Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le presque retour à la normale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Le presque retour à la normale   Dim 3 Nov 2013 - 21:04

Spoiler:
 


Le 21 janvier, dans le bungalow de Shaélynn Moore.


La journée avait plutôt bien débuté. Il y avait une petite brise très légère qui rappelait avec toute sa douceur que l'océan n'était pas bien loin. Le soleil parvenait tout de même à la traverser et à s'imposer suffisamment pour réchauffer le cœur et le corps. Les deux opposés vous caressaient le visage et vous prodiguaient un frisson de plaisir et d'incompréhension. Simplement, on était bien. Tout paraissait calme, c'était les bons moments. Jusqu'au moment où on redescendait sur Terre, on entendait les machines, les bruits métalliques clinquants et grinçants des monstres robotiques qui se hâtait à la reconstruction fastidieuse et complexe du parc. Il y avait ces moments appréciables et tellement courts où Cole partait loin, il était littéralement dans les nuages. Il s'imaginait ailleurs et il pensait à toutes sortes de choses mais surtout pas aux nouvelles responsabilités qui lui avaient été attribué.

Tout c'était passé beaucoup trop vite, on ne lui avait pas réellement donné son avis. Tout se passait sans qu'on ne lui demande vraiment ce qu'il en pensait. Depuis son « accident », il s'était passé énormément de choses et on avait évidemment jugé qu'il lui fallait un peu de temps avant de reprendre sincèrement le travail. En clair, on le mettait discrètement de côté et c'était l'administration, les avocats et ce genre de personnes qui trifouillaient la paperasse pour la société InGen. Il laissait faire car en effet au jour d'aujourd'hui il ne se sentait pas de taille à affronter tout ça et c'était encore très dur pour lui physiquement et psychologiquement. Il lui fallait du temps pour s'en remettre, c'était un fait avéré mais le concept et la manière dont ces gens peu scrupuleux le faisaient le mettait hors de lui. Il les détestait.
Encore une fois, il s'était demandé comment et pourquoi cela devait lui arriver à lui. John Hammond lui avait rien légué, il n'avait rien transmis de son savoir qui était plutôt conséquent au vue de son âge et ce curieux personnage n'avait quasiment rien laissé derrière lui si ce n'est une quantité pharaonesque d'argents, de mystères et de parcs en tout genre. On se rendait finalement compte à sa mort qu'on ne connaissait absolument rien de cet homme. Certaines choses seront partis avec lui pour toujours.
La manière dont il était décédé … On l'avait assassiné, il avait été dévoré par les Vélociraptors. Les « bébés » avaient bouffé maman, une fin terriblement douloureuse pour un homme aussi important et imposant que lui. Il emportait une  multitude de choses à jamais incomprises et d’énigmes irrésolus . Il allait faire parler son monde encore longtemps …
Qui était-il vraiment ? Un vieux excentrique ? Un vieillard à l'imagination débordante et qui voulait simplement vendre du rêve aux gens ? Un rapace en quête de gloire et de fortune ? Le mystère était qu'on ne savait pas qui il était, ce qu'il voulait réellement, quel était ses intentions. Pourquoi des hommes surentraînés et armés avaient saccagé le parc et tuaient d’innombrable personnes pour la plupart innocente ? Pourquoi avaient-ils assassiné John Hammond ? Les questions étaient non seulement posées par Cole mais aussi probablement par l'intégralité des employés du parc et par de nombreuses personnes notamment des agents de police, des journalistes. L'histoire ne pouvait pas être étouffer. Les incendies avaient littéralement créé un nuage noir, sombre bien distinctif qui avait été soufflé jusqu'à la côte de San Diego et bien plus encore à l'intérieur du continent. C'était le buzz du moment, cela faisait parler les médias de tout type, de tout support. Ils ne savaient même pas de quoi qu'ils parlaient. Cole avait refusé à plusieurs reprises des interviews et des potentielles informations à révéler sur les évènements. Ils en avaient strictement rien à foutre de son état, de l'état des gens qui avait vécu pendant plus d'une journée le cauchemar, ils voulaient simplement leur scoop, faire leur métier et décrocher une éventuelle promotion pour leur travail effectué. C'était la dureté de ce monde, chacun pour sa pomme, chacun ses histoires. On leur avait interdit de prendre des images du parc dans l'état actuel mais certains avaient quand même réussi à déjouer la sécurité et à en voler. C'était honteux, déplorable. C'était une preuve de l’irrémédiable déchéance du comportement humain. Égoïste, insouciant, stupide. C'était dans ce contexte là que vivait Cole ces derniers temps. Une constante frustration, des crises de rage soudaine et une migraine pas possible avec le boucan que faisait les machines sans oublier ses douleurs musculaires, sa peau qui le brûlait un peu, heureusement beaucoup moins désormais et sa difficulté à se déplacer rapidement. Il y avait une seule chose qui parvenait à l’apaiser ...

Étant donné les évènements et son état jugé « fragile » par les médecins, Cole habitait à nouveau dans le bungalow de Shaélynn. Au vue de son importance et de son rôle dans le parc, le sien avait été saccagé et son bureau n'avait pas été épargné non plus. Au moins cette fois il ne squattait pas à cause d'une de ses gaffes ou on ne sait quoi encore, c'était plus naturel, beaucoup moins gênant. Le couple était plus solide et ils se connaissaient davantage, bien que certains points restaient flous pour les deux adultes. Elle lui apportait un soutien moral qui n'était absolument pas négligeable. Elle était encore une fois présente pour lui, elle le soutenait et elle l'aidait du mieux qu'elle le pouvait. Elle était au petit soin mais malgré ça, lui était souvent dans les nuages, parfois distant et il lui arrivait même de faire des petits caprices. Pas au point d'être invivable mais il était grognon. Comment ne pas l'être. Il y avait tellement de points incompris, tellement de questions sans réponses et tellement de douleurs encore là quelques parts en lui.

Les bruits des couverts le ramenèrent peu à peu à la réalité, ils étaient à table depuis peu. C'était presque ironique de dire cela puisque les machines étaient à la limite de faire trembler le bungalow et leurs bruits insupportables couvraient quasiment la totalité de l'île. On n'entendait plus que ça et depuis si longtemps que l'on en venait presque à les oublier. C'était stressant et difficile à supporter malgré tout et c'était d'ailleurs peut être actuellement la principale source de stresse et de pression pour Cole ainsi que pour la plupart des employés du parc.
Quoi qu'il en soit, le repas était d'une simplicité sans pareil et on pouvait même dire qu'ils l'étaient tous. Des pâtes au beurre accompagnés de jambon. Rien de bien difficile. Pourquoi se prendre la tête pour des choses aussi banales, aussi futiles alors qu'il y avait à cette heure-ci des problèmes bien plus grave ? Cela n'avait aucune importance.
Le gérant du parc reprenait peu à peu ses esprits, c'était presque comme si on avait appuyé sur un bouton pour réenclencher le mode « marche ». Les couverts à la main, il recommençait à faire des mouvements lents en direction de sa bouche alors qu'il y avait seulement quelques secondes il avait les bras ballants, posés sur la table comme de vulgaire poids, il était encore parti dans ses pensées. Cela lui arrivait de plus en plus souvent, il partait littéralement ailleurs et on ne l'entendait plus pendant un court instant. Il ne voulait pas inquiéter Shaélynn, loin de là et au contraire mais c'était beaucoup plus fort que lui. Il se posait tellement de questions, il y avait tellement de choses qu'il ne comprenait pas. Les situations dans laquelle ils avaient été mis et ce qui l'avaient vécu les avaient rapproché, il ne pouvait pas le nier et il en était très heureux. Avait-il fallu une catastrophe de ce genre pour se rendre compte qu'ils étaient plus proche qu'ils ne le pensaient ? Avaient-ils vraiment fallu qu'autant de personnes meurent pour qu'ils se rapprochent ainsi ? L'idée ne lui plaisait guère et c'était une des raisons du pourquoi il lui arrivait d'être distant. D'autres parts, il se questionnait beaucoup. D'un côté, il se sentait plus proche d'elle mais d'un autre, en se rapprochant, il se rendait compte qu'il y avait pas mal de choses qu'il ne savait pas. Sa curiosité le rongeait à nouveau, il voulait en savoir toujours plus et de manière très indiscrète, il voulait connaître son passé, ses antécédents. Bien sûr, s'il l'avait vraiment voulu il aurait très bien pu fouiller dans son dossier mais pour une fois il avait décidé de changer. Pourquoi ne pas simplement essayer de communiquer ? C'est beaucoup plus sincère, plus direct et au moins il ne risquait pas d'y avoir de conflit complètement inutile. Cole enfournait un morceau de jambon dans sa bouche et mâchait doucement. Il avala le tout et se racla un peu la gorge avant de finalement briser le « silence » qui régnait dans la pièce.

- Hum … Tu as passé une bonne matinée ? Tu as fais quoi de beau ce matin ?

C'était incroyablement nul et banale mais au moins ça lançait la conversation. Que pouvait-il y avoir de beau mise à part le temps ces derniers temps. C'était encore limite si on pouvait tomber sur un morceau de cadavre bien dégueulasse à l'orée de la forêt qui aurait été oublier par la morgue, les flics et compagnie. Les journées étaient principalement composés d'engueulades, de débats, de questions-réponses pour la plupart des employés des différentes sections. Tous se démenaient activement à la reconstruction des attractions, des divers enclos et bâtiments du parc. Tous étaient sous pression et chacun étaient fatigués, presque exténués. Les vacances étaient actuellement pas envisageable, on n'avait absolument besoin de tout le monde sur le terrain. Comme pour se rattraper de cette question stupide, Cole rajouta tout de suite après :

- Dis … Je voulais savoir quelques choses. T'inquiète, rien de grave … dit-il d'un petit rire accompagné de son sourire qui restait charmeur malgré son teint de visage un peu grisâtre et encore un peu rouge. Il posa tendrement sa main sur la sienne et poursuivit. Comment es-tu arrivée ici ? Je veux dire … Que faisais-tu avant ? Où vivais-tu ? Tout ça quoi …

Cela restait maladroit, indiscret tout en étant direct mais au moins la question était là, il ne passait pas par quatre chemins et surtout il ne passait pas pour un imbécile pour une fois. Non, cela pouvait presque être mignon. Son regard était presque attendrissant et cela se voyait dans ses yeux qu'il y mettait du sien, de la volonté. Ils avaient repris leurs belles couleurs redonnant par la même un peu de vie à son visage. En réalité, ce dernier, par son teint et par ses cernes, révélait et montrait un air fatigué et las. Pourtant, il ne craquait pas. Il était encore là, s'accrochant au peu qui lui restait …

_________________

Neuf roses



Dernière édition par Cole Hudson le Jeu 9 Jan 2014 - 21:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Le presque retour à la normale   Mar 5 Nov 2013 - 0:23

Écœurée. C’était le mot. Shaélynn était écœurée de ce qu’elle voyait. Soit le Jurassic Garden en partie dévasté par les flammes.  L’incendie n’avait été complètement stoppé que quelques jours avant que Cole ne sorte de l’hôpital. Le temps de sécuriser le périmètre, les paléobotanistes n’avaient pu revenir sur les lieux que maintenant. Tout était complètement mort et ils allaient devoir tout recommencer. Ils allaient déjà devoir tout nettoyer et ensuite… Ensuite il faudrait tout recommencer. La chef de section ne voyait pas trop quoi leur dire pour leur remonter le moral. Elle-même ne voyait pas ce qui aurait pu les aider à ne pas se décourager. Elle leur avait simplement dit de faire ce qu’ils pouvaient pour le moment. Ils aviseraient ensuite. De toutes façons, ils ne pourraient pas replanter avant d’avoir rendu la terre fertile de nouveau autant dire que ça allait prendre un très long moment.

Et la jeune femme se demandait si cela n’aurait pas voulu de déplacer complètement le garden. Même si cela risquait d’être compliqué puisque les locaux des paléobotanistes se trouvaient juste à coté pour des raisons pratiques. En ce qui concernait les locaux, Shaé remerciait le hasard ou n’importe quel truc qui avait « protégé »  ses locaux. En effet, le QG paléobotaniste avait comme tout les locaux servis à abriter les visiteurs et employés qui s’étaient cachés et avaient par conséquent subis quelque dégâts mais pas rapport au Garden il n’y avait pas grand-chose à déplorer. Seulement un certain nombre d’heures de rangement et de tri à affronter. C’était ce à quoi son équipe s’était d’ailleurs attelée pendant qu’elle restait avec Cole à l’hôpital. Autant dire que c’était quasiment terminé. Ils n’étaient plus que trois à bosser pour le rangement. C’était bien suffisant.

Au moins eux n’avaient pas à être confrontés toute la journée à la découverte de reste de plantes bien carbonisés. Surtout quand ils tombaient sur des spécimens qui mettaient un sacré moment à pousser ou pour lesquels plusieurs tentatives avaient été nécessaires pour parvenir à les faire pousser. C’était juste rageant.  Et déprimant. Ils partageaient tous ce sentiment de profonde inutilité et Shaélynn était à deux doigts de tuer quelqu’un. Enfin au moins pour la première fois depuis des jours, elle avait quelque chose et aussi pénible qu’était le nettoyage du Jurassic Garden au moins cela l’occupait. Certes cette tâche aurait pu être accomplie par des machines mais, il fallait d’abord qu’ils vérifient qu’il n’avait rien qui puisse être sauvé. Au cas où une des plantes auraient mystérieusement survécu à un incendie… Bon c’était un peu le cas. Mais seulement à l’endroit où le feu avait été stoppé. Une partie des plantes étaient intactes tandis que d'autres avaient seulement soufferts de la chaleur et le reste étaient partiellement ou complètement brûlés. Alors ils croisaient les doigts pour en sauver un maximum.

Enfin bon, de toutes façons ils étaient tous dans la même galère à pas grand-chose d’écart les uns des autres. Ils avaient tous des galères avec le QG respectifs et on aurait dit que le parc était entièrement en chantier. A se demander s’ils étaient en train de le réparer ou de le construire. Enfin, il fallait faire vite de toutes manières. Toutes ses réparations coutaient chère et même si, le parc allait être aidé financièrement cela n’en restait pas moins dangereux. Il fallait donc le remettre sur pied et le rouvrir le plus rapidement possible quitte à ne l’ouvrir que partiellement au public. C’était d’ailleurs l’une des solutions qui étaient la plus envisagé. Et c’était loin d’être la plus con.

Manque de bol, tout ce bazar ne la dispensait pas de la partie administrative de son travail. Loin de là. Il lui fallait remettre de l’ordre dans ses affaires et rédiger la liste de tout ce qu’ils avaient perdu dans l’attaque. Et malheureusement pour elle, pas question que ça ressemble à une vieille liste de course griffonné à la va-vite sur un post-It. Il s’agissait de papiers officiels destiné à évaluer les dommages subis par le parc et à être présentés aux investisseurs, au conseil d’administration et à tout ceux qui seraient habilités à se pencher sur les finances et la sécurité. Autant dire qu’il fallait que ce soit plus que poli et cérémonieux sinon ça barderait pour elle. Et vu qu’il était possible que le conseil d’administration change et que Cole n’ai qu’une infime part à jouer là dedans, il fallait mieux pour elle éviter les conneries. John Hammond l’avait protégé même si il savait qui elle était et pourquoi elle était là. Il lui avait d’ailleurs filé un job en or et qu’elle ne méritait pas encore. Peut être justement pour la faire basculer du coté du « bien ». Mais… Bref, elle n’avait pas envie de penser à ce qu’elle avait fait au vieillard.

Shaélynn quitta donc le Jurassic Garden. De un puisque c’était l’heure du repas et de deux parce qu’elle devait remplir tout ces fameux papiers et dossiers. Donc elle allait rentrer chez elle. Enfin chez elle…. Chez eux puisque Cole était là. Son bungalow avait été bien dévastés ainsi que son bureau donc là aussi il aurait fallu ranger et tout le tintouin. Mais comme il n’était pas capable de rester tout seul pour le moment, elle avait préféré l’héberger. Elle gérait donc de front : la culpabilité d’un meurtre, le désespoir de n’avoir de nouvelles ni de son équipe, ni de son ex, la perte de trois mois de boulot acharné et son « petit ami », gérant du parc et peut être même dans un futur proche de bien plus, qui se remettait d’un coma et dont le comportement frôlait celui d’un enfant de 7 ans. Le coté zombie en plus.

Pas qu’il était chiant ou vraiment incapable de s’occuper de lui mais il avait l’air de planer les trois quarts du temps. Bon, Shaé se doutait que les médocs devaient bien y être pour quelque chose mais il avait vraiment l’air bien paumé. On lui avait dit que c’était normal, que c’était dû au choc, que ça allait lui passer… Ouais. En attendant, c’était elle qui le supportait. Il était plus ronchon que d’habitude déjà. Clairement plus ronchon. Un peu égoïste parfois. Et il ne supportait pas tellement d’être contrarié. Et cela énervait un peu la jeune femme parce que c’était son rôle à elle d’ordinaire de faire des caprices et d’exiger qu’on fasse ses quatre volontés. Donc elle espérait bien que la situation n’allait pas s’éterniser trop longtemps non plus.

Surtout qu’il avait la totalité de ce foutu parc a géré. Et que si, il ne se reprenait pas rapidement en main on allait confier la place à quelqu’un d’autre et il perdrait largement sa valeur auprès de Biosyn… Et elle préféra ne pas savoir ce qu’on lui demanderait. Il allait devoir se bouger un peu, un point c’est tout. Avant de retourner à son bungalow, Shaélynn passa par son bureau. Là aussi un peu en bazar mais ça allait. Elle n’avait pas eu le temps d’y remettre de l’ordre mais au moins personne n’avait touché à ses affaires. Qu’elle avait pris soin de déplacer en ce qui concernait les plus importantes. Après avoir récupéré les documents dont elle avait besoin, elle était rentrée.

A part son air absent, ses yeux fatigués et son air absent, Cole avait l’air d’aller. Au moins, il avait fait la cuisine. Il avait fait des pâtes au beurre, ce qui n’était pas de la grande cuisine mais, il avait déjà pensé à faire à manger, ce qui n’était déjà pas si mal. Ça prouvait qu’il n’était pas aussi déconnecté qu’il en avait l’air. Après lui avoir dit bonjour, elle s’était empressée d’aller prendre une douche et de se changer histoire de se débarrasser de la terre et de la boue qu’elle avait sur elle avant de s’asseoir à table.  Elle s’en rendait compte seulement maintenant mais, elle mourrait de faim. Ce qui n’était pas arrivé depuis un sacré moment en fait. Ces derniers temps c’était à peine si, elle n’oubliait pas de manger.

Cole était silencieux. Il n’avait quasiment rien dit depuis qu’elle était arrivée et Shaé ne voulait pas le forcer à parler. Il avait besoin de temps  et elle pouvait le comprendre. Mais, elle n’aimait pas ça. Tout en mangeant, elle détaillait son visage, qui portait encore des cicatrices et des brûlures par endroit, le scrutait à la recherche de la moindre chose qui aurait pu lui indiquer à quoi il pensait. Surtout qu’il avait l’air bien songeur. Pour changer. Mais pour une fois, il donnait l’impression de vraiment réfléchir à quelque chose. Il y avait un truc qui le questionnait visiblement. Le connaissant il allait finir par demander de toutes manières. Ça ne loupa pas.
- Hum … Tu as passé une bonne matinée ? Tu as fais quoi de beau ce matin ?

Bon, elle ne s’attendait pas vraiment à ça certes. C’était curieusement banal et étrange de sa part. Pas qu’il s’intéresse à ce qu’elle faisait ou à comment elle allait mais à la façon dont il avait posé sa question ou plutôt ses questions. C’était clairement un prétexte pour lancer la discussion. En même temps, il fallait avouer que le silence était pesant. Shaé n’avait pas l’intention d’analyser tout ce qu’il disait, même si c’était précisément ce qu’elle était en train de faire. Et ça l’énervait de faire sans cesse attention à ce qu’elle disait, de surveiller ce qu’elle exprimait. De toutes manières, avec Cole ça ne servait à rien puisqu’il n’avait aucune idée de ce dans quoi elle pouvait être impliquée dans quoi que ce soit. Même lorsqu’elle s’était battue avec Shivak et était rentré pleines de bleus, il ne s’était pas imaginé une seule seconde que c’était elle qui avait attaqué. Autant en profiter pour être moins sur ses gardes de temps en temps. Sauf que Cole était déjà en train de changer de sujet.

- Dis … Je voulais savoir quelques choses. T'inquiète, rien de grave … Comment es-tu arrivée ici ? Je veux dire … Que faisais-tu avant ? Où vivais-tu ? Tout ça quoi …

Entre le sourire de beau gosse et la façon dont il avait posé sa main sur la sienne, c’était le genre de comportement qui sonnait comme une alerte à la manipulation chez Shaélynn. Même si elle savait que ce n’était pas le cas.

3 mois. Il avait mis 3 mois avant de poser des questions personnelles à la jeune femme. Encore la preuve que quelque chose avait changé dans leur relation. Et ils l’avaient sentis tout les deux. Cole avait compris que désormais si, il posait une question elle envisagerait au moins de répondre. Ce qui était la vérité. En plus de ça, elle avait besoin de parler. Pas non plus au point de dévoiler tout de sa mission et de Biosyn mais pour ce qui la concernait, elle voulait en parler. Surtout parce qu’il était un des seuls à ne jamais poser de questions. Et Shaélynn savait que malgré sa curiosité, il n’était pas allé fouiller dans son passé. Ou du moins elle l’espérait fortement. De toute façon quiconque cherchait un peu finissait par trouver. Sa famille avait été évoquée à plusieurs reprises dans les journées : quand le parc avait fait faillite, chaque fois que sa mère trouvait un truc intéressant, quand elle était morte, et quand son père s’était suicidé… Il y avait de quoi faire niveau info.  

Mais visiblement Cole n’avait pas cherché. Ou alors il voulait simplement sa version à elle. Shaélynn eut encore quelques secondes d’hésitation surtout dû au fait qu’elle allait être obligé de supprimer tout ce qui concernait Biosyn, soit une grosse moitié de ce qui c’était réellement passé mais finit par se lancer :


-Avant d’arriver sur le parc, je vivais en Californie. A  Berkeley pour être précise. La plus grosse université de Californie. J’y suis entrée avec deux ans d’avance. Elle eut un grand sourire satisfait. Et j’y ai passé 6 ans. J’ai été diplômé deux mois avant de commencer à bosser ici. Ensuite, j’ai postulé, Hammond se sentait coupable, et il m’a filé la direction de la section paléobotaniste. Mais c’était pas vraiment un cadeau tout compte fait. Visiblement j’ai pas assez de rides pour être prise au sérieux. Elle parlait aussi un peu de lui qui à la première réunion où ils s’étaient rencontrés n’avait pas forcément été très tendre et compréhensif avec la jeune chef des paléobotanistes. Y’a des fois où je me dis que j’aurais dû faire comme tout le monde et finir l’université à 24 ou 26 ans et me retrouver à gratter des cailloux. Et puis je regarde ma fiche de paye et je me dis que c’est pas si terrible de se prendre quelques vannes dans la tête de temps en temps.

Shaélynn reprit une bouchée de pâtes et attendit sa réaction. Mais contrairement à ce qu’elle pensait, Cole n’avait pas l’air si impressionné que ça et semblait même songeur…

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Le presque retour à la normale   Jeu 7 Nov 2013 - 17:56

Spoiler:
 

Comme la plupart des employés et d'autant plus au vue de son importance pour le parc, Shaélynn passait ses journées à faire des allées retours, à discuter et à se prendre la tête pour maintenir le parc en vie, à flot et surtout le rouvrir rapidement. Tout le monde était dégoûté, écoeuré. C'était du gâchis, tout le travail, la peine que l'on avait eu à réunir assez d'éléments pour créer un semblant de perfection c'était envolé soudainement. Tout ce temps passé à apprendre à connaître notre boulot et à former cette masse solide, ce parc fantastique, éclipsé en un instant. Cela faisait mal et c'était bien compréhensible. Chacun essayait de se réconforter mutuellement mais il y avait de nombreuses tensions. La moindre chose pouvait désormais en faire craquer plus d'un, si ce n'était pas des cris de rage, c'était des pleurs. Les gens réalisaient peu à peu que le cauchemar était bel et bien réel, ils voyaient la réalité en face. Certains avaient perdus des amis, des proches. Des personnes que l'on côtoyait tout les jours avait tout d'un coup disparu. Même pour les plus fortes personnalités du parc, c'était difficile, vraiment difficile.

Cole ne s'était même pas rendu compte que c'était bien lui qui avait fait à manger. Il avait pensé un instant que c'était Shaélynn mais non. Il était vraiment distrait …

-Avant d’arriver sur le parc, je vivais en Californie. A  Berkeley pour être précise. La plus grosse université de Californie. J’y suis entrée avec deux ans d’avance.

Shaélynn était une belle jeune femme, elle avait quasiment cinq ans de moins que Cole. Cela ne le rajeunissait pas vraiment mais cela n'avait aucune importance. Elle était très intelligente voir surdoué pour entrer dans ce genre d'établissement avec deux ans d'avance. De grandes études, cela expliquait sa place aujourd'hui. Elle avait fait un beau parcours. Elle eut un grand sourire qui montrait à quel point elle était fier, elle pouvait l'être. Cole, lui, restait stoïque comme s'il était incapable de faire simplement un sourire, il ressemblait pendant un instant à une figure de cire, totalement immobile voir effrayant. Il l'écoutait mais une partie de lui était ailleurs.

- Et j’y ai passé 6 ans. J’ai été diplômé deux mois avant de commencer à bosser ici. Ensuite, j’ai postulé, Hammond se sentait coupable, et il m’a filé la direction de la section paléobotaniste. Mais c’était pas vraiment un cadeau tout compte fait. Visiblement j’ai pas assez de rides pour être prise au sérieux. 

C'était un fait avéré et même si Cole n'aurait préféré ne pas le savoir, la plupart des gens ne pouvait s'empêcher de mentionner cet évènement lorsque l'on parlait des Moore dans le parc et pas seulement d'ailleurs. Hammond avait dépensé sans compter comme à son habitude et il en avait ruiné la famille Moore qui avait alors investi gros dans l'affaire qui restait quand même un peu trouble. On ne savait pas réellement de quoi il s'agissait. La tendance poussait à croire que c'est pour le parc, d'autres disaient qu'il y avait quelque chose de plus grand derrière tout ça mais ces derniers étaient souvent classés illuminés. Par regret et par culpabilité, le vieux Hammond avait accepté la demande de Shaélynn et avait fait même plus puisqu'il l'avait directement placé à la tête de la section paléobotaniste. Elle avait très bien joué son coup, elle ne disait et ne réclamait absolument rien d'autres en échange d'un simple poste dans le parc. Cela pouvait paraître un peu malveillant, tordu voir malsain mais, au final, ses études et ses diplômes prouvaient qu'elle avait largement l'intelligence et les capacités requises pour arriver là où elle est aujourd'hui. Seulement, malgré tout et Cole était d'accord avec cette idée, les diplômes ne suffisent pas et la pratique se gagne avec l'expérience ainsi qu'avec la maturité qui va malheureusement avec l'âge. Sachant cette sombre histoire sur les Moore et voyant sa montée dans les échelons alors qu'elle n'avait pas vraiment d'expérience, certains étaient jaloux et tout simplement méchant car ils n'avaient pas eu cette chance là. Une forme d'injustice que Cole comprenait parfaitement mais ne justifiait pas pour autant car dans le monde d'aujourd'hui, tout se jouait ainsi. Chacun pour soit et le premier arrivé, le premier servit. Ce n'était pas des phrases anodines, c'était vraiment comme ça que marchait le monde du travail.

- Y’a des fois où je me dis que j’aurais dû faire comme tout le monde et finir l’université à 24 ou 26 ans et me retrouver à gratter des cailloux. Et puis je regarde ma fiche de paye et je me dis que c’est pas si terrible de se prendre quelques vannes dans la tête de temps en temps.

« C'est ce qui forge le caractère » pensa très fort Cole. Il comprenait absolument tout ce qu'il disait et était d'accord avec elle. Il se demandait bien souvent comment il avait pu se retrouver à la tête du parc puis une fois la paye en main, on y pense un peu moins. Après tout, si c'est arrivé c'est qu'il y avait bien une raison et qu'il avait certains atouts. Le concept de « tout arrive pour une raison » le dérangeait un peu. Pourquoi toutes ses personnes étaient-elles mortes ? Est-ce que « rien » est une réponse, une raison convenable ? On pouvait sérieusement en douter …

Cole reprit un peu ses esprits et observa Shaélynn un instant. Il la trouvait absolument éblouissante, elle avait à la fois un air radieux et fier mais aussi un air dubitatif. Comment ne pas l'être quand un benêt vous pose une question mais ne semble pas écouter la réponse. Ce qu'elle lui avait dit était vrai et sincère, Cole sourit à son tour. Tout paraissait si parfait chez elle, le moindre détail de sa peau, la moindre expression de  son visage était parfait. Ses formes, sa gestuel, son parfum, sa voix, sa vie. Tout semblait parfait, si bien d'ailleurs que l'on pouvait commencer à croire que quelqu'un ou quelque chose la manipulait ou bien qu'elle manipulait chacune de ses expressions du visage avec minutie et précision. Elle était incroyablement belle …
Est-ce que Cole rêvait encore ? Est-ce qu'il était encore allongé sur ce lit d'hôpital ? Il aurait voulu pouvoir répondre à cette question mais, au lieu de ça, il se la fermait, il se contentait d'apprécier. Est-ce que Shaélynn avait attendu cette question depuis le début ? Combien de temps cela faisait maintenant qu'il était ensemble ? Trois, quatre mois ? Cole avait l'impression que cela faisait un an au moins. Les débuts avaient été difficile sans vraiment qu'ils en aperçoivent. Ils vivaient chacun de leur côté, chacun leur vie, chacun leurs problèmes. Les seuls moments qu'ils avaient vraiment vécu ensemble s'étaient passés sur Isla Nova. Les événements et un heureux hasard avait fait qu'ils avaient habité ensemble pendant quelques temps mais ils n'étaient pas bien proche. Leur communication n'allait pas bien plus loin que sous les draps. Cole était si enivré, si amoureux déjà et surtout si naïf que cela lui suffisait entièrement. Après tout, ils avaient tout de même un contact charnel, c'était une preuve aussi petite soit elle qu'il y avait quelque chose, un rapport humain qui les rapprochait. Le boulot et les diverses situations dans laquelle il s'était trouvé bouffaient littéralement toutes ses pensées bien qu'une grande partie était tout de même consacrer à Shaélynn. Il n'avait simplement pas le temps de pensée à ce genre de choses.

Spoiler:
 

Désormais, il en avait absolument autant qu'il voulait … Et il avait gagné en maturité bien plus rapidement qu'il ne pouvait l'imaginer. Durant son coma ou son long sommeil, selon comment on percevait la chose, il avait quasiment fait une redécouverte de l'intégralité de sa vie avec bien entendu ce fameux morceau manquant qui au jour d'aujourd'hui lui bouffait l'existence. Ce passage manquant, ce fragment perdu faisait partie des nombreuses questions qu'il se posait et pour ainsi dire c'était une des raisons de sa non-concentration. Allait-il se souvenir un jour ? Par quels moyens pouvaient-ils parvenir à se souvenir ? Comment c'était-il retrouvé là-bas ? Même question pour Josh, que faisait-il ici ? C'était une constante et insupportable frustration. Il ne pouvait pas ignorer tout ça mais il ne voulait pas non plus que cela soit son unique but dans la vie. Il n'oubliait pas Shaé et il essayait de prendre deux chemins différents. Il entendait la petite voix dans sa tête qui lui disait inlassablement qu'il ne pouvait pas le faire mais il n'en faisait qu'à sa tête. Il fallait toujours qu'il n'en fasse qu'à sa tête.
Cole était persuadé que tout cela avait un sens et qu'il fallait simplement le trouver. Il était aujourd'hui bien plus proche de Shaélynn et il pouvait s'en estimer heureux. Ils avaient déjà parcouru du chemin et c'était loin d'être facile surtout avec les situations rocambolesques qu'ils avaient vécu, ils pouvaient réellement, tout les deux, s'estimer heureux. Pourquoi donc ne l'était-il pas ? Parce qu'il n'y avait pas que ça. Josh. Il se posait énormément de questions à son sujet et il savait qu'il ratait quelques choses quelques parts au fond de son crâne.

L'ex guide et gérant du parc finit par sourire à la jeune femme, le silence était oppressant durant ce court instant. Il lui répondit sur un ton des plus naturels et comme s'il ne s'était rien passé.

- Tu as fais un sacré parcours, tu ne dois pas être peu fier. Et ne tant fais pas pour les mauvaises langues, ils sont simplement jaloux de toi et ils peuvent l'être. Après un léger silence bien gênant, il déglutit et reprit. Tu me parlais de Hammond … Parles moi de tes parents … Si cela ne te déranges pas …

C'était probablement la demande la plus sincère qu'il n'est jamais fait. Simplement, il voulait s'imaginer à la place de quelqu'un qui avait vécu avec ses parents, quelqu'un qui comme lui avait perdu ses parents. Il voulait vivre ses instants, il voulait se rappeler ce que cela faisait. Ce n'était pas toujours facile, s'imaginer constamment la douleur brutale et soudaine qu'ils avaient vécu. Aussi rapide qu'elle fût, leur mort resterait graver à jamais dans leur esprit. Cole, comme la plupart des êtres humains, ne savait pas ce qu'il y avait après la mort et il croyait en une forme de vagabondages des esprits qui vivent avec leur douleur constamment autour d'eux. Ce que l'être humain et le corps n'ont pas pu prévoir, l'esprit le compensait. Pour lui, une mort lente et douloureuse préparait le corps et l'esprit pour la suite et donc l'esprit pouvait se reposer en paix. A l'inverse, une mort brutale et soudaine laissait l'esprit réaliser ensuite ce qu'il s'était passé et devait presque purger une peine ou quelques choses comme ça. Pour lui, ses parents souffraient avec lui et c'est un peu ce qu'il l'aidait à tenir. Il s'imaginait stupide de penser ce genre de choses mais cela ne l'était pas. Pas plus que la réincarnation ou le paradis. Il voulait encore entendre parler de cet amour là, de cette passion et de cette vie là … Qu'allait-elle répondre à cette demande un peu sorti de nulle part …

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Le presque retour à la normale   Lun 18 Nov 2013 - 20:17

C’était rare quand elle avait pu avoir ce genre de discussion sur le parc. Globalement, les gens ne lui posaient pas de questions personnelles, essentiellement parce qu’ils s’en foutaient.  Mais aussi parce qu’en lui posait des questions, ils ne pourraient plus spéculer sur les réponses. Pour critiquer cela aurait été moins facile pour eux. Shaélynn n’en avait pas grand-chose à faire mais elle devait avouer que cela la touchait plus qu’elle ne l’admettait.  Cole, comme tout le monde n’avait jamais posé de questions. Peut être parce que comme la majorité des gens, ils en connaissaient suffisamment pour que cela satisfasse sa curiosité.  Mais ça aurait été mal le connaître. Elle savait qu’il voudrait en savoir plus face à un moment ou un autre. Pour la première question, elle avait répondu. C’était assez imprécis pour qu’elle se permette de donner l’essentiel sans s’appesantir sur les détails. Surtout que les six dernières années dépendaient énormément de Biosyn.

Pas de gros dangers pour le moment donc. Cole était toujours un peu comme endormi. Il avait l’air d’être ailleurs mais elle espérait très fortement pour qu’il ait écouté. De toute façon, elle n’avait pas l’intention de s’amuser à répéter.  Le fait que cette première question soit assez vague faisait à craindre à Shaé que ce ne soit qu’un moyen de préparer les prochaines :plus précises, plus personnelles et plus dangereuses peut être aussi. Et c’était ce qu’elle redoutait le plus. Et si, il s’était souvenu de quelque chose ? Si, il se souvenait de la nuit où K-C avait envahis le parc ? Ou pire : si il ne l’avait en fait jamais oublié ? Qu’est-ce qui lui disait que Cole ne se doutait pas de quelque chose vis-à-vis d’elle ? Après tout Cole était gérant du parc, Hammond aurait-il pu le prévenir ? Le mettre en garde contre voir lui demander de le surveiller ?
Imaginer qu’on puisse être aussi manipulateur, voir plus qu’elle, était une idée qui la terrorisait. Et pire que ça : penser que Cole la manipulait. Shaélynn était mal placé pour argumenter là-dessus mais penser que le jeune homme aurait pu la berner, autant qu’elle le faisait, l’énervait et la blessait bien plus que de l’effrayer. Et même si elle savait que c’était parce qu’elle tenait à lui, elle n’aimait pas ça. Se sentir piégé n’était pas dans ses habitudes.

Biosyn gardait le silence depuis la mort d’Hammond. Après l’espionnage industriel, la promotion canapé avec le gérant du parc, ils l’avaient chargé d’exécuter un meurtre avant de couper les ponts. Sans explications. Ou presque.  Elle avait eu quelques sms mais vu le contenu, ils auraient pu ne rien envoyer que cela aurait été pareil. Ils étaient « occupés à quelque chose d’important, qui leur prenait tout leur temps, ils n’avaient rien à lui donner comme boulot et elle pouvait en profiter pour se reposer et s’en remettre. » Les bâtards. Ils la connaissaient assez pour savoir qu’elle ne tiendrait pas en place. Pas après ce qui s’était passé. Et elle ne supportait pas qu’on la mette à l’écart, quoi qu’il ai pu arriver. Surtout après que Lewis ait passé autant de temps à leur dire qu’ils étaient une équipe, qu’ils devaient se serrer les coudes, s’entraider…  Là ils l’abandonnaient. Ou du moins c’était l’impression qu’ils donnaient. Et elle avait très peur de ce qui pouvait survenir par la suite.

Cole s’agita un peu et elle le vit sourire. Shaélynn attendit patiemment sa réponse. Une fois de plus, il mit un certain à répondre. Il cherchait visiblement ses mots. Cela rendait la jeune femme d’autant plus attentive aux moindres de ses mouvements. Pour anticiper. Ou du moins essayer. Elle avait un peu plus de mal maintenant. Premièrement parce qu’il était plus imprévisible qu’avant mais aussi parce qu’elle n’avait pas tellement envie de le manipuler vu l’état où il se trouvait. Ou du moins elle tentait de le manipuler le moins possible.
- Tu as fais un sacré parcours, tu ne dois pas être peu fier. Et ne tant fais pas pour les mauvaises langues, ils sont simplement jaloux de toi et ils peuvent l'être.

Evidemment qu’ils l’étaient ! Qui n’aurait pas voulu être à la place de la jeune femme ? Ou du moins la vie qu’elle avait en apparence. Le reste craignait. Mais pour ce qui était des diplômes et du boulot c’était carrément cool. Et oui Shaélynn en était fière. Très fière. Même trop des fois. Elle avait quand même galéré pendant plusieurs années pour y parvenir et elle était encore endetté et en train de payer et les études et le diplôme. Ses collègues avaient juste l’expérience en plus. Même si la moitié d’entre eux n’avaient pas le culot et la détermination de la paléobotaniste et Shaé savait pertinemment que cela les agaçait mais elle ne voyait pas pourquoi elle se serait privée de s'en vanter. Après tout elle ne faisait qu’énoncer des vérités à des gens qui s’en fichaient.

-Tu me parlais de Hammond … Parles moi de tes parents … Si cela ne te déranges pas …

Est-ce que c’était ça ? Est-ce que Cole avait préparé le terrain pour CETTE question ? Ou alors ne se rendait-il pas compte de l’impact que cela avait sur elle ? Probablement. Ils n’avaient jamais abordé le sujet en fait. Shaé ne savait même pas si le guide avait de la famille. Ce qui était sûr c’est qu’il n’en parlait pas et que le couple n’avait pas passé Noël avec eux. Ils étaient restés sur le parc et avaient passé leur temps à moitié avec leur collègue, à moitié tout les deux. Shaélynn n’avait pas détesté ces moments mais elle aurait aimé les passer ailleurs. Avec d’autres personnes. Et elle ressentait de nouveau la même chose ces jours-ci à l’approche de son anniversaire et cela jouait beaucoup sur la résistance de la jeune femme a endurer le silence de Biosyn. Et par-dessus il fallait ajouter les questions sur ces parents ?

Autant être honnête : Shaélynn avait envie de répondre. Après tout, elle en avait déjà parlé. Avec Cameron et Noah par exemple. Et Cole commençait à compter beaucoup pour elle aussi. Mais de la relation superficielle qu’elle était initialement censé entretenir avec lui, il n’allait pas rester grand-chose si, elle commençait à évoquer son passé. Elle voulait lui faire confiance. Réellement. Mais elle avait peur. Peur que ça soit un Shivak n°2 et qu’il la démasque. Et dans le même temps, elle se souvenait de toutes les fois où il n’avait pas posé de questions. Ni sur son passé, ni sur la supposé relation qu’elle aurait eu avec Shivak et il ne l’avait jamais requestionné sur l'identité de ce lui qui l’avait frappé lorsqu’elle était revenu couverte de coups après son altercation avec ce dernier. Et elle savait que c’était délibéré. Bien sûr qu’il aurait voulu mais, elle devait bien sentir qu’il ne valait mieux pas savoir puisqu’il ne posait pas les questions qui auraient pu servir à l’accuser d’espionnage. Il ne faisait que s’intéresser à elle, rien de plus. A qui aurait-elle pu faire confiance, sinon à lui, désormais ?
-Je me souviens pas de ma mère. J’ai juste vu des photos et des vidéos. Et mon père n’a jamais eu le courage de jeter ses affaires et j’ai pas mal fouillé dans ses affaires de boulot. Surtout ce qui avait rapport à la paléontologie et l’archéologie. Elle est morte pendant des fouilles quand j’avais trois ans. Donc quand je pense à elle, je me souviens surtout des photos… C’était très étrange de lui dire ça et d’évoquer ses souvenirs avec lui surtout car elle se souvenait d’avoir eu cette discussion avec Noah moins de cinq ans auparavant. Cela semblait proche et lointain en même temps. C’était d’autant plus dur d’en parler et elle avait comme une boule dans la gorge. Elle toussa pour s’éclaircir la voix et avala une bouchée de pâtes même si la présente conversation lui avait coupé l’appétit. Du coup c’est mon père qui m’a élevé. Il travaillait beaucoup parce que les affaires étaient plutôt fragiles après le fiasco du premier parc. Les gens n’avaient pas envie de s’associer avec celui qui avait investis dans cette « abomination ». J’ai toujours trouvé ça très con parce c’est ma mère qui l’a entraîné là dedans. Il était bien moins aventurier qu’elle : gratter la terre, déterrer des os et faire des randonnés dans les endroits les plus insolites de la planète ce n’était pas trop son truc. Mais ils avaient le sens des affaires tout les deux et c’est clair qu’ils savaient obtenir ce qu’ils voulaient… Elle ne put s’empêcher  d’ajouter avec un ton amer : à une certaine époque. C’est comme ça que ma mère a eu la plupart de ses financements. Elle était plutôt du genre persuasif.

Manipulatrice avait presque envie de dire Shaé. Mais cela aurait été trouvé une ressemblance entre elles. Enfin bref… j’ai vécu avec lui, et il s’est jamais remarié et je l’ai jamais vu avec personne. Enfin du moins il m’a jamais présenté personne. Ça se passait pas trop mal mais c’est devenu plus dur pour ses affaires même si de mon coté je le sentais pas trop parce qu’on avait encore la maison et nos comptes personnels…. Jusqu’à ce qu’une de ses plus grosses affaires déconne et que ça engloutisse tout. C’était pire que le parc et il a préféré se suicider plutôt qu’avoir à y faire face. Shaélynn laissa un silence non pas pour l’effet dramatique mais parce qu’elle sentait sa colère refaire surface. Et qu’elle avait réellement besoin de ses quelques secondes pour la contrôler. Tout a été vendu et après avoir épongé les dettes il est pas resté grand-chose. Juste assez pour repartir à zéro. Mais on peut pas dire que j’étais très habitué à la vie normale.Elle eut un sourire et jeta un coup d’œil au bungalow. A une certaine époque, la surface totale de l’endroit lui aurait tout juste servis de dressing. Elle eut un petit rire étranglé par des larmes qu’elle ne tenait pas à laisser s’échapper et continua d’un air un peu plus enjoué : Mais j’ai fini par m’y faire. Elle le fixa droit dans les yeux, nerveuse. Cole était toujours impassible et cela stressait la jeune femme.

-Le seul truc que j’ai jamais pu leur pardonner c’est d’avoir toujours fais passer avant moi. Ma mère était pas souvent là, même si elle m’emmenait avec elle quand c’était pas trop loin de l’Angleterre, mais elle était pas tellement présente vu son agenda de travail. Et puis mon père… Il a tout abandonné.

Shaélynn tremblait un peu et Cole était toujours silencieux. La jeune femme hésita et finit par prendre la main du guide et ce contact l’apaisa un peu. Apparemment, elle n’était pas autant passée à autre chose qu’elle ne le pensait. Le sujet la heurtait et la mettait toujours en rage. Et elle ne supportait pas. Elle ne voulait plus qu’il y ait un impact sur sa vie, elle voulait avancer mais c’était comme si on la maintenant de force là dedans. Hammond en avait encore rajouté lorsqu’il agonisait… Ce qu’elle avait dit à Cole c’était ce qui avait été sa vie. Mais John avait dit tout autre chose. Ses parents auraient été assassinés. Et quelqu’un les auraient ruiné. Et si c’était la vérité cela remettait tout en question. Mais plusieurs détails la faisaient douter : comment Hammond aurait-il su ? Et depuis quand le savait-il ? Pourquoi ne s’était pas manifesté plus tôt ? Du genre avant qu’elle ne s’engage chez Biosyn. Elle ne voulait pas y croire. Elle ne voulait pas que ce soit vrai. Son père s’était suicidé et avait laissé sa fille faire face à ses erreurs. Sa mère était morte en faisant une fois de plus passé son travail avant sa fille. Shaé avait tué un homme qui avait détruit sa famille. Et elle avait eu raison de s’engager chez Biosyn. Fin de l’histoire. C’était ça la vérité. C’était ça sa vie.

Mais qu’elle était celle de Cole ?

Elle s’était posé la question tout à l’heure, et à plusieurs reprises depuis qu’ils vivaient ensembles, mais elle non plus n’avait jamais osé aborder le sujet. Mais puisque c’était le moment des confidences autant demander.
-Et toi ?

Shaé lui renvoyait les questions qu’il lui avait posées. Sans demander de choses précises. La jeune femme préférait le laisser libre de ce qu’il allait lui dire. Elle était bien placée pour savoir ce que ça faisait de remuer des sujets pareils.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Le presque retour à la normale   Jeu 12 Déc 2013 - 13:40

Spoiler:
 

Cole était tendu, il regrettait d'ores et déjà d'avoir poser cette question. Comment allait-elle le prendre ? Qu'allait-elle pouvoir répondre ? Que ce soit l'un ou l'autre, leurs visages trahissaient une certaine forme de tension, insupportable par ailleurs. C'était réellement la première fois qu'il osait posé une question sincère et personnelle. Il eut un rictus presque instinctif et indiscret, quelques choses pour se protéger et s'excuser en même temps. Elle eut également une légère grimace en guise de réponse.

Elle lui raconta beaucoup, énormément de choses. Cole l'écoutait attentivement. Ses parents étaient tous deux décédés mais elle avait tout de même pu passé des moments avec eux. Elle eut beaucoup de peine, Cole, lui, eut à la fois un sourire de satisfaction mais aussi de gène. Sa réponse était plus que convaincante, on pouvait voir que ce n'était pas facile pour elle. Son visage trahissait ses difficultés qu'elle rencontrait et le ton de sa voix était un peu fébrile, elle tremblait. Elle faisait d'énormes efforts, elle aurait pu détourner facilement la conversation ou même lui répondre ouvertement qu'elle ne voulait pas répondre à la question. Non, au lieu de cela, elle lui avait répondu plus que sincèrement. C'était touchant, Cole écoutait respectueusement, presque religieusement ses paroles. Sa voix était enivrante, douce et apaisante, ce qu'elle disait l'était tout autant bien que cela soit très triste aussi. Cole avait quasiment retrouvé le sourire quand Shaélynn, évidemment, rajouta ces deux mots qui l’arrêtèrent net. Bien évidemment, il avait fallu qu'elle aussi se sente obliger de lui poser la même question, bien évidemment … Pourquoi avait-il fallu qu'elle la pose ?

Seulement quelques mots peuvent détruire, anéantir un humain, son esprit, son moral. Une mauvaise nouvelle, une prise de conscience, une information inattendue. L'esprit nous transporte toujours plus loin que nos pas. Nos pas nous amènent toujours là où on le souhaite, notre esprit est indépendante et pense plus vite que nous pouvons le faire. Elle nous guide, on la suit sans nous en rendre compte, elle devient notre destin. Nous sommes esclave, l'hôte de cette esprit qui nous dicte quoi faire. Quand l'esprit qui le corps dans lequel elle avait décidé de vivre, le corps devient juste alors organes, chair et sang. Une chose abjecte, difforme et sans aucune utilité. Un légume. Le corps a besoin de l'esprit pour subsister, pour avoir une réelle utilité et l'esprit a besoin du corps pour pouvoir progresser L'un ne peut pas vivre sans l'autres. L'esprit et le corps coopère et endure ensemble mais encore une fois, c'est l'esprit qui dit au corps qu'il peut endurer.
Cette simple question que lui avait posé Shaélynn, « et toi ? ». Seulement deux mots et il partait en vrille. Il n'avait pas songé une seule fois, pas même une seconde que l'on puisse lui poser cette question un jour. Il manqua de s'étouffer et de tout recracher tellement cela fut inattendue … Pourtant, il était évident qu'elle lui demanderai à son tour mais non, il n'y avait pas pensé.

La vie est un explosion de sentiments. On peut ni la contrôler ni la diriger.

Cette question … On ne lui avait jamais posé cette question auparavant. Il ne savait pas du tout y répondre. Elle était cruel et brutale. Elle faisait mal, terriblement mal. Avait-elle ressenti la même chose ? C'était pour ça qu'elle posait la même question ?

Si seulement on pouvait revenir en arrière, peut être que cela se serait passer différemment. Cole n'était pourtant pas passéiste mais … Ah quoi bon ? Ce qui est fait est fait. Qu'est ce que cela changerait au final ? Il n'entrait pas dans les éléments de cette mise en scène macabre, il n'était que simple spectateur dans tout ça. Il ne pouvait et il n'aurait pu strictement rien faire. Remonter le temps ? A supposé que cela soit possible et si l'idée est un jour envisageable, il ne le ferait pas. Jamais. Cela bouleverserait absolument tout le cours des choses, il ne rencontrerait peut être jamais Shaélynn ou Josh … Au jour d'aujourd'hui, une chose pareille était inconcevable pour lui, l'idée même de pouvoir les oublier à cause d'un bouleversement de ce genre. Non. En venir à parler de machine à remonter le temps … Oui, ses parents étaient plutôt un sujet sensible, plus qu'il ne pouvait l'imaginer puisque c'était vraiment la première fois qu'on lui posait cette question et jamais c'était présenté une occasion d'en parler. Sauf, évidemment, avec le psy … Mais ça, c'était autres choses et il ne préférait pas se remémorer cette période là bien qu'elle soit une part importante de sa vie.

Quoi qu'il en soit, c'était gravé sur son crâne, inscrit dans ses tripes, marqué sur son cœur. Il s'en souviendrait probablement toute sa vie, malheureusement. Il vivait, il devait vivre, surtout après tout ça. Il n'avait pas le choix ou tout du moins aucun choix ne se présentait à lui ou lui paraissait simplement envisageable. On ne lui avait jamais dit que la vie était difficile, on ne lui avait jamais clairement refusé quelques choses, on ne l'avait jamais puni, disputé, on ne l'avait jamais dorloté, bordé ou chouchouté. La plupart de ses sentiments, de ses ressentis lui était totalement inconnu ou presque. Les choses qu'il connaissait aujourd'hui, il l'avait découvert de par lui même, il s'était battu pour obtenir ce qu'il voulait tout au long de sa vie. Il avait été ignoré, rejeté tout au long de sa scolarité essentiellement pour sa manière de voir les choses et à cause de connards bourrés de préjugés. Personne ne s'était intéressé à lui, personne n'avait cherché à l'aborder, à être son ami ou simplement une connaissance … Jusqu'à son arrivée ici, dans l'entreprise InGen. Il avait rencontré des personnes formidables, aux caractères différents, aux personnalités différentes. Il avait appris à aimer mais aussi à détester. Il avait découvert une nouvelle forme de bonheur, à combler un vide dont il n'avait jamais prêté attention. Il avait ressentis la colère, le stresse, la frustration. Il avait plus vécu et il avait plus de sentiments en un an ici que durant toute sa vie. C'était à la fois une triste vérité mais aussi un renouveau, une renaissance de l'homme qu'il avait été. Il était heureux ici, il pouvait le dire.

Mais tout avait été chamboulé, il savait qu'il s'était passé des choses capitales sans pour autant pouvoir s'en souvenir. Il aurait fait et il comptait bien faire absolument tout pour se remémorer ces soirées là. On lui avait raconté, elle lui avait raconté … Les massacres, les morts … Ce gâchis … Si Dieu existait réellement, pourquoi ne punissait-il pas les « méchants » ? Pourquoi s'en prenait-il aux innocents ? Pourquoi avait-il inventé ou laissait tranquillement subsisté les tsunamis, les ouragans, les tremblements de terre, les tornades ? Pourquoi laissait-il se réaliser des gigantesques massacres ? Et si il s'agissait de la plus banale et basique idée de sélection naturelle, de régulation naturelle de la population, dans ces cas là, pourquoi parlait-on de bénédiction, de sagesse ? Dieu était-il aussi pourri que l'Homme au final ? Pourquoi est-ce que des innocents mourraient chaque jour de manière atroce, de famine, de désespoir tandis que des monstres de la pire espèce vivaient en propageant la terreur et la destruction ? Pourquoi donnerait-il des droits à ce genre de criminels alors que ces derniers privent les autres d'en avoir, qu'ils suppriment ce droit de vivre justement à des innocents ? Le droit de vivre existe-il réellement ? Peut-être que l'on devrait contraindre ces monstres à vivre éternellement plutôt que de les condamner à mort, les faire souffrir plutôt que de les tuer.

La colère, la peine, la douleur, la frustration. Des sentiments qu'il n'aurait préféré de jamais connaître. Cole n'aurait préféré jamais ce souvenir de tout ça, il aurait préféré jamais se rappeler de cette mort horrible qu'avait connu ses parents. Avait-il ri avec eux ? Avait-il pleuré ? Avait-il ronchonné ? Qu'avait-il vécu à leur côté ? Rien. Il ne se rappelait absolument absolument de rien. Du sang, partout du sang, les morceaux de chairs, une chose informe qui avait été autrefois ses parents. Cette bourrade de sang, cette volée de chair, ce choc brutal de la mort s'abattant sur eux. Aucun cri, juste ce bruit sourd et atroce, le son creux des os qui implosent, ce bruit si abominable qui lui resteraient à jamais graver dans la tête. Ils étaient méconnaissables, le choc avait été violent, personne n'avait été là pour les reconnaître. Leurs visages étaient déchirés, leurs corps détruits, si abîmés que la nourrice les avait reconnu uniquement grâce à leur fils, le petit Cole que les policiers et l'ambulance avait trouvé sur les lieux …

Comment allait-il faire pour répondre à ça ? Il n'en n'avait absolument aucune idée mais il allait bien falloir répondre …

- Eh bien … Mes … Parents ? ... Comment … Euh … Je … Mes parents … Disons que … Je sais pas si on peut considérer que j'en ai vraiment … Hum … Mes … Ils sont morts … Quand j'avais 2, 3 ans … Un camion les a renversé … Je … Je n'ai aucun souvenir d'eux … J'ai quelques brides … Je me souviens que j'aimais dormir dans les bras de ma mère et prendre une de ses mèches comme doudou … Du rire de mon père … Je … C'est tout … J'ai vécu dans un orphelinat pendant quelques années. J'ai travaillé assez dur pour pouvoir me payer les études que je voulais … J'ai finis par monter ma propre boîte en tant que guide puis j'ai finis par me lasser des petits bourgeois qui pensaient toujours tout connaître sur tout et qui avaient aucun respect pour les choses. Hammond m'a ensuite contacté pour que je passe un entretien d’embauche … Puis … Tu connais la suite …

Il avait fait du mieux qu'il le pouvait, ça avait été laborieux et il avait presque failli chialer une ou deux fois mais il y était finalement arrivé. On pouvait facilement imaginer que Shaélynn ne s'attendait pas cette réponse, qu'allait-elle pouvoir lui dire ? Cole était encore à la limite de fondre en larmes, il gardait un léger sourire quand même. Sa voix tremblait à son tour, il eut du mal à trouver ses mots. Il savait que ses parents avaient tout fait pour son petit confort, pour son bonheur. Qui aurait pu prévoir un tel accident ? Mais il n'empêche … La solitude, l'abandon était bien présent, là quelques parts en lui …

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Le presque retour à la normale   Sam 21 Déc 2013 - 11:56

Shaélynn n’était pas tranquille. Cole était encore fragile. Quelle idée elle avait eu de lui poser cette question , merde ? Sérieusement ! Elle se demandait ce qu’elle avait dans la tête des fois… Et puis franchement elle n’était pas sûre d’être capable de supporter ce que le jeune homme pourrait répondre. Elle avait déjà suffisamment de mal avec son propre passé pour ne pas aller s’encombrer avec celui des autres. Surtout qu’elle ne savait absolument rien de lui et n’avait aucune idée de sur quoi elle allait tomber. Non décidément ce n’était pas une bonne idée. Non vraiment pas.

Alors pourquoi attendait-elle la réponse au lieu de chercher à changer de sujet ? Un « désolée je n’aurais pas dû te demander ça, je vais me chercher un yaourt t’en veux un ? » aurait très largement pu suffire. Certes cela n’aurait pas été extrêmement subtile, ni très gentil cela aurait même été carrément salaud mais c’était ce qu’elle aurait dû faire. Elle regrettait même d’avoir parlé de ses parents. Shaé ne pouvait plus faire marcher arrière de ce coté là. La seule chose qui aurait pu lui permettre d’éviter d’entendre ce qu’il avait à dire c’était si il refusait de parler. Et une partie d’elle espérait réellement que ce soit ce qu’il fasse. Qu’il se ferme. Qu’il refuse de parler. Qu’il change de sujet. Et puis en même temps… Elle aurait aimé qu’il lui raconte. Qu’il lui fasse confiance. Comme elle venait de le faire. Surtout que la paléobotaniste était persuadé qu’elle avait bien plus de choses à cacher que lui… Elle voulait qu’il se confie lui aussi. Qu’ils soient à égalité. C’était donnant donnant. Peu importe ce qu’il raconterait. Il avait intérêt à lui faire confiance c’est tout.

Et en même temps s’il ne le faisait pas, elle ferait quoi ? Le mettre à la porte ? La blague. Déjà que c’était chaud pour le faire bouger du canapé alors pour le foutre dehors…  Concrètement s’il ne répondait pas ce serait simplement l’amour-propre de Shaé qui en prendrait un coup. Et c’était clair aussi qu’elle ne se sentirait plus aussi en sécurité avec lui qu’avant. Franchement… Les gens qui posaient des tonnes de questions sans jamais accepter de répondre à celle qu’on leur posait étaient ceux qui étaient le plus à craindre et elle était particulièrement bien placée pour le savoir.

Cole failli s’étouffer. Ha tout de suite quand on lui renvoyait la question il trouvait ça tout de suite moins intéressant. Forcément ! Il était toujours celui qui questionnait les autres. En revanche, il était très peu bavard  lorsqu’il s’agissait de lui. Ce qui expliquait aussi qu’il avait épargné à Shaélynn les interrogatoires auquel il se livrait parfois sans se rendre compte : il n’avait peut être pas envie qu’elle se mette à le questionner et à fouiller dans son passé. Même si  elle aurait dû commencer par ça quand elle avait commencé à le voir autrement que comme un collègue.
- Eh bien … Mes … Parents ? ... Comment … Euh … Je … Mes parents … Disons que … Je sais pas si on peut considérer que j'en ai vraiment … Hum … Mes … Ils sont morts … Quand j'avais 2, 3 ans … Un camion les a renversé … Je … Je n'ai aucun souvenir d'eux … J'ai quelques brides … Je me souviens que j'aimais dormir dans les bras de ma mère et prendre une de ses mèches comme doudou … Du rire de mon père … Je … C'est tout … J'ai vécu dans un orphelinat pendant quelques années. J'ai travaillé assez dur pour pouvoir me payer les études que je voulais … J'ai finis par monter ma propre boîte en tant que guide puis j'ai finis par me lasser des petits bourgeois qui pensaient toujours tout connaître sur tout et qui avaient aucun respect pour les choses. Hammond m'a ensuite contacté pour que je passe un entretien d’embauche … Puis … Tu connais la suite …

Ouch… ça en faisait des choses à assimiler d’un coup. Surtout que ce n’était pas particulièrement joyeux. Loin de là. Il était orphelin lui aussi. Mais contrairement à elle qui avait tout de même été élevé par son père, lui n’avait pas eu la chance de connaître ses parents. Sans pouvoir complètement imaginer ce que cela avait dû être pour lui, elle savait tout même ce que c’était de ressentir le manque et la présence quasi fantomatique de quelqu’un dont on savait pertinemment qu’il ne reviendrait pas. Néanmoins il avait un peu plus de courage qu’elle qui avait choisis la facilité avec Biosyn. Cole au moins n’avait pas de raisons de regretter ces choix. Surtout qu’aujourd’hui contrairement à Shaé, il était libre de faire ce qu’il souhaitait.  Il était à la tête du parc, dans un état physique encore fragile certes, mais il avait quelque chose à quoi se raccrocher malgré les coups durs. Il avait sa carrière mais il l’avait elle.  Tandis que pour la jeune femme tout restait en suspens.

Certes d’une certaine façon elle avait Cole qui était là pour elle mais elle savait que c’était surtout une illusion. Shaélynn ne comptait pas sur lui en fin de compte. Oui, il l’aimait et la soutenait. Mais il n’avait aucune idée de ce dans quoi il s’embarquait actuellement. Il était le patron du parc. Autant dire que si quelqu’un lui prouvait que la sécurité du parc était en danger à cause d’elle et qu’on étalait sous ses yeux, les documents qu’elle avait volé et tout ce à quoi elle avait participé pour saboter et copier le parc, elle n’était pas sûr de sa réaction. Alors oui probablement qu’il l’aimerait toujours mais pour ce qui était du soutien, elle était quasi sûr qu’elle pouvait aller se rhabiller. Sans mauvaise jeux de mots.

Plus sérieusement, Shaélynn ne savait pas quoi lui répondre. Il n’avait rien dis pour ses parents à elle. Devait-elle lui dire quelque chose quand même ? Certainement. Le truc c’est que la jeune femme n’était pas très douée pour ce genre de truc. Et puis quoi… Dire qu’elle était désolée ? C’était ce qu’il y avait de mieux à faire théoriquement. Mais elle savait que cela ne soulageait en rien, pas plus que ça ne ramenait les morts. Enfin de toutes manières elle ne voyait rien d’autre de pertinent à lui dire.
-Je… Je suis vraiment désolée pour tes parents Cole.

Bizarrement dans les films et les séries ça sonnaient toujours impeccablement bien. Là elle avait l’impression que c’était très maladroit. Et ça l’était. Mais c’était toujours mieux que lui qui n’avait pas répondu donc voilà. Elle n’ajouta rien de plus sentant que lui autant qu’elle avait besoin d’un peu de silence après ce qu’ils venaient d’apprendre l’un sur l’autre, mais surtout sur ce qu’ils avaient dits à propos de leur famille respective.
Shaélynn se forçait à essayer de finir son assiette même si elle manquait clairement d’appétit, ce qui devenait une habitude depuis la nuit où K-c avait attaqué le parc. Au pire même si elle n’y parvenait pas, elle aurait sans aucun doute d’autres fantastiques occasions de manger des pâtes au beurre avec du jambon. Sans compter que si le silence de Biosyn s’éternisait et que sa situation n’évoluait elle allait continuer de vivre avec Cole. Autant dire qu’elle allait finir par avoir plus de pâtes jambon-beurre dans son corps que d’eau.

Shaé avala encore une ou deux bouchés le temps que Cole finisse son assiette puis, elle se leva et commença à débarrasser. Aidé par le jeune homme cela ne lui prit pas beaucoup de temps. Ils n’avaient toujours pas échangé un mot depuis que la jeune femme lui ait dit qu’elle était désolée pour ses parents. La jeune femme acheva de ranger les couverts qu’elle venait dans un tiroir et chercha Cole du regard. Celui-ci était en train de ranger les assiettes dans l’un des placards de la cuisine et lui tournait le dos. Shaélynn en profita pour passer ses bras autour du torse et poser sa joue contre son dos. Elle resta comme cela quelques secondes puis le relâcha pour se blottir dans ses bras.

Au moins là il n’y avait rien qui lui prenait la  tête du moins si elle ne pensait à rien, ce qui était plus facile à dire qu’à mettre en application, et si Cole ne se remettait pas à poser des questions. Rien qu’à voir sa tête, elle savait que ce qu’il lui avait dit sur ses parents étaient toujours dans ses pensées. Et elle n’aimait pas le voir dans cet état. En même temps, il avait l’air encore plus paumé et triste que tout à l’heure. Même si c’était devenue quasiment son état normal ces derniers temps. Shaélynn déposa un bisou au coin de ses lèvres avant de l’embrasser plus longuement. Concrètement c’était elle qui devrait plutôt se poser des questions sur ce qu’elle était actuellement en train de faire. Une part d’elle lui disait qu’il aurait été bien plus judicieux de passer plus de temps à trouver un moyen de sauver sa peau et de comprendre ce qui se passait chez Biosyn plutôt qu’à jouer les gentilles gardes malades. Surtout que le patron du parc n’aurait pas la possibilité de l’aider puisque vu comment il était, la paléobotaniste doutait qu’il reprenne un jour sa place de gérant. Pourtant elle ne se décidait pas à faire quoi que ce soit pour se dépêtrer du bazar dans lequel elle était.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cole Hudson
Admin
avatar

Messages : 1018
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 24
Localisation : Isla Nublar

MessageSujet: Re: Le presque retour à la normale   Jeu 26 Déc 2013 - 1:31

C'était beaucoup plus difficile qu'il ne l'avait pensé, Cole était pensif, frustré par cette situation qui lui semblait improbable. La dernière fois qu'il avait dû partagé des choses aussi personnelles remontait à quelques années déjà, lorsqu'il n'était qu'un gosse et qu'il allait chez le psy. Autant dire que cela ne lui rappelait pas que des bons souvenirs et, qu'à vrai dire, il pensait cette époque révolue. Non, cette histoire là le rattrapait encore une fois, quoi qu'il fasse cela semblait toujours vouloir le rattraper. Cela avait commencé avec son cauchemar qui était revenu et qui, certains soirs, venait le hanter encore. Puis, Shaélynn qui maintenant venait lui poser ce genre de questions. Bien sûr, ici, cela n'avait pas les mêmes dimensions qu'il y a quelques années et, dans un sens, d'une certaine façon, il l'avait cherché mais la question demeurait bel et bien et sa puissance psychologique restait la même : cela faisait atrocement mal, c'était dur à supporter.

La jeune femme, elle aussi, semblait perturbée, gênée par cette réponse inattendue. En effet, elle ne s'attendait pas à cela, surtout lorsque l'on le regardait lui. Il avait plutôt, à première vue, la tête d'un enfant de bourg, d'un pourri gâté ou quelques choses du genre, pas de là à avoir une tête à claque, on ne pensait pas à mal en l'observant. Mais, en réalité, au final, on ne s'attendait à rien de spécial en regardant Cole, on ne pensait pas, on ne le jugeait pas. Il donnait plutôt l'impression d'être un homme sympathique, il inspirait la sympathie, la gentillesse sans pour autant trop en faire, personne ne se posait trop de questions sur un homme sympathique. Quoi que, cela dépendait des personnes …Elina semblait par exemple avoir du mal avec lui. Est-ce que c'était sa tête qui lui revenait pas ou une tension imaginaire, quelques choses qui ne lui inspiraient pas confiance ?

Quoi qu'il en soit, Cole ne parlait quasiment jamais de lui et personne ne lui avait jamais rien demandé essentiellement grâce à ce masque qui lui servait de visage, les gens étaient naïfs et se contentaient d'accepter les choses telles qu'elles leurs étaient montrées. Il n'était pas bête, il savait parfaitement que lui aussi, à sa manière, l'était mais cela lui allait très bien comme ça. Il ne s'en plaignait pas et n'y songeait pas.

-Je… Je suis vraiment désolée pour tes parents Cole.

Lui, aurait préféré qu'elle ne dise rien. Peut être disait-elle cela parce qu'elle aurait aimé que lui dise quelques choses. Bien sûr qu'elle était désolé, elle allait pas lui dire « bien fait pour toi » ou « c'est con pour toi » bien qu'il interprétait ce « désolé » de bien des manières sans qu'aucune soit réellement justes ...
Le couple semblait alors plonger dans une sorte de stase, leurs esprits étaient concentrés, bouleversés par cet ordre de réflexion orienté vers le passé. Une tension régnait sur les lieux, quelques choses tendaient à les rapprocher mais aussi à les séparer. Ils étaient deux aimants, ils se cherchaient et se repoussaient sans cesse. Le silence se répercutait dans le bungalow tandis qu'ils finissaient de manger. Tout deux s'efforçait de terminer son assiette, Shaélynn se leva la première et commença à débarrasser. Cole ne tarda pas à la rejoindre pour accomplir cette tâche banale de la vie de tout les jours. Leurs vies, au contraire, étaient loin d'être banales, ils travaillaient pour l'unique société ayant réussi à rendre vie à des dinosaures, à ces monstres disparus depuis des milliards d'années, ils travaillaient dans le seul parc où vivait de vrais dinosaures. Leurs passés n'étaient pas banales lui non plus mais on pouvait être certain que quelques parts dans le monde, quelqu'un vivait ou avait vécu quasiment la même chose que lui. On était unique qu'à une certaine limite.
Malgré la présence des deux humains dans la pièce, la cuisine était silencieuse. On entendait parfois le cliquetis des verres, des assiettes et des couverts, l'eau bouillante brisait parfois ce bruit insoutenable mais c'était que de courte durée. Cole avait depuis toujours détesté le silence, il ne le supportait pas, cela le mettait mal à l'aise. C'était peut-être dû à un choc suite à l'accident de ses parents, un traumatisme quelconque de son enfance, allez savoir ? Il décidait cependant de ne rien en faire pour une fois, de laisser les choses coulées. Pourquoi n'agissait-il pas ainsi plus souvent ? Pourquoi se prenait-il autant la tête ? A sa plus grande surprise, alors qu'il rangeait les assiettes dans un des placards, Shaélynn passa ses bras autour de son torse et posa son visage contre son dos. Pourquoi se prenait-il autant la tête ? Les choses biens pouvaient très bien arrivés sans que l'on cherche à les provoquer, il venait d'en avoir la preuve. Il avait toujours cherché le bonheur, à courir derrière en espérant pouvoir y toucher un peu alors qu'en réalité, avec un peu de patience, il pouvait arriver seul et avec panache. Cole eut un sourire en coin, elle relâcha suffisamment son étreinte pour qu'il se retourne. Elle se blottit dans ses bras et il la serra un peu plus contre lui. Pendant un instant, il parvient à apprécier le silence, ce silence qu'il détestait tant. Tout semblait être facile, tout semblait alors pouvoir arriver. Cependant, il était encore grandement perturbé par cette question, « La » question. Pourquoi avait-elle fallu qu'elle la lui pose ? Comme si elle l'avait entendu, elle déposa un bisou sur le coin de ses lèvres avant de l'embrasser langoureusement. Cole se laissait guider totalement par la jeune femme, il resserra un peu ses bras tout en passant une main dans ses cheveux. En réalité, il se réjouissait de sa présence. Depuis le début, elle avait été là et elle l'était encore. Elle s'intéressait à lui, montrait de l'intérêt pour lui. Elle était attentionnée, gentille et patiente. Elle se démenait entre le boulot et lui, elle courait à droite à gauche pour remettre tout d'aplomb, que ce soit Cole ou le parc, bien que la comparaison pouvait être mal pris, elle travaillait dure. Elle était là, bien présente et c'était au final tout ce qui comptait. Pourquoi vivre autant dans le passé ? Peut-être parce qu'il se questionnait, qu'il considérait ne pas en avoir un et c'était loin d'être facile de se dire ça. Il aurait voulu que ce câlin, que ce baiser ne s'arrête jamais. Pourquoi pensait-il alors à ce qu'il avait oublié, à ce qui c'était passé ce jour là ? De toute façon, toute les bonnes choses avaient une fin. Certes. Shaélynn allait devoir retourner bosser … Mais ce baiser entraînait le couple petit à petit dans la chambre. Ils tombèrent lourdement sur le lit et s'embrassèrent encore un peu plus, s’embaumant chacun de son parfum respectif, profitant de la présence de l'autre, profitant davantage de cet instant ... Jusqu'à ce qu'un bip sonore d'un réveil ou d'une montre laissé à l'occasion dans un endroit de la maison les interrompe. Cole savait ce que cela voulait dire ...

- Tu ne veux pas rester encore un peu, lui chuchota-il à l'oreille.

La jeune femme se releva soudainement tout en lâchant un autre et dernier baiser sur le coin de ses lèvres, elle lui murmura quelques choses avant de sortir de la pièce qu'il ne parvient pas réellement à comprendre.
Plongé dans ses pensées, il resta allongé encore un instant. Il entendait Shaélynn se préparer, il sentait presque une petite brise. Elle avait dû ouvrir une fenêtre pour aérer comme elle avait l'habitude de le faire. L'île avait cette particularité, on pouvait sentir le vent s'abattre sur la côte apportant un air rafraîchissant tandis que la jungle gardait certes l'humidité mais aussi la chaleur. Tout ça lui avait donné une idée, plusieurs idées en réalité … Mais une idée bien précise qui aurait pu, qui aurait dû même traverser son esprit bien avant. Il ne l'avait pas allumé depuis son retour sur l'île et, pourtant, il pouvait peut être contenir des informations cruciales à la fois pour sa mémoire brisée mais aussi sur ce que Josh aurait pu lui dire … Son ordinateur personnel. Pourquoi n'y avait-il pas songé plus tôt ? Un contre-rendu, un message, un dossier, n'importe quoi pourrait potentiellement faire l'affaire, faire « tilt » et déclenché quelques choses en lui … Il s'y attela, s'installa sur le bureau qui se trouvait dans la chambre et entama ses recherches. Il n'entendit même pas Shaélynn partir, il chercha pendant une bonne heure, si ce n'est plus, farfouilla absolument partout, retourna le moindre dossier, il utilisa même la fonction « recherche » en tapant notamment « Josh Solomon », « Incident » et d'autres trucs sans grand succès. Mais il finit par trouver quelques choses … Dans ses messages, enregistrer dans ses archives, un mail un peu particulier de … Marcos Shannon.

«Rédigé le 29 décembre 2013 PC de Marcos Shannon.

Voici mon rapport mensuel sur les activités de la section paléontologique. Le projet « vieille plume » à dut coup prit du retard, car il attend toujours la validation officiel de John Hammond.

En ce qui me concerne vous pouvez vous assuré de ma collaboration et de mon soutient dans votre nouveau rôle de gestionnaire de la société InGen.

Cordialement et amicalement. Docteur Marcos Shannon »


Lorsqu'il le vit , son premier ressenti fut l'étonnement, il est vrai qu'il ne s'attendait pas à avoir un message de lui. C'est aussi cela, à vrai dire, qui attira son attention. Ce message était trop simple et était banale à souhait, pourquoi lui avait-il envoyé à lui ? Ce n'était pas à lui de réceptionner ce genre de message ou alors il devait passer d'abord par sa secrétaire ... Cole se sentait littéralement attiré, il était obsédé par ce message, il le relisait inlassablement sans en déceler la moindre importance et pourtant … Cole s’apprêtait à fermer la page, lasser de cette recherche infructueuse quand soudain la quasi intégralité de la page web se peignit en bleu ou ce qu'on appelle communément un « miss-click », lorsque l'on clique malencontreusement sur sa souris ou sur touche du clavier que l'on parviendra jamais à retrouver. En l’occurrence, sa manche avait frotté le « pad ». Sa première réaction fut de râler et corrigea cette erreur mais son œil eut le temps de percevoir quelques choses qu'il ne comprit pas tout de suite. Intrigué, il recommença l'opération pour voir ce qu'il n'allait pas ou plutôt ce qu'il y avait. En effet, lorsque le message fut sélectionner et à la grande surprise du jeune homme, des mots, des phrases supplémentaires apparaissaient. Un message codé.

«Rédigé le 29 décembre 2012 PC de Marcos Shannon.

Le message suivant est hautement confidentiel. N'en parler à personne, et ne relevé en aucun cas mon implication. Vous ne pouvez avvoir confiance en personne.
Voici mon rapport mensuel sur les activités de la section paléontologique. Le projet « vieille plume » à dut coup prit du retard, car il attend toujours la validation officiel de John Hammond.
J'ai toute une liste de coïncidences étranges et de faits douteux de certaines personnes, dont la personne de Shivak Garland qui je peux l'affirmer à 90 % à orchestré mon enlèvement et à ordonné la torture que j'ai subis.
J'ai la preuve que KC est derrière le mosasaurus qui à tué B.Colomes.
En ce qui me concerne vous pouvez vous assuré de ma collaboration et de mon soutient dans votre nouveau rôle de gestionnaire de la société InGen.
J'ai aussi des soucis envers la personne de Shaelynn Moore, que je suspecte d'appartenir à KC ou Biosin, après l'avoir surprit avec Shivak Garland dans un combat dont l'issue aurait dut être mortelle pour à ce que j'ai entendu dire votre compagne. Veuillez me contacter sous peu sans passer par les serveur d'InGen.
Cordialement et amicalement. Docteur Marcos Shannon »


Cole ne comprit pas toute suite l'importance de ce message, le poids qu'il avait. Il lui fallut au moins deux relectures pour en prendre réellement conscience. Par instinct et par habitude, il se releva d'un coup et appela Shaélynn pour partager sa découverte mais il avait oublié qu'elle, contrairement à lui, travaillait. Il fallait bien qu'il s'enfonce le couteau plus profondément, il ne se sentait pas assez inutile et impuissant comme ça. Il tourna un instant dans la cuisine, il se rendit compte qu'il avait très soif et une envie pressante ! Le fameux dilemme du « je bois et je pisse » pour avoir la sensation de n'avoir rien bu ou de « je pisse et je bois » pour avoir l'impression de faire des choses inutiles. Pourquoi fallait-il qu'il se prenne autant la tête ? Ce n'était pas tout les jours faciles. Cole eut un petit gloussement en se servant un verre. Ca y est, il était fou, voilà qu'il se mettait à rire tout seul. Probablement la satisfaction d'avoir découvert quelques choses, un mystère ou bien un rire nerveux. Il frappa dans ses mains comme pour symboliser un déclic dans son crâne, comme si quelques choses avaient une logique là-dedans. Sa curiosité attisée au plus haut point, il retourna au bureau et s'empressa de sauvegarder le message sur un document « word » mais aussi de le recopier sur un papier par précaution. Il regarda ébahis l'écran d'ordinateur et ne pouvait pas en croire ses yeux. Il relut le message encore une fois et vue que tout n'était pas chouette …  Il avait raté ce qui pouvait être le plus important à ses yeux. Avait-il déjà vu ce mail ? Cole, dans un élan de réflexion, se jeta sur le lit avec un soupir qui en disait long. Pourquoi Marcos osait-il dire une chose pareille ? Pourquoi ne se souvenait-il pas ? Il connaissait déjà cette réponse mais il savait aussi que la chose était beaucoup plus complexe qu'elle ne le paraissait. Le jeune homme eut un nouveau hoquet de surprise, un déclic, ce fameux soir …

- Han putain … C'était donc lui … , s'exclama-t-il dans un murmure.

De nombreuses choses semblaient s'éclaircir dans sa tête, de nombreuses choses restaient sombres tout de même mais s'il savait bien une chose c'était que Shaélynn n'était pas impliquée là-dedans. Il attrapa donc son téléphone qu'il sortit de sa poche rapidement et composa un numéro. Une sonnerie, deux sonneries retentissaient …

- Allô ?

_________________

Neuf roses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shaélynn Moore
Admin
avatar

Messages : 605
Date d'inscription : 29/08/2013
Age : 22
Localisation : Saloperie Ville

MessageSujet: Re: Le presque retour à la normale   Mar 7 Jan 2014 - 1:29

Alors qu’elle commençait à se dire qu’elle aurait dû mettre fin à ce baiser, Cole la plaqua un peu plus contre lui . Ok. Elle abandonnait l’idée. La jeune femme n’avait plus l’intention d’aller nulle part. Elle avait beau faire preuve de toute la mauvaise foi dont elle était capable, Shaélynn n’aurait pas été capable de donner une raison valable pour s’être embarqué dans cette histoire avec le gérant du parc.  Certes elle pouvait toujours dire que Lewis l’avait largement influencé, ce qui était vrai, mais cela n’expliquait pas tout. Une grande part était de sa propre responsabilité et elle était obligé de le reconnaître. Elle aurait dû tout arréter bien avant. Le problème c'est que Biosyn y trouvait un intérêt, et ce depuis le début et que désormais c'était trop tard. Alors pourquoi chercher des solutions quand on n'a pas le contrôle sur sa propre vie ?

Surtout que pour une fois, Shaélynn se sentait bien. La façon dont le jeune homme la tenait et lui passait la main dans les cheveux finissait de la convaincre de rester. Elle en avait marre d'être laissé à l'écart partout où elle se trouvait que ce soit chez Biosyn ou même au sein du parc où les gens ne la respectaient pas. Ou uniquement parce qu'elle était leur boss et qu'elle pouvait leur pourrir durablement la vie. Pas parce qu'ils l'appréciaient. Bon peut être certains. Mais ils étaient rares. Au moins Cole l'aimait. Il avait réellement besoin de sa présence et elle n'avait pas l'impression d'être de trop ou de géner.

Et contrairement à d'habitude, elle était moins vigilente, moins dans le contrôle et elle se sentait bien plus détendue. Surtout que depuis que Cole vivait avec elle, la jeune femme avait été obligé de déplacer certaines de ses affaires dans son bureau pour être sûr qu'il ne tombe pas de dessus. Au moins rien dans ce bungalow ne présentait de trucs succeptibles de la démasquer et cela l'aidait grandement à se laisser aller. Quoi que c'était à nuancer. Tenter de contacter Biosyn était devenu de plus en plus compliqué. Les efforts qu'elle faisait se révélait être tout à fait inutile puisqu'ils ne jugeaient toujours important de lui donner de nouvelles. Elle était dans le flou totale depuis le soir de la mort d'Hammond. Et elle ne comprenait pas d'où venait ce silence. La paléobotaniste avait fait exactement ce qu'on lui avait demandé depuis le début.

Et elle ne voyait vraiment pas ce qui aurait pu provoquer une telle réaction chez eux et cela l'angoissait. Même si parfois elle se surprenait à espérer qu'ils l'aient oublié et qu'ils allaient la laisser ici et ne plus jamais la recontacter. Ce qui n'était pas une raison pour faire n'importe quoi non plus. Shaélynn ne savait pas qui de Cole ou elle, avaient entraînés l'autre vers leur chambre pendant qu'ils s'embrassaient mais en réalité elle s'en fichait pas mal. Le couple se laissa tomber sur le lit en continuant à s'embrasser et il était clair que la conversation qu'ils avaient eu un peu plus tôt ne les intéréssaient plus. Tout ce qui concernait le boulot, le parc et même Biosyn était sortis des pensées de Shaé.

Elle avait vraiment eu peur de le perdre. Depuis qu'ils étaient revenus sur le parc, elle s'était déja fais la réflexion à plusieurs reprises mais, surtout aujourd'hui puisque leur conversation avait été bien plus personelle que d'habitude. Et malgré ce qu'elle ressentait pour lui, elle l'avait abandonné face à Josh. Et ça aussi ça le faisait complétement flippé. Elle se demandait jusqu'où elle allait être capable d'aller pour Biosyn. Et elle n'était pas sûr de vouloir savoir. Pas si cela nécessitait encore de devoir mettre en danger la vie du guide. Il avait déja assez souffert comme ça. Pour le moment, tout ce dont ils avaient besoin c'était qu'on leur fiche la paix. Et la jeune femme avait par dessus tout besoin qu'on arrête de la manipuler. Cole ne le faisait pas. Il se fichait de Biosyn, de K-C et même de InGen. Pour le moment, il se contentait de prendre soin d'eux et de pleurer son meilleur ami. C'était le seul élement normal dans la vie de Shaélynn et elle avait besoin de lui, de sa présence. La seule chose qu'elle voulait c'était rester ici avec lui et oublier ce qu'il y avait en dehors de cette chambre.

Seulement, Shaélynn avait des responsabilités et d'autres personnes qui dépendaient d'elle et l'attendaient. Ailleurs, et malheureusement pour elle ça voulait dire ailleurs que dans les bras de Cole. Le réveil de son téléphone, et qu'elle avait enclenché pour se rappeler à quelle heure elle devait partir, la fit revenir brusquement à la réalité. Le jeune homme continuait à l'embrasser dans le cou tandis qu'elle donnait l'impression de prendre d'un coup conscience de la situation. Pas le fait de se trouver allongée sur leur lit avec Cole, mais son état d'esprit. Radicalement opposé à celui qu'elle avait la dernière fois où elle s'était retrouvé dans la même situation avec le jeune homme.
- Tu ne veux pas rester encore un peu ?

Evidement que si. Elle aurait bien aimé avoir le cran de lui répondre ça. Mais ça aurait été accepté des émotions qu'elle n'osait même pas formuler. Autant dire que c'était hors de question pour la jeune femme. Elle se décida donc à repousser le jeune homme  à contrecoeur tout en l'embrassant une dernière fois. Elle ne s'attarda pas sur ce baiser histoire d'éviter de changer d'avis ou de laisser le temps à Cole de la faire changer d'avis et sortit de la chambre en refermant la porte derrière elle après avoir marmoné :
-Essaye de te reposer un peu. Je vais essayer de pas rentrer aussi tard que hier.

En même temps depuis qu'ils étaient revenus sur le parc, elle avait passé plus de temps au Jurassic Garden et dans le QG des paléo que dans son bungalow. Ce qui ne changeait absolument pas d'avant l'attaque de K-C même si Shaé avait quand même été plus présente pour Cole qu'auparavant. Mais hier elle était vraiment rentrée bien trop tard. Bon il était capable de se débrouiller mais elle n'aimait pas le laisser seul trop longtemps non plus. Il n'était pas encore en état et elle préféra l'avoir à l'oeil. Mais à coté de ça elle avait le boulot et toute la section paléobotaniste à gérer et elle avait parfois l'impression de délaisser sa fonction et de ne pas être à la hauteur.

Et si elle se pointait au boulot avec la tête qu'elle avait c'était sûr qu'on ne la prendrait pas au sérieux. Shaé commença par prendre sa brosse pour remettre de l'ordre dans ses cheveux qui avaient un peu été malmenés par la façon dont Cole passait la main dans ses cheveux, ce qui ne la dérangeait pas sur le moment mais la faisait largement ragé lorsqu'il s'agissait de les coiffer. Elle retoucha aussi rapidement son maquillage, récupéra ses chaussures et décida de se changer au bureau où elle avait toujours des tenues de rechange, histoire de ne pas retourner dans la chambre.

Le temps d'attrapper son sac et elle était dehors. La paléobotaniste se dirigea alors vers son QG sans se presser. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle était en train de faire mais elle y allait et gaiement en plus de ça ! Surtout qu'elle était déja fatiguée de jouer double jeu avec Biosyn alors si quand ils la recontacteraient il fallait en plus qu'elle prétende n'en avoir strictement rien à faire de Cole ou ne pas ressentir grand chose pour lui, ça allait devenir du grand n'importe quoi. Et puis surtout ça serait dangereux, très dangereux. Même si biosyn l'avait lâché ces derniers temps , elle savait qu'ils avaient dépensés un peu trop d'argent pour ses études et sa formation pour la laisser s'échapper tranquillement dans la nature avec le patron de l'entreprise concurente... Surtout qu'elle n'avait pas ramené encore de quoi leur permettre de recréer des dinos. Ils lui avaient dit d'attendre. C'était ce qu'elle faisait : attendre qu'on lui dise de lancer l'assaut final.

Il y a encore quelques semaines Shaé en aurait été soulagée mais depuis le meurtre d'Hammond ce n'était plus si simple. Elle avait commencé à se questionner, se demander si Shivak et John n'avait pas raison. Si Biosyn ne la manipulait pas plus qu'elle ne le pensait. Si ils ne lui cachaient pas plus de choses que ce qu'ils prétendaient. Elle aurait été une simple espionne, elle aurait compris: elle faisait ce qu'on lui demandait et point barre. Mais là ce n'était pas le cas ! Shaélynn était personnellement impliqué dans l'histoire de ce parc et dans tout les secrets qui s'y cachaient ! Savoir qu'on le pouvait la tenir délibérement à l'écart de son propre passé la mettait hors d'elle ! Et c'était surtout dans ces moments là qu'elle pesait le pour et le contre... Quitter Biosyn ou non ?

L'un des soucis majeurs c'était la dette qu'elle leur devait... Mais la dernière fois qu'elle y avait jeté un coup d'oeil, elle ne lui avait pas semblé aussi importante que lorsqu'elle s'était lancé dans cette histoire. Elle pensait travailler comme simple paléobotaniste mais avait rapidement été hissé ,grâce à Hammond, à la tête de la section et le salaire avait suivis cette ascenssion. Avec le recul, elle se demandait si il ne l'avait pas exprès ce qui était fort probable. Aujourd'hui cette dette était moins pharaonique et elle pouvait envisager d'emprunter ailleurs pour payer Biosyn et rembourser plutôt l'argent à une banque. Certes elle aurait des intérêts mais elle n'aurait pas à les payer en meurtres, vols, piratages et autres joyeusetés.

Ensuite il y avait les gens qui avaient bossé chez Biosyn et qui avait constitué une famille... Autant Shaélynn les avait regretté et s'était juré de ne jamais les trahir autant elle ne leur pardonnait pas leur détachement et leur indifférence à la mort de Cameron. Quelque soit son interlocuteur, elle n'avait eu aucune réaction compatissante ou de attristé. Personne n'avait fait le moindre effort pour le chercher ou comprendre ce qui s'était passé. Aujourd'hui elle savait qu'il était mort et elle ne s'en remettait toujours pas. Elle leur avait annoncé mais leur réaction n'avait pas changé : ils savaient déja, elle en était sûr. Et on lui avait caché. Au début, elle n'avait pas voulu croire et c'était contenter de nier, de se dire qu'ils n'étaient pas sûr, faute d'avoir trouvé le corps mais les révélations d'Hammond lui faisait voir une version différente des évenements. On la gardait dans l'ignorance pour la faire obéir. "Biosin te trompe depuis le début ! Ils se servent de toi ! Te manipulent à leur guise pour que tu joues au petit chien bien élevé....Si ils n'en avaient pas rien à foutre de toi, ils t'auraient déja sortit de là depuis le temps que tu es démasquée ! "Elle se rappelait parfaitement les mots de Shivak. Qu'il se rassure, elle avait compris le message maintenant et la jeune femme saurait s'en souvenir

Il lui restait deux problèmes et c'était ce qui la retenait de couper définitivement les ponts avec le laboratoire : Cole et Noah.

Shaélynn n'avait pas le droit de rompre le contrat qu'elle avait avec Biosyn.Ou du moins elle ne pensait pas avoir le droit, personne n'avait essayé encore. Elle n'avait pas rempli sa part du contrat et même si elle les remboursait, la jeune femme se doutait bien qu'il ne la laisserait pas aller vivre sa vie et bosser pour un parc qu'ils voulaient couler à tout prix , en lui demandant juste de ne pas faire attention au nouvel espion qu'ils allaient envoyer pour la remplacer et détruire ce pour quoi elle oeuvrait. Non franchement elle en doutait fortement, ce n'était pas trop le genre de la maison. Si, ils la prenaient pour cible, Cole serait exposé lui aussi. Et concrètement si elle partait avec lui, il y avait de fortes chances pour que Noah lui fasse la peau.

Les dernières fois où elle lui avait parlé c'était le seul dont le ton avait changé. Les autres lui adressaient la parole comme si rien n'avait changé. Comme si Cameron n'était pas mort, comme si elle n'avait pas tué Hammond... Au moins Noah ne faisait pas semblant. Il était réellement en colère contre elle, la maudissait et il lui faisait savoir. Certes, cela la blessait, même si elle savait qu'elle le méritait, mais ça lui prouvait qu'il n'en avait pas rien à faire d'elle. Il l'aimait encore suffisament pour prendre le temps de lui en vouloir. Shaé savait qu'elle était en train de le perdre à cause de sa relation avec Cole, mais c'était comme si l'info ne faisait que traverser son esprit. Elle n'arrivait juste pas à s'imaginer Noah la détester. Elle avait l'impression que ça ne pourrait jamais arriver. Elle ne voulait pas le perdre, pas plus qu'elle ne voulait laisser Cole. Elle était sacrément dans la merde.

Jusqu'ici, elle avait toujours opté pour la solution qui lui serait le plus profitable. Quitte à faire des sacrifices, elle faisait attention à pouvoir être indemnisé d'une façon ou d'une autre. Ici, aucun des choix n'allaient. Soit laisser tomber tout le laboratoire Biosyn ,et la bande de foculs qui lui mentait, la séparait de son passé et l'exploitait, ce qui lui ferait perdre un homme qu'elle était sûre d'aimer avec qui elle avait des projets d'avenirs et de l'autre elle pouvait tous les vendre, se faire passer pour une victime, rester avec Cole, qui lui ne lui mentirait jamais, et vivre une vie paisible. Elle aurait  avec lui ce qu'elle avait révée d'avoir avec Noah. Mais, elle n'avait aucune certitude sur ce qu'elle ressentait pour lui. Et elle ne pouvait pas trahir Noah. Pas une seconde fois. Pas avec les sentiments qu'elle avait encore quand elle pensait à lui, à son absence, à tout ce qu'elle voulait lui dire mais que la situation rendait impossible.

Encore une fois, en l'absence de solution, Shaélynn se mettait à se demander si, elle n'aurait pas dû écouter son instinct au lieu de suivre aveuglément Lewis. Malgré elle, elle revoyait Shivak lui proposer de faire équipe. C'était un sale con, certes mais lui non plus n'avait pas mentis. elle aurait certainement plus avancé dans ses recherches avec son aide et au moins cela ne lui serait jamais venu à l'idée d'aller coucher avec... Ca a aurait été le parfait compromis. Mieux que sa situation actuelle. Shaélynn songea qu'il était temps d'accéler le pas. Commencer à s'imaginer s'associer avec Shivak marquait généralement la fin de ses reflexions. Surtout qu'il devait être mort ou planqué quelque part à l'heure qu'il était. Cette pétasse de Garland. Elle eut un petit sourire en coin et un rire nerveux avant de pénétrer dans le QG des paléobotanistes où elle s'empressa de se diriger vers la serre. Au moins là-bas, elle n'aurait plus besoin de penser. Ici la directrice de la section paléobotaniste savait ce qu'elle avait à faire au moins.

_________________

Clique sur la signature pour lire ma fiche Very Happy 27 roses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le presque retour à la normale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le presque retour à la normale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un semblant de retour à la normale [pv Hermione]
» Telephone le PRESQUE retour !!! Antho doit avoir une érection....
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...
» retour à la vie normale. ♦ blog de shannon.
» Retour aux bercailles [Qui veut]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Contexte & Réglements :: Contexte :: Historique :: Saison 2/Chapitre 2 : Reconstruction-
Sauter vers: