Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une arrivée mouvementée... [Prio Gregory]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dimitri Baranov

Dimitri Baranov

Messages : 4
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 29

MessageSujet: Une arrivée mouvementée... [Prio Gregory]   Jeu 13 Fév 2014 - 18:36

[Ami lecteur, je me remet doucement au rp après une longue pause. Je préfère prévenir, je suis rouillé... Et j'espère qu'il n'y a pas trop d'incohérences, c'est un univers plutôt nouveau pour moi.^^]

Les derniers adieux à la Mère Patrie. Dimitri avait un pincement au cœur même s'il savait qu'il reviendrait, mais seulement après avoir fait fortune à l'étranger ! Il avait tout planifié en économisant au maximum. La majeure partie du trajet, il l'avait passé en avion. Cependant, on était bien loin de la première classe dans le dernier modèle de chez Boeing... Un billet à bas prix dans une petite compagnie russe. L'appareil était un antique Tupolev qui avait dû traîner sa carcasse dans tous les aéroports du globe. Mieux valait ne pas connaître le nombre d'heures de vol de cet engin, bon pour la réforme depuis des années... Bah, au moins, notre colosse avait trouvé de la lecture et de la musique pour passer le temps dans la classe économique. Puis ce fut une nuit dans un hôtel d'une autre époque et un voyage en taxi vers un port afin de terminer cette épopée par une ultime balade en ferry. Personne d'autre à bord mis à part l'équipage qui se voulait aussi bavard qu'une pierre tombale...

A peine débarqué, Dimitri eut tout de suite droit à un premier briefing ! Une longue discussion où il s'était simplement présenté et se contenta d'écouter le monologue de son interlocuteur. Le russe essaya de retenir le plus important. Un problème était apparemment survenu dans le parc et avait occasionner des dégâts très lourds. Une sordide histoire d'attaque terroriste qui avait ravagé de nombreuses installations... Dimitri semblait sceptique fasse à cette histoire, pourquoi diable s'attaquer à un parc d'attraction ?
Tout se mélangeait dans sa tête et il avait tellement de questions et de remarques. Mais ce n'était pas le moment, pas le temps de traîner, tous ceux qui se trouvaient ici étaient en effervescence ! Des hommes s'activaient pour charger et sangler tout un tas de bazar. Le colosse russe était affecté aux laboratoires pour remettre en état les locaux et surtout les appareils. Aucune voiture disponible mais un camion pouvait le déposer s'il acceptait de monter à l'arrière avec le matériel... Parfait, le temps de trouver une caisse à outil et Dimitri posa son séant dans la remorque.

Sérieusement, le conducteur de cet engin devait être pilote de rallye dans une autre vie ! Ou alors il cherchait à abréger ce voyage au plus vite pour échapper à un quelconque danger... Ce fut pendant ce voyage chaotique que le russe réalisa vraiment l'ampleur des dégâts. Le décor qui défilait sous ses yeux était à la fois sidérant et effrayant... Le cadre était magnifique mais l'île lui apparaissait comme une zone de guerre ! Ici et là, sur le bord de la route, on trouvait une jeep renversée sur le toit ou un camion en partie dévoré par les flammes. Et plus son taxi du jour s'enfonçait dans l'île, plus la désolation se faisait sentir. De grandes volutes de fumée noire s'étiraient au loin, indiquant que des incendies devaient encore sévir dans certaines zones. Dimitri se disait que Volgograd devait ressembler à ça pendant la guerre, à l'époque où elle s'appelait encore Stalingrad...
Bordel, il n'était pas venu ici pour faire la guerre ! Son service militaire avait suffit... C'était quoi cette blague ?!

Vous descendez ici ! Les labos sont juste là, bon courage et bonne chance !

Le chauffeur lui laissa à peine le temps de sauter du camion, vraisemblablement peu enclin à moisir ici. Les bâtiments n'étaient guère engageants... Portes enfoncées, impacts d'explosion, béton noirci par les flammes... Et même, du sang ?! Dimitri eut un mouvement de recul, quasiment prêt à prendre ses jambes à son cou avant de se résigner à entrer dans le bâtiment. Un sifflement d'étonnement se fit entendre au moment où il passait la porte.

Oh putain c'est quoi tout ce merdier ?! Sérieusement, j'ai jamais demandé à visiter Tchernobyl...

Dimitri ne réalisait pas totalement qu'il était constamment en danger ici. Un bruit métallique lui rappela la dure réalité et le fit sursauter ! Par ailleurs, il avait la sale impression d'être surveillé et, tout en avançant, il jetait régulièrement un coup d’œil par dessus son épaule. Il prit d'ailleurs le temps d'ouvrir sa caisse à outil pour s'emparer du coupe-boulon. Ce truc c'était comme un bon pied de biche, ça rassurait dans les situations désespérées...
Les locaux étaient sombres et glauques. Pas la peine d'être un génie pour deviner que l'électricité était absente ici. Le colosse ronchonna à l'idée de devoir faire une croix sur l'ascenseur et surtout sur la lumière ! Et franchement, certains couloirs respiraient le traquenard à plein nez, un peu comme un film d'épouvante à petit budget... Il osa tout de même, caisse à outil dans une main, coupe-boulon dans l'autre :

Y'a quelqu'un ? Service de maintenance, mais si je suis tout seul je me casse !

Hors de question de passer deux heures à errer au hasard des salles et des couloirs ! On lui avait dit d'aller aider aux réparations mais sans vraiment lui donner d'autres détails... Le russe commençait à regretter de ne pas être rester avec le chauffeur du camion...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Morrison

Gregory Morrison

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 25
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Re: Une arrivée mouvementée... [Prio Gregory]   Jeu 13 Fév 2014 - 22:15

Gregory avait finalement terminé de trier toutes ces machines, cela avait pris un certain temps et il n'y en avait au final pas beaucoup de casser ou tout du moins qui n'était pas réparable. Des fils dénudés, des vitres pétées ou une carte grillée, c'était facilement remplaçable. A ce prix là, il valait mieux faire ses réparations soient même et de toute manière sa patronne lui avait bien fait comprendre que l'argent ne tomberait pas du ciel. Une révélation qui avait failli faire tomber le scientifique. Après tout on arrivait bien à reconstruire, à reproduire des dinosaures, cette avancée technologique, scientifique, biologique mais aussi économique, puisque le vieux Hammond en avait fait des parcs d'attractions, pouvaient en faire douter plus d'un. A ce niveau là qu'est-ce qu'on pouvait faire ? A quoi ces expériences, ces réalisations, ces créations pouvaient ouvrir la porte ? La réponse était claire, à toute sorte de choses fantaisistes, les rêves les plus fou. Si un petit vieillard milliardaire, gros et capricieux pouvait faire ça, qu'est-ce qu'un scientifique de renommer pouvait faire ? Tout cela avait bouleversé les années 90, n'importe qui voulait faire n'importe quoi, tandis que certains créaient, d'autres chercher simplement à piquer la dure labeur des autres. Des bouleversements, toujours plus de bêtises. Les gens, les scientifiques exploitaient ce qu'ils trouvaient de manière ridicule et ne cherchaient pas le véritable sens, le véritable usage de leurs découvertes.  

Sa jambe le lançait à nouveau, toujours dès qu'il était irrité mais il avait aussi passé la journée quasiment à tourner en rond, à porter des choses de gauche à droite, de droite à gauche. Aucun scrupule à faire bosser un handicapé ces gens là, « toute aide est la bienvenue » avait-on dit. « Tu m'étonnes », pensa Gregory. Il s'attendait presque à voir un mec en chaise roulante entrer dans la pièce. Le scientifique prit un comprimé qu'il sortit d'une de ses poches et l'avala d'une traite, il n'avait pas honte de ça, il en avait jamais eu. Devrait-il ? De toute façon, on lui disait pas grand chose à ce niveau là mais ce n'est pas pour autant qu'on ne le regardait pas de travers. Les gens se questionnaient sur cet homme mystérieux à la canne et à la jambe qui boîte. Quelques minutes après où il prit le temps de boire un café tout en se reposant, le scientifique prit l'initiative d'appeler la maintenance pour qu'il leur envoie un gars, après tout c'était à cela qu'ils servaient. Elle répondit présent et après un bref briefing de la situation où Gregory faillit s'endormir une ou deux fois, l'homme au bout du fil lui dit que quelqu'un avait été envoyé. Il raccrocha et s'installa confortablement sur une chaise, jambe sur le bureau, le cachet faisait doucement son effet, le rendant euphorique et prêt à raconter une demi douzaine de conneries pour énerver le prochain qui viendrait lui adresser la parole. Quoi qu'il en soit, il fallait réparer les machines qui étaient encore possible de sauver mais ce n'était très certainement pas lui qui allait le faire bien qu'il ne doute pas une seule seconde de ses compétences.
Au bout d'un moment, Gregory entendit un véhicule se garer devant le bâtiment, à priori un camion au vue du bruit qu'il faisait, puis il repartit aussi vite qu'il était venu.  Le scientifique se questionna tout d'abord sur les intentions de cet arrêt inattendu. Est-ce qu'il y avait encore des bandits sur l'île contrairement à ce qu'on lui avait dit ou en restaient-ils encore des plus discrets qui comptaient se venger de la mort de leurs camarades ou autres vendetta. Après quelques instants, il put entendre des pas qui résonnaient dans le couleur et une voix assez grave qui disait :

- Y'a quelqu'un ? Service de maintenance, mais si je suis tout seul je me casse !

Gregory esquissa un sourire et se leva, canne en main, il commença à marcher en direction du couloir où l'homme se trouvait. Le son répété de la canne sur le sol résonnait et pouvait paraître menaçant pour quelqu'un d'inquiet, c'est pourquoi il décida de s'annoncer avant d'arriver en face de l'inconnu. Il pouvait être armer et si le scientifique voulait éviter de se retrouver avec une balle dans le buffet … Ça serait incroyablement con de finir comme ça alors que cela fait si peu de temps qu'il est sur l'île.

- Hey, c'est toi qu'ils ont envoyé ?? Viens là que je vois ton beau visage ô mon bon sauveur ! T'as traîné un peu quand même, tu t'es perdu en chemin ou quoi ?

Peu à peu, Gregory sortait de la pénombre et s'approchait de la masse qui se trouvait en face de lui. Il était plus grand que lui et pesait au moins dix fois son poids mais ce n'était pas le genre de choses qui effrayait le scientifique. Barbu, gros et musclé, pile poil le genre de personnes avec qui il adorait converser.

- Au moins si on se fait attaquer je serais bien plus en confiance avec toi qu'avec l'autre taré de Hopkins ! Bref …, dit-il en appuyant sur le mot d'un soupir. Est-ce que les présentations sont nécessaires vue les circonstances et vue qu'on va sûrement jamais se revoir ? Aller, soyons fou surtout que cet endroit aurait bien besoin d'un peu d'humanité, qu'est-ce que je dis, ce bordel c'est l'humanité ! Gregory Morrison, pour être servis ! Que pouvez-vous pour moi ? On a des machines à réparer par ici et par là monsieur … Monsieur ?

Le moment de vérité, est-ce que cet homme était du genre sanguin, du genre à frapper sur un handicapé ou bien un gros nounous sympathique ? On allait le voir assez rapidement, Gregory aimait tout faire pour énerver les gens, être condescendant voir à les rabaisser, attaquer leurs faiblesses. C'était pour lui dans ses moments là que tu voyais la vraie personnalité des gens, s'il était du genre à se coucher devant lui, à être violent, à avoir de la répartie, etc...


Dernière édition par Gregory Morrison le Dim 16 Fév 2014 - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dimitri Baranov

Dimitri Baranov

Messages : 4
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 29

MessageSujet: Re: Une arrivée mouvementée... [Prio Gregory]   Sam 15 Fév 2014 - 21:08

Dimitri s'apprêtait à rebrousser chemin quand un bruit se fit brusquement entendre ! C'était régulier et lointain mais ce son se rapprochait et résonnait dans les couloirs. Parfaitement immobile, l'ouvrier plissa les paupières et tendit l'oreille, essayant d'identifier l'origine de ce bruit franchement pas rassurant... Sa main se crispa sur le coupe-boulon, il était prêt à balancer ce truc en parfaite situation de légitime défense.
Pourtant une voix interrompit son geste, quel soulagement ! En plus, cette voix paraissait plutôt amicale et dans ce genre de situation, n'importe quelle voix humaine se voulait rassurante. Il y avait même une pointe d'humour, ce qui n'était pas déplaisant. Après quelques secondes, le russe apercevait enfin une silhouette et décida lui aussi de jouer sur l'ironie :

Désolé pour le retard mais le service de taxi est déplorable sur cette île... Et je n'ai même pas eu le temps de laisser un pourboire au chauffard, pardon chauffeur, qui avait l'air plutôt pressé...

L'inconnu finit de se rapprocher et Dimitri pouvait à présent parfaitement détailler l'homme qui se tenait devant lui. La cinquantaine, une allure plutôt classe et surtout une canne ! Oui, c'était le détail qui frappa l'ouvrier ! En même temps, il venait de trouver la source du bruit qui l'avait quelque peu stressé... L'homme était assez grand mais pas vraiment musclé. Donc, sauf erreur, il ne devait pas exécuter des tâches manuelles mais ça avait tout l'air d'être un intellectuel ! Ce dernier reprit la parole et initia les présentations avec une nouvelle pointe d'humour qui tranchait avec l'ambiance du lieu. Gregory Morrison ! Voilà le nom de son interlocuteur et accessoirement, l'instigateur de sa venue en ces lieux. Un peu hautain mais bon, sans doute un personnage haut en couleurs... Des machines à réparer ? Là il parlait une langue que le russe comprenait ! Néanmoins, avant de se mettre au boulot, il était clair que ce Gregory attendait un nom.

Baranov ! Dimitri Baranov ! Très jolie la déco et l'ambiance, y'a pas à dire, ça donne tout de suite envie de voir le reste... Un rire ponctua la fin de la phrase. Ironie, quand tu nous tiens... Blague à part, je suis prêt à me mettre au boulot mais on ne m'a pas donné beaucoup de détails alors j'ai pris le strict nécessaire.

Histoire de joindre le geste à la parole, Dimitri souleva légèrement la caisse à outils. Il n'avait pas pris le temps d'examiner son contenu en détail mais cela devrait être suffisant pour faire face aux réparations courantes. Après tout, à part cette caisse, il n'avait pas de tenue et aucun autre matériel...

Par contre, pourrais-je caresser l'espoir d'avoir un petit café avant de m'y mettre ? Le trajet m'a tout retourné...

Il gratifia l'homme à la canne d'un large sourire. Difficile d'imaginer une machine à café ici mais bon, l'espoir fait vivre... Par contre, les paroles de Morrison revenaient soudainement dans l'esprit du russe et un détail le stoppa dans son élan ! Bon d'accord, par moment, il était long à la détente et là pour le coup il avait failli louper un mot important...

Euh, une seconde, tu... Vu les circonstances, on peut se tutoyer n'est-ce pas ? Bref, quand tu dis « attaquer », c'est une blague ?! Non parce que le type qui m'a envoyé ici disait que les « terroristes » étaient déjà loin ! Et je n'ai pas eu le temps de discuter d'une éventuelle prime de risque...

Effectivement, c'était surtout les terroristes qui préoccupaient Dimitri. Vu l'état général des bâtiments, ce n'était clairement pas des enfants de cœur... Et finir avec une balle dans le bide en réparant une fichue machine n'était pas dans le plan imaginé par le russe.
Sérieusement, en même pas une journée, il se retrouvait dans une zone de guerre qui n'avait rien à voir avec le parc présenté sur les brochures... Il était à deux doigts de tout plaquer pour retourner en Russie et travailler à nouveau sur sa plate-forme perdue en mer ! Même l'armée passait pour une colonie de vacance à côté de cet endroit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gregory Morrison

Gregory Morrison

Messages : 16
Date d'inscription : 06/09/2013
Age : 25
Localisation : Dans les labos

MessageSujet: Re: Une arrivée mouvementée... [Prio Gregory]   Mar 18 Fév 2014 - 19:16

Spoiler:
 


Dimitri Baranov, un russe si on se contentait d’analyser son nom, avait effectivement un léger accent qui trahissait son origine mais ce dernier restait néanmoins discret pour un étranger. Gregory se questionna aussitôt sur sa venue, qu’est-ce qui peut pousser un homme à partir d’un emploi risqué pour un autre ? La Russie était un endroit risqué, c'était une certitude bien qu'il n'y soit jamais aller. Un beau pays et riche notamment pour sa culture que l’on peut qualifier d’unique mais d'un autre côté beaucoup de choses ne se disaient pas. Les goulags étaient terrifiants et il valait mieux éviter d’embêter le gouvernement ainsi que les fédéraux si on ne voulait pas finir dedans. Sans oublier les gangs et le racisme, l'homophobie qui régnait.
Après un sourire, l’homme qui se trouvait maintenant en face de lui et qui, a première vue, avait assez d’humour et de répartie pour comprendre la dérision et les blagues du scientifique, lui répondit sur un ton qui prêtait à la fois à la rigolade mais aussi révélait la triste situation de cette île. C’était clairement la merde. On faisait avec ce que l’on pouvait et Dimitri avait pris des risques en venant ici et il était possible encore qu’ils y en aient puisque la centrale avait été détruite et que, désormais, certains prédateurs se déplaçaient librement sur l’île. Les rangers et les soigneurs devaient probablement s’activer à rentrer certaines bêtes dans leurs enclos tandis que les informaticiens et ouvriers devaient s’activaient pour rétablir l’électricité dans le parc. Ce n’était pas son problème, il était bien là où il était, dans un laboratoire, à sa place. Gregory était à son poste, chacun avait le sien. Il n’avait pas à se plaindre.

Le scientifique avait eu l’impression que le gars de la maintenance disait les choses comme s’il n’était jamais venu sur cette partie de l’île, était-il possible que cela soit le cas ou était-il tout simplement comme lui, un tout nouveau ? Quoi qu’il en soit, ce dernier était prêt à travailler et ça c’était en soit une bonne chose et d’une certaine façon il n’avait pas bien le choix. Il montra rapidement le matériel qu’il avait apporté en soulevant la caisse qu’il portait dans sa main. Il avait un air à la fois inquiet mais rassuré ce qui chez lui provoquait une grimace plutôt comique, le jeune homme qui devait avoir la trentaine semblait un peu dépité, comme s’il ne s’attendait pas à voir ce genre d’événement, à se retrouver dans ce genre de situation. Il est vrai que personne concrètement ne s’y attendait et on peut dire que c’est un peu le principe de l’attaque surprise. Mais InGen devait bien se douter que des terroristes tenteraient quelques choses un jour, les rangers n’étaient pas là uniquement pour la surveillance des dinosaures. S’agissait-il de gens malveillants cherchant à obtenir le secret de fabrication par la force ou de voler du matériel, des technologies qui appartiennent presque au futur ou encore des écolos tarés et complètement dérangés qui penseraient  par exemple qu’il faudrait donner une chance aux dinosaures d’être libre. C’était aussi ça qui était bizarre en soit, rien en particulier n’avait été revendiqué, ils s’étaient contentés de saccager, de détruire, de tuer et, concrètement, de foutre la merde. Il y avait eu beaucoup de mort, dans les deux camps, et rien n’avait été volé à première vue, tous les dinosaures n’avaient pas été « libéré » non plus. Gregory ne pouvait s’empêcher de penser qu’il puisse s’agir là d’une sorte de diversion pour quelques choses de beaucoup plus graves, quelques choses de beaucoup plus gros derrière tout ça. Cela ne pouvait pas simplement être une opération anéantissement d’InGen. Déjà parce que cela n’avait aucun sens et ensuite parce qu’en faisant cela, les attaquants n’y gagnaient absolument rien si ce n’est un bon nombre de flics au cul et une peine de mort bien mérité. Pourquoi avaient-ils fait ça alors ? Qu’est-ce qu’ils recherchaient sur l’île ? Le vieux Hammond était beaucoup plus intelligent qu’on le pensait et ça le scientifique le savait. Il ne s’était pas simplement contenté de piquer la technologie de plusieurs scientifiques pour faire un parc d’attraction. Il avait trouvé un usage à des technologies mal exploités et il avait commercialisé et vendu du rêve aux enfants qui vivaient dans ce monde en pleine crise économique où leur avenir avait été rasé, pillé et violé. On leur demandait simplement de payer le mal que leurs parents et leurs grands-parents avaient fait et, bien entendu, sans leur demander leurs avis.  Dans cette injustice, Hammond leur avait rendu un petit espoir, une enfance et la possibilité d’envisager que, un jour, tout était possible. Mais il avait aussi rendu de l’espoir à Gregory, l’espoir de pouvoir un jour à nouveau marcher correctement, l’espoir qu’un jour il ne souffrirait plus comme aujourd’hui et comme tous les autres jours depuis son accident.

Dimitri semblait un peu perdu, il ne semblait pas savoir exactement pourquoi il était venu ici. Gregory espérait sérieusement que cet homme soit en mesure de faire son boulot correctement,  de réparer et fixer ses machines, qu’il soit assez compétent pour faire ce qu’on lui demande. L’avenir de l’entreprise et de sa jambe en dépendait.


- Par contre, pourrais-je caresser l'espoir d'avoir un petit café avant de m'y mettre ? Le trajet m'a tout retourné...


Gregory ne pouvait s’empêcher de penser à un gros nounous en le regardant, il voulait peut être des gâteaux aussi en accompagnement. Il répondit à son sourire et avant que le scientifique puisse lui dire qu’il n’y avait pas de cafetière dans le laboratoire, ce qui au passage était un énorme mensonge, le Russe dit sur un ton bredouillant.


- Euh, une seconde, tu... Vu les circonstances, on peut se tutoyer n'est-ce pas ? Bref, quand tu dis « attaquer », c'est une blague ?! Non parce que le type qui m'a envoyé ici disait que les « terroristes » étaient déjà loin ! Et je n'ai pas eu le temps de discuter d'une éventuelle prime de risque...


Il était définitivement nouveau, un gros nounours qui se préoccupe de savoir si les méchants terroristes étaient toujours là, n’est-ce pas mignon ? Putain non. Etait-il au courant qu’un putain de Tyrannosaurus Rex se baladait sur l’île ? Etait-il au courant que des Vélociraptors s’étaient échappés de leur enclos ? Gregory avait entendu des conversations au laboratoire mentionnant les faits et le téléphone sonnait presque toutes les cinq minutes pour faire un résumé de la situation, pour vérifier qu’il n’y avait aucun problème dans le laboratoire. Elina était surchargée de travail et littéralement harcelée par … Et bien par absolument tout le monde. Son portable sonnait, les gens s’inquiétaient, lui demandaient quoi faire. Elle était la patronne, elle savait tout et elle était l’exemple et il fallait avouer que, pour l’instant, elle ne se démerdait pas trop mal.


- Bon …, soupira Gregory, j’allais te dire qu’il n’y avait pas de café ni de cafetière mais comme tu es visiblement nouveau j’vais faire une exception avec toi. J’ai des choses à te raconter et j'te dois au moins un café. C'est d'ailleurs étonnant que tu es accepté un boulot sans être au courant.


Les deux hommes prirent la direction du laboratoire, Dimitri qui se trouvait à sa droite était légèrement empoté et sa carrure importante produisait chez lui une démarche à la fois comique mais aussi parodique de celle de Gregory. Les deux se balançaient de gauche à droite, un peu plus pour le scientifique bien entendu mais on aurait presque pu croire à une scène de La Marche de l'empereur. Une fois dans le laboratoire, Gregory servit deux tasses de cafés et reprit là où il s'était arrêté. Les gens s'agitaient toujours un peu partout dans la salle, une vraie basse-cour et le scientifique en avait absolument rien à foutre. Il ignorait le brouhaha que les communications et les cliquètements, il ignorait les bruits, le brouhaha qu'il y avait au alentour. Tout ce qui le préoccupait à l'instant « T », c'était cet homme qui s'était engagé sans savoir dans quelle merde il était arrivé. Il comptait bien régler ce soucis là et lui dire la vérité.


- Alors, t'es prêt à écouter ce que j'ai à te dire ?


Gregory l'invita à s'asseoir d'un air sérieux, comment Dimitri allait réagir à ces nouvelles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une arrivée mouvementée... [Prio Gregory]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée mouvementée... [Prio Gregory]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivée mouvementée et compagnie inattendue
» Arrivée mouvementée
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2/ Chapitre 1 : Des pas qui font trembler la terre...-
Sauter vers: