Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le fin mot de l'Histoire

Aller en bas 
AuteurMessage
Gregory Morrison

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 25
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Le fin mot de l'Histoire   Mar 18 Mar 2014 - 13:10

21 janvier 2014 - 14h00 - Isla Nublar
[RP Solo Gregory Morrison]


Gregory était vautré sur son canapé, accoudé, la tête haute, il regardait la télévision qui lui présentait un concerto de Bach, un génie de la musique classique qu’il appréciait particulièrement, par Isaac Stern. Il profitait de la musique, une bière à la main. Il ne touchait que très rarement à l’alcool mais il s’accordait de temps à autre un petit écart de ce genre. Le goût était amer, les bulles lui laissaient un arrière-goût assez désagréable et pétillaient dans sa gorge ce qui avait à chaque fois l’effet immanquable de provoquer chez lui une grimace relativement  disgracieuse mais néanmoins comique. Il faisait beau dehors, le soleil tapait même un peu fort en cette période de l’année. Il n’allait pas s’en plaindre. La côte et les arbres produisaient cependant une brise agréable. Gregory avait pris soin de fermer les volets et d’ouvrir les fenêtres pour d’une part éviter les reflets sur le téléviseur et d’autres parts évité d’être déranger par un potentiel voyeur ou on ne sait quoi. Il pouvait sentir cette fraîcheur de temps à autres alors les gouttes d’eau sur la bouteille frémissait et coulait le long des parois jusqu’à ce qu’elles atterrissent dans le creux de sa main. Au bout de quelques gorgées et c’était à chaque fois la même chose, les effets étaient déjà montés à son cerveau. Un état à la fois détendu et euphorique, ajouté à cela une perfusion de caféine et une musique fantastique et remarquable pour vous trouer les tympans et tout devient géant. Ça y est, Gregory se laissait aller librement à ses pensées, oubliant sa jambe et ses soucis sans vraiment les oublier, pensant sans réellement penser, pas de prise de tête, … En quelques sortes.


Qui suis-je ? Que fais-je ? Pourquoi est-ce que j’existe ? Dans quels buts ? C’était des questions que la plupart des êtres vivants se posaient au début de leurs vies. Certains se contentaient simplement de croire le gouvernement, le monde du travail, la politique, la famille et l’amour que l’on pouvait obtenir des autres ou par soi-même. D’autres se donnaient corps et âme à leur cher et tendre Dieu, s’ils étaient ici c’était qu’il l’avait voulu et donc par conséquent qu’il y avait forcément un but à tout ça, si ce n’est croire en lui et vouer sa misérable vie à le gouverner et à croire toutes les sottises que pouvaient déblatérer la Bible. Puis il y a ceux qui ont finalement compris et qui sont arrivés à la conclusion que la vie ne servait concrètement à rien, que l’on se donnait simplement un but pour oublier qu’il y en a absolument aucun et que l’on aura probablement jamais aucune importance et aucun impact sur ce monde, qu’il ne sera jamais redevable pour quoi que ce soit et qu’il y ait des chances pour qu’un jour il oublie notre naissance, notre existence et notre mort.
Gregory, lui, savait qu’il n’y avait aucune réel importance à sa présence ici, que ce monde était d’ores et déjà condamné et que même sa petite réputation dans le domaine de la médecine ne l’empêcherait absolument pas de disparaître six pieds sous terre si ce n’est pas possiblement dans un fossé ou dans la gueule d’un dinosaure depuis quelques jours. Rien jusque-là ne l’empêchait de faire on ne sait quoi, il souffrait tous les jours, n’avait aucune famille, aucun véritable amis, aucune petite copine, aucun gosse, rien. Il n’avait que sa tête, lui et ses jambes. C’était un peu ça qui était triste aussi chez cet homme, son seul et unique but se concentrait sur cette jambe, ce poids infâme que la médecine, cette chose qu’il avait chérit de nombreuses années, lui avait infligé. Il voulait sourire à nouveau, profiter de n’importe quoi, ne plus souffrir, ne plus sentir cette douleur atroce. C’est là, de cette idée et de ce concept farfelu et dérangé qu’il se dirigeait, c’était ça qu’il voulait entreprendre et réaliser. Qui sait ? Peut-être que sa folie des grandeurs conduiraient vers quelques choses de beaucoup plus grand. Imaginez que plus aucune maladie ne soit mortelle, qu’il n’y ait plus aucune allergie, bactérie ou pathologie susceptible de vous compliquez la vie et de pourrir celle de nombreuses personnes, quelque chose capable de soigner des choses banales mais contraignante comme l’asthme ou les rhumes, de redonner une vie normale aux gens ayant subi des malformations ou des accidents, de supprimer toute handicap dans le monde et de lui rendre sa jambe. C’était son rêve, son utopie, c’était ce qui le faisait vibrer, provoquait des frissons dans son sommeil. Gregory adorait marcher mais au jour d’aujourd’hui cela n’était pas quelque chose d’envisageable. Cette douleur constante le rendait aigri, désagréable. Chaque matin, il se levait avec cette souffrance, chaque soit il se couchait avec. Chaque jour il la sentait engourdi, il sentait ses fourmis qui se faufilaient sous chaque pore de sa peau, sur chaque muscle, nerf et tendons. Chaque jour il devait traîner ce fardeau, ce boulet inutile qui le déséquilibrait et qui lui servait de support, d’appui.


Gregory prit une nouvelle gorgée jusqu’à ce que la bouteille fût vide, il s’aida de l’accoudoir pour se lever et il se dirigea de en direction de la cuisine en boitant un peu plus que d’habitude. Sans la canne sa démarche était un peu plus ridicule voir pittoresque, un Chaplin raté. Il jeta la bouteille dans la poubelle d’un mouvement sec et habile qui claqua assez fort pour la faire tanguer légèrement, manquant de peu de la faire tomber. Ne sans souciant pas davantage, le scientifique s’approcha de son frigo et ouvrit la porte. Durant un instant, cette nouvelle fraîcheur l’envahit et il ne s’en priva pas. Après quelques secondes, la sonnerie d’alarme du frigo le ramena à la réalité. Il poussa des restes de la veille et attrapa une nouvelle bière. Il tapa le goulot sur le bord du bar pour la décapsuler et retourna finalement s’avachir sur le canapé.


Qu’est-ce qui était le plus inutile ? Le plus utile ? Sa jambe ou sa canne ? Sa canne lui permettait de se déplacer un peu près correctement, elle lui permettait de tenir debout sans tomber lamentablement et elle lui donnait un certain pouvoir, un certain charme et une certaine légitimité. C’était sa signature et sa justification. Sa jambe traînante, toujours laisser derrière le retenait et le faisait trébucher. Comment comptait-il arriver à ses fins ? Comment comptait-il y arriver ? Il en avait quasiment aucune idée. C’était une question que les gens se posaient souvent. Y arriverait-il seul ? Devait-il en parler à quelqu’un ou faire des recherches de par lui-même ? C’était compliqué, complexe et actuellement il n’avait pas vraiment confiance aux autres et de toute manière il ne connaissait pas assez tous ces gens pour seulement envisager d’en faire des amis. Que savait-il sur InGen ? Plus il y pensait et y réfléchissait, plus il voyait la situation actuelle,  plus il se renseignait et plus il se rendait compte que, au final, il ne savait rien. Il était quasiment convaincu que cette fameuse attaque orchestrée par K-C, cette communauté, ce groupe sans revendication particulière, cachait quelque chose de bien plus grave. Si personne ne savait ce qu’ils voulaient, si rien n’avait été clamé et revendiqué cela voulait forcément dire que quelqu’un lui savait, que c’était un message pour quelqu’un ou plusieurs personnes en particulier et que d’une manière ou d’une autre, ils savaient ce qu’ils cherchaient. Si cette hypothèse s’avérait véridique, il était logique que cela ne soit pas pour un simple employé comme ce fameux Dimitri ou même lui. Mais alors qui ? Qui était assez important, qui avait assez d’influence pour recevoir une menace bien qu’à ce stade cela ne soit pas vraiment une menace mais une déclaration de guerre. Cole Hudson ? John Hammond ? Les administrateurs ? Des chefs de section ? Des gens qui avaient contribué à la formation  et la richesse de ces parcs et de la société ? Cole Hudson était à l’hôpital, cela pouvait être un bon message, Gregory s’était beaucoup renseigné  sur InGen et les personnalités qui y vivaient avant de rejoindre la firme mais il ne savait pas que c’était le bordel à ce point, une chose que l’on s’était bien occupé à cacher. Il était bien évidemment naturel que l’on tarde à annoncer la mort de ce vieillard, un message plus radical cette fois-ci, et l’attaque du parc. Les chefs de section travaillaient activement au rétablissement et aux réparations si bien que tout devenait presque militaire, chacun à son poste avec un rôle bien défini, un planning méticuleux et chargé. Les ordres étaient crachés à droite et à gauche, des uniformes, des gardes. InGen semblait presque monter une vraie armée, armée qui n’allait pas tarder d’ailleurs si on rétablissait pas le courant et ne remettait pas toutes ces bêtes dans leurs enclos. Un de ces patrons en savaient peut être plus que ce qu’ils ne disaient ou pensaient. Comment savoir ? Comment découvrir le fin mot de l’histoire ? Comment parvenir à résoudre son problème personnel quand de plus gros, de plus conséquent et important s’imposaient et interféraient dans ses plans et ses buts ? Que devait-il faire ? Chaque situation avait sa solution, chaque solution avait sa manière. Chacun se posait les mêmes questions, chacun réagissait et agissait à sa manière. Qu’est-ce que Gregory allait faire ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le fin mot de l'Histoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2/Chapitre 2 : Reconstruction-
Sauter vers: