Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Confidences sur l'Oreiller [+18]

Aller en bas 
AuteurMessage
Shivak Garland

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 27/09/2013

MessageSujet: Confidences sur l'Oreiller [+18]   Jeu 6 Fév 2014 - 0:24

Avertissement : Ce RP peux contenir des scènes pouvant heurter la sensibilité des plus jeunes. Public avertit.



Aujourd'hui était un jour pluvieux. Se lever sous un ciel gris n'était pas vraiment agréable, on a souvent envie de se recoucher, de rêvasser en écoutant le clapotis des gouttes sur le toit, et de bouquiner un peu. Ce n'était pas le genre de temps qui donnait envie de se lever de bonne humeur pour commencer à travailler. Pourtant il le fallait. Fenêtre ouverte histoire d'aérer et de pouvoir faire le lit, je m'empressais de me préparer dans la salle de bain. Il ne me fallait pas plus de 10 minutes pour faire tout ça, j'étais coquet, mais pas trop. Après tout, j'étais bel et bien captif et mieux ne valait pas trop attirer les regards.
De toute façon, cela faisait bien plus d'une semaine que cette comédie continuait. Pour être franc, quasiment plus personne ne vivait ici depuis l'incident du parc. Seuls les téméraires et les plus courageux avaient décidé de rester sur une île ou certaines espèces n'avaient pas encore été capturées. Même si on disait la zone sécurisé, il fallait toujours être prudent et savoir qu'Emma risquait sa vie tous les jours pendant qu'il se cloîtrait chez elle commençait peu à peu à le rendre fou. Homme foyer ou "comment tourner en rond".

Direction le salon ! La veille Shivak s'était couché très tard (il faut dire qu'Emma y était pour quelque chose) et avait laissé traîner ses cendriers (une mauvaise habitude qui lui prenait lorsqu'il stressait un peu trop...), il les ramassait donc et allait en jeter le contenu dans la poubelle, les nettoyait, puis les remettait à leur juste place. Il épousseta ensuite le fauteuil afin qu'il soit accueillant, même si de toutes façons rien ne pourrait empêcher sa compagne de poser ses fesses dessus.. Et allumait un feu dans la cheminée juste en face, afin de réchauffer la pièce en ce jour d'orage.
Les flammes dansaient par dessus les bûches. C'était le genre de choses que j'adorais regarder. Si je pouvais, je serais resté là, les yeux fixés sur le feu pendant des heures. C'était pour moi un des nombreux mystères de la vie, le feu. Il se formait à partir de « rien ». Du frottement de deux galets, de la friction d'une allumette sur son socle, d'un briquet.. Une sorte de magie magnifique à la fois mortelle et apaisante. Je me sentais toujours très relaxé près de la cheminée, seule et unique chose qui me permettait d'apprécier vraiment l'hiver.

Une journée à surfer sur le web, a infiltrer le réseau d'InGen pour récupérer des dossiers, à chercher des documents sur la Chimère en piratant des serveurs et des proxys, se creuser la tête pour retrouver la dernière clef et ruminer sur la Mort d'Hammond lui avait bien pourri le reste de la journée. Heureusement, il existait maintenant de nombreux jeux pour tuer le temps et Call Of Duty avait enfin trouvé son maître ! La journée passa d'un traite, entre deux casse croûtes, si bien qu'il dut accélérer le rythme des tâches ménagères. Heureusement, les facultés et la vivacité d'espions pouvaient s'avérer très utiles dans ce genre de situation.
Le Bungallow était clean ! Fée du logis me voilà ! Mr propre n'a qu'à bien se tenir car...


- "...Moi c'est Shivak et la saleté j'attaque !"

J'étais fier de moi, le torse bombé, la demoiselle en détresse agrippée à mon bras tel un chevalier servant. On aurait pu me mettre une couronne sur la tête ainsi qu'une fraise autour du cou, je n'aurais pas refusé tant je me sentais héroïque à ce moment précis. Je voyais déjà autour de moi les contrées verdoyantes s'étaler à l'horizon, moi sur mon fidèle destrier et Emma assise devant moi, ses bras entourant mon cou, le regard plein d'amour et de remerciements, coiffée d'un diadème en diamants et d'une robe soulignant parfaitement ses courbes alléchantes. En parlant de demoiselle, n'était-ce pas sa princesse qu'il entendait arriver sur le palier ?

Le craquement de bois était plus présent, plus inquiétant. Et si ce n'était pas elle ? Flingue à porté de main, il se répéta sa nouvelle phrase de motivation, bien décidé à éliminer la vermine qui tenterait de saboter son travail d'aspiration de poussière et de lavage des carreaux. Petit coup d'oeil vers l'extérieur pour vérifier le fondement de ses craintes....
Puis, c’est le dur retour à la réalité. Vous vous apercevez que la terreur que vous avez ressentie était disproportionnée. C’est la surprise, le véritable coupable, bien plus fourbe encore que la peur. Elle s’évertue à rendre chaque élément, chaque détail, bien plus impressionnants et effrayants qu’ils ne le sont en réalité, jusqu’à vous arracher un cri pour un simple contact sur le plancher.

C'était elle !
Il l'avait si ardemment attendu.

Censuré:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emma Beckett

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/10/2013

MessageSujet: Re: Confidences sur l'Oreiller [+18]   Lun 24 Fév 2014 - 22:01

PV: SHIVAK


♦ Je quittais la « réunion » avec la tête comme un véritable saut. On aurait pu filmer et mettre la vidéo pour remplacer un épisode des Feux de l’Amour version Jurassic Park. Ça aurait parfaitement fait l’affaire. C’était devenu ridicule et puis je n’avais vraiment plus rien à y faire dans le bungalow de l’ami Marcos. Dire que j’avais perdu une soirée géniale avec Shivak pour aller écouter leurs histoires de mensonges et de tromperies.  C’était le comble moi qui avait horreur de ce genre de discussions débiles. Cole était trop con pour voir que Shaé disait n’importe quoi. Bref, ils n’avaient cas se débrouiller comme des grands. Moi je m’en lavais les mains désormais. Tout ce que je voulais c’était les bras de Shivak. Le reste je n’en avais vraiment plus rien à foutre.

L’air frais de la nuit me fit frissonner lorsque je me glissai à l’extérieur de l’habitation. Tout était silencieux. Je respirai un bon coup l’air froid. Ce dernier me piqua le nez et me fit trembler de tout mon corps. J’avais froid et fallait pas trop que je tarde car je pouvais attraper la crève. La lune était visible parmi les nombreuses étoiles éparses mais pour l’heure je n’en avais que faire. Je voulais rejoindre mon compagnon le plus vite possible. Je ne mis que quelques minutes pour retourner chez moi. Tout était silencieux. Je n’entendais pas un bruit à l’intérieur. J’espérais un peu inquiète qu’il ne s’était rien passé de fâcheux pour Shivak. J’avais à peine posé la main sur la poignée de la porte d’entrée que je fus aspirée à l’intérieur par des bras fermes et pressant. En temps normal, j’aurais frappé sans hésitation. La personne qui m’aurait agressée de la sorte ne restait en général pas longtemps dans les parages. Mais là c’était différent. Je savais très bien que c’était mon homme à qui j’avais visiblement manqué vu l’agréable accueil que je recevais.

Je me laissais faire sous son étreinte. Je pouvais enfin décompresser et me laisser aller. Enfin la paix. Ce serait fin de soirée détente finalement. Quoique… Je savourais les baisers et les caresses plus ou moins pressantes de mon partenaire et me prêtait au jeu en m’amusant à alterner des baisers tendres et gourmands, je lui mordais légèrement les lèvres et me délectait de le sentir frémissant et plein de désir. Je pouvais ressentir son envie de moi. Shivak était bouillant et il allait très vite me réchauffer le corps. Je lui faisais confiance pour ça. Finalement la séance de déshabillage mutuel fut ouverte. Ce fut un florilège de lancer de vêtement aux quatres vents. En un quart de secondes je découvris le torse parfait de mon compagnon. Mon propre désir commençait à pointer. Je passais mes mains sur ce torse parfait et m’imaginait déjà le poids de celui-ci sur ma poitrine. Je me retrouvais bien vite en sous vêtement avec un seul débardeur pour cacher mon soutien. Quant à lui, il lui restait juste son pantalon. Mon cœur battait à tout rompre et j’étais déjà un peu essoufflée alors que la soirée ne faisait que commencer.

Finalement il me prit par les hanches et j’enlaçais sa taille de mes jambe pendant qu’il me conduisait jusqu’au canapé. Ma poitrine étais presque à hauteur de ses yeux et je me surprenais à désirer plus que tout qu’il m’enlève ce surplus de vêtement. Etendue sur le divan, les yeux fermés je profitais un maximum de ses baisers doux et vifs sur tout mon corps. J’en avais la chair de poule de plaisir. Je n’avais désormais plus froid sous la bouillante poigne de mon amant fougueux. Celui-ci avait de l’énergie à revendre. Seulement mon caractère ne se prêtait pas au fait de rester inactive et passive bien longtemps. Après un instant de pur profit, je me mis moi aussi en action. Je m’arrangeais pour renverser la tendance et me retrouva au-dessus de mon partenaire à admirer ses beaux yeux en lui souriant d’un air aguicheur. J’enlevais bien vite mon  débardeur qui tomba au pied du sofa découvrant mon soutien en dentelle noire que j’appréciais particulièrement pour sa finesse.

Calant ma chevelure du côté de mon épaule gauche et désireuse de son torse de rêve je ne pus m’empêcher de lui faire des baisers  sur toute sa surface. Les baisers et les caresses pleuvaient. Je murmurais à l’oreille de Shivak de m’enlever mon soutien ce qu’il fit sans se faire prier. Nous nous retrouvions donc tous les deux torses nus. Je m’allongeais sur lui ma poitrine aussi chaude que deux boule de feu et entreprit de diriger ma main vers l’ouverture de son pantalon. Je pouvais confirmer que mon partenaire me désirait réellement. Tout était ferme et prêt à l’emploi. Avant de passer ma main sous son pantalon je lui dit sur un ton plutôt mielleux et avec un sourire en coin :

« Tu sais que quand tu m’a attrapée tout à l’heure tu as eu de la chance. De nombreux hommes se sont retrouvés à l’hôpital pour bien moins que ça. »

A ces mots je retournais l’embrasser avec passion tout en glissant ma main sur sa virilité. J’étais de plus en plus désireuse de l’accueillir chez moi et l’ivresse du désir et de l’amour me rendait dingue de lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Confidences sur l'Oreiller [+18]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur l'oreiller [Killian & Juliet]
» elle a mordu l'oreiller, comme si c'était un cheesecake. ≈ Ronn
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» [Environs de St-Jean-d'Angély] Dans la gueule du loup (Amy/Gabie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2/Chapitre 2 : Reconstruction-
Sauter vers: