Un manipulateur amène insidieusement une ou plusieurs personnes au comportement qu’il souhaite. Il peut amener à la violence, à la dépression ou au suicide et tel un vampire, il se nourrit de l’autre. Il dirige autrui à sa guise. Généralement bien intégré dans la société, il semble porter le masque d’un séducteur ou une personne de « pouvoir ». Sa motivation repose essentiellement sur un besoin narcissique et /ou celui de rehausser son image, il souhaite briller à travers le regard des autres. Il ne sert que son propre intérêt, qu'il soit un conjoint, un directeur, un ami, un collègue, un professionnel de la vente ou un parent. Comment déjouer ses pièges ?

Apprenez à contre-manipuler.
Pour ne pas donner prise au manipulateur, ne cherchez surtout pas à vous justifier, car cela ne ferait que vous fragiliser encore plus.
Le but : se protéger en ne réagissant pas aux provocations de votre interlocuteur.
C’est la seconde stratégie possible. Ici, il s’agit de renvoyer l’autre à son besoin, donc à sa responsabilité. Plus impliquante, la confrontation risque de vous amener à vous positionner sur la nature du lien que vous souhaitez entretenir avec celui ou celle qui vous manipule. Il prétendait ne pas vouloir faire de polémique, de ne pas juger sans preuves. Alors soit, il allait en avoir...

Shivak s'apprêtait à tout révéler lorsque la foule devint houleuse à son égard. Certains personnes huaient en apprenant l'existance de la vidéo le montrant en train de frapper Terrence. Ce dernier était d'ailleurs remonté à bloc et si la sécurité n'avait pas été là, il aurait probablement déjà escaladé la scène pour l'étrangler. L'animosité de plus en plus frappante venait de lui forcer la main et les Rangers avaient mis leur main sur l'étui de leur 9mm.
Mais Cole continuait son discours et il n'avait rien demandé aux hommes. Une hésitation planait sur la salle de conférence et la tension était palpable.

Un instant de silence se prolongea lorsque le jeune homme avait fini son discours et tous les regards convergèrent de manière alternée entre le présumé coupable et le "sauveur".
Il fallait se jeter à l'eau et agir pendant qu'il avait le loisir de le faire encore, penser à un plan et/ou à une sortie de secours. Il devait s'extirper des mains du piège que Cole et Shaélynn venaient de lui tendre.

Si vous décidez de vous lancer, montez soigneusement un dossier à charge contre votre ennemi. Prenez des notes et consignez dans des rapports tout ce que vous faites. Vous pouvez faire redéfinir votre poste, par écrit toujours. Les tâches qui vous incombent doivent être fixées noir sur blanc ainsi que vos horaires. Et si vous décidez de révéler à votre entourage professionnel les agissements du manipulateur en question, faites-le avec calme et avec ces faits à l'appui, sous risque de passer pour une personne déséquilibré ou faiseur d'histoires, thèse qu'il s'empresserait d'appuyer.
Enfin, si vous ne disposez pas de preuves suffisantes, que vous ne vous sentez pas le courage de vous opposer à lui, que vous évoluez dans un environnement plutôt hostile, que le personnage a trop de pouvoir, courage : fuyez !

Il n'y avait rien a faire. Dans quelques secondes il serait pris d'assaut et serait arrêté pour un acte qu'il n'avait pas commis. Ce qui était assez drôle en y repensant, car il venait de faire exactement la même chose avec Marcos Shannon, quelques minutes plus tôt.

Habitué a réfléchir de manière rapide et organisé, il se retrouvait là face à un scénario qu'il n'avait pas envisagé. La seule option qui lui restait n'était clairement pas la bonne, mais à situations désespérées, mesures désespérées. Sans que personne ne s'y attende une seule seconde, il sortit l'arme qu'il avait à la ceinture et attrapa Cole par le col de son costume pour l'attirer vers lui. D'une prise de main rapide, il le plaqua contre lui à l'aide de son bras droit et lui plaça le 9mm sur la tempe, près à tiré sur la gâchette à la moindre intervention d'un Ranger ou d'une tierce personne.

La foule se mit à crier et certaines personnes, les plus froussardes, s'empressèrent de sortir des locaux, traumatisé par les récents évènements.
Bon ok, sortir une arme à feu n'était pas conseillé pour faire un bon partit politique, mais le moyen le plus sure d'avoir l'attention général et de s'ouvrir une porte de sortie.
Evidemment, les Rangers du parc avaient tous sortis leurs armes et maintenant, une guerre des nerfs avait commencée. Ne facilitant la tâche à aucun partit. Si Shivak tirait, il se faisait descendre. Si un Ranger tirait, lui et Cole pouvaient se faire descendre. Autant dire qu'une bonne tasse de café ne se prendrait pas dans l'immédiat.


- "Navré d'agir de telle manière, mais je n'ai pas d'autre choix que celui-ci pour pouvoir prouver mon innocence face à ces fausses accusations..."

Plus une seule personne ne prononçait un mot dans la salle et la tension semblait encore être montée d'un cran. Shivak sentait Cole se crisper et paniquer mais il ne lui prêtait aucune attention car il savait que la froideur du canon de son arme sur sa tempe le dissuaderais d'intervenir.
D'un regard noir, l'ancien Documentaliste observa les réactions des Rangers ainsi que d'autres personnes restées sur place. Même Shaélynn semblait scotché sur place, mais il ne pouvait pas se focaliser sur elle. Il devait agir vite avec le peu de temps qu'il avait.


- "Je vais être bref et précis et je ne me répèterais pas, aussi j'espère que tout le monde a ses deux oreilles bien ouvertes..."

Lentement, tirant fermement Cole vers l'arrière, reculant pas à pas vers l'arrière de l'estrade pour mieux se couvrir, il ajouta :

- "Les charges que vous tenez contre moi sont fausses. Si vous avez la vidéo en entier comme vous le prétendez, vous devriez voir que ce n'est pas de moi qu'il s'agit, mais d'un clone, comme celui de Thaddeus Beck que nous avions découvert sur Isla Sorna, il y a un an. Kimaria Chimestry s'est servi de fausses identités et de doubles pour parvenir à ses fins. Si Elina Moldovan était présente, elle vous prouverais la véracité de mes dires en vous montrant que Ian Malcolm était aussi l'un de ses agents infiltrés. Je sais que cette histoire parait folle et insensé, mais elle reste cependant la vérité !"

Une vague d'interrogation et d'incompréhension semblait s'être levée autour de l'assemblée. Certains étaient sortis de leurs cachette pour assister à la scène et le personnel de sécurité avait commencé à consulter Cole du regard mais ce dernier était surement trop paniqué pour répondre et la strangulation que Shivak lui portait ne lui en donnait pas vraiment le choix.

- "Quant à vous Mr Hudson, vous prétendez connaitre ma vrai nature mais vous n'êtes même pas capable de connaitre vos employés et encore moins ceux qui vous entoure ! Emma Beckett était avec moi au moment ou cette vidéo m'accusant à été prise, vous pouvez aussi le vérifier sur les caméras du parc ! Vous n'êtes qu'un idiot pathétique persuadé qu'il peux encore prendre les rennes d'un parc de cette dimension après avoir été responsable de la mort de plus de 100 personnes. Et vous osez encore juré sur le nom d'Hammond en prétendant pouvoir racheter vos fautes ? Ni vous ni moi sommes capable de diriger ce Parc ! Je ne suis venu ici que dans un seul but !"

Il n'avait plus le choix désormais. Il aurait souhaité pouvoir tenir les commandes du Parc pour prévenir tout le monde de la menace qui les attendait mais c'était désormais trop tard pour ça...
Bien qu'égoïste et désintéressé au départ, la présence et l'amour d'Emma l'avaient changé. Aujourd'hui Shivak avait compris les intérêts de la Chimère et il cherchait à les contrer dans leur plan pour obtenir le "Projet T". Mais il était impossible de dire toutes ces choses à une assemblée. Ce secret, John Hammond l'avait gardé toute sa vie de manière à le protéger, quitte à se désintéresser de Shaélynn, la fille de ses meilleurs amis d'enfance. Il avait mentit sur toute la ligne, sacrifié sa propre vie dans l'intérêt de toute la race humaine. Mais personne ne le saurait jamais. Certaines choses devaient resté enterrer. Alors si Shivak ne pouvait pas prendre la tête d'InGen pour le faire avec des moyens financier, il lui faudrait le faire à l'ancienne, par le biais de l'espionnage et de la discrétion. Il faudrait revenir aux sources et enquêter sur d'autres pistes. La tâche ne serait pas aisée, mais plus rien ne le retenait ici si ce n'était le risque d'être arrêté. Au moins, il avait pu donner quelques pistes pour prouver son innocence. Il fallait donc maintenant sortir d'ici au plus vite. Faire diversion de manière habile. De manière forte.


- "La raison pour laquelle je me suis présenté ici était pour vous mettre en garde et pour pouvoir vous protéger tous de ce qui arrive..."

Toujours en administrant assez de pression, à la fois sur le calibre et sur le cou d'Hudson, il recula en direction des marches du podium qui menaient tout droit à une sortie de secours.
L'un des Rangers allait tirer lorsqu'un autre l'en dissuada, de peur de blesser un tiers.


- "Les terroristes qui sont venu ici n'ont pas encore eu ce qu'ils cherchaient et ils reviendront. J'aurais pu vous aider, mais vous comprendrez que maintenant je ne peux plus faire marche arrière. Il ne reste donc qu'à vous prévenir des informations cruciales que je sais et qui pourront vous permettre de protéger le parc à son maximum..."

A ce moment précis, un lot d'informations passaient rapidement dans la tête de Shivak, ne sachant plus par ou commencer, ce qu'il devait dire ou faire. Une liste d'ennemi, il y en avait un tas, des problème encore plus. Pourtant, une information capitale lui venait en priorité et prononcer firent l'effet d'une bombe :

- "C'est Shaélynn Moore qui a tué John Hammond et je peux le prouver !

L'effet de surprise fut d'une telle ampleur qu'une occasion inespéré se présenta. En un éclair, Shivak pris l'issue de secours en poussant violemment Cole vers l'ouverture de la porte. D'un geste calculé, il activa la sécurité pare-feu qui verrouilla les portes juste derrière lui. Ce qui se passait à l'intérieur ne le regardait plus désormais. Tout ce qui restait à faire c'était fuir en prenant le premier véhicule sur son passage.
Cole ne bougeait plus, abasourdi par cette révélation. Il n'avait plus besoin de lui de toute manière. Il aurait du fuir immédiatement, mais sa conscience le poussa à dire quelques mots à son rival.


- "Shaélynn travail pour Biosyn, elle a tué Hammond. Vérifie son ordinateur, ses mails, ses coups de fils, tu verras que tout a été contrôlé ou effacé. Elle a le contrôle sur le parc avec toi a ses côtés et c'est pour ça qu'elle t'a choisis ! Ne l'approches plus, elle chercherait probablement à te tuer...."

Puis sans attendre plus, il partit en courant dans la jungle, l'obscurité l'aiderai à s'y cacher avant de pouvoir rejoindre la côte ou un bateau l'attendait au cas ou cette situation arriverait.
Impossible de faire marche arrière. Il était seul désormais dans cette initiative.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Mer 6 Aoû 2014 - 23:22

Oui pour sûre, cette réunion devait faire partie du top 3 des soirées les plus mémorables de la courte vie de la jeune guide. Elle s’en souviendrait encore longtemps après. La jeune femme était passée par presque tout le panel d’émotions qui existaient à ce jour. Lola était sur le parc depuis seulement deux semaines, assez tôt pour ne pas manquer la soirée qu’organisait la direction en vue d’élire le nouveau PDG d’InGen. John Hammond l’ancien patron du parc avait été tué lors d’une attaque terroriste perpétrée début de l’année sur toute l’île d’Isla Nublar, attentat organisé par un groupe extrêmement dangereux du nom de KC. Ce jour-là de nombreux dinosaures avaient été relâchés sur toute l’île dont certaines espèces totalement meurtrières telles que les vélociraptors ou le T-Rex. Il y avait eu de nombreux dégâts matériels et les survivants avaient eu la lourde tâche de constater de la disparition et de la mort de nombreux collègues. Désormais le Jurassic Park était en pleine reconstruction et de nombreuses personnes travaillaient à remettre sur pied ce chef d’œuvre que Monsieur Hammond avait eu le génie d’imaginer et de créer avec l’aide d’employés dévoués. De nombreuses personnes avaient démissionnées suite à cette tragédie dont plusieurs chefs de section tels que la responsable des scientifiques comme celui des informaticiens ou encore la ranger en chef qui n’était rien d’autre que la gardienne du parc.

En quelques jours à peine, la belge avait déjà eu l’occasion d’entendre bon nombre de rumeurs parmi ses collègues. Elle en avait entendu des vertes et des pas mûres et Lola s’inquiétait de la véracité de toutes ses informations qu’elle avait pu rassembler. Quelle que soit la vérité, la jeune femme était vraiment heureuse d’avoir échappé à cette horreur du début d’année. A cette période, la guide s’ennuyait ferme aux côtés des bureaucrates du parlement européen à Bruxelles. Finalement son ancien job avait trouvé un minuscule attrait aux yeux de la brune. Son nouveau boulot serait sans doute moins sécurisé et plus aventureux. Tout ce qu’elle espérait sur le chemin qui menait au Jurassic hotel c’était de ne pas avoir à subir cette épreuve à son tour lors d’une éventuelle récidive des ennemis d’InGen. Etre traumatisée à vie était bien la dernière chose qu’elle voulait au monde. Quoi de plus normal me direz-vous ? Le début de soirée fut ponctué de nombreuses conversations entre les employés sur les différents aspects du parc à gérer. La jeune femme étant nouvelle, elle s’y intéressa grandement et était curieuse de tout. Lola voulait se mettre à la page le plus rapidement possible pour pouvoir être fonctionnelle lorsque le parc ouvrirait ses portes à nouveau. La belge avait énormément à apprendre et le fait d’emmagasiner de nombreuses nouvelles informations la rendait joyeuse et excitée, à l’image d’une enfant qui s’émerveille à la vue d’un rayon entier de poupées toutes scintillantes de rose et de violet.

La soirée se déroulait relativement calmement (mise à part quelques haussements de voix chez certaines personnes dont l’opinion divergeait des autres) et s’éternisait un peu au goût de Lola. En effet cette dernière sentait un léger ennui s’installer. Son attention diminuait peu à peu car ses besoins vitaux la rappelaient à l’ordre. Elle se dirigea donc vers les tables pour se sustenter autant qu’elle le pouvait. Son regard se perdit dans une myriade de couleurs crème, saumon ou pastel de toutes les teintes. La jeune femme ne savait quoi choisir. Lorsqu’elle se décida enfin à jeter son dévolu sur un toast au saumon fumé, une voix derrière elle se fit plus forte et Lola comprit que quelqu’un avait pris la parole sur l’estrade derrière elle. Cela devait être un avocat ou quelqu’un de cette trempe-là. Ce dernier se manifesta en proposant aux éventuels candidats au nouveau poste de PDG d’Ingen de se manifester, ce qu’un jeune homme ne tarda pas à faire sous les cris et les huées de presque tout le public. Lola en resta pantoise, elle n’en revenait pas que autant de haine pouvait sortir en si peu de temps. C’était effrayant à voir et à entendre. Elle se boucha les oreilles et se mit à l’écart le plus vite et le plus loin possible de tout ce brouhaha surprenant.

La jeune brune n’avait jamais vu cet homme auparavant et comme toute nouvelle qui se respecte la guide se demanda bien pourquoi l’inconnu méritait autant de réactions négatives de la part des employés. Finalement la foule se calma légèrement lorsqu’une femme prit la parole. Lola fut étonnée du pouvoir de persuasion qu’elle avait sur les employés. C’était sans doute quelqu’un d’important. D’aussi loin, la belge n’avait bien sur rien remarqué de l’arme que la femme avait sous sa veste. L’inconnue questionna l’homme sur l’estrade au sujet de son identité et de comment il comptait gérer la sécurité du parc. Visiblement Lola n’était pas la seule idiote à n’avoir aucune idée de l’identité du candidat qui se présentait à eux. Ce dernier n’eut pas l’occasion de répondre qu’un deuxième personnage fit irruption dans la conversation sans y avoir été convié. Si ça continuait ainsi, la soirée n’allait pas tarder à partir en sucette. Le docteur Carson McGeady, qui soit dit en passant avait au regard de Lola des légères allures de monstre de foire comme on en voyait au Moyen Age de par son visage plutôt asymétrique, leur donna un bref aperçu de son impressionnant Curriculum Vitae. La belge pu donc constater avec lassitude que cet homme, un de plus, se croyait sortit de la cuisse de Jupiter. Le fait d’entendre cet individu déblatérer avec fierté ses états de service eu pour conséquence sur l’esprit de Lola de se désintéresser totalement de ce qui se disait dans la salle somptueuse du Jurassic Hotel. Elle se dirigea donc une nouvelle fois vers la table et dégusta enfin les mets délicieux qui s’y trouvaient sans plus faire attention à rien. Cette soirée l’ennuyait sérieusement. Elle ne savait absolument  pas pour qui voter et cela l’inquiétait car la belge ne voulait en aucun cas faire une erreur dans son choix.

Lola entendit vaguement que quelqu’un d’autre prit la parole après le Docteur McGeady mais n’y prêta pas plus d’attention car la jeune femme avait eu sa dose de discussions pour au moins deux ans. Elle voulait partir et aller se coucher car elle avait à travailler très tôt le lendemain. Par miracle, son attention fut de nouveau captée car le jeune homme sur l’estrade reprit enfin la parole. Là par contre la belge était curieuse d’entendre ces arguments. Contrairement aux autres, elle ne ressentait aucune onde négative vis-à-vis de l’inconnu. Il avait peut-être commis des actes répréhensibles par le passé mais d’après son intuition, Lola sentait que cet homme avait les épaules assez larges pour gérer ce parc. Pour elle c’était tout ce qui comptait. Il se présenta enfin comme étant Shivak Garland et ancien PDG d’InGen. Argument important pour la jeune belge. Il savait déjà à quoi il serait confronté. Certes Lola était consciente qu’il devait être quelqu’un qui aimait parler et elle avait peur qu’il ne discute beaucoup mais n’agisse pas en conséquent. Pour vérifier s’il était fiable, il n’y avait qu’une chose à faire, lui faire confiance et voter pour lui. De plus il partageait sa vie avec l’ancienne gardienne du parc. Lola avait entendu de nombreuses éloges à son sujet et une femme aussi professionnelle et humaine avec son équipe ne pouvait partager sa vie qu’avec quelqu’un de bien. Ca restait l’opinion de la jeune femme à ce moment de la soirée.

L’ex PDG embraya sur un sujet dont la belge ne comprit pas tout le sens. Il parlait d’un incident au sujet d’un mosasaure échappé et de morts. Garland s’adressait à un certain Marcos Shannon qui se révélait être le chef des paléontologues. Ce dernier avait accusé le jeune candidat d’être mêlé à la Chimère. Plus il parlait, moins la guide comprenait. Elle soupira discrètement et son esprit se dirigea à nouveau vers son bungalow et son lit confortable. C’est à ce moment-là que Shivak Garland donna l’ordre à deux rangers, aussi gros que des gorilles, de s’emparer de Monsieur Shannon. Ce qu’ils firent avec aisance et rapidité. De quel droit donnait-il des ordres celui-là? Pourquoi les rangers obéissaient ? Lola doutait fortement que cela soit juste vis-à-vis du paléontologue quoi qu’il ait fait auparavant. Garland n’avait plus aucun pouvoir sur le parc depuis qu’il était parti et qu’Emma Beckett avait démissionnée. Lola était vraiment choquée et en colère. Marcos Shannon brayait à qui voulait l’entendre qu’il n’y pouvait rien et qu’il avait tout fait pour le sauver. Il parlait sans doute de la victime de ce fameux mosasaure. Le sang de Lola bouillait dans ses veines en entendant la détresse et la colère dans la voix du paléontologue. Son cœur battait à tout rompre et ses mains fourmillaient de voir les gens autour d’elle sans aucunes réactions. La brune les auraient tous giflés pour qu’ils réagissent ces abrutis qui ne savaient que hurler et montrer leur mécontentement. C’étaient tous des singes qui pensaient qu’à leur gueule. La jeune femme était furieuse et elle en avait assez entendu pour ce soir.

Lola se décida donc en quelques secondes. Si personne ne bougeait, elle, elle ferait quelque chose pour aider Monsieur Shannon. Evidemment, seule elle ne pourrait pas faire grand-chose. De plus elle n’avait aucun pouvoir sur le parc de par son grade de novice mais elle ne pouvait pas rester là comme un gros légume et accepter ce qu’elle venait de voir. La jeune femme se dirigea discrètement vers la sortie par laquelle on avait emporté le malheureux et s’y glissa furtivement. La guide ne savait pas où cela la mènerait mais elle s’en fichait. Aux diables tous ces gens !
Revenir en haut Aller en bas
Angel Harlowe

avatar

Messages : 388
Date d'inscription : 03/09/2013
Age : 21
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Jeu 21 Aoû 2014 - 19:10

Il y a des jours ou l'on se dit que l'on aurait mieux fait de ne pas se lever pour éviter de faire n'importe quoi et éviter de se mettre dans des situations difficile. Là, c'était le cas d'Angel, qu'est-ce qu'il lui avait pris de se présenter aux élections de nouveau PDG ? Si elle était élue, elle serait pas mal dans la mouise. Auparavant, elle n'avait gérer dans équipe que de quatre, cinq personnes, dix au plus dans son ancien boulot. Là, ce serait une entreprise entière qu'ils faudrait gérer. Elle n'aurait jamais les épaules aussi solides pour pouvoir supporter les responsabilités d'une si grande entreprise et elle le savait. Seulement, "Je me présente candidate ! " Était sortit tout seul de sa bouche. C'était peut-être un peu aidé par un début de colère. C'est vrai quoi, tout le monde faisait de beau discourt, mais personne n'osait se présenter contre Shivak alors que la réunion commencer à s'approcher de la fin. Au moins, il y aurait quelqu'un pour contrer cet homme si personne d'autre se présentait.

Malheureusement, elle aurait dû s'y attendre, Carson revint à la charge. Petit à petit, avec son discours assez persuasif, il démonta tous les dires d'Angel. Il accusa même Angel de faire partie d'une organisation terroriste K-C à cause d'une absence de fichier la concernant au sein du parc. Pour lui, elle était surement comme tombée du ciel, envoyé par K-C pour infiltrer le parc. Il accusa aussi son comportement "menaçant" au début des candidatures. Il proposa même que l'on procède à son arrestation. À ce moment-là, il lui fit un clin d'œil bien discret pour que seul elle puisse le voir. Il était vraiment pour les actions de Shivak ou seulement était-ce un jeu pour lui ? Un jeu lui permettant de faire sans doute ce qu'il sait mieux faire, c'est-à-dire détruire la réputation de personnes en particulier. Le moral d'Angel en avait pris un bon coup quand même. Elle cherchait d'un regard désespéré le public en suppliant quelqu'un de venir l'aider, à contrer ces tyrans. Si personnes venait l'aider, peut-être finirait-elle emportée par les rangers du parc comme Mr Shannon. De plus les ranger, c'était rapprochaient de la scène, mais restaient quand même à l'écart. De toute façon s'il voulait l'arrêter, elle se serait défendue avec son arme, il devait sans doute s'en douter.

Ensuite vient la prise de parole d'un homme qu'Angel ne connaissait pas. Il s'avéra être le gérant du parc de cette île. Cet homme, Cole Hudson démontait petit à petit ce pauvre Shivak. Enfin quelqu'un de poids contre Shivak l'attaquait, ça faisait plaisir à voir. De plus, il se présente. Angel était sûr d'être écartée du poste de PDG après les votes ou du moins, elle l'espérait très fortement. Elle n'aurait jamais pu gérer une entreprise, en revanche, cet homme, Cole Hudson avait l'air dans connaitre plus sur le fonctionnement des parcs et d'une entreprise si grande. Il donnait déjà plus l'envie de lui faire confiance que Shivak et ses méthodes brusques. Elle lui donnerait son vote sans hésiter. Pendant son discours, la foule s'était agitée et les ranger s'agitaient aussi un peu, il avait tous placés leur main sur leur étui de 9mm ce qui rendait Angel malaise. Après son discours, un silence régnait dans la salle et seul les regards se balader sur scène entre Shivak et Cole. Quand soudain, sans que l'on si attende, Shivak sortit une arme et pris en "otage" Cole. Aussitôt, Angel avait sorti son arme et visée Shivak, mais elle ne tirerait pas, il y avait trop de chance de toucher le gérant du parc. Quelques cris épars étaient accompagnés de fuyard hystérique. Shivak se déplaçait en se protégeant au mieux avec le gérant tout en déblatérant tout un tas de jolies paroles plaidant son innocence. S'il était si innocent qu'il est, pourquoi avait-il sorti une arme ? Se sentait-il piégé à son propre jeu ? Les rangers étaient de plus en plus tendus, l'un menaçait de tirer tendis qu'un autre l'en dissuadait. A ce moment Shivak dit quelque chose qui retient toute l'intention d'Angel :

-"Les terroristes qui sont venu ici n'ont pas encore eu ce qu'ils cherchaient et ils reviendront. J'aurais pu vous aider, mais vous comprendrez que maintenant je ne peux plus faire marche arrière. Il ne reste donc qu'à vous prévenir des informations cruciales que je sais et qui pourront vous permettre de protéger le parc à son maximum..."


Comment pouvait-il savoir s'ils allaient revenir ? Pourquoi aurions-nous besoin de lui pour assurer à son maximum la sécurité du parc. Avait-il seulement la notion de sécurité au niveau de ce parc, cette bombe a retardement si on peut l'appelait comme ça. À partir un problème de sécurité dans le parc et c'est la vie de toutes les personnes présentent sur le parc qui est misent en jeu. Le parc n'a pas besoin d'une attaque de terroriste pour être mortel, un dinosaure enragé ou un grillage électriques cassé suffit. Alors qu'elles sortent d'informations cruciales a-t-il qui pourrais nous aider à nous défendre ? Acheter une armée de tank et les placer stratégiquement sur l'île peut être ? Même si ce qu'il disait été assez improbable, ces informations, si elle était réelle pourrait être utile et interescente. Rien que pour cela, il ne fallait pas qu'il nous échappe.

Une autre information sortie de sa bouche assez subitement retient son attention :

-"C'est Shaélynn Moore qui a tué John Hammond et je peux le prouver !

Cette information eue un effet de surprise sur les personne présente dans la salle, Angel avait même baissé son attention. Elle cherchait dans sa tête si elle connaissait une certaine Shaélynn Moore, mais rien n'arrivais. Ce qui l'intriguait le plus, c'était de savoir comment il comptait trouver des preuves en béton contre cette personne. Il payrait peut être des personnes pour inventer des preuves, à moins qu'il soit sincère. Ça renforcée son idée de ne pas le laisser partir mais il profita de l'effet qu'a eu son annonce pour pousser Cole a l'extérieur, le suivre puis verrouilla la porte grâce au merveilleux système de sécurité pare feu surement inventé par un informaticien fou à lié. Tout en tapant sur la porte verrouillée, elle ragea bruyamment :


-"Merde ! Je hais les information et leurs idées à la con !"


Shivak avait surement perdu cette parti mais il n'était pas encore sorti d'affaire. Angel se rapprochat d'un ranger et lui dit :

-"Je sais que tu dois être septique à mon sujet, mais là, il faut tirer la sonnette d'alarme. Envoi un message au ranger qui ne son pas ici et dis leurs d'arrêter toutes personne masculine suspecte ressemblant à Shivak Garland et armé."

Après quelques secondes d'hésitation, il s'exécuta et envoya par talkie walkie le message. Shivak allait surement devoir ruser pour pouvoir partir. Ensuite, Angel sortit de la salle en courant l'arme à la main par la sortie principale. Une fois dehors, elle se précipita vers l'endroit ou la porte verrouillée était. Cole était seul dehors, Shivak avait disparu, surement n'était-il déja plus là, mais elle se rapprocha doucement du gérant. Une fois arriverait à sa hauteur, elle lui dit assez rapidement :

-"Vous allez bien monsieur ? J'ai fait donner l'alerte pour mettre des bâtons dans les roues de Shivak, j'espère que vous ne m'en voudrait pas. Que fait t'on maintenant ? Vous êtes le gérant de ce parc, vous pouvez donner des ordres au ranger, je pense alors ?"

Angel attendait en attente du gérant du parc.

_________________


Quatre roses !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 25
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Lun 25 Aoû 2014 - 16:47

Échec... Et Mat.


       Cole appréciait les applaudissements et les réactions enjôleuses de son public, il avait finalement réussi à les conquérir, à faire valoir ses envies et ses souhaits. Il avait réussi à les convaincre et à les remettre sur la bonne voie. Il clamait sa victoire d'un sourire charmeur, un léger rictus qui aurait pu lui valoir un certain succès auprès des femmes s'il était un peu plus farouche.
Qu'est-ce qu'il pouvait lui arriver de mieux à cet instant que de se sentir victorieux dans une telle situation ? Que pouvait-il rêver de mieux ?

       Ils étaient là, devant lui, et ils l'aimaient, les gens lui souriaient, chacun le remerciait à sa façon. Mais il fut soudain attirer vers l'arrière par le col de son costume. Il ne put rien faire, il ne put se débattre ou faire un seul geste pour se défendre. Il ne contrôlait plus rien. L'horreur reprenait. Des invités hurlaient de peur ou de surprise, d'autres s'empressèrent de quitter les lieux, l'abandonnant à son triste sort. Si personne ne venait l'aider... Qu'adviendrait-il de lui ? La respiration chaude et haineuse mais néanmoins détendu du jeune homme derrière lui venait frapper son cou dans un horrible frisson qui parcourait sa nuque et descendait le long de sa colonne vertébrale. Une atroce fraîcheur venait lui glacer le crâne, plus particulièrement la tempe, et le mettait mal à l'aise au plus haut point. Il savait absolument de quoi il s'agissait mais son regard était figé et sa tête complètement bloquée, il ne pouvait détourner les yeux. Il ne pouvait vraiment rien faire. Il observait, impuissant. Les rangers tentaient d'encercler le jeune homme ou de trouver une faille dans la prise que Shivak maintenait sur sa victime. La tension était palpable, elle était à son comble jusqu'à ce que le ravisseur ouvre finalement la bouche. Cole était raide, crispé. Comment avait-il pu s'être laisser prendre aussi bêtement ? Comment avait-il pu lui tourner le dos ainsi ? Comment Shivak avait-il réussi à s'introduire ici avec une arme ? Qu'allait-il faire de lui ? Comptait-il vraiment l'abattre comme un chien ici même ?
       Le jeune homme était pâle, il avait froid mais aussi chaud à la fois. Il transpirait un peu. Comment avait-il pu finir dans cette situation ? Comment tout ça avait-il pu se produire ? Est-ce que tout allait se terminer ainsi ? Est-ce que c'est comme ça que tout allait finir ? Sa misérable vie allait-elle finir sur cette scène dans une gerbe de sang dégueulasse qui tâcherait les premiers rang et laisserait une marque horrible à enlever sur le plancher ? Cole sursauta finalement lorsque Shivak se mit à parler, sa voix était si détendu...


- « Navré d'agir de telle manière, mais je n'ai pas d'autre choix que celui-ci pour pouvoir prouver mon innocence face à ces fausses accusations... »


       Le jeune gérant, ne pouvant faire un seul mouvement, écoutait attentivement ce que l'homme avait à dire. Il sentait son haleine et sa respiration horriblement proche sur sa nuque tandis qu'il continuait son discours.


- « Je vais être bref et précis et je ne me répéterais pas, aussi j'espère que tout le monde a ses deux oreilles bien ouvertes... »


       Cole était de plus en plus crispé, il avait envie de se cramponner à quelque chose et, par réflexe, il se retenait au bras qu'il avait autour du cou pour pouvoir respirer mais aussi pour pouvoir garder son équilibre qu'il perdait petit à petit tandis que Shivak le tirait un peu plus en arrière, ses pieds tâtonnaient le sol à la recherche d'un quelconque point d'appui.


- « Les charges que vous tenez contre moi sont fausses. Si vous avez la vidéo en entier comme vous le prétendez, vous devriez voir que ce n'est pas de moi qu'il s'agit, mais d'un clone, comme celui de Thaddeus Beck que nous avions découvert sur Isla Sorna, il y a un an. Kimaria Chimestry s'est servi de fausses identités et de doubles pour parvenir à ses fins. Si Elina Moldovan était présente, elle vous prouverait la véracité de mes dires en vous montrant que Ian Malcolm était aussi l'un de ses agents infiltrés. Je sais que cette histoire parait folle et insensé, mais elle reste cependant la vérité ! »


       Cole ne suivait pas réellement la conversation, il essayait de comprendre ce qu'il se passait sans pouvoir y parvenir. Les images défilaient devant lui à une allure incertaine. Ses yeux exorbités observaient la scène, ils roulaient, cherchaient un point de repère dans la salle sans pour autant en trouver un réellement. Ils se pointèrent, impuissant, sur Shaélynn puis tombèrent sur des rangers agités. Que se passait-il ?


- « Quant à vous Mr Hudson, vous prétendez connaître ma vrai nature mais vous n'êtes même pas capable de connaître vos employés et encore moins ceux qui vous entoure ! Emma Beckett était avec moi au moment ou cette vidéo m'accusant à été prise, vous pouvez aussi le vérifier sur les caméras du parc ! Vous n'êtes qu'un idiot pathétique persuadé qu'il peux encore prendre les rennes d'un parc de cette dimension après avoir été responsable de la mort de plus de 100 personnes. Et vous osez encore juré sur le nom d'Hammond en prétendant pouvoir racheter vos fautes ? Ni vous ni moi sommes capable de diriger ce Parc ! Je ne suis venu ici que dans un seul but ! »


       Le jeune homme revint un peu près à lui lorsque Shivak prononça son prénom. C'était comme l'avertissement d'un serpent, un sifflement perfide et provocateur. Quel était son but ? Pourquoi était-il venu ? Le jeune homme ne cherchait pas à se racheter, il n'avait pas à le faire. Il n'était pas responsable de la mort de ces personnes. C'était un mensonge. Il n'avait pas le droit de dire ça. Cole se débattait légèrement, assez pour que son « ravisseur » ressert un peu plus son bras.


- « La raison pour laquelle je me suis présenté ici était pour vous mettre en garde et pour pouvoir vous protéger tous de ce qui arrive... »


       C'était inconcevable, voilà maintenant qu'il se prenait pour un genre de justicier, le sauveur de la situation. Cole voyait rouge mais la peur retenait injustement le moindre de ses gestes. Effrayé, ils continuaient peu à peu leurs sorties lentes et pernicieuse.


- « Les terroristes qui sont venu ici n'ont pas encore eu ce qu'ils cherchaient et ils reviendront. J'aurais pu vous aider, mais vous comprendrez que maintenant je ne peux plus faire marche arrière. Il ne reste donc qu'à vous prévenir des informations cruciales que je sais et qui pourront vous permettre de protéger le parc à son maximum... »


       Cole retenait son souffle, il avait du mal à respirer. Il transpirait, sa cravate lui brûlait le cou encore davantage. Le frottement incessant du costume de Shivak sur sa peau était insupportable et, alors qu'il ne s'y attendait pas, un « poignard » vint lui asséner le coup fatal.



- « C'est Shaélynn Moore qui a tué John Hammond et je peux le prouver ! »


       Alors qu'il ne s'y attendait pas, Shivak poussa Cole à l'extérieur, il ne manqua que de peu de tomber au sol, le jeune gérant ne bougeait plus. Il ne pouvait pas croire ça. Pourquoi aurait-il dit ça ? Pourquoi … Pourquoi avoir dit ça ? C'était tout bonnement impossible.


- « Shaélynn travail pour Biosyn, elle a tué Hammond. Vérifie son ordinateur, ses mails, ses coups de fils, tu verras que tout a été contrôlé ou effacé. Elle a le contrôle sur le parc avec toi a ses côtés et c'est pour ça qu'elle t'a choisis ! Ne l'approches plus, elle chercherait probablement à te tuer.... »


       Cole était tétanisé, ses muscles étaient tendu à leur maximum. Il avait froid et chaud en même temps. Il ne pouvait y croire, il ne pouvait y songer une seule seconde. Il se torturait l'esprit pour ne pas y penser, pour ne pas recoller les morceaux. L'évidence se présentait à lui comme un être abominable, comme une faucheuse impitoyable qu'il fallait à tout prix éviter. Il ne bougeait plus, les éclairages extérieurs s'éteignaient peu à peu et très vite il se retrouvait dans le noir. Quel heure était-il ? Il ne le savait pas, il ne savait ni où il était vraiment ni ce qu'il devait faire comme il ne savait pas plus comment les gens, les hommes et les femmes à l'intérieur, réagissaient. Que savait-il au juste ? Encore une fois il se retrouvait vide, totalement déboussolé. Perdu.
       Qui devait-il croire ? Qui devait-il renier ? Les aveux et les preuves apportés par son rival ou bien les promesses et les vérités données par sa bien aimée ? Il voudrait tellement l'appeler ainsi sans se poser de questions ou tout du moins s'en poser des normales, des banales. A quel heure rentre-t-elle ce soir ? Pourquoi est-elle si longue ? Pourquoi est-elle si belle ? Va-t-elle aboutir à quelque chose dans ces nombreux projets qu'elle voudrait mener ? Un avenir est-il possible avec cette femme ? Et non pas... Est-ce qu'elle est membre d'une société concurrente ? Est-elle une espionne prête à tout pour arriver à ses fins ? A-t-elle déjà eu le moindre sentiment, des sentiments sincères ? A-t-elle déjà été honnête ? A-t-elle déjà songé à un avenir, à une vie avec lui ? Que cherche-t-elle ? A-t-elle déjà menti ? A-t-elle déjà dit la vérité ? Que voulait-elle ? Qui est-elle ? Qu'avait-il d'autres en tête par un moment pareil ? Qui est Shivak Garland ? Pourquoi lui avoir dit tout ça ? Cherchait-il à l'atteindre directement ? Ou disait-il réellement et sincèrement la vérité ?
       Cette soirée, son enjeu, son but. Tout cela n'avait plus d'importance, tout avait été bouleversé. Shivak l'avait jeté au fond du trou, pourquoi ne l'avait-il pas achevé ? Pourquoi avoir dit tout ça ? Pourquoi le laisser en vie si de l'autre côté c'était pour briser la seule chose à laquelle il tenait vraiment, si c'était pour abattre son seul espoir. Que devait-il faire ? Il ne souhaitait pas retourner à l'intérieur mais il voulait savoir le fin mot de l'histoire, il se devait de savoir. Il voulait affronter ce qu'il redoutait le plus. Il voulait lui poser les questions , sincèrement. Mais le drame et la tragédie étaient maintenant exposés au grand jour. Opération à cœur ouvert. Et si tout était vrai ?
       Brusquement, le temps avait voulu s'arrêter et il attendait là le verdict de sa peine tel un fusillé contre le mur, attendant la balle fatale qui viendrait lui exploser le crâne, lui détruire le cœur, tel un prisonnier sur sa chaise attendant patiemment la secousse finale qui l’anéantirait tandis que l'eau ruisselait sur son crâne préalablement tondu. Qu'allait-il advenir ?

       Ses yeux déambulaient dans la nuit, cherchant une once de lumière, un peu d'espoir, quelque chose sur quoi s'appuyer. Ici. Une allée de torches artificielles longeaient un chemin de sable et de terre qui menait on ne sait où dans la pénombre. Très sophistiqué, elles devaient marcher à l'huile, ou bien étaient-elles électriques. Solaire peut-être ? Quelle importance cela avait-il ? La lune était couverte ce soir, Shivak n'aurait pas de mal à s'enfuir. Est-ce que les rangers étaient parti à sa poursuite ? Y parviendraient-ils ? Cole n'était pas sur de vouloir que cela se produise. Au final, il n'était plus là, il n'était plus une menace. Il avait disparu. Il ne faisait plus parti de sa vie mais il avait foutu néanmoins un sacrée merdier. Est-ce que le jeune homme aurait-il dû le poursuivre ? Aurait-il dû disparaître lui aussi ? Devait-il suivre cette route ? Devait-il suivre ce chemin peu importe où le mènerait-il ? Devait-il fuir pour ne plus subir ? Devait-il parcourir cette route sinueuse et sombre ?
       Des criquets chantaient ici et là, s'arrêtaient parfois pour guetter un éventuel prédateur. Un crapaud accompagnait plusieurs grenouilles et rainettes dans leurs mélodies. Les feuilles des arbres ronronnaient dans une symphonie naturelle qui semblait presque diriger les autres artistes. Une chouette agrémentait le tout d'un rythme cadencé et original que l'on pouvait aisément apprécier. On entendait au loin le fracas des vagues contre les rochers entrecouper parfois par des cris d'animaux, des bâillements ou des meuglements. Les nuages et les arbres laissaient parfois entrevoir une lune éclatante, étincelante mais néanmoins discrète. Elle avait de légère teinte rousse comme pour signaler un genre de mauvais présage. Cole n'était ni assez superstitieux ni assez renseigné sur le sujet pour faire un quelconque rapprochement avec les événements de cette soirée. Il la trouvait belle et élégante. Un nouveau nuage venait à nouveau de la couvrir. De légères brises venaient combler les silences durant lesquels même les petits musiciens de ce concert enivrant s'arrêtaient religieusement pour profiter de cette nouvelle partition, de cette musique agréable tant à l'écoute qu'au touché. Cole était là, attendant une vérité qui ne viendrait peut-être jamais à lui. Intrus dans la nuit. Plus le temps passait et plus ce qui l'entourait lui paraissait étrange. Que devait-il faire ? Tout semblait prendre une ampleur, un sens qu'il ne pouvait, qu'il se refusait d'admettre. Devait-il partir à la poursuite de Shivak ou tout du moins s'en servir comme prétexte pour fuir on ne sait où ou devait-il rester ici, retourner à l'intérieur affronter quelque chose dont il n'était pas certain de pouvoir accepter ?

       Soudain les bruits s'arrêtèrent, le calme revint. Des pas. Cole sursauta et tourna lentement la tête vers le ou la nouvelle intrus. C'était Angel, la chef de section des rangers. Il se rassura.

- « Vous allez bien monsieur ? J'ai fait donner l'alerte pour mettre des bâtons dans les roues de Shivak, j'espère que vous ne m'en voudrait pas. Que fait t'on maintenant ? Vous êtes le gérant de ce parc, vous pouvez donner des ordres au ranger, je pense alors ? »

       Cole attendit un instant, il remarqua finalement qu'il n'avait pas respirer depuis un certain moment. Il prit une grande inspiration lente et généreuse et parla finalement.


- « Je... Je vais bien oui. Il est parti dans cette direction, Cole pointait du doigt l'endroit approximatif. Vous avez une chance de le rattraper. Allez y, perdez pas une seule seconde de plus. Il ne doit pas s'enfuir d'ici. Je vais donner les ordres aux rangers oui … Je vais les envoyer aux points de sortir de l'île, je vous contacte pour vous tenir au courant... Laissez moi juste un instant... »


       Le gérant frotta son visage, son instinct le forçait à agir ainsi. Quelque part au fond de lui, il ne souhaitait pas que les rangers y parviennent mais il était de son devoir d'essayer. Il sortit son portable de sa poche et composa un numéro. Après une sonnerie seulement, on décrocha.


- « Allo ?... Oui, je vais bien... Ne vous en faîtes pas pour moi. Oui... Oui, très bien, elle m'a prévenu... Écoutez moi. Envoyez vos Hommes au port, à l'hélipad et sur la piste d’atterrissage, ce n'est qu'une question de minute. Shivak ne doit pas s'enfuir d'ici et il n'existe pas trente six mille solutions pour le faire. Nous sommes obligés de le piéger, je suis quasiment sûr qu'il est à pied, prenez les voitures, vous arriverez avant lui. Contactez moi dès que vous êtes en place. »


       Cole raccrocha, d'un pas traînant il se dirigea vers la porte principale. Il voyait peu à peu les lumières provenant de l'intérieur du bâtiment se refléter sur le sol. Oserait-il entrer à l'intérieur ? La main sur la poignée, il hésita un instant. Il se frotta les yeux, le menton et mit finalement tout son poids dessus. Il devait continuer sa route, il devait suivre sa voie. Le bruit assourdissant, les braillements, les inquiétudes et les questionnements vinrent à nouveau frapper son visage, lui brûler les tympans. Les gens se tournèrent vers lui lorsqu'il pénétra dans la salle, d'autres ne le remarquèrent même pas. Sa tête était rouge, il transpirait encore légèrement, il haletait doucement, essoufflé par les derniers événements. Des chuchotements, des expressions, des sentiments. Ici et là, on se demandait, on se questionnait, on s'interrogeait. Le gérant fit abstraction de tout cela, il s'approcha du banquet et, d'une traite, descendit une flûte de champagne. Et, lentement, il retourna à sa place et s’assit, regardant Shaélynn, une once de peine et de haine dans le regard.


_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 23
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Mer 17 Sep 2014 - 0:41

Cole était tendu. Sa main était contractée sur celle de Shaé. Où alors c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour ne pas se faire briser la main par sa compagne : serrer plus fort. L’angoisse. Et la tension. C’était ce qui justifiait tout ce qui se passait ici. Les événements qui avaient dévasté le parc avait terrifié tout le monde, les avaient poussé dans leur retranchement et poussaient les gens à chercher désespérément une solution. La plupart des gens ne connaissaient pas personnellement les candidats et ils ne se fiaient qu’à la vision qu’ils avaient de ces personnes à l’instant et à ce qu’ils avaient entendu préalablement sur eux. Autant dire rien du tout. Beaucoup avaient l’impression que la période où Shivak était à la tête du parc avait été un havre de paix mais c’était une pure connerie ! C’était juste que personne les avaient attaqué de quelque manière que ce soit parce que ce con faisait partie de KC et à ce titre l’organisation en question ne s’en était pas pris au parc pendant ce laps de temps ! Néanmoins à part ceux qui avaient eu des problèmes avec Shivak, les autres en avaient une image plutôt positive !

Shaé entendit Cole respirer et elle savait qu’il allait parler. Elle espérait que son intervention quel qu’elle soit convaincrait tout le monde de voter pour lui ou en tout cas pas pour Shivak. S’il arrivait même à convaincre les autres de dépecer Shivak. Personnellement elle aurait bien fait empaillé sa tête pour l’accrocher au dessus de la future cheminée de son futur manoir qu’elle achèterait avec le futur salaire de fou qu’elle aurait gagné grâce à son futur boulot de rêve. Voilà. Mais pour ça il fallait éliminer Shivak de la circulation. Cole commença alors enfin à s’exprimer.

Après s’être présenté en déclinant son identité et son poste, il remit à l’esprit de tout le monde que le but principal de la soirée était de choisir un nouveau chef pour le parc. En gros le bordel autour et les règlements de compte étaient en trop. Après ce petit moment de mise au point, il s’attaqua à Shivak. Les choses sympathiques commençaient enfin. Il se permit même de se foutre de sa gueule en l’applaudissant accompagné de Shaélynn et de quelque autre.  Il pointa du doigt la facilité avec laquelle Shivak avait fait embarquer Marcos et le fait qu’il n’avait aucun pouvoir là-dessus… avant de mettre en lumière sa relation avec Emma. Shaé faillit grincer des dents en entendant cela. Si elle revoyait la jeune femme, elle lui ferait payer. Sans hésiter. Emma ne lui avait rien dit et elle avait de plus aider Shivak alors qu’elle savait très bien ce que Shaé pensait de lui… De plus elle était persuadée que la ranger n’ignorait pas que son copain avait failli la tuer.

Un autre fait plutôt surprenant mais astucieux fut l’idée de Cole de se positionner également en tant que victime. Il évoqua son coma et les circonstances qui l’avait mené à celui-ci rappelant ainsi pourquoi il n’avait pas pu agir ni être plus présent. La plupart des employés ne l’ignoraient pas mais dans ce moment où toutes les opinions et les versions se mélangeaient, il était judicieux de rappeler cet évènement. Mais après cela il balança une information qui intrigua fortement Shaé. Une demande que John Hammond lui aurait faite le soir de sa mort. Celle de protéger le parc et les employés. Etait-ce la vérité ? Le vieil lui avait-il réellement demandé cela et si oui pourquoi ? Et à quel moment ? Avaient-ils parlé juste avant que John ne se lance à la poursuite de Shaé ? Impossible. Le jeune homme était censé être amnésique… Se souvenait-il de quelques jours ? Shaé priait pour que ce ne soit pas le cas sinon elle était extrêmement mal. Alors… Est-ce que l’honnête Cole Hudson n’était pas en train de mentir ? Fort possible. Son attitude était bien différente de d’habitude et Shaé qui le connaissait bien avait sentis une tension dans sa voix au moment précis de ce récit. Tandis que la jeune femme analysait tout cela, Cole ne s’arrêtait pas pour autant de parler. Il rendait en quelque sorte hommage à Josh.

Pour la simple et bonne raison que c’était Emma qui avait repris le post de Josh. Il mit l’accent sur la disparition soudaine du gardien du parc puis de sa réapparition en bombe humaine à la solde de KC. Alors qu’il avait mis au jour la présence de l’organisation sur le parc. Autant dire que c’était étrange et que pour Cole ce n’était pas un hasard. Encore une fois la mémoire de Cole semblait avoir refait surface… Fuck. Elle était mal. Très mal. Pourquoi n’avait-il rien dit merde ? Une fois Shivak sorti de jeux, Cole allait-il la faire accuser ? Elle n’osait pas l’imaginer.

Il n’avait toujours pas fini d’accabler Shivak. Il mit l’accent sur sa très possible affiliation à KC ainsi que le fait qu’il était absent le soir des évènements. Ou en tout cas pas du coté du parc pour le protéger. La partie drôle ce fut surtout quand il mit en avance les incompétences dont il avait fait preuve mais aussi la violence qu’il avait déployé envers certains employés. Et Shaé savait qu’elle était visée dans ses propos. Ce qu’elle ne savait pas, c’était les vidéos dont Cole faisait mention et où l’on voyait Shivak le matin de l’attaque et où il assommait un employé. Ouch…Si quelqu’un croyait encore en la sainteté de Shivak c’était fini. Cole présenta ensuite sa candidature en bonne et dû forme même si il était évident qu’il allait le faire. Son programme était clair, précis et répondait aux attentes des employés. Et surtout à celle de Shaé qui consistait à faire enfermer Shivak «  pour le restant de ses jours » même si elle trouvait ça trop doux pour cet enfoiré. Il finit en beauté en annonçant qu’il déploierait les moyens nécessaires pour que ce genre d’évènements ne se reproduise pas. Et annonça le début des votes.

Shivak était fait. Toute la salle était suspendue à la réaction du journaliste qui ne devrait pas tarder à venir. Mais pour une fois le bavard Shivak n’avait pas l’air de parler. Les rangers commençaient à se rapprocher de lui attendant que Cole leur donne un signal mais rien n’arrivait. Jusqu’au moment où il décida de se précipiter sur Cole et de lui pointer un 9 mm sur la tempe. Shaé ne réagit même pas tellement la situation s’était renversé de manière rapide. Mais au bout de quelques fractions de secondes, la terreur prit le dessus. Si quelqu’un bougeait le journaliste exécuterait Cole. Sans aucune hésitation. Surtout si ELLE agissait. Il prendrait cette occasion de se venger dès qu’elle se présenterait.
- "Navré d'agir de telle manière, mais je n'ai pas d'autre choix que celui-ci pour pouvoir prouver mon innocence face à ces fausses accusations..."


Difficile de prouver son innocence quand on est coupable en même temps… Qu’il essaye de faire planer le doute ne servirait à rien. C’était fini pour lui et plus personne ne le croirait à présent. Sa réaction avait d’autant plus montré qu’il avait quelque chose à se reprocher. Alors autant dire que quand il se décida à parler de clone, il n’y avait plus personne. Pour avoir vu les évènements qui s’étaient déroulé sur Sorna, Shaé aurait eu tendance à croire à ses conneries. Mais elle désirait la mort de cet homme plus que tout. Qu’il ait raison sur ce point et qu’il soit innocent ne l’intéressait pas. Pas plus que cela n’intéressait les autres. Il était coupable de suffisamment de choses pour qu’on se permette de l’accuser et de le condamner sans avoir besoin de rajouter les faits qu’il évoquait.
- "Quant à vous Mr Hudson, vous prétendez connaitre ma vrai nature mais vous n'êtes même pas capable de connaitre vos employés et encore moins ceux qui vous entoure ! Emma Beckett était avec moi au moment ou cette vidéo m'accusant à été prise, vous pouvez aussi le vérifier sur les caméras du parc ! Vous n'êtes qu'un idiot pathétique persuadé qu'il peux encore prendre les rennes d'un parc de cette dimension après avoir été responsable de la mort de plus de 100 personnes. Et vous osez encore juré sur le nom d'Hammond en prétendant pouvoir racheter vos fautes ? Ni vous ni moi sommes capable de diriger ce Parc ! Je ne suis venu ici que dans un seul but !"

S’en prendre à Cole. C’était les seuls arguments qu’il avait décidément. Ça et ses histoires de clones et autant dire qu’il n’allait pas faire long feu à ce rythme. Tout ce qui le sauvait c’était qu’il retenait Cole prisonnier. Au moindre faux pas, les rangers semblaient prêts à le mettre hors d’état de nuire. Le gérant du parc avait prouvé qu’il n’y était pour rien dans les évènements qui avaient précédé la mort d’Hammond et provoqué celle de nombreux employés. Un parc que Hammond dirigeait encore même si Cole devait le seconder à la suite de cela. La dernière phrase de Shivak paralysa Shaé. C’était simple de prétendre de ne pas avoir voulu s’emparer du parc quand on est foutu. Mais elle savait quelle carte il lui restait à jouer. Jusqu’au bout il allait foutre la merde. Il allait griller la couverture de Shaé et révéler le crime qu’elle avait commis.
- "C'est Shaélynn Moore qui a tué John Hammond et je peux le prouver !

De quelle manière allait-il le prouver ? Elle ne voyait pas comment il aurait pu procéder puisqu’il poussa Cole à l’intérieur de l’issue de secours avec lui et la referma. Les deux hommes étaient désormais tout les deux à l’extérieur et à l’intérieur c’était un peu la panique. Une des rangers frappait sur la porte et prit les choses en main. Elle donna quelques ordres et Shaé la vit se précipiter à l’extérieur.

L’idée lui vient que Shivak ne pouvait pas garder Cole avec lui. Celui-ci l’aurait ralenti et il était possible qu’il ai laissé le guide sur place. La jeune femme voulut se précipiter pour retrouver son compagnon (et descendre Shivak si jamais l’occasion se présentait) mais elle fut stopper par un ranger qui lui demanda de retourner à sa place. Vu sa situation elle décida de ne pas la ramener mais resta quelques secondes face aux rangers.
-Cole…

-On s’en occupe.


Elle hocha la tête d’un air inquiet et retourna à sa place. En s’asseyant, elle se rendit compte que ses jambes tremblaient. Le choc, l’angoisse de ce qui arrivait à Cole, les révélations de Shivak, ça faisait un peu trop. Elle avait l’impression que son cerveau s’était déconnecté. Elle resta immobile jusqu’à ce qu’elle entende quelqu’un s’asseoir à coté d’elle. Lorsqu’elle tourna la tête, elle vit le visage de Cole. Shaé savait analyser les expressions des gens à la perfection mais la tension dans le visage du jeune homme l’induit en erreur et elle ne remarqua pas que sa colère était tournée contre elle. Pour elle, il était furieux de la fuite de Shivak, perturbé de ce qui s’était passé. Elle ne pensait pas une seconde qu’il avait cru les paroles de l’ex journaliste. Elle eut comme un sanglot et elle se jeta sur ses genoux, l’enlaçant. Contre lui qui était parfaitement  immobile et curieusement calme, elle avait l’impression de trembler encore plus. Elle posa sa tête dans le creux de son épaule et ne bougea plus.

Shaé ne savait pas ce qui allait arriver mais elle sentait que rien ne serait pareil. Elle profitait anxieusement de ce contact qui la sécurisait et l’apaisait. Elle se sentait bien. Et elle aurait voulu que le jeune homme la serre contre lui à son tour. L’angoisse qu’elle ressentait à cet instant précis lui faisait apercevoir certaines choses dont elle ne s’était jusque là pas rendu compte. Qu’elle s’était refusé de voir. Des choses dont elle voulait désormais apprécier chaque instant dans la vie qu’elle s’était construite. Et elle n’était pas sûr d’en avoir l’occasion à présent. Elle se mit à pleurer lentement assise sur les genoux de Cole, complètement blotti contre lui.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Handréas Xerctëss

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 03/01/2014

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Jeu 18 Sep 2014 - 15:20

Comment bien marquer son retour ?

Faire partie des vaincus a au moins un avantage. On n'y trouve pas ces accommodants et ces intrigants qui foisonnent dans les parages des vainqueurs, et rarement cette fièvre de paraître qui est une maladie mortelle pour l'être humain. Par nécessité, les hommes et les femmes que l'Histoire a reniés sont souvent obligés de se tenir à la pointe d'eux-mêmes.

La petite notoriété que m'ont value les conférences et les livres m'a permis d'approcher quelques puissants de ce monde. J'ai le plus souvent accepté leur table et parfois leur conversation. (...) Après avoir subi durant vingt ans les conséquences de leurs actes, j'étais curieux de connaître l'autre côté du miroir. J'imaginais déjà les affres de la décision, lorsque la vie vous place au cœur de l'Histoire...

La déception a été à la mesure de mon attente. Ils m'ont semblé assez ordinaires et pour la plupart infatués d'eux-mêmes. J'ai souvent constaté ce phénomène étrange, presque physique. Plus un être s'élève dans l'échelon du pouvoir, surtout lorsque la renommée s'en mêle, plus la satisfaction de lui-même tend à obscurcir son jugement. La médiatisation est une des plaies de notre époque. Sous la lumière, l'être humain se gonfle et s'épanouit. Il se nourrit du regard d'autrui plus que de lui-même. Le masque du pouvoir est sans doute le plus flatteur. Il est sûrement le plus trompeur.

Je me rappelle l'un de nos grands hommes d'Etat. Je tairai son nom parce que le sens de ce récit dépasse sa personne. Son directeur de cabinet m'avait transmis une invitation dans un grand restaurant. J'essayais d'imaginer ce qui pouvait motiver son désir de perdre deux heures en la compagnie d'un soldat perdu. Comme je ne trouvais aucune raison valable, j'ai accepté. Ma lointaine appartenance aux services secrets de l'armée allait-elle me valoir une mission délicate ? Je me voyais déjà reprendre du service.

Je l'ai retrouvé autour d'un déjeuner somptueux. Nous étions seuls. Mon hôte affectait une politesse appuyée, mais factice, trop fleurie pour être sincère. Il ignorait la véritable politesse, qui vient du cœur et s'intéresse à autrui. Je me suis rapidement tu. J'attendais qu'il aborde le sujet d'importance, encore mystérieux, qui justifiait son invitation.

J'ai mis de longues minutes à comprendre que l'objet de notre repas, c'était lui. Pendant deux heures, l'homme d'Etat ne m'a parlé que de ce qu'il avait pensé, de ce qu'il avait dit, de ce qu'il avait fait, sur des sujets à propos desquels je n'avais pas la moindre compétence. Il avait tout compris, tout prévu, tout su. La vérité l'habitait, et son autosatisfaction était telle qu'il cherchait, ce jour-là, un nouveau miroir pour contempler sa puissance. J'étais convoqué dans le rôle du courtisan qu'on appelle à la table du roi.

J'hésitai entre l'amusement et l'effroi. La presse vantait chaque matin le désintéressement de cet homme d'Etat et son dévouement au bien public. Pendant plusieurs années, il avait eu le pouvoir d'envoyer des soldats à la mort, d'approuver des actions clandestines, de signer des accords nucléaires ou monétaires engageant notre pays pour des décennies encore. Un vertige me saisissait en imaginant que, pendant un demi-siècle, des centaines de milliers d'hommes et de femmes étaient morts, pendant que s'étaient succédé au pouvoir une myriade de dirigeants à son image, aveuglés par eux-mêmes.

En deux heures, je n'ai pas prononcé plus de trois phrases. J'ai émis quelques soupirs, qui n'ont pas troublé mon hôte. Il a signé la note du restaurant avec un authentique sourire de contentement. (...)

La soif de paraître est une passion terrible qui détruit l'humanité dans l'homme. Elle est insatiable. Elle assèche la source intérieure. Vouloir s'extraire de la condition humaine est un leurre et un vertige... Je préfère ceux qui cherchent à s'élever, ce qui est tout autre chose. Leur chemin intérieur passe par la patience et le dénuement.

Si je dois rendre grâce d'une seule chose à la vie rude qui fut la mienne, c'est de m'avoir appris à considérer les hommes, quels qu'ils soient, sur le même plan. Sous l'écorce de l'apparence, on trouve un rien, une poussière, un grain de sable qui concentre tout l'humain.

Ainsi pour mieux s'élever il faut savoir tomber.
Mr et Mme Moore, Hammond. Ils n'étaient plus là pour contrecarrer ses plans. Désormais, la main mise sur InGen était sienne. Encore fallait-il bien sure, prendre le temps de paraître juste et être un choix de renommé pour le vote qui allait s'en suivre.

Vivre dans la politique le jour et se cacher derrière un masque la nuit avait un effet à double tranchant. Handréas avait l'habitude de courtiser, de gérer des affaires et de côtoyer de grandes personnalités. Son argent, durement gagné après avoir été évincé par ses ex-amis, lui avaient permis de diriger un empire. Une entreprise d'armement sponsorisé par les Etats Unis d'Amérique. En étroite collaboration avec de nombreuses firmes multinationales, il avait la main sur le monde et il soudoyait régulièrement les personnes chargés du contrôle de ses affaires, pour éviter qu'ils ne mettent leur nez dans ses affaires et dans ses laboratoires secrets.

Kimaria Chimestry n'est pas connu, loin de là. Ce n'est qu'un nom dans un registre invisible au public. Une note sur un bout de papier dissimulée dans la grande maison qu'était "Delta-Labs".
Pourtant, c'était l'oeuvre la plus aboutie d'Handréas, la pièce maîtresse de son jeu d'ombres.
L'argent, le pouvoir, il avait tout. Personne n'était en mesure d'identifier la nature de ses projets et encore moins de l'inculper.

Né dans une famille noble et aisée, Handréas aurait pu avoir une enfance agréable et jouir de la richesse jusqu'à la fin de sa vie. Malheureusement, le destin ne l'a pas vu de cette façon et c'est dans la discrimination qu'il fut éduqué. Tout d'abord, ses parents le reniaient, mais ne voulaient pas faire de scandale donc acceptaient de le loger. Ils le définirent comme simplet et le traitèrent comme un animal, ou presque.
Niveau scolaire, il supplia plusieurs fois qu'on le retire de son école, tant il était devenu la risée des autres élèves. Trouvant cela divertissant, et souhaitant s'acharner sur leur fils sans raison apparente, le père et la mère refusèrent de le déplacer et suivirent d'un oeil discret les différentes farces immondes que l'on faisait subir à leur fils. De plus, pour aggraver les choses, sa mère l'obligeait à s'habiller de manière ridicule pour son âge. Il n'avait jamais le droit de sortir sans masque et était châtié très sévèrement s'il le perdait.
Renfermé sur lui-même, l'Homme masqué (tel était son surnom à l'époque), se rendit compte un jour qu'il attirait de manière anormale les ennuis en tous genres. Il ne tenta jamais de les repousser et finit même par en faire une force. Chose incroyable, il se révolta et décida de passer à l'acte en devenant le meilleur élève de sa classe et en apprenant tout ce qu'il pouvait savoir de la génétique, du droit, de la médecine, de la biologie...
Sa soif de connaissance était telle, que sa vie bascula, laissant derrière lui de minces souvenirs de son passé miséricordieux. Il attira du monde autour de lui et le pouvoir des mots le rendit influant et persuasif. Il fini donc par lâcher son masque et devint une personne influente le jour et destructrice la nuit.

Xerctëss est un personnage mentalement fascinant car, malgré ses manies loufoques et son amour ridicule pour l'argent et les masques, son esprit reste dénudé de folie. En effet, il est l'un des rares chefs de gang à ne pas être orienté par des maladies mentales meurtrières. Certes, il est des plus vicieux et des plus cruels, mais reste pleinement conscient de ses actes, ce qui les rend d'autant plus impardonnables. En vérité, Handréas a une personnalité qui est l'aboutissement d'une enfance désastreuse, et il souhaite en faire payer le prix, et surtout s'affirmer à tout prix. C'est pourquoi, malgré le fait qu'il ait beaucoup d'hommes de main, il adore se rendre sur le terrain lui-même pour faire couler le sang. Cependant, n'oublions pas que son plus grand plaisir est l'argent, donc il est tout à fait possible que, si cela a un réel avantage financier pour lui, il ne se mette à investir dans la charité. Mais on en est pas encore là. Son nouvel objectif était désormais de récupérer ce qui jadis lui avait été ôté.

Cela faisait tant de temps que John Hammond avait tenté de lui donner un poste sérieux et un travail honnête qui lui permettrait de gagner admirablement sa vie à Jurassic Park. Et même si Handréas avait refusé à cause de leurs différents passé, ce n'est pas ce qui arrêta le milliardaire qui le voulait absolument pour ses connaissances et son savoir. Xerctëss n'était pas de cet avis : si il y avait richesses à se procurer dans la création de ce parc, il voulait en être le seul héritier.

Il envoya donc ses meilleurs espions s'y faire engagés afin de pouvoir récoltés toutes les données les plus sensées et les plus intéressantes à exploitées...
Seulement, un incident survint et le Parc se retrouva obligé de fermé. Handréas vit là la perte d'un gain énorme. De plus, une maladie de la peau était en train de le changer au plus haut point, à cause d'une Plante préhistorique qui lui avait causé d'improbables cicatrices tout le long du côté droit du visage. Son masque ne le quittait plus.
Il voulait cependant trouver une cure à ces nouveaux problèmes et il était prêt à dépenser le prix qu'il fallait.

De source fiable, il avait entendu parlé du Site B et était aller y récolté l'ADN de plusieurs animaux et de végétaux afin de construire lui même un terrain qui lui rapporterait des millions. Ainsi naquit quelques années plus tard le Dinosaur Stadium dans lequel les mercenaires des 4 coins du monde y livraient bataille pour de l'argent. Devenu encore plus riche, Handréas, nouvellement appelé Xerctëss construisit sa propre entreprise qu'il nomma "Delta-Labs" (une entreprise cachant "Kimaria Chimestry").
C'est grâces aux prouesses scientifiques et aux échantillons récoltés qu'il arriva à constituer un baume revigorant pour sa peau et qui le soigna de la plupart de ses blessures. Cepandant il semblait y avoir un risque puisque son corps en subissait les conséquences, bien qu'il eut toujours l'air d'avoir 23 Ans. Pris de tremblements, brûlures, vomissement fréquent, il lui fallait un nouvel espoir. Dopé aux soins en tout genre, il attendait le moment propice car il n'avait plus de quoi formuler assez de nouveaux vaccins et que son état s'aggravait.

Le Miracle survint une quinzaine d'années plus tard, lorsqu'il apprit que le vieux Hammond avait renouvelé son expérience et qu'il comptait reconstruire un parc avec les nouvelles avancés technologiques. Plus fiable, plus sure, plus récent... Il y avait là une source inépuisable de richesse et Xerctëss savait qu'il devait se l'approprier pour pouvoir se guérir et devenir l'un des hommes les plus puissant de cette planète...


"- Je m'appelle Handréas Lucio de Gardan. Ancien fondateur d'InGen et candidat à la tête du fonctionnement de cette entreprise."

Personne n'avait remarqué dans cette fourmilière la présence de cette homme et encore moins sa montée sur l'estrade. Ce dernier avait attendu que les forces de l'ordre ce soit éclipsés à la recherche de Shivak Garland, mais surtout que l'ex membre de la Chimère, ne puisse le reconnaître en ces lieux.
Tout le monde regardait désormais cet homme que personne n'avait encore jamais vu et dont le nom était connu depuis quelques mois par les grands personnages politique de différents états.



Son nouveau visage, présentable depuis les recherches effectuées sur les rares échantillons du "Projet T", lui avait donné un nouvel avantage, non négligeable et qui avait enfin pu lui donner l'occasion de sortir de la nuit.
Désormais, il ne lui restait plus qu'à faire bonne figure pour s'approprier le parc et mettre la main sur les dernier secret que son rival lui avait dissimulé depuis tant d'années.


- "Vous ne me connaissez surement pas, mais je suis l'actuel PDG de "Delta-Labs" travaillant avec acharnement pour notre état dans la fabrication d'armes de défenses et la sécurité de notre patrie des Etats Unis d'Amérique. Si je revendique ce poste aujourd'hui, c'est parce que la mort de mon vieil ami John Hammond m'a fait réalisé à quel point je m'étais détourné de notre passé commun et la création d'InGen. Il ne reste plus que moi aujourd'hui et je suis le dernier héritier de cette grande famille à laquelle nous appartenons tous. Je ne compte pas faire de long discours comme mes prédécesseurs, mais j'ai senti votre crainte et j'ai pu être témoin des problèmes actuels et je promet si je suis élu, de mettre tous mes moyens à disposition pour la sécurité de ce Parc, de cette entreprise et de vos vies à tous. Merci."

Un grand sourire en guise de finition et un bref discours, simple et réfléchis.
Il savait que les candidats précédents n'avaient pas été à la hauteur et les autres potentiels élus avaient semé trop de doute dans l'esprit du public encore présent dans la salle.

Soudainement rassuré, le public applaudit.
Si la tension était encore palpable, un homme d'affaire monta sur l'estrade et annonça :


- "Les votes sont désormais ouvert. Votez s'il vous plait pour le candidat de votre choix. Il en va de soi que Mr Garland et Mr Hudson ont été tous les deux évincé de ce dernier tant qu'une enquête n'aura pas été ouverte."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 25
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   Mer 12 Nov 2014 - 17:24




       Et soudain cette sensation insupportable. Toute cette situation, tous ces événements. Avait-il sérieusement fait des choix amenant à tout ça ? Avait-il fait les choix qu'il avait fait de plein grès ou c'était-il contenté de suivre une voie toute tracée qui avait conduit à ces drames à répétition ? Les deux réponses étaient aussi tragiques l'une que l'autre. Soit il avait bel et bien choisit ce qui lui arrivait soit il avait un chemin plus que merdique. Cole était dégoûté, dépité. Les événements de ce soir avaient finis par l'abattre, par le déprimer totalement. Il avait juste envie de tout abandonner, de tout laisser en plan et partir loin d'ici.

       Bien entendu qu'il avait opté et pensé l'idée qu'il ne soit pas élu mais dans ce cas là il s'était rassuré et s'était vue auprès de Shaélynn. Elle aurait été derrière lui pour le consoler et le supporter, comme elle l'avait toujours fait jusqu'à maintenant mais en réalité c'était ça qui lui faisait peur actuellement. La donne avait changé, tout avait, semble-il, basculé lorsque Shivak lui avait prononcé ces mots, ces mots horribles et insatiables. Il aurait voulu ne jamais les avoir entendu. Comment est-ce que cela peut, une seule seconde, être pensable ? Comment est-ce qu'il aurait pu, une seule seconde, envisager cela ? C'était tout bonnement impossible et Cole retournait désormais la chose dans tout les sens, sous tout les angles possibles et inimaginables. Il observait ce prototype, cette hypothèse abominable, ce concept étrange sous tout ces attraits et cela lui faisait peur. Il avait peur et il avait mal. C'était une douleur qu'il ne connaissait pas, elle semblait insurmontable et tout aussi insupportable. Elle lui soulevait l'estomac, le brassait, le secouait, le retournait. Il avait une sorte de boule au ventre, il avait l'impression qu'elle prenait l'intégralité de sa cage thoracique et qu'elle cherchait à sortir, à éclater ses os uns à uns jusqu'à ce qu'il implose pour pouvoir sortir. Quelque chose avait pénétré et traversé son cœur en un instant  et cela continuait encore et encore. C'était comme si on lui tirait dans le cœur sans jamais qu'il ne puisse mourir. On tirait et on tirait encore et toujours. Comme si on tirait son cœur, on tirait de l'intérieur pour lui faire prendre des formes impossible. Quand est-ce que ça allait terminer ? On le maintenait en vie alors qu'il avait l'impression de mourir toute les minutes. On le faisait souffrir et on y prenait du plaisir. Son torse semblait être compresser, on lui sautait sur les poumons, il tremblotait. Il avait le souffle court tandis que ses paupières s'ouvraient et se fermaient rapidement. Que lui arrivait-il ? Sa tête tournait, elle lui faisait mal. Il semblait lutter contre une chose mystique qui semblait prendre plaisir à le manipuler, à le faire souffrir, à jouer de son corps. Il la sentait presque attraper son cœur, elle l'avait dans les mains et jouait de ses nerfs, appuyait sur des boutons, expérimentait de nouvelles choses. Il avait la nausée, sa vue se troublait. Que lui arrivait-il ? Etait-il malade ? Est-ce que c'était ça l'amour ? Une sorte de virus qui vous manipulait, vous contrôlerait sans que vous vous en rendiez compte si bien que lorsque, finalement, il vous délaissait vous en mouriez par perte d'habitude, perte de moyens, de ses besoins. Etait-il une sorte de parasite hideux et laid ? Vous dévorant de l'intérieur en préservant l'essentiel de vos organes pour que vous ne mourriez pas, peu à peu vous devenez un zombie totalement manipuler et manipulable, une matière inutile dont cette chose abominable prenait profit jusqu'au moment où elle décidait de se montrer, de refaire surface et de sortir de votre enveloppe charnelle.

       Shaélynn, qui était désormais dans ses bras et sur ses genoux, se mettait à pleurer sur son épaule. Cole ne réagissait pas ou tout du moins pas comme il l'aurait fallu. Il ne savait pas quoi faire, il ne savait plus comment faire, quoi faire et quand le faire. Stoïque, il restait silencieux. Avait-elle eu peur ? Avait-elle joué la comédie ? Jouait-elle la comédie en ce moment même ? Jouait-elle avec ses sentiments ? Avait-elle eu peur pour lui ou bien avait-elle peur pour elle ? Qui était-elle ? Que faisait-elle ? A quoi jouait-elle ? Pourquoi est-ce qu'elle le faisait ?

       Pourquoi se posait-il autant de questions ? Pourquoi est-ce qu'il fallait qu'il se pose toujours autant de questions ? Il n'était pas sûr de vouloir le découvrir. Sincèrement, pourquoi ferait-il ça ? Ne s'était-il fait pas assez de mal comme ça ? Mais d'un autre côté … Il mourrait d'envie de le savoir. Etait-elle juste ? Etait-elle mauvaise ? Etait-elle ce qu'elle prétendait être ?

Cole était dépité, il n'avait absolument pas envie de le faire mais une petite voix au fond de lui l'obligeait, le poussait à cette limite là.


- « Shaé ? », il lui chuchotait à l'oreille en relevant les cheveux qu'elle avait sur son front. « Il faut qu'on parle... Si tu veux bien on en discutera toute suite en rentrant... »


       Le message était passé, la réunion allait être longue, voir interminable. Il en suivit une sorte de cacophonie. Des grondements, des acclamations, des enjaillements insupportable. Les gens semblaient heureux, finalement satisfait de la situation. Ils avaient totalement oublié Shivak, son intervention frauduleuse, sur propos déplacé, ses attaques physiques et virtuels. Ils ne voyaient plus que cet homme, il les hypnotisait, les manipulait, les conduisait vers un chemin, un chemin  loin de lui, Cole. Il les voyait s'éloigner, il était maintenant dans le noir. Il n'y voyait plus rien, il n'y comprenait plus rien. N'importe quoi. On le blâmait pour des choses qu'il n'avait pas fait, on le brûlait vif. On l'avait même fouillé « poliment », avec des excuses, des manières toute suite après son retour. Le monde tournait vraiment à l'envers. C'était ridicule, c'était injuste. Il n'avait rien fait pour mériter ça. Il venait tout juste de se faire prendre en otage et on reprenait la réunion comme si de rien n'était. Cole, au final, n'était resté que par respect et fierté mais personne ne lui prêtait plus attention.Il n'y en avait plus que pour ce curieux personnage. Plus la fin de la réunion approchait et plus il était mal à l'aise. Tout semblait jouer d'avance, tout avait été préparé et scripté. Il n'avait absolument aucune chance. C'était navrant. Ils saluèrent une ou deux personnes armés d'un faux sourire, s'excusèrent et ils s'en allèrent finalement, silencieux. La réunion s'était terminée quelques minutes après, il n'avait pas pu rester jusqu'au bout. Pourtant, la soirée ne faisait que commencer ...

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comment bien marquer son retour. [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment bien marquer son retour. [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Discussion] Comment bien marquer son retour
» [TUTO] Comment bien exposer ses figurines ?
» Comment bien se présenter
» Comment bien appliqués ces lavis ?
» [SPECIALE DEBUTANT] COMMENT BIEN DEMARRER A MORDHEIM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2/Chapitre 2 : Reconstruction-
Sauter vers: