Forum RPG Jurassic Park/World
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Erin O'Connor :D

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erin O'Connor

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 14/09/2013

MessageSujet: Erin O'Connor :D   Sam 28 Sep 2013 - 18:44

Erin O’Connor









Informations Personnelles


*Nom :

O’Connor


*Prénom :

Erin


*Sexe :
 
Feminin


*Age :

28 ans


*Physique :

Erin a les cheveux roux aux reflets chatoyants et les yeux d'un vert profond. Elle avoisine le metre 70 (1m73 pour être exacte) et pèse 52 kg. On peut dire que sa force n'est pas légendaire mais elle est très rapide et vive dans ses mouvements. Je vous défie d'être plus rapide qu'elle. Elle porte des lentilles la plupart du temps car sa vue est médiocre. Par contre elle possède une ouïe assez développée. Elle aime s'habillée décontractée: jeans, chemisier à carreaux et "converses" bleues avec en hiver une écharpe, un bonnet et une bonne grosse "doudoune". Elle porte toujours sur elle un pendentif en forme de trèfle argenté pour se rappeler ses chers parents.


*Caractère :

La jeune irlandaise parait souvent de bonne humeur et sourit beaucoup. Elle a énormément de patience mais si on la pousse à bout elle est redoutable. Malgré son humeur joyeuse Erin est quelqu'un de très méfiant et sur ses gardes. Elle sait très bien cacher son jeu et être discrète malgré son physique assez voyant. Elle voue toute sa vie à la nature que Dieu lui a donnée. Et oui, la jolie rousse est aussi très croyante de part ses parents. Elle prie tous les jours et va à la messe quand elle le peut. Enfin, la demoiselle a un faible pour toutes les petites betes a quatre pattes avec des moustaches et des oreilles pointues et qui miaulent à leurs temps perdus.


*Aime:

Les bonnes odeurs, la nature (les fleurs et les plantes en particuliers Wink), la beauté, les chats, la bonne cuisine, le soleil, l’Amour et Elina Moldovan Embarassed


*Déteste:

Les mauvaises odeurs, les armes à feu, les chiens, les machos, la violence, la lâcheté et bien d’autres choses qui viennent de cette chère humanité qui est la nôtre.


*Histoire :

Tout commença dans une petite ville de l’île d’Emeraude connue sous le nom de Galway. Pour ceux qui n’auraient pas la chance de connaître cette agglomération magnifique et sauvage, celle-ci  se situe sur la côte ouest  de L’Irlande dans la Province de Connacht. Ce fut donc le mercredi 7 novembre 1984 que je vis le jour dans le Galway University Hospital. Inutile de vous décrire l’émotion de mes deux parents en découvrant mon petit corps frêle parcouru de soubresauts sous mes cris stridents de bébé fâché d’avoir été arraché à l’univers chaud et protecteur qu’était le ventre de ma mère. Cette dernière m’apprendra beaucoup plus tard qu’à l’époque il avait fallu dix bonnes minutes avant que l’on réussisse à me faire taire. Déjà à ce moment-là  j’étais volubile et très sensible à tout ce qui m’entourait.

On me baptisa quelques jours plus tard à la cathédrale St Nicholas sous le joli prénom d’Erin. Mes parents me prénommèrent de cette manière en référence à la terre sur laquelle j’avais vu le jour. J’étais la seule fille de mes parents et je le resterai jusqu’à la fin de ma vie. Ma mère Kathleen O’Connor, née Flanagan tenais une librairie dans Quay Street appelée aussi « Quartier Latin » entre un restaurant et un pub. Autant vous dire que les affaires fonctionnaient bien. De nombreux touristes passaient dans le commerce de ma mère et je m’amusais déjà très tôt à observer les nombreuses drôles de personnes qui foulaient le parquet  de « The Odissey ». Ma chère mère me donna le goût merveilleux de la littérature. Je ne la remercierai jamais autant pour ça. En effet dès mon plus jeune âge je dévorais les contes et légendes de mon pays. Plus tard, je tomberai amoureuse de la Fantasy de Tolkien et de Howard ainsi que celles plus récentes de Hobb et JRR Martin. La lecture m’apportait cette sérénité qui me faisait souvent défaut. Ma mère était de ces femmes toujours dans la lune mais d’une douceur et d’une finesse incroyable. J’adorais lorsqu’elle venait m’embrasser le soir tout en me bordant et en caressant mes joues roses d’enfant. Les bras de ma mère ont toujours été un endroit où je trouvais de l’amour et de la tendresse.

Mon père William, lui, était pasteur. Tous les paroissiens le respectaient et l’appréciaient beaucoup. C’était un homme généreux et empathique. Son charisme était une de ses grandes qualités. Malgré le fait qu’il soit un homme d’Eglise et pleinement dévoué à sa tâche mon père s’intéressait énormément à la science et plus particulièrement aux sciences naturelles telles que la botanique et la géologie. En plus de ce que j’apprenais à l’école, il m’enseignait de nombreuses choses sur la flore mais également la faune du pays. Il me faisait souvent des cours improvisés lorsque je me baladais avec lui les après-midi où j’étais en congé. Bref j’adorais vraiment mes parents et ce fut dans ce climat favorable que je grandis.

Un jour lors de ma dixième année, alors que je lisais dans la cour de l’école, un garçon de mon âge du nom de Kirk qui, je le savais très bien, était amoureux de moi s’avança vers moi. Il m’arracha mon livre des mains et le jeta par terre pour le piétiner. Je le regardais avec des yeux ronds complètement abasourdie de son geste injustifié. Voyant mon manque de réaction il commença à me crier dessus en me disant que je ne comprenais rien et que je n’étais qu’une pauvre idiote. Il avait dix ans le gamin et il me balançait toutes ces choses à la figure. Finalement complètement excédé Kirk fit mine de me frapper mais il n’eut pas le temps de terminer son geste. Effectivement quelqu’un derrière lui avait attrapé le bras et lui tordait pour qu’il abandonne et me laisse tranquille. Ce qu’il fit sans demander son reste face à mon sauveur ou plutôt devrais-je dire ma sauveuse. En effet, c’était une fille que je connaissais de nom. Elle avait 2 ans de plus que moi et s’appelait Tara Sullivan. A partir de ce jour-là nous devinrent les meilleures amies du monde. Nous faisions tout ensemble et on ne se séparait que rarement. Elle était un peu la grande sœur que je n’avais jamais eue.

Les années passaient paisibles et sans soucis majeurs. A l’âge de 14 ans j’appris que Tara était tombée enceinte. En effet, tout comme moi elle avait un succès fou auprès des garçons et à l’époque elle en changeait toutes les semaines. Moi j’étais plus sage, je les gardais deux semaines. Bref, à 16 ans sa vie était en quelque sorte terminée. Le garçon qui l’avait rendue enceinte était un certain truc machin Wycauclia. En résumé, ce gars était complètement nul. Il  avait 4 ans en plus que Tara et buvait constamment. Quel bel avenir pour l’enfant ! Je ne disais rien mais ce gars m’exaspérait au plus haut point. Heureusement il avait un boulot qui pourrait subvenir un minimum aux besoins de Tara et de son bébé. Neuf mois plus tard, ma meilleure amie avait baptisé sa petite fille : Alana. C’était original et plutôt exotique comme prénom mais je le trouvais joli. A la maternité je pris la petite dans mes bras et lui déposa un baiser sur sa petite joue en lui disant : « Tu verras, tu seras heureuse ma chérie. Ta maman s’occupera bien de toi ». Trois jours plus tard, juste avant le baptême, la jeune maman me proposa de devenir la marraine d’Alana, ce que j’acceptais avec grand plaisir malgré mon jeune âge.

Je vis grandir ma filleule durant deux ans. La fillette ressemblait beaucoup à sa maman et j’avais plaisir à la voir baver sur son bavoir rose en babillant du blabla d’enfant. Elle m’appelait « …In » et chaque fois qu’elle tentait de dire mon prénom je voyais ces petites dents blanches toutes fraichement sortie. Je l’aimais énormément cette enfant. Cependant à l’âge de 18 ans, je décidais de faire des études de biologie végétale à l’université de Dublin. Je fus donc nettement moins présente et ne vit Tara et Alana qu’occasionnellement. Mon rôle de Marraine était négligé et cela me faisait de la peine mais je n’avais vraiment pas le choix. Je voulais avancer dans ma vie et ces études allaient m’aider. Je fis donc un bac de trois ans.

Ce fut lors de la deuxième année de mon bac que je fis la connaissance de Taylor sur le campus de l’université. Je suis tout de suite tombée amoureuse de lui. Il était informaticien de formation et donnais des cours à la fac de sciences là où je me trouvais. Il avait quatre ans de plus que moi qui avais 20 ans à l’époque. Il était super mignon et j’étais tellement folle de lui qu’un jour après un de ces cours que j’avais suivi, je me dirigeais d’un pas décidé vers lui et l’embrassa d’un coup. Surpris mais heureux, Taylor me rendit mon baiser avec passion. Le lendemain soir, il souleva pour la première fois le voile de mon enfance pour m’emmener au-delà avec douceur et délicatesse. Grâce à lui je devenais une femme.

Je fus comblée durant un an. Ensuite le climat entre nous deux se dégrada. Il ne s’occupait plus de moi et ne venait presque plus me voir. Constamment sur son ordi lorsque je lui rendais visite, je m’énervais souvent. Un jour n’y tenant plus je lui fis une crise mémorable dont moi seule avait le secret. Nous nous engueulâmes pendant des minutes interminables. Je finis par apprendre qu’il  me trompait avec une femme plus mature que moi soi-disant. Cette pétasse s’appelait Brittany et avais 22 ans. Je claquais donc la porte de son appartement après l’avoir soigneusement traité de tous les noms possibles et inimaginables. Cette nuit-là, je pleurais toute les larmes de mon corps en pensant que ma vie était finie. Mon histoire avec Taylor était définitivement terminée. Je ne l’aimais plus et me promis de ne plus jamais tombée amoureuse. Par la suite il ne cessera de tenter de me récupérer mais sans succès.

Mon baccalauréat se termina logiquement avec grandes difficultés. Mes amis de la fac me poussèrent malgré tout à poursuivre mes études en faisant un master. Je réussis ma première année mais ne termina jamais mes études en Irlande. En effet, durant les années 90 et 2000 les querelles et les agressions de la part des chrétiens protestants et catholiques étaient choses quotidiennes en Irlande du Nord principalement, mais également en République d’Irlande. Le mal c’était développé et avait atteint notre ville de Galway. Mon père portait  très souvent ces gens dans ses prières d’ailleurs. C’était un lundi, je m’en souviendrais toute ma vie. Je reçu un coup de téléphone de la police de Galway me demandant de revenir d’urgence chez mes parents. Je sautais donc dans le premier train et arriva 3 heures plus tard complètement paniquée et voulant savoir ce qu’il se passait. Là on m’apprit que des extrémistes catholiques avaient incendié la maison de mon enfance et que mes parents n’avaient pas pu être sauvés. A cette nouvelle, je me précipitais dehors et couru comme une folle jusque chez moi. Je tombais à genoux devant les restes calcinés de cette maison qui m’avait vu grandir. J’avais perdu mes deux parents en une heure de temps. J’étais désormais seule.

A ce moment-là j’aurais pu sombrer dans une dépression chronique mais mon esprit me dictait tout autre chose. Je devais partir loin de cette île qui m’avait rendue heureuse et qui en quelques minutes m’enlevait tout ce que j’avais de plus cher. Je devais partir loin. J’organisais donc avec soin les obsèques de mes parents et leur dit au revoir une dernière fois. Je partis donc pour les Etats Unis à l’âge de 22 ans et j’atterris à New york. Je m’adaptais très bien à mon environnement et me fis de nombreux nouveaux amis. Jamais je ne retombais amoureuse. L’Amour m’avait désertée de la même manière que j’avais quitté l’Irlande. Je ne voulais plus de ce sentiment. Je m’étais créé une carapace pour me protéger. Je ne parlais donc jamais de mes parents décédés.

Je finis par m’intéresser à la paléontologie végétale. Les plantes actuelles ne me suffisaient plus. Je voulais aussi découvrir les secrets de ces plantes disparues depuis des millions d’années. Précisément les végétaux du temps des dinosaures. J’entrepris don tout naturellement des études dans ce domaine. Mes stages furent nombreux et plus intéressants les uns que les autres. Je creusais donc le sol de la Chine, de l’Afrique du Sud, d’Australie, d’Alaska ainsi que de nombreux sites aux USA. C’est ainsi que l’un de mes professeurs de la fac me proposa de poursuivre mes études en réalisant un doctorat. J’acceptais le défi sans hésitations. Le sujet de ma thèse fut : « La photosynthèse a-t-elle évolué depuis 65 MA ? » Après maintes pérégrinations dans les différents musées et de nombreuses visites dans les universités des USA je finis par avoir mon doctorat avec une grande distinction. Suite à cette belle réussite je décidais à donner des conférences. Je parcouru donc les routes du pays de l’oncle Sam. Je passais par Los Angeles, San Fransisco, Seattle en passant par Denver, Phoenix, Chicago, Boston et New York sans oublier Washington et Dallas. J’allais jusqu’au Costa Rica à San José la capitale.

Un jour, alors que je rentrais à mon hôtel de la capitale costaricaine après une balade dans la vieille ville, un petit homme aux cheveux blancs m’aborda. Il était assez curieux avec son chapeau et sa canne. J’avais peur d’avoir à faire à une personne complètement dérangée qui croyait aux pouvoirs mystiques des jonquilles d’Europe ou autres fleurs exotiques. Mais il n’en était rien. Cet individu répondait au nom de John Hammond. Ce nom me disait vaguement quelque chose mais sans plus. Ma mémoire revint lorsqu’il se présenta complètement. J’avais en face de moi un des hommes les plus riches de la planète. Ce dernier voulait ouvrir un parc sur le thème des dinosaures. J’avais parcouru  quelques articles de presse au sujet d’espionnage industriel où était cité Hammond. Bref, je ne savais pas très bien de quoi il s’agissait. Il me proposa donc un travail sur son parc. Je restais perplexe car je ne voyais pas trop comment mes compétences pourraient servir dans un parc d’attraction pour gamins. Pour conclure notre entretien, le petit homme me tendit une carte avec les coordonnés du centre de recrutement le plus proche de chez moi et me dit : « Venez et vous verrez bien quel sera votre véritable rôle dans mon équipe. Vous comprendrez très vite ». Il me fit un grand sourire de toutes ses vieilles dents et partit.

Je m’affalais dans un fauteuil et jeta un coup d’œil sur la carte et y vit un logo spécial avec en lettres imprimées noires qui formait le mot INGEN. En rentrant aux Etats Unis je me décidais donc à aller déposer ma candidature. Après tout pourquoi pas me disais-je. Qui ne tente rien n’a rien. Soyons fou dans ce monde de fous. Je n’avais de toute manière plus rien à perdre.


*Point Fort :

Vive d’esprit, rapidité et souplesse


*Point Faible :

Force physique, vue et sa grande sensibilité


*Carrière envisagée :

Paleobotaniste


*Parrain :

Eliiiiiiie Very Happy


*Codes :

[Codes validés par Elie]




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Erin O'Connor :D
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allosaurus ( Erin O'Connor) vs Tylosaurus (Marcos Shannon)
» marloes orhen - erin heatherton.
» Connor Rankin
» (M/LIBRE) CONNOR JESSUP ♫ a passed life.
» [Autobiographie] Connor Kenway

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic Park World RPG :: Jurassic Park : The RPG :: Welcome to Jurassic World :: Fiches de présentations :: Fiches de présentations validées-
Sauter vers: